1/2 Prince T2 Extra : Journal

posted in: 1/2 Prince | 0

½ Prince Tome 2 – Fantaisie et Réalité

Roman version d’origine en chinois par : 御我 (Yu Wo)


Chapter Extra: Diary – Traduit du chinois vers l’anglais par Eilinel[PR!]
Chapitre Extra : Journal – Traduit de l’anglais vers le français par AkaiiRia
+ Travail de vérification par Nocta

Guiliastes :

Étant un génie possédant un QI de 200, il fit son entrée à l’université dès l’âge de quinze ans. Il fut diplômé à dix-huit ans, puis reçut son doctorat à vingt-deux ans. Ensuite, prolongeant ses études à l’étranger, il revint avec un autre doctorat à l’âge de vingt-cinq ans.

Et maintenant qu’il avait vingt-six ans, les meilleures universités du pays étaient en lice pour l’employer comme professeur.

 

 

Je jetai un coup d’œil en direction de la pile de lettres de recrutement sur la table. À quelle université devrais-je aller ? pensai-je, en secouant la tête face au ridicule de la situation.

Je n’ai même pas besoin de dix minutes pour calculer quelle université serait la plus avantageuse pour moi, alors pourquoi me sentirais-je troublé ? C’est vrai : il n’y a rien dont je doive m’inquiéter !

Malgré tout, dans un accès d’irritation, je rassemblai toutes les lettres de recrutement, et les lançai sauvagement au plafond. La liasse de papier tomba, se répandant partout sur le plancher, excepté la seule lettre à avoir atterri sur la table.

« Ce sera toi, dans ce cas ! » Je ramassai la lettre de recrutement, et lançai un bref regard au nom de l’université avant d’ajouter ma signature à la feuille. Agrippant mon casque, je me dirigeai à l’extérieur pour envoyer le document par la poste.

 

 

Je répondis au regard éperdu de l’employée du bureau de poste en affichant un sourire chaleureux. Après ça, je me rendis dans une rue remplie de vendeurs de produits électroniques, dans l’idée d’obtenir des mises à jour pour mon ordinateur.

Le propriétaire de la boutique, qui venait de se faire une vraie fortune avec moi, sourit et demanda : « Avec d’aussi bonnes mises à jour pour votre ordinateur, est-ce que vous avez l’intention de commencer à jouer à “Second Life” et de battre tout le monde ? »

« “Second Life” ? » Mes sourcils se froncèrent. Qu’est-ce que c’est ?

« Vous ne connaissez pas “Second Life” ? C’est un jeu de réalité virtuelle qui vient de sortir il y a tout juste deux jours de ça ! Le niveau de réalisme du jeu est de 99 %, le plus élevé jamais atteint ! »

 

 

Je lançai un regard noir au casque de jeu que le propriétaire de la boutique avait insisté à me donner, en songeant, qu’y a-t-il de si amusant à propos des jeux de réalité virtuelle ? Ne fait-on pas que manier une épée pour couper, trancher, et tailler en pièces ?

Malgré tout, j’avais déjà terminé de lire le manuel d’instructions…

Je déteste vraiment cette manie que j’ai de lire tout ce qui contient des mots par habitude. Maintenant, mon cerveau est rempli d’informations sur comment jouer au jeu… Oh oublions ça, je ferais tout aussi bien de l’essayer ! Je n’ai rien de mieux à faire de toute façon.

Premièrement, je dois décider une race et une classe… où est ce dé dont je me suis servi la dernière fois ?

 

 

Une fois en ligne, j’ignorais quelque peu ce que je devais faire.

Je me tins au point de naissance, me demandant, J’ai décidé d’être un barde démon grâce au roulement d’un dé, mais comment les bardes s’entraînent-ils exactement ? Il n’y a qu’une chemise, des pantalons et une flute en bois dans la poche de réserve… Ne me dîtes pas que je suis censé battre des monstres avec une flute ? Est-ce que tous les jeux sont si étranges de nos jours ?

 

 

Après presque un mois d’entraînement, je découvris avec plaisir que j’appréciais de plus en plus le style de vie insouciant d’un barde. J’errai partout avec mon guqin bien-aimé à la main, m’entraînant la plupart du temps, et pénétrant occasionnellement dans la ville pour chanter dans les rues.

Je glissai mes doigts à travers ma chevelure. Pourquoi est-ce que je continue à ressentir que quelque chose semble incomplet ? Que me manque-t-il ? Oh, oublions ça, je vais simplement continuer à chanter mes chansons.

Alors que je chantais, il sembla y avoir une légère perturbation dans la foule en face de moi. Je cessai de gratter mon guqin tandis que je levais la tête pour trouver la source de l’agitation.

Un jeune homme incroyablement beau – suffisamment éblouissant pour susciter de profonds soupirs – entra dans mon champ de vision. Il était en train de… me contempler avec une expression éperdue ? Est-ce un homosexuel ?

Intéressant ! Pour quelque mystérieuse raison, j’éprouvai une envie soudaine et inexplicable de taquiner ce beau jeune homme. Pendant un moment, nous nous fixâmes tous les deux du regard. Puis, je me dirigeai jusqu’à lui… et, agissant comme s’il était une princesse, je lui demandai la permission de baiser sa main.

Contrairement à ce à quoi je m’attendais, le jeune homme accepta en fait mon baiser, en rougissant fortement.

Que suis-je censé faire ensuite ? Merde, je n’ai pas prévu de plan pour la suite. Comment est-ce que je me sors de cette situation embarrassante ? Pourquoi n’ai-je pas réfléchi avant de me mettre dans une pareille situation ?

Le garçon et moi nous regardâmes avec embarras…

« Hum, vous savez que je suis un garçon, pas vrai ? » me demanda soudainement celui-ci, avec de l’anxiété dans sa voix.

Une autre chance de m’amuser à ses dépens !

Je souris et plaçai un doigt sous son menton, relevant le visage du jeune homme. M’efforçant de maintenir une expression fascinée pendant que je le regardais, je dis : « Bien sûr que je le sais. Vous exsudez une telle aura vive, comment pourrais-je vous prendre pour une faible petite fille ? »

En entendant ma réponse, le visage du jeune homme sembla se raidir.

Comme c’est étrange… Pourquoi le garçon réagit-il de cette façon ? Toutefois, son expression figée est certainement amusante, pensai-je, en riant mentalement comme un plan diabolique se formait dans mon cœur.

J’enveloppai mes bras autour de lui et, avec un soupir délibéré, j’ajoutai : « Les hommes sont les meilleurs. Avec des muscles aussi fermes que ceux-ci… Ils sont bien pluuuuus confortables à serrer dans nos bras que ces filles douces et molles ! »

Le garçon sourit enfin. Comme je le pensais, c’est vraiment un homosexuel, pensai-je. C’est vraiment du gaspillage avec ce visage qui est le sien, qui peut éblouir n’importe quelle femme entre cinq et cinquante-cinq ans.

En moins d’une seconde, cependant, je réalisai que je m’étais trompé…

Le jeune homme était inopinément et incroyablement fort. Avec une « Attaque du Dragon à Neuf Têtes ! », il me fit goûter à la mort pour la première fois dans ce jeu.

Alors que j’émergeais du point de renaissance, je pensai, Je ne comprends pas. Qu’est-ce que le garçon avait derrière la tête ? Il n’y  avait aucune logique derrière ses actions !

Mon esprit tourbillonnant de questions, je tentai de venir avec une explication satisfaisante à ses actions. Néanmoins, peu importe sous quel angle je considérais la question, ses actions n’avaient tout simplement aucun sens…

Oh, oublions ça. Je vais simplement retourner m’entraîner ! Après tout, je doute de le revoir un jour.

Mais, pourquoi cette pensée me laisse-t-elle en quelque sorte… déconfit ?

 

 

Parce qu’ils bougeaient lentement, les zombies étaient mes monstres préférés quand venait le temps de m’entraîner. Cela me permettait de me promener à loisir hors de leur portée, pendant que je lançais ma Flèche Supersonique Chasseuse d’Âme, et de lentement amenuiser leurs points de vie.

« Tiens bon, Lolidragon ! » Un cri dispersa le fil de ma pensée, et je levai les yeux…

C’est encore ce garçon !

J’observai tandis qu’il hurlait cela à une voleuse, qui courrait toujours plus loin en s’éloignant. Je compris la situation instantanément, et décidai de leur apporter mon aide.

« Flèche Supersonique Chasseuse d’Âme ! »

 

 

Je regardai le jeune homme, un sentiment d’insatiable curiosité dans mon cœur.

« J’aimerais beaucoup rejoindre votre équipe. » Pour quelqu’un qui avait toujours été un solitaire, je m’émerveillai des mots que je n’aurais jamais songé prononcer un jour.

Contre toute attente, le nom du jeune homme était Prince : un nom qui lui seyait bien.

Pour rendre les choses encore plus intéressantes, Prince semblait être sous l’impression que j’avais des vues sur sa vertu. Héhé, me prendre pour un homosexuel ? C’est bien la première fois ! Intéressant… dans ce cas, j’agirai comme tel, juste pour toi !

À partir de ce moment-là, mon comportement envers Prince était tel que même moi je le trouvais répugnant. J’ai même cuisiné de la soupe de *** de dragon pour lui… ce qui, malheureusement pour moi, finit également par être la toute première fois que je me faisais battre et même piétiner…

Curieusement, pour une raison que j’ignore, tout ce dont je pouvais me rappeler était l’expression livide sur le visage de Prince.

La première fois que je vis les larmes de Prince fut quand il se fit donner un coup de pied en bas du corps par cette fichue fille. J’étais enragé.

Il ne devrait jamais être permis à qui que ce soit de lui infliger une telle chose, encore moins de le faire pleurer ! Le visage de Prince était fait pour rire, pour agir de façon brutale et classe, et pour être furieux, certainement pas pour pleurer…

C’était la première fois que je giflais une femme, bien qu’il fût prouvé plus tard qu’il n’était pas une femme après tout.

 

 

Aujourd’hui, Lolidragon m’a posé une question : elle voulait savoir quels étaient mes sentiments envers Prince exactement, comme elle s’était rendu compte que je faisais seulement semblant d’être gay.

J’ai répondu que je trouvais simplement que c’était très amusant d’observer ses réactions… mais bon sang, l’instant où les mots avaient jailli de ma bouche, j’avais commencé à douter de moi-même.

Est-ce que c’est réellement seulement parce que je trouve ça amusant que je laisse Prince me frapper ?

Je ne parvenais pas à le comprendre.

 

 

Aujourd’hui, j’ai rencontré quelqu’un à l’école qui ressemble grandement à Prince

Est-ce lui ? J’étais très incertain, puisqu’il était similaire à Prince de plusieurs façons, mais je ne pouvais pas m’empêcher d’être légèrement déçu. Est-ce qu’il pourrait vraiment être Prince ?

Finalement, je décidai de ne pas me soucier de la vraie identité de Prince. Après tout, le Prince que je connais dans le jeu est celui que j’aime de toute manière.

Que j’aime…? Bon sang, qu’est-ce que c’est que cette pensée ?

 

 

Lolidragon revint me voir encore une fois avec la même question.

Au lieu de lui répondre, je rétorquai – quelque peu jalousement – avec une question de mon cru : quelle était donc sa relation avec Prince de toute façon ? Pourquoi est-ce qu’elle se sentait aussi concernée au sujet de  Prince ? En plus, Prince semblait aussi très proche d’elle.

Lolidragon ne me répondit pas, elle se contenta de me fixer avec un sourire.

Ce sourire… il semblait dire qu’elle me connaissait mieux que moi-même, bon sang !

 

 

Plusieurs choses se sont produites aujourd’hui. La première chose était que j’avais découvert que je m’étais mélangé au sujet de Heartless Wind et de Prince : alors Feng Yang Ming n’était pas Prince après tout.

La deuxième chose était que Prince avait eu des ennuis. Comme sa voix remplie de douleur retentissait depuis le tchat de groupe, je pouvais sentir mes entrailles se tordre elles aussi.

J’ai horreur d’entendre l’angoisse dans sa voix, pensai-je, tandis que je courrais dans tous les sens comme un fou furieux. Cependant, j’échouai tout de même à retrouver la moindre trace de lui… Du moins, jusqu’à-ce que je le vois niché dans les bras de Wicked.

Je levai les bras dans l’intention de le porter, mais Wicked se contenta de me dépasser, la fureur luisant dans ses yeux. Ça m’inquiéta…

Pourquoi ? Pourquoi Prince doit-il afficher ce genre d’expression pendant que lui et Wicked se regardent ? Je n’aime pas ce sentiment, je n’aime vraiment mais vraiment pas ça !

« Lolidragon, est-ce que Prince aime Wicked ? » demandai-je frénétiquement à celle-ci, comme si j’avais perdu les pédales.

« Euh ? Je ne sais pas, mais je sais effectivement que Wicked est amoureux de Prince… » Lolidragon regarda dans ma direction.

« Mais, moi aussi je l’aime ! » hurlai-je, ne me souciant plus du tout des conséquences.

Lolidragon répondit : « Tu es désavantagé. »

Désavantagé ?

« En quoi ? Je connais Prince depuis plus longtemps. WickedWicked ne l’a rencontré que quelques fois. » Alors pourquoi suis-je celui qui est désavantagé ? Est-ce que Prince aime vraiment Wicked plus que moi ?

« Dans ce cas, est-ce que tu aimes vraiment Prince ? As-tu déjà songé à son sexe ? »

Un sourire douloureux et désespéré traversa mon visage. « J’y ai songé… mais comparé à son sourire, c’est totalement sans importance. Je souhaite seulement protéger son sourire. Je n’ai que faire de son sexe.

– Tes sentiments pour Prince sont vraiment profonds.

– Oui. Je vais toujours veiller sur lui, le supporter dans ses efforts, accepter tous ses défauts, et partager toute sa souffrance. J’en fais le serment. »

Je jure, avec tout mon cœur, de protéger ce sourire pour toujours et à jamais. Prince, tu es mon premier véritable amour.

 

 

Wicked :

La première fois que je l’ai vue, elle portait une robe rose, et ses cheveux étaient attachés avec un petit nœud de ruban. Elle avait de larges yeux éloquents, et ils donnaient l’impression que vous pouviez comprendre tout ce qui la concernait simplement en plongeant votre regard dans ceux-ci.

« Est-ce que tu vas être notre nouveau voisin ? » demanda-t-elle, les yeux grands ouverts.

« Ouais, c’est exact. C’est quoi ton nom ? » la questionnai-je avec curiosité.

« Feng Lan, mais papa et maman m’appelle Xiao Lan. »

Je souris. Quel surnom adorable. Ça lui va vraiment bien.

« Je suis Zhuo Ling Bin, mais tu peux simplement m’appeler grand frère Zhuo. Xiao Lan, est-ce que tu veux entrer et boire un verre de jus ? »

« Oui ! » répondit Xiao Lan joyeusement.

 

 

« Grand frère Zhuo, tu veux bien m’épouser quand je serai grande ? » me demanda Xiao Lan avec espoir.

Je laissai échapper un soupir. Est-ce que toutes les filles de douze ans sont matures à ce point de nos jours ?

« Oui, bien sûr que je le veux. » Comment je pourrais te dire non, quand tu me regardes avec une telle expression ?

J’ai veillé sur Xiao Lan depuis qu’elle est toute petite, et maintenant elle a déjà douze ans, alors elle est à un âge où elle va demander à des personnes de l’épouser ! Je caressai la tête de Xiao Lan affectueusement.

Épouser Xiao Lan ? Ça semble être une très bonne idée.

 

 

« Grand frère Zhuo, tu déménages ? Pourquoi ? » s’enquit Xiao Lan, en pleurant.

Ne pleure pas, ça ne te va pas du tout de pleurer.

« Je… c’est à cause du travail de mon père. Ne t’inquiète pas, je reviendrai assurément te trouver. Je vais définitivement le faire. »

Le cœur douloureux, j’essuyai les larmes de Xiao Lan. Je me promis silencieusement dans mon cœur que j’allais définitivement revenir, et que je ne ferais plus jamais pleurer Xiao Lan une autre fois.

 

 

En ligne, dans « The World »…

Xiao Lan ? Je fixai ahuri la personne qui se trouvait devant moi, en plus de ces yeux que j’avais vu un nombre incalculable de fois dans mes rêves : des yeux que je ne pourrais jamais oublier. C’est elle, n’est-ce pas ? Cette petite fille idiote qui m’a naïvement demandé de l’épouser….

Est-ce qu’il est possible que Xiao Lan ait oublié son grand frère Zhuo ? Un grand frère Zhuo qui a promis de l’épouser ? Mon cœur cogna sauvagement dans ma poitrine.

Je marchai jusqu’à elle et demandai : « Est-ce que tu voudrais être ma femme dans le jeu ? »

Elle me regarda avec surprise, puis me posa une question idiote. « Tu vas prendre soin de moi ? »

Cette petite idiote, elle ne se rappelle donc pas qu’elle a un grand frère Zhuo ? J’étais légèrement inquiet à l’idée qu’elle m’ait réellement oublié, malgré le fait que je ne l’avais jamais oubliée.

« Ouais ! »

« Ok dans ce cas. » Elle poussa un rire joyeux, puis me questionna : « Mais, pourquoi est-ce que tu as choisi de jouer en tant qu’homme-animal ?

– Parce que les hommes-animaux sont forts !

– Ohhh. Mais, ils sont si laids ! »

C’est vraiment une petite idiote… pas étonnant qu’elle n’ait pas pris un instant de réflexion avant d’accepter de devenir ma femme dans le jeu. Je parie qu’elle a été trop directe et a effrayé tous les garçons, alors elle n’a pas pu se trouver de mari.

Bien que ce fût le contenu de mes pensées, j’étais quand même secrètement enchanté.

 

 

Je lis la lettre que j’agrippais avec ma main, me sentant impuissant. Xiao Lan, tu t’en vas pour jouer à « Second Life » ? Mais alors, quel choix est-ce qu’il me reste ?

Ainsi, je changeai pour jouer à « Second Life » moi aussi…mais où es-tu passée, Xiao Lan ?

Sans relâche, je continuai à envoyer des messages privés à Princesse Xiao Xiao, Princesse Xiao Xiao, mais le système indiquait qu’il n’y avait pas de joueur portant ce nom.

Xiao Lan, où diable es-tu passée ? Tu ne te rappelles donc pas du tout de moi ?

 

Tu ne te soucies donc même pas de moi ? L’amertume que je ressentis… Je pouvais presque la goûter dans ma bouche.

 

 

Je pouvais à peine en croire mes yeux. La fille qui vient à l’instant de passer, est-ce que c’était Xiao Lan ? Pendant tout ce temps, Xiao Lan étudiait à la même université que moi ?

Je planifiais de me placer sur son chemin, en espérant qu’elle me reconnaîtrait, mais… Elle ne se rappelle pas du tout de moi, réalisai-je. La souffrance dans mon cœur était accablante.

Cette nuit-là, je me connectai sur « Second Life », le moral à zéro. Ming Bin était encore en train de faire une scène. J’étais très peu d’humeur à le mettre en garde, mais il semblerait qu’il ait énervé cette équipe en face de nous. Odd Squad ? Un nom bizarre.

Hmph ! Si c’est un combat que vous voulez, dans ce cas vous en aurez un. Je suis de mauvaise humeur de toute manière.

 

 

Bordel, je n’en peux plus, songeai-je, me décidant à me rendre chez Xiao Lan en personne.

Par coïncidence, je rencontrai Xiao Lan à l’arrêt d’autobus. Cette fois, son expression changea dès qu’elle me vit, et elle continua à me dévisager…

Est-ce qu’elle m’a enfin reconnu ? C’est bien ça ? Je combattis très fort pour contrôler mon sourire.

Même après que nous soyons sortis du bus, elle ne m’avait toujours pas adressé la parole, alors je décidai de lui parler par moi-même.

« Xiao Lan… tu es Xiao Lan, pas vrai ? » Je prétendis être surpris de la voir.

Contre toute attente, elle se contenta de me fixer, béate. Ainsi, elle ne m’a vraiment pas reconnu. Mon cœur souffrant se tordit douloureusement à cette pensée.

« Est-ce que tu m’as oublié ? Je suis Zhuo Ling Bin. Grand frère Zhuo, tu te rappelles ? » Je me forçai à sourire.

Au moins, elle se rappelle de moi… Je peux toujours me consoler un peu sur ce point, pensai-je, me moquant de moi-même mentalement.

Je suivis Xiao Lan jusque chez elle. À ma plus grande surprise, je découvris que Heartless Wind était en fait Feng Yang Ming.

Alors ce n’est pas seulement Xiao Lan qui a de la difficulté à reconnaître les gens, songeai-je avec un sourire désabusé.

« Une travestie ? » J’arrivais à peine à en croire mes oreilles. Xiao Lan a en fait décidé de devenir une travestie dans le jeu ? Alors c’est pour ça qu’elle n’a pas utilisé le pseudonyme Princess Xiao Xiao…

Cependant, elle refusa de me dire le nom de son personnage dans « Second Life », et même Yang Ming n’avait aucune idée de qui elle était.

J’étais légèrement déçu, mais c’était sans importance. Après tout, je pouvais enfin parler avec elle librement sur le campus, et même aller en cours avec elle quand j’avais du temps libre. Allègrement, je m’imaginai suivre des cours avec Xiao Lan.

 

 

Afin d’augmenter nos chances de survie durant la compétition, je décidai au nom de l’équipe de former une alliance avec Odd Squad, malgré les ronchonnements incessants de Ming Bin…

Odd Squad est vraiment bizarre. Ils envoient leur seul guerrier, Prince, comme appât pour éloigner les monstres ? Ils ne se soucient donc pas que Prince risque de mourir ?

Prince n’était pas mort. Par contre, d’après ce que j’avais entendu, il était tombé du haut d’une falaise, ce qui était vraiment un sort bien pire que la mort.

Par principe, nous – la Team Dark Emperor – devrions les aider. J’essayai de déduire dans quelle direction Prince serait allé… et je le trouvai aussitôt étendu dans une mare de sang.

Je marchai jusqu’à lui et lui fis avaler une bouteille de potion pour raviver la santé. Il me demanda même si j’étais Gui.

Ainsi, Ming Bin ne racontait pas n’importe quoi quand il disait que Gui et Prince entretenaient une relation louche, pensai-je, amusé.

« Oh, alors c’est grand frère Zhuo ! » murmura Prince pour lui-même.

Grand frère Zhuo ? Je me figeai. Seule Xiao Lan m’appelle comme ça… et si j’ajoute au fait que Xiao Lan joue avec un personnage mâle… Je scrutai avec soin le visage de Prince.

Cette paire d’yeux… Xiao Lan ! Bordel de merde, comment est-ce que j’ai pu être aussi stupide ? Prince est Xiao Lan mais, plus important encore, elle est étendue dans une mare de sang et souffre !

Seulement à ce moment-là, Gui apparut dans la scène, et j’étais rempli de colère.

Comment est-ce qu’ils ont pu laisser Xiao Lan ressentir un tourment aussi atroce ? Les gens devraient veiller sur elle avec le plus grand soin et la protéger. Qui plus est, Gui a en fait l’audace de tendre les bras pour m’enlever Xiao Lan ? Et Ming Bin a même affirmé qu’ils entretenaient une relation louche ?

Je lançai un regard noir à Gui et le dépassai.

Finalement, Xiao Lan me demanda de ne révéler à personne d’autre la vérité à son sujet.

Je ne dirai rien, particulièrement pas à ce Professeur Min ! Il ne mérite pas d’être avec Xiao Lan, pas quand il est complètement incapable de la protéger.

« Je te protégerai avec tout mon pouvoir. Je me tiendrai toujours devant toi, te protégeant pour qu’il ne t’arrive rien. Je ne te laisserai jamais ressentir la moindre douleur ou le moindre chagrin, ma Xiao Lan. »

Je jure de ne jamais laisser le chagrin remplir ces yeux une autre fois… ma chère et bien-aimée Xiao Lan.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *