1/2 Prince T3C7 : La Bataille Débute

posted in: 1/2 Prince | 0

½ Prince Tome 3 – Les Chroniques d’un Prince Vagabond
Roman version d’origine en chinois par – Yu Wo


Chapter 7: The Battle Begins – Traduit du chinois vers l’anglais par Amphrase [PR!]
Chapitre 7 : La Bataille Débute  – Traduit de l’anglais vers le français par AkaiiRia
+ Travail de vérification par Nocta

« Yu Lian, est-ce qu’il nous manque encore beaucoup d’argent ? » demanda Ugly Wolf. Il regarda sa femme – dont les sourcils étaient verrouillés en froncement depuis ces derniers jours – avec détresse.

« Beaucoup, beaucoup d’argent. » Le froncement entre les sourcils de Yu Lian se creusa encore plus tandis qu’elle discutait des comptes financiers avec Ice Phoenix. Elles avaient toutes les deux l’air pâle.

« Ça ne fonctionne pas. On ne tiendra plus très longtemps, pas à moins que nous ne trouvions bientôt d’autres façons d’obtenir de l’argent. Dans deux semaines, l’administrateur du jeu va retirer tous les gardes NPC, et les membres des Lames Vertueuses qui sont dehors à essayer de gagner de l’argent vont définitivement devoir rentrer pour protéger la Cité de l’Infini. À ce moment-là, nos finances seront dans un état encore pire », déclara Yu Lian, préoccupée.

« Mais, n’y aura-t-il pas des joueurs visitant et dépensant de l’argent dans notre cité à ce moment-là ? » s’enquit Ugly Wolf.

« Non, la cité en sera à peine à ses débuts, alors nous ne ferons aucun profit avant un bon moment. Nous n’avons pas assez de gens pour travailler comme commerçants, gardiens de la paix, ou comme soldats non plus, par conséquent nous devons continuer à agrandir notre personnel… Ces dépenses à elles seules sont assez choquantes, sans mentionner le fait que nous devons poursuivre la construction de la cité. Les cent mille pièces de cristal que nous possédons en ce moment ne seront pas suffisantes pour réaliser nos buts », analysa Phoenix.

Ugly Wolf pencha sa tête sur un côté tandis qu’il réfléchissait longuement à cette information. « Les plans de la cité dessinés pas Gui sont presque terminés. Est-ce qu’on devrait l’envoyer aux trois autres cités pour chanter dans les rues afin de gagner des pourboires ? »

« Mm ! » Yu Lian nota la nouvelle méthode pour augmenter les revenus de la cité avec un air sérieux sur son visage.

« Alors, combien d’argent es-tu parvenu à soustraire aux autres joueurs, Lolidragon ? » questionna Ugly Wolf en s’adressant à Lolidragon qui se prélassait à proximité.

« Les cent mille pièces de cristal que j’ai obtenues en les soustrayant aux autres ont été utilisées depuis longtemps », répondit Lolidragon. Elle roula des yeux à l’intention d’Ugly Wolf. « Je suis déjà une fugitive recherchée. Mon apparence et mes méthodes sont connues de tous à travers les Cités du Soleil, de la Lune, et de l’Étoile à présent. Ce n’est plus possible de les tromper. »

« Quel dommage… »

« Si Prince était ici, il pourrait accompagner Gui pour performer dans les rues. » Lolidragon haussa les sourcils. « Sa voix est vraiment bonne ; et avec le visage qu’il a, il gagnerait certainement beaucoup d’argent. »

« Est-ce que Prince chante vraiment bien ? » Phoenix s’immergea dans son imagination…

« Dans ce cas, quand Prince sera rentré, nous allons l’envoyer performer dans les rues. Avec ses capacités, s’il prend au sérieux une tâche qui lui est assignée et gagne de l’argent, et si nous vendons quelques petits trésors, nous devrions être capables de récupérer tous nos fonds ! » calcula Yu Lian.

« Le problème est : est-ce que cet idiot va prendre au sérieux la tâche qui lui est assignée ? » contredit Lolidragon.

…C’est un autre gros problème !

« Nous avons des ennuis », déclara Nan Gong Zui alors qu’il entrait lentement, la mine sombre.

« Tu pourrais ne pas te servir d’une ligne d’ouverture aussi choquante ? Nous savons tous que nous avons des ennuis vu l’état dans lequel sont les choses », répliqua Lolidragon, roulant des yeux à l’adresse de Nan Gong Zui.

Ce dernier ignora Lolidragon. Il y avait une trace de colère dans sa voix tandis qu’il expliquait : « Fan est en train de recruter des soldats. Ils vont envahir la Cité de l’Infini une fois que les gardes NPC seront partis. »

« Fan ? » En entendant le nom de son ex petit copain, Phoenix fronça les sourcils, et un sentiment compliqué s’empara de son cœur.

« Un désastre après l’autre. » L’expression de Yu Lian s’assombrit. « Maintenant, nous allons aussi devoir recruter plus de soldats. »

« Prince n’est pas encore de retour ? » demanda Nan Gong Zui calmement.

« Euhhh, à ce sujet… » commencèrent à bredouiller les membres d’Odd Squad.

Nan Gong Zui se tourna pour faire face à Ice Phoenix. D’une voix gentille mais ferme, il dit : « Phoenix, sors de la pièce quelques minutes. Il y a des choses dont je dois discuter avec les membres d’Odd Squad. »

Bien qu’elle fût réticente à partir, Phoenix savait qu’il valait mieux ne pas discuter. Avec une petite voix, elle répondit « d’accord » puis sortit docilement de la pièce.

Nan Gong Zui observa Phoenix fermer la porte, et se retourna ensuite pour faire face aux membres d’Odd Squad.

« Qu’est-il arrivé à Prince exactement ?  Dîtes-le-moi. »

Il y eut un long silence dans la pièce…

« Je suis conscient que, bien que Prince soit remarquablement fort et estime ses amis et l’honneur grandement, il est aussi naïf, un peu idiot, en plus de n’avoir aucun sens de l’orientation », affirma Nan Gong Zui sans discontinuer.

« Tu aurais dû le dire plus tôt ! » Tout le monde lâcha un soupir de soulagement.

« Ainsi, tu étais déjà au courent de la véritable personnalité de Prince ; tu aurais dû nous le dire avant, nous étions à moitié mort d’inquiétude ! » Lolidragon tapota sa poitrine, ne s’étant pas encore remis de sa frayeur.

« Où est Prince exactement ? » s’enquit encore Nan Gong Zui patiemment.

« Il se trouve sur le Continent de l’Est », répondit sans hésitation Ugly Wolf maintenant qu’il n’avait plus besoin de cacher la vérité.

Nan Gong Zui fronça les sourcils avec incompréhension. « Qu’est-ce qu’il fiche là-bas ? »

« C’est le résultat de son manque d’orientation et du fait d’avoir bu. » L’expression de Lolidragon se rembrunit.

« … » Même s’il était déjà conscient de la véritable personnalité de Prince, Nan Gong Zui ne put s’empêcher de rester stupéfait pendant un moment. « Quand va-t-il revenir ? »

« Nous l’ignorons », répondit Lolidragon avec honnêteté.

« Vous ne semblez pas tant vous soucier de Prince », dit Nan Gong Zui doucement, mais l’insatisfaction était évidente dans le ton de sa voix.

« Ce n’est pas qu’on s’en moque, c’est juste qu’on ne veut pas devoir l’emprisonner pour l’instant », répliqua Lolidragon calmement.

Nan Gong Zui lui lança un regard d’incompréhension.

« Tu comprendras quand le moment viendra », ajouta Yu Lian avec un sourire.

Juste à ce moment-là, Gui pénétra dans la pièce. La première phrase à quitter sa bouche fut : « Mauvaise nouvelle. »

Il reçut plusieurs regards noirs en guise de réponse.

« Que s’est-il passé cette fois ? » questionna Lolidragon paresseusement.

« Wicked a dit que Prince allait peut-être devoir retarder son retour », annonça Gui, clairement tourmenté par la nouvelle.

« Mais, qu’est-ce que cet abruti fabrique ? » Une veine saillit sur le front de Lolidragon.

Wicked, qui était entré dans la salle après Gui, fronçait les sourcils. « Il a refusé de le dire, mais ça semblait être d’une grande importance. Il a dit qu’il allait se dépêcher de rentrer dès que possible. »

« Dès que possible ? L’ennemi frappe presque à nos portes, et pourtant notre suzerain est encore en train d’errer sur le Continent de l’Est ? » Lolidragon se leva abruptement. « Non, Wicked, dis-lui qu’il doit prendre le bateau d’ici trois jours, peu importe ce qu’il fabrique. Comment est-ce que nous sommes censés nous battre dans cette guerre quand notre suzerain n’est même pas là ? »

« Je vais transmettre ton message », promit Wicked en hochant la tête, mais après un instant de réflexion, il ajouta : « Par contre, je ne peux pas prévoir ce qu’il va faire. »

« Ce crétin ne peut même pas prédire ses propres actions, alors comment est-ce que tu le pourrais ? » répondit Lolidragon, se massant les tempes. D’un ton las, elle continua : « On ne peut qu’espérer qu’il sera de retour avant que Fan n’atteigne la cité. Après tout, Prince est le cœur de la Cité de l’Infini. »

 

 

« Hahaha ! » Je rigolai pour moi-même, en pensant, Les fragments de la carte ont été un jeu d’enfant à rassembler. Tout ce que j’ai eu à faire a été de répondre à quelques questions données par le prophète du nord dans le marché de produits frais, et ensuite de gagner contre le prophète de l’est dans un jeu de Sic Bo1 dans une maison de jeux, et les trois morceaux de cartes étaient tous à moi. Cette quête est si facile !

« Comment est-ce possible pour quelqu’un de différencier vingt différentes sortes de légumes et dix sortes de poisson les unes des autres ?  Et même d’épeler leurs noms ? » demanda Yun sans y croire. Tous les poissons avaient l’air exactement pareils à ses yeux, et ils avaient tous le même goût.

« Comment est-ce possible pour quelqu’un de gagner dix parties de Sic Bo les unes à la suite des autres ? » Des sueurs froides coulèrent le long du front de Jing. Même avec la chance des idiots, ça ne suffirait pas pour accomplis un tel miracle.

« Kenshin, cette carte est trop difficile à assembler. Aide-moi à placer les morceaux ensemble et passe le tout à Jing », dis-je après avoir essayé en vain pendant un moment de replacer les trois fragments de la carte ensemble, et les jetai à Kenshin pour qu’il s’en occupe.

Et pourtant, cette personne n’arrive même pas à replacer trois morceaux de cartes… songèrent Jing et Yun, fixant du regard leur compagnon avec stupeur. Ce n’est pas un peu trop exagéré ?

Kenshin attrapa les morceaux de la carte et les jeta sur la table. Juste au moment où il s’apprêtait à les replacer…

« Wow, Kenshin, tu les as déjà assemblés. C’était rapide », déclarai-je, fixant du regard la carte complète qui reposait sur la table, et fis signe à Jing d’approcher avec hâte. « Jing, vite, viens voir où c’est. »

« … » Kenshin regarda la carte déjà complète et fronça les sourcils, ne disant rien.

« J’arrive vaguement à dire où c’est », affirma Jing pensivement.

« C’est bon, partons alors. » Mon sourcil se releva à cette réflexion. D’après grand frère Zhuo, il ne me restait que trois jours pour compléter la quête et récupérer Sunshine. Je devais me dépêcher.

« C’est si haut. » Me tenant au pied du Sommet d’Azur, qui était si grand que ses sommets se perdaient dans les nuages, un mauvais pressentiment s’empara de mon cœur… Avec nos habilités, escalader une montagne ne devrait pas être une chose trop difficile à faire. Pas vrai ? Je l’espère…

Je me tournai vers Jing et Yun. « Comme vous n’êtes pas des guerriers, ça pourrait s’avérer plutôt difficile pour vous d’escalader la montagne, alors montez votre camp ici et attendez que Kenshin et moi soyons de retour. »

« Oui, Grand frère. » Jing et Yun acquiescèrent d’un signe de tête.

« Allons-y, Kenshin. » Kenshin aussi hocha la tête, et je soulevai une jambe, prêt à grimper sur cette montagne, mais juste à ce moment-là… Je me retournai soudainement et hélai Yun : « Hé, rends-moi Meatbun. »

La stupeur, la déception, l’angoisse, et la réticente apparurent sur le visage de Yun, et il ravala ses larmes tandis qu’il me rendait Meatbun. « Meatbun-bun, tu dois vite revenir, sinon je vais sérieusement m’ennuyer. »

« Meatbun-bun va vite rentrer.  Ne pleure-pleure pas, Yun-yun. » Les yeux de Meatbun, aussi, étaient remplis de larmes.

L’atmosphère était celle d’un départ douloureux. De cette manière, un humain et un chignon de pain se regardaient mutuellement avec le cœur brisé, comme s’ils étaient un couple forcé d’être séparé. De temps en temps, ils me lançaient même des regards implorants, comme s’ils me suppliaient – moi, le meurtrier sans cœur qui séparait brutalement deux amants – de faire preuve de miséricorde et de les épargner… Va au diable ! Je donnai une claque sur la tête de Yun.

« Allons-y, Meatbun. » Deux veines saillirent sur mon front, tandis que je me retournais et partais.

« Oui, maman. » Meatbun bondit à ma suite, ses yeux remplis de joie, laissant derrière lui un Yun triste, qui continuait de me jeter des regards de rancune.

« Ça y est, commençons à grimper. » Je contemplai le Sommet d’Azur, et ce que je vis ne fut pas les bancs de nuages, mais les visages de mes coéquipiers d’Odd Squad.

 

 

« Dans combien de temps ? » demanda calmement Nan Gong Zui à Kong Kong et Lolidragon.

« Ils seront définitivement là d’ici une demie journée », répondit Kong Kong avec colère.

« Fan a amené environ sept cent personnes.  Les deux tiers de sa force sont constitués de guerriers ; le reste consiste pour la plupart de mages et de prêtres. Ils sont très forts sur la puissance d’attaque. Ça va être difficile », analysa Lolidragon.

Les réflexions de Nan Gong Zui s’arrêtèrent sur le groupe de défense de la Cité de l’Infini, qui contenait environ deux cent guerriers, cinquante archers, cinquante mages, vingt prêtres, et vingt voleurs… et songea que si ce n’était pas du fait que son adversaire était Fan, qu’il détestait plus que tout au monde, lui – Zui – se serait probablement rendu sur-le-champ.

Nan Gong Zui soupira doucement. Quoi qu’il advienne, il devait défendre la Cité de l’Infini pour Prince. Après tout, Les Lames Vertueuses s’étaient trop investies corps et âmes à construire la cité. « White Bird, ici présente, préside la réunion. »

White Bird aussi fronçait légèrement des sourcils. La situation était de mauvais augure, mais, comme on dit, il est facile de défendre une cité mais difficile de mener un siège. Elle croyait que tant qu’ils planifiaient la résistance avec précaution, prendre la Cité de l’Infini ne serait définitivement pas une tâche facile.

« Que tous les groupes fassent le rapport de leur situation. »

« Les portes est, ouest, et sud ont toutes été condamnées, et elles ne peuvent absolument pas être ouvertes. En dehors de la porte nord, la seule autre façon par laquelle les forces de Fan pourraient pénétrer dans la cité serait en escaladant les murs, mais nous avons préparé et placé de l’huile bouillante au-dessus de chacun d’entre eux. Je crains seulement que nous n’ayons pas assez d’huile pour toutes les forces de Fan… » Les sourcils de Gui se froncèrent pendant que ce dernier était plongé dans ses pensées. « Nous n’avons fini les portes que récemment… Soupir, le coût pour rouvrir les trois portes et la reconstruction, quand cette guerre sera terminée, sera à lui seul suffisamment alarmant. »

En contraste avec son caractère habituellement obstiné, Fairsky portait une paire de lunettes fumées et tenait dans sa main droite un parchemin d’information, qui était si long qu’il trainait de tout son long sur le sol. Dans sa main gauche, elle tenait un boulier, et elle analysa méticuleusement : « Par chance, nous avons alloué un montant d’argent adéquat à la construction des fondations de la cité. Les murs de la cité vont assurément tenir le coup. Avec une force de cinq cent, ça prendrait… environ un mois, quinze jours, trois heures et quarante-six minutes pour faire une brèche dans le mur, mais puisqu’il s’agit d’un jeu, je doute sérieusement que qui que ce soit puisse dormir pendant un mois tout entier avec le casque de jeu sur la tête sans que ça n’occasionne de complications. Aussi, les portes de la cité sont extrêmement solides. Même en prenant en considération les attaques magiques, elles peuvent tenir au moins plusieurs jours. »

Yu Lian soupira et se massa les tempes. « Où allons-nous trouver l’argent pour les trois portes !? Soupir, Phoenix, fais-moi le rapport de votre statut. J’ai besoin d’aller me chercher une tasse de thé pour me calmer les nerfs. »

Phoenix s’empressa de parler. « En raison d’un manque sévère du nombre de nos archers, chaque guerrier-soldat a été équipé d’un arc de niveau moyen et de flèches. Même si leurs dommages ne seront rien comparés à ceux de véritables archers, ils devraient pouvoir compenser avec leur force, et mutiler ou tuer l’ennemi depuis le sommet des murs de la cité… malgré le fait que ça augmente la charge du Ministère des Finances. » Phoenix aussi se sentit faillir quand elle termina son rapport.

« Qu’en est-il des munitions et des vivres ? » s’enquit pensivement White Bird. Quel que soit l’état de leurs finances, ils étaient obligés d’acquérir des vivres et des munitions. Sans même ce strict minimum, ils n’auraient aucune chance de remporter la bataille en étant autant en sous-effectif.

« Nous avons suivi la liste donnée par le Ministère de la Défense et avons effectué les achats nécessaires. » Lorsqu’elles avaient d’abord reçu la liste – qui était aussi longue et horrifiante que le tissu employé pour bander les pieds des vieilles femmes durant la Chine Antique – Phoenix et Yu Lian avaient manqué de se serrer l’une contre l’autre et de se lamenter. Cependant, elles avaient été forcées par la sévérité de la réalité (ou plutôt par le règne autoritaire de White Bird) et n’avaient pu qu’obliger Lolidragon à sortir pour escroquer plus de gens encore une fois…

« Et pour les mages ? »

Sur un ton doux mais ferme, Rose annonça : « J’ai déjà fait savoir aux mages que leurs tâches principales sont de maintenir la barrière défensive ainsi que d’empêcher les mages de Fan de détruire les portes de la cité, mais je crois que nous n’avons pas assez de mages comparé aux forces de Fan. Toutefois, je peux garantir que tous nos mages sont de premier ordre. »

« Même s’ils sont obligés de boire des potions de mana comme si c’était de l’eau, ils doivent tenir le coup », déclara White Bird férocement.

Rose et Phoenix soupirèrent toutes les deux, mais répondirent tout de même : « Bien reçu. »

« Ministère des Affaires Étrangères, est-ce qu’on a des renforts ? » questionna White Bird, même si elle savait qu’il ne fallait pas espérer d’aide de ce côté.

Heartless Wind secoua la tête avec un soupir pendant qu’il s’éventait. « Ce n’est pas si facile de trouver des renforts. Présentement, la Cité de l’Infini n’a rien à offrir, alors combien de personnes seraient d’accord pour nous venir en aide ? »

Une veine saillit sur le front de Lolidragon. « Crétin, tu n’as fait que t’amuser à l’extérieur de la cité pendant que j’étais envoyée en travaux forcés par le Ministère des Finances ? Tu n’as même pas pu trouver une seule personne pour venir en renfort ? »

Heartless Wind répondit froidement : « En travaux forcés ? Je dirais plutôt que tu es allée tromper les gens en te comportant comme esprit du renard2 ! »

« Toi ! » Juste au moment où Lolidragon s’apprêtait à foncer sur Heartless Wind, Ugly Wolf l’attrapa par le collet afin qu’elle soit incapable d’étrangler Heartless Wind à mort.

L’expression glaciale d’Heartless Wind se mit à dégeler, tandis qu’il souriait légèrement. « Je n’ai pas déniché beaucoup de personnes comme renfort, juste cent vingt guerriers, trente mages, et une poignée de prêtres ! » C’est dommage que soeurette ait refusé de nous aider ; sinon j’aurais assurément reçu l’aide d’un autre beau-frère. C’est une sœur si égoïste pour refuser d’aider à défendre une cité.

La bouche de Lolidragon prit sur-le-champ la forme d’un « O ». Elle leva un doigt tremblotant devant Heartless Wind et articula : « Tu… tu… Où est-ce que tu as bien pu trouver autant de joueurs ? »

Heartless Wind se frotta le nez et admit ensuite : « Mes parents jouent aussi à ce jeu, en plus ma mère est une écrivaine, alors elle a invoqué ses lecteurs loyaux pour nous donner un coup de main. »

« Espèce de sale paresseux », répliqua Lolidragon avec dédain.

« Toi… »

« Comment la pose des pièges s’est-elle déroulée ? » White Bird ignora le duo qui se querellait et se tourna pour poser la question à Kong Kong le voleur.

Kong Kong acquiesça d’un signe de tête et dit : « J’ai déjà rassemblé tous les voleurs à l’avance et nous avons posé un nombre incalculable de pièges autour de la Cité de l’Infini, ne laissant que quelques routes étroites pour passer. Pff, si ce playboy de Fan ose s’approcher de la Cité de l’Infini, je vous garantis qu’il va se faire soit exploser en morceaux ou enterrer vivant. »

« Ensuite vient le groupe le plus important : le Ministère de la Défense », annonça White Bird comme elle se tournait pour regarder Nan Gong Zui, Wicked, Broken Sword, et Ugly Wolf.

« Les Lames Vertueuses s’entraînent depuis que nous sommes arrivés à la Cité de l’Infini. Malgré le fait que les membres qui nous ont rejoints plus tard ne sont pas aussi habiles et aussi unis que les membres du groupe à l’origine, ils se sont considérablement améliorés ce dernier mois. Leur niveau moyen tourne autour de cinquante, ce qui est très bon », rapporta consciencieusement Nan Gong Zui.

Ugly Wolf dit avec confiance : « J’ai placé les hommes en plus qu’Heartless Wind a recrutés au sommet des portes nord. Même si les portes sont défoncées, ces cent joueurs peuvent tenir jusqu’à-ce que d’autres viennent en renforts. Les joueurs restants vont être positionnés aux murs de la cité et les défendront en se servant de la magie et d’attaques de longues portées, ralentissant ainsi la progression de l’ennemi. Ensemble avec les cinquante joueurs forts sélectionnés, Odd Squad et Dark Emperor défendront la tour centrale. »

Broken Sword regarda Legolas, et ce dernier hocha la tête. « Legolas et moi nous sommes déjà assurés que les guerriers ont appris les habiletés de base en tir à l’arc. Bien que leur précision et leur force ne puissent pas se comparer à celles de vrais archers, ils n’auront aucun problème à tendre un arc et à lancer des flèches. »

« J’ai déjà divisé les joueurs en petites équipes, en prenant en considération s’ils travaillent bien ensemble ainsi que d’autres facteurs. Je crois que ça va s’avérer utile pendant la mêlée », rapporta Wicked avec une expression sérieuse au sujet de ses progrès.

Voyant que tous les Ministères avaient fini leurs rapports, White Bird commença à expliquer la stratégie pour la bataille à venir. « En premier lieu, je veux vous dire que durant la bataille, le point de renaissance de la Cité de l’Infini va être fermé afin d’empêcher l’ennemi de renaître à l’intérieur de nos murs, ce qui s’avérerait très dangereux pour nous. Même si fermer notre point de renaissance va aussi empêcher nos joueurs de revenir, c’est une mesure nécessaire. Est-ce que tout le monde comprend ? »

Tous les gens présents acquiescèrent d’un signe de tête.

White Bird poursuivit son explication. « Il y a une autre chose que tout le monde doit prendre en note : Nous sommes les défenseurs, alors notre devoir le plus important est de défendre le cœur de notre cité. Quoi qu’il arrive, nous devons protéger la tour centrale et le cristal de la Cité de l’Infini, puisque dès qu’il serait brisé la Cité de l’Infini ne nous appartiendrait plus. Je pense que tout le monde comprend la sévérité de la chose, alors nous devons défendre le cristal jusqu’à la mort. »

(Note de l’auteure : Toutes les cités détenues par des joueurs vont avoir une tour centrale. À l’intérieur, on y trouve le cristal de la cité. Habituellement, on ne peut pénétrer dans la tour centrale, mais durant un siège les joueurs peuvent détruire le cristal par la force. Quiconque brise le cristal obtient la cité et en devient le suzerain, et le souverain ou la souveraine d’origine va perdre le contrôle de la cité.)

« Défendons le cristal jusqu’à la mort ! » hurla tout le monde.

Finalement, White Bird ne put résister à l’envie de soulever une question que Zui lui avait interdite de poser. « Est-ce que le suzerain revient bientôt ? »

Tout le monde regarda les membres d’Odd Squad, qui se tournèrent en même temps vers Wicked. Wicked déclara simplement : « Je ne sais pas. »

La voix de White Bird était remplie de frustration réprimée comme elle disait : « C’est une chose que le suzerain ne montre pas son visage pendant un mois tout entier, mais d’être absent quand quelqu’un assiège la cité ? N’est-ce pas un peu exagéré ? »

« Prince sera de retour bientôt, définitivement. » Lolidragon lança un regard ferme à White Bird.

White Bird aussi fixa Lolidragon fermement. « Espérons-le. »

Espérons-le… Bien que le regard de Lolidragon ne vacillât pas, son dos s’était couvert de sueur. Puisse le ciel veiller sur Prince afin qu’il ne se perde pas à nouveau !

 

 

« Il doit bien y avoir environ mille joueurs dans cette foule. » Même la calme et sans peur Madame White Bird ne put se retenir de blêmir à la vue de la force d’une largeur inquiétante, soigneusement placée en rangs, habillée ainsi qu’armée avec de l’équipement de qualité supérieure et des armes qui scintillaient sous le soleil. En addition, il y avait une gigantesque catapulte et près de dix échelles… Si le choc était encore plus grand, elle aurait probablement sauté du haut de la muraille de la cité sur-le-champ.

Leurs visages étaient tous blêmes, mais Nan Gong Zui dit calmement : « Nous devons tenir bon. Je n’ai pas envie de décevoir Prince. »

Wicked leva les sourcils. « Je ne laisserai pas la déception apparaître dans ses yeux. »

« Un air de déception ne sied pas à Prince », affirma froidement Gui.

Nan Gong Zui marcha jusqu’à un endroit où tout le monde pouvait le voir et dégaina brusquement son épée. Le résonnement du métal froid calma les défenseurs agités. Après les avoir examiné une fois avec ses yeux, Nan Gong Zui rugit avec emphase : « Pour notre Cité de l’Infini, nous nous battrons jusqu’à la mort ! »

« JUSQU’À LA MORT ! » hurlèrent les guerriers, en écho à ses paroles.

Nan Gong Zui fixa Fan du regard, qui le regardait également fixement au loin, et murmura : « Ça y est, Fan. Finissons-en. »

« Archers, tendez vos arcs et attendez le signal derrière les meurtrières. Préparez-vous pour la première volée de flèches », ordonna Legolas, qui commandait aux archers.

« Guerriers, placez les chaudrons d’huiles et ensuite attaquez en premier avec vos arcs ! Dès que quelqu’un commence à escalader les murs, versez l’huile bouillante sur eux immédiatement. Aussi, assurez-vous de protéger les archers et les mages également », commanda Wicked rapidement et posément.

« Mages, installez la barrière ! » Yu Lian et les autres prirent immédiatement leurs positions derrière les murs de la cité, combinant leur pouvoir pour lancer une barrière de protection suffisamment large pour envelopper la Cité de l’Infini toute entière.

La bataille était sur le point de commencer !

« Prince, je te ferai descendre de ta position de suzerain de la Cité de l’Infini. » Même si Fan continuait de sourire doucement, ceux qui le connaissaient bien pouvaient dire qu’il y avait une lueur glaciale et une soif profonde de vengeance qui brûlaient dans ses yeux.

« Que tous les hommes se préparent à attaquer. La Cité de l’Infini sera nôtre ! » ordonna Fan, tel un général céleste menant ses soldats immortels à la bataille, tandis que ses forces avançaient vers la Cité de l’Infini.

« Vite, dépêchez-vous ! Versez l’huile bouillante pour les empêcher de grimper », cria frénétiquement Wicked comme il se déplaçait parmi les défenseurs. « Yu Lian, dépêche-toi de demander aux mages de nous aider à détruire les échelles. »

Yu Lian s’empressa de répondre : « D’accord. Phoenix, reste ici et prends les commandes de ceux maintenant la barrière. Équipe 1, et toi, Ming Huang, suivez-moi. »

« Bordel, la différence en nombres est simplement trop grande. » Dire que Fan possédait autant de soldats doués pour démanteler les pièges ; ces pièges ont été mis en place pour rien, songea Nan Gong Zui, jurant silencieusement dans sa tête tandis qu’il observait la horde densément bondée de joueurs ennemis – telle une colonie de fourmis – attaquant les murailles de la cité. Il ne put que réprimer avec force la panique grandissante dans sa poitrine et demander à tous, sur un ton ferme, de rester calme ; et il lança désespérément une flèche après l’autre, espérant qu’il pourrait tuer quelques joueurs ennemis de plus… Occasionnellement, il levait la tête et regardait au loin comme s’il pouvoir apercevoir le visage de Fan : impassible sauf pour la trace d’un sourire qui semblait vouloir dire que la cité lui appartenait déjà.

« Zui, ils sont sur le point de défoncer les portes de la cité », annonça Ugly Wolf, luttant contre la panique.

« Quoi !? » s’exclama Nan Gong Zui. « Les mages ne s’étaient-ils pas débarrassés des ennemis devant les portes ? »

« Oui. Mais, peut-être que c’est parce que l’ennemi possède trop de mages… Je ne comprends pas pourquoi les portes ont été détruites aussi vite moi non plus ; sans doute que Gui et Fairsky ont mal fait leur estimation ? » Ugly Wolf fronça les sourcils. « Dans tous les cas, nous devrions rediriger quelques joueurs pour qu’ils aillent défendre les portes de la cité tout de suite. »

« Les défenseurs ont déjà des problèmes à repousser les joueurs qui escaladent les murs. On ne peut pas rediriger qui que ce soit pour garder les portes », répondit Nan Gong Zui, en paniquant intérieurement. Ou devraient-ils envoyer ceux qui défendent la tour centrale pour protéger les portes à la place ? Cependant, non, la tour centrale était simplement trop importante. Il leur était impossible de diminuer le nombre de joueurs la gardant… mais ce serait aussi un désastre si l’ennemi passait les portes de la cité.

Ugly Wolf le regarda avec empathie tandis que l’expression de Nan Gong Zui devenait de plus en plus troublée. Après tout, lui non plus n’était pas parvenu à trouver une solution, ce qui était la raison pour laquelle il était venu poser la question à Zui, espérant qu’un miracle surviendrait, et que celui-ci arriverait à trouver une solution. « Zui… est-ce qu’il y a un moyen ? »

« … » Nan Gong Zui contempla le ciel, et ne put retenir un soupir. « Si j’avais encore un autre mois ou le double des fonds, les forces et la défense de la Cité de l’Infini ne se trouveraient pas dans un état aussi désolant. »

Ugly Wolf gratta la fourrure sur sa tête en entendant ça. « Avec un peu de chance, cet idiot de Prince va se dépêcher de rentrer à temps. »

Nan Gong Zui sourit amèrement. « Même si Prince revient, nous n’aurons qu’un seul autre défenseur. Quelle différence est-ce que ça ferait ? »

« Je ne sais pas », répondit Ugly Wolf en se grattant le visage. « Mais… Prince en lui-même est synonyme de miracle. »

Nan Gong Zui fronça les sourcils avec incompréhension et jeta à Ugly Wolf un regard interrogateur.

Ugly Wolf sourit. « N’as-tu pas rejoint la Cité de l’Infini à cause des miracles de Prince toi aussi ? »

Nan Gong Zui sourit tandis qu’il secouait la tête. « Soupir, on ne peut espérer de miracle cette fois. »

Wicked s’approcha d’eux d’un côté, et il semblait étrangement calme au milieu du chaos de la guerre. « Nous sommes à court d’huile, nous sommes en train de perdre les murs de la cité, et les portes ont presque complètement été envahies. Je suggère que nous battions en retraite et que nous défendions la tour centrale. »

Wicked et Ugly Wolf regardèrent tous les deux Nan Gong Zui d’un air interrogateur.

Le cœur lourd, Nan Gong Zui ordonna : « Que toutes les troupes se replient à la tour centrale ! »

En recevant l’ordre, toutes les équipes commencèrent avec réticence à se frayer un chemin jusqu’à la tour centrale. À ce stade, les bénéfices de s’être entraînés en plus petits groupes devinrent clairement visibles tandis que les membres des équipes assumaient avec aisance leurs rôles respectifs dans l’équipe. Blindés et protégés par les guerriers, les archers et les mages continuèrent d’attaquer l’ennemi en même temps qu’ils battaient en retraite, et parvinrent même à tuer un grand nombre de joueurs ennemis. En plus, les équipes pouvaient se couvrir les uns les autres et apporter leur soutien à d’autres équipes qui éprouvaient des difficultés. De cette manière, les soldats de la Cité de l’Infini combattirent et se replièrent jusqu’à la place devant la tour centrale, se dressant contre ces joueurs ennemis qui étaient venus s’emparer de la Cité de l’Infini.

« Archers, lancez une nouvelle salve ! » Nan Gong Zui avait déjà perdu le compte du nombre de fois qu’il avait donné l’ordre de faire feu. Les trainées de lumières dans le ciel ressemblaient presque à des feux d’artifice, et pourtant le nombre de joueurs ennemis ne semblaient pas diminuer du tout. Mille soldats ? J’ai bien peur que ce ne soit plus que ça, pensa-t-il, inquiet.

« Tu devrais simplement te rendre, Nan Gong Zui. Si tu le fais, je vais peut-être considérer l’idée de te donner un poste mineur. » Le sourire bienveillant sur le visage de Fan laissait poindre sa rage.

« Hmph ! » Nan Gong Zui ne fit que ricaner. Même si les troupes de Fan étaient plus nombreuses que celles de la Cité de l’Infini, il restait l’envahisseur. Tous ces chaudrons d’huile bouillante lui avaient définitivement coûté un nombre incalculable d’hommes. D’ailleurs, les membres des Lames Vertueuses avaient tous reçu un entraînement considérable pour les combats à grande échelle, alors la situation n’était pas nécessairement en faveur de Fan. À cette pensée, Nan Gong Zui reprit le moral.

« Ainsi, tu as choisi d’y aller à la dur », déclara froidement Fan. « Tue-le ! »

Juste au moment où il commençait à avoir des soupçons, Nan Gong Zui se fit brusquement envoyer rouler au sol. Son épaule devint engourdie pendant un instant, puis brûla de douleur. Il regarda par-dessus son épaule et vit que la personne qui l’avait poussé était Lolidragon, tandis que Madame White Bird regardait Phoenix avec incrédulité et panique. Nan Gong Zui soupira. « Phoenix, tu… »

« Phoenix, qu’est-ce que tu fabriques ? » demanda White Bird, en fixant du regard sa sœur avec incrédulité. Phoenix a essayé de tuer Nan Gong Zui ? Et elle a clairement écouté l’ordre de Fan ; n’avait-elle pas transféré son affection à Prince ?

« Je… » Bien qu’elle eût paniqué en voyant que Nan Gong Zui était toujours en vie, elle reprit courage en jetant un regard à Fan et, encore une fois, elle lança un éclair de magie à Nan Gong Zui

« Est-ce que tu me prends pour une morte ? » Lolidragon envoya calmement valser Phoenix d’un coup de pied, et épingla ensuite cette dernière au sol.

Nan Gong Zui se remit sur ses pieds sans un mot, son cœur saisi de froideur. Il avait toujours sincèrement traité Phoenix comme sa sœur, pardonnant ses erreurs à chaque fois, la protégeant, s’inquiétant qu’elle se sentirait coupable, qu’elle se sentirait bouleversée… et voilà pourtant le résultat.

« Zui… » White Bird regarda avec culpabilité le Nan Gong Zui démoralisé, et ensuite sa sœur, dont le visage était presque enfoncé dans le sol. Elle ne put que soupirer encore une fois. Pourquoi sa sœur devait-elle toujours choisir de tout sacrifier pour son amour ? Dire qu’elle était même allée jusqu’à devenir un espion…

« Tu as saboté les portes de la cité, n’est-ce pas ? » Même si ça avait été énoncé comme une question, le ton de Gui était celui de la certitude. Il savait qu’il ne pouvait pas y avoir eu d’erreurs dans ses calculs, alors quelqu’un devait les avoir sabotées ; sinon, elles n’auraient pas été défoncées aussi vite.

En entendant la question de Gui, tout ceux présents se retournèrent dans une soudaine réalisation et regardèrent Phoenix avec angoisse, et cette dernière enfonça son visage encore plus profondément dans le sol.

Tout le monde avait travaillé dur, mettant tous leurs efforts à défendre la cité, et pourtant il y avait un espion, et c’était en fait quelqu’un qu’ils connaissaient bien. À cette pensée, les défenseurs de la Cité de l’Infini devinrent démoralisés. Fan saisit l’opportunité et commença l’attaque. La défense de la Cité de l’Infini semblait être dans une situation critique, tandis que des fissures apparaissaient dans la défense entourant la tour centrale. Nan Gong Zui et son équipe avaient particulièrement peu le moral, en proie à la culpabilité et l’incertitude…

Contraire à son habitude, Fan mena la charge, et les défenseurs de la Cité de l’Infini étaient en vérité si démoralisés que l’ennemi parvint à charger jusqu’à Zui.

« Nan Gong Zui, en fin de compte, tu as perdu », affirma Fan avec légèreté, un sourire satisfait sur son visage.

Nan Gong Zui regarda sombrement Fan et dit d’une voix rauque : « Je peux encaisser n’importe quelle revanche que tu m’envoies ; laisse simplement Phoenix tranquille ! »

Fan éclata d’un rire maniaque. « Laisser Phoenix tranquille ? Hahaha, elle ne veut pas que je la laisse tranquille ! Quant à toi, Nan Gong Zui, je vais définitivement… »

« Ouaahhh ! Qui que soit ceux en bas, faîtes de la place ! » Un cri pitoyable venu d’en haut put soudainement être entendu. Pourquoi est-ce que la voix avait l’air plutôt familière ?

 

 

VLAN !
Bordel, si j’avais su, je ne me serais pas levé comme il me plaisait. Alors quand ils te disent de « t’asseoir sur un avion3 », tu devrais vraiment t’asseoir et pas « te mettre debout sur un avion » ; c’est la même chose pour les tapis volants ! J’ai envie de pleurer ; tout mon corps donne l’impression d’être sur le point de se briser… Je levai les yeux vers le ciel pour regarder les personnes assises sur le tapis volant. Kenshin et Sunshine buvaient machinalement leur thé, pendant que Jing et Yun me fixaient stupidement, moi qui étais tombé du haut de l’avion… Je veux dire, du haut du tapis.

Oh, en passant, je devrais mentionner le fait qu’un objet unique arabe tel qu’un tapis volant est visiblement un trésor appartenant à Sunshine. C’est grâce à ce tapis que j’ai pu revenir si vite à la Cité de l’Infini.

Tout mon corps me faisait souffrir alors que je me levais lentement, seulement pour voir que tout le monde dans la Cité de l’infini me fixait du regard. J’articulai lentement : « Fiou, c’est une bonne chose que le sol soit aussi mou ; j’ai presque failli mourir de ma chute. »

Tout le monde me fixa d’un air ébahi, puis tourna leur regard vers mes pieds. Après un instant de confusion, moi aussi, je regardai mes pieds… Oh, alors j’ai écrasé un amortisseur humain. Cet amortisseur humain n’a-t-il pas l’air plutôt familier ? J’attrapai la tête de l’amortisseur humain par les cheveux et la tirai en arrière afin de voir son visage. Fan ? Pensai-je, me grattant la tête. Alors, c’est lui. Fiou, ma conscience peut finalement s’apaiser dans ce cas. Écraser ce genre de personne ne vaut pas la peine de s’agoniser.

« Prince ! » grogna Fan, en me fusillant du regard pendant qu’il crachait du sang.

« C’est encore toi ! » m’exclamai-je rapidement. « J’en ai marre de ce dialogue d’ouverture ; tu ne pourrais pas la changer pour autre chose ? »

« Ne me regarde pas comme ça. Ce n’est pas comme si je savais pourquoi je fais toujours de ta vie un véritable enfer. Peut-être que c’est notre destin ? » Je penchai la tête sur un côté, en pensant, C’est moi ou est-ce que je finis toujours par soumettre Fan ? Sans doute que c’est parce qu’il s’appelle « riz4 », alors il est destiné à être cuisiné par moi ?  « Oh maintenant que j’y pense, qu’est-ce que tu fiches à la Cité de l’Infini de toute manière ? Pour faire du tourisme ? La cité est déjà ouverte au public ? » m’enquis-je avec incertitude.

« … » Tout le monde continua à me fier du regard sans un mot.

Lolidragon leva les yeux au ciel et s’écria avec irritation : « Il est venu pour attaquer la cité ! »

« Notre abruti de suzerain a enfin trouvé son chemin jusqu’à la maison », cria machinalement Ming Huang, qui ne disait d’habitude jamais rien d’utile.

« Ohhh ! » Mes yeux se plissèrent. Il a osé attaquer notre cité ? Quel culot ! Je donnai immédiatement un coup de poing à Fan et l’envoyai valser. Voyant qu’il était sur le point de mettre la main dans son sac pour attraper une potion de soin, je levai immédiatement les sourcils et procédai ensuite à lui écraser le dos de la main avec un de mes pieds.

« Espèce de lâche ; combats-moi à un-contre-un si t’en as les couilles ! » hurla désespérément Fan, en voyant qu’il pourrait se faire tuer à n’importe quel moment.

Je lui jetai un sourire sanguinaire et dis nonchalamment : « À un-contre-un ? Pas de problème, attends juste que je me sois débarrassé de tes amis. »

Je contemplai les forces de Fan et me rappelai soudainement de ce que grand frère Zhuo m’avait dit au téléphone, à propos du fait que Lolidragon voulait que j’affiche la façade de l’Elfe Sanguinaire quand je rentrerais… Soupir ! Je n’aime pas trop l’idée, mais quand ai-je jamais été capable de désobéir à Lolidragon ? Je me suis résigné à mon sort… Alors, je dégainai mon Dao Noir et fit légèrement courir ma langue sur la lame, sans oublier de sourire faiblement. « Tellement de personnes que je vais pouvoir tuer, c’est génial ! »

J’observai l’ennemi avec satisfaction, et je m’aperçus que les yeux de certains d’entre eux s’étaient écarquillés, pendant que d’autres déglutissaient… Hé, toi, là-bas, est-ce que c’est vraiment nécessaire de mouiller ton pantalon ? Je suis vraiment si terrifiant ? Je n’ai que vingt ans et n’en suis qu’à la fleur de ma jeunesse, sans oublier le fait que je suis adorable et charmant…

« Prince, l’atmosphère, ici, de notre côté – parmi les défenseurs de la Cité de l’Infini – n’est pas très bonne. Tu devrais d’abord faire quelque chose pour y remédier », me dit soudain Lolidragon à travers un message privé, interrompant mon instant de narcissisme. Puisqu’elle n’utilisait que rarement un ton si sérieux, quelque chose de grave devait s’être produit.

« Que s’est-il passé ? »

« Phoenix n’est pas réellement tombée amoureuse de toi, elle n’a fait que prétendre que c’était le cas. Son but était de servir d’espionne au sein de la Cité de l’Infini. Elle a saboté les portes de la cité et a presque tué Nan Gong Zui », annonça gravement Lolidragon. « Prince, si tu le peux, essaie de casser un peu plus la figure de Fan pour le rendre moche. Peut-être que, de cette façon, Phoenix va réellement pouvoir transférer son affection vers toi. »

Je fus pris de sueurs froides. Phoenix… ta veine avec le sexe opposé est à peu près aussi bonne que la mienne ; de toutes les personnes pour lesquelles tu pouvais tomber amoureuse, il fallait que ce soit ou un ignoble playboy ou moi, une travestie ? Tout de même, comme je l’avais déjà dit, il n’y avait simplement aucune chance pour que je puisse désobéir aux ordres de Lolidragon.

Je regardai Nan Gong Zui. Comme je m’y attendais, il avait l’air d’avoir perdu toute envie de vivre, ce qui m’énerva sérieusement. J’écrasai les deux mains de Fan quelques fois de plus afin de l’empêcher de secrètement boire une de ses potions de santé, et marchai directement jusqu’à Nan Gong Zui et, ignorant les regards stupéfaits sur le visage de tout le monde, je lui donnai un coup de poing. Complètement pris au dépourvu, Nan Gong Zui frappa durement le sol et me fixa d’un air ahuri.

Je levai un sourcil. « Je vais régler l’affaire avec ta sœur plus tard, alors aide-moi simplement à tuer ces gars et à passer notre colère ensemble pour commencer ! »

Nan Gong Zui se remit sur ses pieds avec un sourire forcé, songeant, Que peut faire Prince quand il s’agit des sentiments d’une personne ? Toutefois, il était plus qu’heureux de pouvoir passer sa colère en tuant les soldats de Fan. « Très bien. »

« Hé, vous, là-haut, est-ce que vous avez fini votre thé ? Vous comptez descendre bientôt ? Le combat est sur le point de commencer ! » affirmai-je avec nonchalance.

Le tapis magique descendit progressivement. Sunshine, Jing et Yun se replièrent jusqu’à l’arrière, pendant que Kenshin, Zui, Broken Sword, Wicked, et moi, étant des guerriers, nous tenions côte à côte à l’avant. Avec un sourire, je déclarai : « Que la partie commence ! »

 

Notes de bas de page

1 Sic Bo : Un jeu de hasard dont l’origine remonte à la Chine Antique. Essentiellement, vous roulez trois dés et ensuite vous pariez sur le résultat final. Il y a un certain nombre de paris que vous pouvez placer, mais les deux paris les plus communs sont « supérieur » (que la somme du dé est plus grande que dix et moins grande que dix-huit) et « inférieur » (que la somme du dé est plus grande que trois et moins grande que onze). Voir Wikipedia pour plus d’information.

 
2 L’esprit d’un renard : Alors que les esprits des renards apparaissent effectivement dans un certain nombre de mythologies de l’orient, les esprits du renard de la mythologie chinoise sont plutôt uniques. D’abord, ils adoptent souvent une apparence humaine : pour être plus précis, ils apparaissent souvent comme de magnifiques jeunes femmes et, occasionnellement, comme de magnifiques jeunes hommes. Dans plusieurs mythes, les esprits des renards utilisent leur belle apparence pour séduire ou ensorceler des humains. C’est possiblement un facteur contribuant à l’impression selon laquelle les esprits du renard (dans la mythologie chinoise) sont souvent diaboliques et sans scrupules. Voir Wikipedia pour plus d’information.

 
3 S’asseoir sur un avion : Juste pour clarifier, c’est la façon chinoise de dire « prendre l’avion ». On ne fait pas référence à l’action de s’asseoir sur un avion, mais à celle de prendre l’avion comme mode de transport.

 
4 Il s’appelle « riz » : Non, le nom de Fan ne veut pas dire « riz », c’est juste que « riz » se prononce aussi « fan » en chinois.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *