Romance RPG : Partie 13

posted in: Romance RPG | 0

Romance RPG

Roman d’Origine en chinois par Yu Wo (御 我)


Part Thirteen – traduit du chinois à l’anglais par Lucathia[PR!]
Partie Treize – traduit de l’anglais vers le français par AkaiiRia
+ Travail de vérification par Nocta

Édouard venait de terminer de regarder le duc prendre congé, et il se retournait afin de présenter des excuses à Meng pour l’avoir négligée, quand il l’entendit annoncer qu’elle allait partir. Il fut pris de court et ne put que répondre : « Dans ce cas, je vais vous raccompagner aux portes du palais. »

« Merci. Sinon, je ne serais probablement pas en mesure de partir »,  remercia Meng tandis qu’elle souriait faiblement.

Elle suivit son Altesse, le Prince, tout le long du chemin, marchant à travers de longs couloirs et d’innombrables salles. En cours de route, de nombreux serviteurs et fonctionnaires saluèrent le prince. Édouard maintint une attitude gracieuse tout le long, menant Meng jusqu’aux portes du palais. Il ne leur restait à parcourir qu’un grand jardin avant d’atteindre l’entrée principale que Meng n’avait pas été autorisée à passer plus tôt. Seulement à ce moment-là, Édouard lui adressa-t-il un sourire d’excuse et lui dit : « Je dois m’excuser, je ne peux vous accompagner que jusqu’ici. Toutefois, vous pouvez vous détendre. Les sentinelles aux portes ont déjà vu que je vous accompagnais. Ils vont ouvrir les portes pour vous laisser sortir. »

« C’est bon. Je vous remercie. »

Meng n’ajouta rien d’autre. Tant qu’elle pouvait s’en aller, c’était suffisant. Après qu’elle eut fait ses adieux, elle marcha ouvertement jusqu’aux portes, et les deux gardes qui se trouvaient de chaque côté du portail ouvrirent effectivement les portes pour elle. Seulement après que Meng eut franchi les portes, et que celles-ci se furent refermées derrière elle,  poussa-t-elle un soupir de soulagement. Elle se sentait complètement épuisée.

« Pourquoi est-ce que tu es partie aussi vite ? Tu aurais au moins pu demander à Édouard la chance de le rencontrer à nouveau. Pourquoi ne pas l’avoir invité à prendre le thé ou autre chose ? » commença à la réprimander l’Épée-Fantôme.

Meng baissa la tête, le regard un peu sombre. « Je suis incompatible avec un endroit comme celui-ci. Tu ne pouvais pas voir que les gens là-bas me fixaient avec dédain ? »

En voyant à quel point Meng était découragée, l’Épée-Fantôme commença sur-le-champ à la gronder bruyamment : « Qui s’en soucie ? C’est seulement parce que tu ne t’étais pas bien habillée aujourd’hui. À partir de ce moment, avec moi à tes côtés, je jure que huit personnes sur dix vont tomber amoureuses de toi en te voyant ! »

Meng cligna des yeux, la commissure de ses lèvres se soulevant légèrement. « Ce n’était pas cinq ? »

L’Épée-Fantôme s’écria avec indignation : « Hmph ! Cette jeune fille qui ressemble à un paon gâté m’a rendu furieux. Au début, je pensais qu’elle était un chef-d’œuvre, mais son maintien a été terrible. Elle a gaspillé mon évaluation favorable ! J’ai pris ma décision. Je vais faire de toi un meilleur chef-d’œuvre qu’elle. Tu dois vaincre cette femme ! »

En entendant l’Épée-Fantôme proférer ces belles paroles avec une telle assurance, le courage emplit soudainement le cœur de Meng à ras bord. Elle afficha une expression déterminée. « Okay ! Je vais définitivement devenir belle et la vaincre ! »

Ils hurlèrent tous les deux des encouragements à l’unisson. « Nous allons la vaincre ! »

« C’est encore vous deux ! Faire du raffut est interdit devant les portes du palais ! » crièrent les deux soldats.

 

 

Dring, dring…

« Aaah… »

Lin Jian Yin se couvrit les oreilles et se roula en boule, avec l’intention de se rendormir. Cependant, la sonnerie qui le dérangeait dans son rêve continuait à retentir. Il tendit la main et chercha à tâtons. Enfin, il trouva la source du bruit sur le canapé derrière lui. Après avoir appuyé sur le bouton pour recevoir l’appel, Lin Jian Yin porta automatiquement le téléphone à son oreille.

Un flot de mots jaillit du téléphone cellulaire. « Lin Jian Yin, veux-tu bien me dire ce que tu peux fabriquer en ce moment ? J’ai cherché à te contacter toute la matinée. »

« Xue Chen ? » À moitié endormi, Lin Jian Yin reconnu la voix de son meilleur ami et bailla largement. Il répondit paresseusement : « Pourquoi est-ce que tu cherchais à me contacter ? »

« Pourquoi je cherchais à te contacter ? » Bai Xue Chen était exaspéré tandis qu’il le questionnait : « As-tu oublié ta propre suggestion de venir chez moi pour un barbecue ce dimanche ? Tu avais même dit que tu t’occuperais des ingrédients et que je n’aurais qu’à fournir l’emplacement ! »

Lin Jian Yin regarda l’horloge sur le mur d’un air endormi. Sans hâte, il déclara : « Il est seulement midi. Le barbecue n’est pas avant ce soir. »

« M. le Gars Riche et Gâté Pourri, la viande pour le barbecue doit être marinée, les légumes doivent être coupés, et la soupe doit être mijotée. Ne me dis pas que tu t’imaginais que la soupe pourrait être rôtie ? Tu ferais mieux de te dépêcher de sortir de ta maison dès maintenant, d’aller acheter les ingrédients sur la liste de courses que je t’ai donnée la dernière fois, et de les emmener chez moi. »

« J’ai compris », répondit paresseusement Lin Jian Yin.

Il appuya sur le bouton « Raccrocher » et se leva lentement. Il alla à la salle de bain et se rafraîchit. Il venait de terminer de prendre sa douche, et se séchait les cheveux avec une serviette tout en sortant, quand il remarqua que la télévision était encore allumée. L’image de l’écran s’était arrêtée devant les portes du palais ; cependant, ni Meng avec sa coiffure de vieille dame ni Lin Jian Yin lui-même sous la forme d’une épée n’étaient présents.

En même temps que Lin Jian Yin éteignait le téléviseur, il se dit, Je m’en vais à un barbecue ce soir. Je ne serai probablement pas en mesure de jouer.

Il enfila une chemise blanche coûteuse et une paire de jeans. Comme touche finale, il revêtit des articles de déguisement, qui étaient essentiels quand il sortait : une paire de lunettes de soleil argentée et un bonnet en laine. Il regarda son reflet dans le miroir. Personne ne devrait être capable de dire que je suis Lin Jian Yin, je crois ?

Ayant terminé ses préparatifs, il partit et conduisit sa voiture jusqu’à un supermarché à proximité. Quand il s’aperçut que la plupart des gens à l’intérieur étaient des femmes au foyer, et que certaines avaient même apporté leurs enfants avec eux, pendant que d’autres le pointaient même du doigt et chuchotaient autour de lui, Lin Jian Yin eut brusquement l’impression qu’il n’était pas à sa place. Il était incompatible avec cet endroit… Pourquoi l’expression « incompatible avec cet endroit » m’est-elle si familière ? songea Lin Jian Yin. C’est vrai. Hier soir, Meng n’a pas cessé de répéter qu’elle était incompatible avec le palais. Ce doit être comme ça qu’elle s’était sentie.

Pas étonnant qu’elle se soit hâtée de sortir, elle avait presque l’air de voler. En ce moment, Lin Jian Yin ressentait également une envie de prendre la fuite et de s’échapper de cet endroit. C’était juste que la longue liste de courses dans ses mains ne lui permettait pas de le faire.

Lin Jian Yin soupira et débuta avec résignation sa corvée de courses. Tandis qu’il marmonnait « Radis blanc, porc et mouton », sa haute taille se faufila entre un tas de vieilles dames, faisant des allers-retours entre les rayons de légumes, de viande, de volaille et de poisson. Il ajouta de plus en plus d’articles dans son panier.

« Chou », murmura Lin Jian Yin tout en regardant la liste de courses et en attrapant les légumes.

« C’est un chou chinois, pas un chou, M. Lin. »

Lin Jian Yin sursauta et tourna la tête pour regarder la personne qui venait de parler. C’était une femme étrange avec des cheveux bouclés comme celles d’une vieille dame, et elle portait une blouse ample ainsi qu’une paire de jeans. Est-ce que Meng est sortie du jeu ? Lin Jian Yin demandé d’un air absent : « Qui êtes-vous ? »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *