1/2 Prince T5C7 : L’Inimaginable Amour d’une Cougar

posted in: 1/2 Prince | 0

½ Prince Volume 5: Un Prince n’Existe Plus

Original novel in Chinese by: 御我 (Yu Wo)


Chapter 7: A Cougar’s Unimaginable Love – traduit du chinois vers l’anglais par Amgine[PR !]
Chapitre 7 : L’Inimaginable Amour d’une Cougar – traduit de l’anglais au français  par Elynor
+ Travail de vérification par Yukomin

« En fait, je voulais savoir : quels sont nos projets suite à l’unification du Continent central ? » Je posai la question à White Bird et aux autres, le visage débordant de curiosité.

En réponse, je reçus de nombreux regards remplis de mépris. White Bird, en particulier, ne put s’empêcher de se plaindre à voix haute : « Il n’y a que vous, Suzerain, pour poser une telle question. Nous travaillons déjà comme des forcenés pour gérer ne serait-ce que la cité en elle-même. »

Je me grattai la tête pensivement. « Mais, je ne fais vraiment pas grand-chose ! C’est très rare que vous me confiez de la paperasse ces derniers temps ! »

« C’est parce que vous les modifiez en écrivant n’importe quoi ! » cria White Bird, sur le point de m’immoler. On dirait que depuis l’instant où j’avais totalement rejeté l’idée d’être traité avec la dignité d’un suzerain, le respect de White Bird à mon égard avait totalement disparu.

Me sentant accusé injustement, je répliquai : « C’est faux, je les ai remplis avec une très grande attention. »

« Vous les avez remplis avec une très grande attention ? Jetez un coup d’œil au document “Projet de renforcement des murs de la cité”. Vous nous avez donné cette réponse-ci : « Sachant que les murs de la cité ont été mis à mal par les flammes en raison de la guerre, et sont maintenant d’un aspect négligé au-delà du croyable, une somme spéciale est attribuée pour repeindre les murs en rose, préférablement, ma couleur favorite. Signé, le Suzerain. »

« Qu’est-ce qui ne va pas avec ça ? » demandais-je, perplexe.

« … » Personne ne prononça le moindre mot. White Bird prit un autre document. « “Déficit de personnel dirigeant” auquel votre réponse a été : “Il n’y a pas assez de gens ? Euh, peut-être qu’il n’y a pas autant de joueurs dans Second Life que ce que je pensais ? Bon, je remédierai à ce problème après avoir consulté un GM. Signé, Prince, le Suzerain”. »

« Oh… C’est vrai. Je n’en ai pas encore parlé avec un GM », réalisai-je en tripotant mes doigts nerveusement. « Mais, vous ne pouvez pas me blâmer d’avoir oublié ça avec toutes les attaques lancées récemment sur les autres cités ! »

White Bird ne me répondit pas, mais réagit de la même façon que les autres : en plissant son front avec un regard de résignation désespérée.

Je me mordis les ongles. C’est rare pour moi de commencer à être accro aux documents ! Je suppliai, désespéré : « White Bird, s’il-te-plaît, donne-moi d’autres documents à signer ! »

« Pas. Question. » refusa White Bird.

Instantanément, j’affichai ma meilleure expression de personne victime d’injustice, complétée par une moue boudeuse et avec même quelques larmes au coin des yeux. Je chuchotai avec réticence : « Pourquoi est-ce que ça se termine comme ça ? J’ai passé tant de temps et fait tellement d’effort à m’occuper de la paperasse sans même recevoir ne serait-ce qu’une once de félicitation, et maintenant plus personne ne veut me confier de paperasse. »

Grand frère Wolf marcha jusqu’à mes côtés et me tapota la tête, comme s’il réconfortait un enfant. Il me parla comme si j’étais un bambin : « Bon garçon, Prince. Aller, va-t’en maintenant, et va jouer dehors de ton côté. Quand nous trouverons quelque chose pour toi, nous t’appellerons. »

« Oh. » Puisque même grand frère Wolf me chassait, je n’avais pas d’autre choix que de me résigner à aller « jouer dehors de mon côté ».

À peine avais-je dépassé les portes de la cité que j’abandonnai rapidement mon air boudeur et commençai à chercher avec qui j’allais bien pouvoir jouer. Est-ce que je devrais aller voir Kenshin et Artic Fox et leur piquer un peu de thé ? Ou aller donner une raclée à quelques monstres ? Ou peut-être que je pourrais aller retrouver l’armée de la Cité de l’Infini et enquêter sur l’attaque de Fermentation de Meatbun ? Je marchai tranquillement en considérant les différentes possibilités.

« Prince ! »

Lolidragon ? Une voix que je n’avais pas entendue depuis longtemps résonna soudainement dans ma tête, me remplissant de joie, tandis que je sondais le ciel en cherchant son origine. Effectivement, je pouvais voir les traces laissées par un tapis volant.

« Lolidragon ! Vous êtes de retour, les gars ! » les interpellai-je bruyamment en agitant joyeusement les mains.

Lolidragon, Heartless Wind et Sunshine sautèrent en bas du tapis volant, mais les deux premiers arboraient une expression grave. Hésitant, je m’enquis : « Qu’est-ce qui ne va pas ? Les résultats de l’enquête sont mauvais à ce point ? »

« Oui, extrêmement mauvais. Nous avons découvert que chaque Suzerain des cinq continents, ceux de l’Est, de l’Ouest et du Sud ont tous été la cible d’assassins. Pire, la Suzeraine Florale du Continent Nord et ses cinq commandants ont tous mystérieusement disparu la semaine dernière. Les citoyens de la Cité des Fleurs sont tous plongés dans la confusion, puisqu’aucun d’entre eux ne peut être contacté », rapporta Lolidragon avec une expression sombre.

« Est-ce que Neurotic et les autres vont bien ? » la questionnai-je, inquiet, en espérant qu’ils n’avaient pas été assassinés.

« Ils vont bien. En fait, les suzerains des quatre autres continents se portent tous à merveille en ce moment », dit Heartless Wind.

« Sauf la suzeraine disparue de la Cité des Fleurs », rétorqua Lolidragon, les lèvres pincées et les sourcils froncés.

Perdu dans mes pensées, je demandai à voix haute : « Donc, le Continent Nord est le plus suspect dans ce cas ? »

Lolidragon et Heartless Wind restèrent silencieux un moment, jusqu’à ce qu’il brise enfin le silence. « C’est ce qu’il semblerait en se basant sur les éléments présents, mais il y a d’autres informations qui ne correspondent pas. Par exemple, comment pourraient-ils abandonner leur propre capitale alors qu’ils ont travaillé si durement à la maintenir pour ensuite rendre public le fait qu’ils aient disparu ? Ce tour du destin est étrange en effet. »

« En plus, selon notre enquête, Fleur du Nord n’est pas quelqu’un qui aurait les ambitions élevées d’unir tout Second Life », ajouta Heartless Wind.

Lolidragon continua son explication : « À mon avis, elle semble plus être le genre de personne à s’inquiéter d’une imperfection sur son visage que de son statut de suzeraine. Elle préférerait se mettre un masque de soin plutôt que d’aller faire la guerre. »

Donc, elle est du genre totalement frivole… Je ne pus m’empêcher de demander avec perplexité : « Si c’est le cas, qu’en est-il réellement de ces assassinats ? »

« Nous ignorons toujours les tenants et les aboutissants, c’est certain, mais nous avons déjà pu parler avec trois des autres suzerains, et ils sont d’accord pour venir en bateau jusqu’au Contient Central ensemble. »

Lolidragon éleva la voix pour accentuer ses propos : « Ça signifie que, dans une semaine, la Cité de l’Infini tiendra la réunion des cinq suzerains. »

Une rencontre des seigneurs, hein ? Je ne pus m’empêcher de me sentir légèrement impressionné. « Quelqu’un qui réussit à unifier un continent tout entier doit être vraiment incroyable, non ? Je me demande à quoi ces chefs ressemblent ? »

« Hum, en théorie, ils sont tous incroyables, mais il y a bien sûr toujours des exceptions », répondit Lolidragon en me jetant un regard furtif.

« Des exceptions ? Quelles exceptions ? » l’interrogeai-je avec curiosité.

Mais, Heartless Wind qui se tenait à côté tenta de réprimer son amusement, et il ne fallut guère de temps avant que les deux éclatent de rire au point d’avoir mal aux côtes. Moi, d’un autre côté, je me contentai de me gratter pensivement la tête, cherchant ce qui était si drôle. Étrange, de quoi rigolent-ils ?

Après qu’ils aient eu fini de rire de leur blague, ils se turent tous les deux d’une façon suspicieuse, une étrange atmosphère les entourant subitement. Je les fixai, toujours dans le flou sur ce qu’il se passait, mais les deux semblaient hésitants à croiser le regard de l’autre. Les questions qui résonnaient dans ma tête n’en finissaient pas de s’entasser.

« Je… Je vais chercher d’autres personnes pour discuter du sujet et avoir plus d’avis sur la question. Plus on a de têtes pour réfléchir, mieux c’est, non ? » La Lolidragon d’ordinaire si calme paraissait inhabituellement troublée, alors qu’elle prononçait ces mots, et fila rapidement sans un regard en arrière.

« Qu’est-ce qui vient de se passer ? » m’enquis-je, soupçonneux, en observant les traces de poussières laissées en suspens par la fuite soudaine de Lolidragon.

« Prince, j’ai quelque chose d’important à te dire », me déclara subitement Heartless Wind qui se tenait toujours à la même place.

Frérot veut discuter de quelque chose avec moi ? Comme c’est rarissime ! « Allons en parler au Restaurant de l’Infini », dis-je en pointant le bâtiment.

Heartless Wind acquiesça, et Sunshine, dont la présence avait été oubliée depuis un moment, sourit faiblement en annonçant : « Dans ce cas, je vais aller rejoindre Fairsky. »

Comme d’habitude, je m’assis dans mon coin préféré et commandai des plats pour nous deux. J’attendis silencieusement que Heartless Wind commence à parler du sujet qu’il souhaitait aborder, mais, après que la nourriture ait été servie, je ne pus attendre plus longtemps et commençai à me remplir la panse.

« Sœurette, je suis amoureux de Lolidragon », me dit-il d’un ton neutre, comme s’il m’annonçait qu’il avait mangé un œuf et des toasts pour son petit-déjeuner, alors qu’il me balançait un message qui pouvait effrayer les dieux et faire pleurer les démons. La situation n’était pas aussi grave que si le président des États-Unis avait accidentellement pressé le bouton qui lançait les missiles nucléaires, apportant des désastres sans fin.

Je me tournai vers lui à vitesse réduite, posant mes baguettes sur le côté ainsi que la bouchée suivante qui était d’ores et déjà dans ma bouche. Plaçant mes mains sur ses épaules, je décrété avec tout le sérieux dont je pouvais faire preuve : « Mon cher frère, il y a une épidémie de grippe en ce moment, et on dirait que tu es déjà affecté assez sérieusement par ça, puisque je constate que tu sembles avoir déjà perdu l’esprit à jamais. Mais, ne t’inquiète pas, ta sœur va immédiatement t’emmener voir le docteur et, après quelques piqûres, tu seras comme neuf. »

Heartless Wind écarta mes mains sans faire de manière et répondit avec irritation : « Mon esprit se porte bien, merci beaucoup. »

L’atmosphère devint lourde et silencieuse pendant quelques minutes. Tout à coup, dans un instant de compréhension, ma main droite se ferma en un poing compact et alla tout droit frapper dans la paume de ma main gauche. « J’ai compris ! Tu dois être tombé amoureux de la magnifique et mystique Lolidragon du roman de Jin Yong1 ! Mon cher frère, elle n’est rien d’autre que le personnage d’un roman et n’existe pas vraiment. Tu devrais simplement abandonner l’idée, et même si c’était possible, Yang Guo et ses Paumes Mélancoliques2 ne sont pas sujets à être traités à la légère. »

« Celle que j’aime est Lolidragon de Second Life, un membre d’Odd Squad, qui travaille avec moi au sein du département des Affaires Étrangères. Est-ce que ça entre enfin dans cet immense crâne inutile qui est le tiens maintenant ? » Les mots de mon frère brisèrent une fois de plus mes illusions.

Mes mains commencèrent à trembler de façon incontrôlable. Je lui demandai avec incrédulité : « Es-tu réellement amoureux de Lolidragon ? Comment c’est possible ? N’avais-tu pas déclaré que tu ne tomberais jamais amoureux de quelqu’un de plus âgé que toi ? Non seulement elle est née avant toi, mais elle paraît vraiment mature également, donc comment… »

« Les chevaux peuvent trébucher et les gens se tromper. C’est un fait avéré qu’une personne puisse tomber amoureuse de quelqu’un qui n’est pas son genre à l’origine. » Heartless Wind haussa les épaules avec désinvolture.

J’étais, pour ainsi dire, sans mot. « Comment as-tu pu tomber amoureux d’elle ? Tu ne la haïssais pas il n’y a pas si longtemps ? »

« Je n’en suis pas non plus très sûr. Ça s’est peut-être produit quand nous enquêtions sur l’assassinat, ou peut-être que c’était avant, quand elle m’a tué à coup de pieds », me répondit-il honnêtement. Il fronça ensuite les sourcils et ajouta : « Il est possible que ce soit même depuis que je l’ai vue à tes côté la première fois hors de la Cité de l’Étoile, ou sinon, quand tu m’as volé Fairsky et Rose, je ne me serais pas autant énervé. Peut-être que la vraie raison de cet énervement était due à ma jalousie envers toi qui étais avec elle. » Finalement, il se mit à rire doucement. « Dans tous les cas, l’amour provient souvent de la haine. »

On dirait que mon frère est vraiment tombé amoureux de Lolidragon…

« Que vas-tu faire ? » le questionnai-je à nouveau. Lolidragon n’est pas une chiffe molle, et je crains que mon frère ne s’enfuie et fasse quelque chose de stupide après avoir eu le cœur brisé, comme laisser échapper le fait que je sois une travestie ou autre chose.

Les mots qu’il prononça ensuite me firent l’effet d’une bombe, pour la deuxième fois. « Je lui ai déjà dévoilée mes sentiments. »

Je restai médusé un moment, la bouche grande ouverte. Pas étonnant que Lolidragon ait agi aussi étrangement un peu plus tôt… Je me forçai finalement à prononcer les deux mots suivant : « Le résultat ? »

« Elle m’a traité d’idiot. » Il haussa à nouveau les épaules.

Je soupirai et lui tapotai le dos. « Il y a plein de poissons dans la mer, donc un petit rejet n’est pas grave. Tu peux facilement trouver mieux. Juste, ne va pas faire quelque chose de stupide du genre révéler ma véritable identité. »

Heartless Wind lâcha un petit rire, avec l’air d’un voyou. « Je ne suis pas du genre à avoir le cœur brisé. »

Pas du genre à avoir le cœur brisé ? Ce n’est pas toi qui as pété un câble, parce que je lui avais volé Rose et Fairsky… ? Je n’osai pas le dire à haute voix. À la place, je lui demandai stupidement : « Mais, elle t’a rejeté, non ? »

Heartless Wind rigola avec un air mystérieux et agita les doigts. « Quand une femme entend une déclaration d’amour et te traite d’idiot en ayant le visage aussi rouge qu’une tomate, ce n’est définitivement pas le signe d’un rejet. »

« Qu’est-ce que ça veut dire d’autre alors ? » m’enquis-je naïvement.

Heartless Wind éclata à nouveau de rire et lança de manière irresponsable un « Tu ne comprendrais pas ! » avant de partir en se pavanant.

Mais, je ne pouvais pas dire s’il s’agissait d’une coïncidence que, dès l’instant où il fut hors de vue, Lolidragon se dirige furieusement vers moi, ou s’ils s’étaient entendus pour venir me voir à tour de rôle pour m’embêter. N’étais-tu pas censée aller demander l’avis d’autres personnes concernant les responsables des tentatives d’assassinat ? Elle me demanda en allant droit au but : « Prince, qu’est-ce que ton frère vient de te dire ? Est-ce que concernait sa déclaration d’amour ? »

« Oui », répondis-je honnêtement.

« Je n’arrive pas à croire que ce voyou soit allé le raconter à tout le monde. Non seulement il crache le morceau à Sunshine, mais en plus il te vend également la mèche. Je paris que ce ne sera pas long avant que le monde entier soit au courant ! » Contenant sa colère avec peine, elle continua : « Cet idiot ferait mieux de ne pas penser que j’ignore qu’il essaie simplement de m’agacer ! »

Je me renfrognai. « Heartless Wind n’essaye pas de t’agacer ; il est tout à fait sérieux. »

Elle me regarda d’un air hébété pendant un moment avant de demander, la voix hésitante : « Il… est sérieux ? Comment c’est possible ? C’est évident qu’il souhaite juste m’énerver. »

Je penchai la tête et réfléchis intensément avant de conclure : « Je crois que mon frère est sérieux. Avant, quand il poursuivait des filles, il ne me disait jamais rien. Pour qu’il m’en fasse part cette fois, c’est qu’il doit vraiment beaucoup t’apprécier. »

Selon les romans d’amour que j’avais lu, quand le personnage principal, une fille, entendait que la confession du prétendant principal était sérieuse, son visage devait virer au rouge, son cœur manquer un battement, et elle devait sembler embarrassée, éventuellement interloquée.

C’est une honte que ce roman ne soit si évidemment pas une histoire d’amour, et Lolidragon certainement pas le personnage principal d’un tel roman. Remplaçant le sentiment d’embarras, une intention meurtrière se dessina sur son visage, et il y avait de forte chance que ce livre vire en roman d’épouvante.

Pour une quelconque raison, Lolidragon, bouillonnant de rage et grinçant des dents, sortit un couteau et se mit à le balancer autour d’elle en hurlant avec violence : « Regarde-moi bien étriper ce bâtard ! »

J’étais stupéfait. Même si elle déteste mon frère, ce n’est pas une raison pour vouloir l’étriper, non ? « Pourquoi veux-tu l’étriper ? »

« Tu ne comprendrais pas. » Lolidragon répéta férocement les mêmes mots que ceux de mon frère avant de s’enfuir de la même manière.

Je me grattai la joue, ne comprenant pas du tout la situation. Les couples normaux aiment porter des habits assortis ou des alliances, mais vous avez tous les deux des actions coordonnées ainsi que la même manière de parler. Même si je ne savais pas vraiment ce que ceux-là prévoyaient, il me semblait que j’avais une bonne idée sur l’identité de ma future belle-sœur.

Je murmurai : « Je ferais mieux de faire gaffe, ou alors, dès que Lolidragon fera partie de la famille, elle risque vraiment de m’arracher la tête par vengeance. »

Notes de bas de page

1 « Lolidragon du roman de Jin Yong » : Il s’agit d’une référence aux livres de la série Le retour du héros chasseur d’aigle de Jin Yong centrés sur les arts martiaux. Il s’agit d’une orpheline abandonnée sur les marches d’un palais et emmenée par une femme à la secte de l’Ancienne Tombe. Elle y est élevée comme disciple et apprend à maîtriser les arts martiaux de la secte. N’ayant jamais quitté le tombeau, elle grandit pour devenir une beauté innocente, mais est froide au point d’être insociable et sans émotions. La Lolidragon dans ½ Prince est probablement un nom emprunté au roman de Jin Yong.

2« Yang Guo et ses Paumes Mélancoliques » : Yang Guo était l’unique disciple de Lolidragon, et ils sont tombés amoureux, mais les relations maître-apprenti étaient un tabou en ces temps. Suite aux disputes avec leurs pairs et aux quiproquos, ils se retrouvèrent séparés pendant seize ans avant d’être réunis à la fin du roman. Pendant ce temps, Yang Guo apprend le Kung Fu auprès de divers maîtres. Ses Paumes Mélancoliques sont une technique hybride qu’il a développée en incorporant des éléments en provenance de ses divers maîtres.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *