La Légende du Chevalier du Soleil Histoire Parallèle #4 : Ne te sers que d’une épée, à moins que nul ne te voie

posted in: Histoires Parallèles | 0

La Légende du Chevalier du Soleil : Histoires parallèles

Roman d’origine en chinois par : 御我 (Yu Wo)


Side Story #4: You May Only Use a Sword, Unless No One Sees You – traduit du chinois à l’anglais par Lucathia[PR!]
Histoire parallèle #4 : Ne te sers que d’une épée, à moins que nul ne te voie – traduit de l’anglais au français par Nocta
+ Travail de vérification par Yukomin

Il se remémora comment son maître l’avait une fois laissé avec pour exercice de donner mille coups d’épée avant d’annoncer qu’il partait rendre visite au prince (ou à la princesse). Cependant, pendant son absence, tout ce que Grisia avait réussi à accomplir se résumait à faire l’idiot. Quand son maître rentra et le découvrit…

À ce moment-là, Grisia crut qu’il se ferait frapper en punition, pourtant son maître se contenta de glousser froidement et de le saisir par le col avant de le jeter sur son cheval et de galoper avec lui hors de la ville…

Grisia découvrirait bientôt que la raison pour laquelle son maître ne l’avait pas frappé… était que même un de ses coups désinvoltes était suffisant pour l’expédier directement dans les bras du Dieu de la Lumière !

Neo l’emmena à un célèbre territoire de ténèbres, descendit de son cheval, et empoigna une fois de plus Grisia par le col. Dépourvu de toute crainte, il s’enfonça dans le territoire de ténèbres, sans même s’embarrasser de dégainer son épée de son fourreau. À la place, il se servit de ses poings pour massacrer les différents groupes d’hideuses créatures des ténèbres qui apparaissaient tout au long du chemin.

Il marcha jusqu’à ce qu’ils atteignissent l’endroit le plus reculé de la forêt où, par la suite, il relâcha enfin Grisia.

« Sais-tu où nous nous trouvons ? » Demanda froidement Neo.

« Dans la Forêt de la Lune Cachée… » Répondit timidement Grisia.

« … Ce n’est pas la Forêt de Keiran ? »

« Maître, c’est dans la direction opposée. Quand vous êtes sorti du Temple Sacré, vous auriez dû tourner à gauche, pas à droite. »

« Oh, pas étonnant. Je trouvais que c’était étrange. Je ne me souvenais pas qu’il y ait eu autant de créatures mortes-vivantes dans la Forêt de Keiran. » Neo pencha la tête. Finalement, il haussa les épaules et dit : « Oh et bien, le lieu est sans importance. Cet endroit pourrait même être mieux. »

En quoi est-ce qu’il serait mieux ? Grisia ne comprenait toujours pas la situation dans son ensemble.

Neo dit froidement : « Si tu oses désobéir à mes ordres, tu dois être prêt à accepter la punition qui s’ensuivra, mais je n’ai aucune intention de te frapper. Tu es encore trop petit… Je serais obligé de contrôler ma force pour ne pas te tuer par accident. Quelle plaie ! »

Est-ce que ça signifie que, quand je serai plus grand, vous me frapperez sans hésitation ? Le message implicite contenu dans les paroles de son maître était loin d’être rassurant.

« C’est pour cette raison que je vais laisser les autres te frapper à ma place. C’est très commode, car ainsi tu pourras également t’exercer et améliorer tes compétences pourries à l’épée… Oh ! Il y a des créatures des ténèbres en grand nombre ici, donc tu pourras même entraîner ta capacité à les gérer. On fait d’une pierre trois coups ! Pas mal, pas mal ! »

« Profite à fond de ton voyage de punition ! » Une fois que Neo eut terminé de parler, il bondit dans un arbre et disparut sans laisser de trace, abandonnant Grisia derrière lui.

« Maître ! »

Grisia était totalement sous le choc, mais il ne pouvait pas empêcher Neo de partir. Même s’il l’avait pu, il connaissait la personnalité de son maître. Une fois qu’il avait déclaré quelque chose, il ne laisserait rien ni personne le faire revenir sur sa parole.

N’ayant pas d’autre choix, Grisia ne put qu’observer ses alentours. D’immenses arbres qui atteignaient les cieux s’étendaient à perte de vue, avec des vignes de toutes sortes qui les recouvraient densément. Il ne savait pas s’il imaginait des choses ou non, mais il pensait que les vignes aux formes bizarres et colorées d’une façon étrange semblaient bouger de temps en temps. La forêt tout entière était lugubre et humide. Les rafales qui soufflaient dans les branches apportaient une odeur de pourriture, et on aurait dit que quelque chose rampait lentement dans les hautes herbes.

Un enfant ordinaire, âgé de treize ans, aurait certainement été terrorisé à en perdre toute raison.

Par chance, si Grisia possédait bien une qualité, c’étaient ses tripes. En plus, il avait été entraîné (torturé) par son maître pendant plus d’un an. Aussi, même si ses compétences à l’épée ne s’étaient jamais améliorées, il avait petit à petit gagné plus de courage qu’auparavant.

Bien que Neo eût proclamé que ce voyage était pour le punir et pour entraîner sa capacité à affronter des créatures mortes-vivantes, chaque fois que Grisia souffrait et était pourchassé à travers toute la forêt par une variété de créatures à différents stades de décomposition, de gros rires s’élevaient inévitablement à proximité…

Mon maître doit simplement penser que tout cela est très divertissant… C’était ce que croyait Grisia au fond de lui, mais cela lui permit bel et bien de se détendre un peu. Après tout, son maître traînait toujours dans les parages et ne l’avait pas véritablement abandonné sans se préoccuper de lui.

Quand vint l’heure de manger à la nuit tombée, Grisia chassa un lapin qui avait l’air comestible, quoiqu’avec beaucoup de difficultés. Il le cuisina au feu de bois jusqu’à ce qu’il fût luisant de graisse et qu’une odeur délicieuse emplît l’air, ne redoutant pas du tout qu’il pût attirer l’attention de grands prédateurs. Cette forêt ne contenait principalement que des créatures des ténèbres et des arbres, et les nez de ces créatures des ténèbres étaient soit pourris, soit en phase de l’être.

J’adresse mes prières au Dieu de la Lumière… Après avoir récité ses prières, Grisia leva le lapin. Juste au moment où il était sur le point de mordre dedans avec un « ahhh », une ombre noire passa en l’espace d’un instant, sa main fut soudainement plus légère, et le lapin avait disparu. Grisia releva la tête et jeta un regard plein de ressentiment vers sa gauche.

« Ne me regarde pas comme ça ! »

Neo tenait le lapin dans sa main, alors qu’il décrétait avec audace et confiance : « Que l’apprenti cuisine pour son maître, c’est ainsi que les choses se doivent d’être ! Ce lapin est à moi à présent. Va chasser d’autres gibiers. »

En quelque sorte, Grisia en resta sans voix. Il s’était trompé. La forêt comportait encore un grand prédateur appelé « Maître »…

Les yeux rivés sur son maître qui mordait dans le lapin sans aucun remords, Grisia fit la moue et s’indigna : « Maître, j’éprouve soudainement une envie irrépressible de pratiquer mes compétences à l’épée. »

« Oh ? » Neo lui jeta un regard et se moqua : « Tu veux te servir de ton épée pour prendre ta revanche sur moi ? Avec le talent que tu as pour manier une lame ? Si tu arrives à me frapper de ton épée sans me manquer, ton maître mourra joyeusement sans aucun regret, et ce même si tu me tranchais en deux et m’expédiais auprès du Dieu de la Lumière ! »

« Maître, vos paroles sont très vexantes et sans pitié… »

Quand il se réveilla au matin suivant, son maître avait depuis longtemps disparu, mais il ne s’en inquiétait pas outre mesure. La majeure partie du temps, quand son « maître n’était pas là », c’était toujours mieux que lorsque son « maître était là ».

Cependant, il devait admettre que, quand il ouvrit les yeux et découvrit qu’il était cerné par des créatures des abysses, son maître lui manqua terriblement.

« Ouan, ouan… »

Alors que Grisia fuyait, il pleura et cria à s’en époumoner : « Maître, où êtes-vous ? Ne me dites pas que vous n’êtes pas dans les parages ! Vous avez dû vous cacher pour vous moquer de moi, n’est-ce pas ? Ouan, ouan, maître ! Allez-y ! Moquez-vous de moi comme vous le faites d’habitude, je vous en prie ! Maître ! »

Boom !

Quand on courait en pleurant, on se retrouvait avec la vue brouillée par les larmes, ce qui nous rendait plus susceptibles de trébucher sur une branche. Au même moment, tout son corps se familiarisa intimement avec la terre.

J’ai mal…

Malgré le fait que la douleur fut intense, il n’oublia pas qu’une meute de créatures mortes-vivantes était à ses trousses, aussi il se remit aussitôt sur ses pieds et regarda derrière lui… Un visage à demi pourri — tellement décomposé que, même si la créature n’avait pas ouvert la bouche, il aurait quand même pu apercevoir la moitié d’une rangée de dents — se trouvait juste devant lui. À cet instant, le propriétaire de ce visage immonde l’attrapa par les épaules avec ses deux mains, et le reste des créatures des ténèbres qui étaient sur ses talons l’avaient depuis longtemps étroitement encerclé.

Il se figea.

Est-ce que je vais mourir ?

« Non… »

Grisia se couvrit la tête et hurla : « Ne vous approchez pas de moi ! »

« Grisia ! »

Il ignorait combien de temps s’était écoulé, lorsqu’un cri retentit au loin. Le garçon, qui étreignait encore sa tête dans la même position qu’auparavant, tressaillit et redressa son visage, appelant doucement : « Maître ? »

D’assez loin, un autre appel retentit, la voix contenant une certaine anxiété : « Grisia, où es-tu ? Réponds-moi ! »

« Maître, je suis ici ! Ici ! »

Grisia bondit immédiatement sur ses pieds et cria à pleins poumons. En un instant, une silhouette familière surgit.

À la vue de cette silhouette familière, pour la première fois de sa vie, Grisa se jeta dans les bras de son maître et se mit à pleurer toutes les larmes de son corps.

Face à cela, même Neo resta un peu déconcerté. Bien que Grisia eût l’air faible, il était en fait incroyablement têtu. Durant la dernière année, peu importe le genre d’entraînement extrêmement difficile auquel il avait dû faire face, même quand il s’était retrouvé maintes fois avec les larmes aux yeux, aucune de ces larmes n’avait jamais coulé.

Cette fois-ci, le visage de Grisia était couvert de larmes. Neo savait qu’il était allé trop loin, mais il ignorait comment réconforter son apprenti. Il ne put que tapoter légèrement le dos de Grisia en lui répétant : « Tout va bien, tout va bien. N’aie pas peur. Ton maître est là. Je ne laisserai rien te faire du mal ! »

Néanmoins, Grisia continua à pleurer pendant un long moment avant de réussir à se maîtriser, se plaignant entre deux hoquets brisés : « Maître, où étiez-vous passé ? J’ai vraiment cru que j’allais mourir, ouan, ouan… »

« Désolé, désolé, j’étais allé faire mes exercices matinaux. Quand je suis revenu, tu avais disparu. Ça m’a pris beaucoup de temps pour te trouver. J’étais mort d’inquiétude… »

« Maître, vous vous inquiétiez pour moi ? » Marmonna Grisia avec incrédulité. Il croyait que son maître ne l’aimait pas et regrettait de l’avoir choisi. Après tout, chaque fois qu’ils avaient une leçon d’entraînement à l’épée, son maître lui hurlait des choses vexantes du genre : « Même sans un chevalier de rechange, je pourrais sélectionner n’importe quelle personne sur la rue, et elle serait plus forte que toi ! »

En voyant l’expression d’extrême surprise sur le visage de Grisia, Neo changea immédiatement son ton. Il se frappa la poitrine et dit : « Je veux dire, heureusement que tu n’es pas mort. Sinon, le Pape et Judgment m’auraient réprimandé à mort, et je n’aurais probablement même pas trouvé le chemin pour sortir de la forêt. Quel manque de chance cela aurait été… »

À ce moment, Grisia comprit pleinement quelque chose.

Ce qu’il y avait de plus effrayant à propos du Chevalier du Soleil le plus fort de toute l’histoire, ce n’était pas sa force. Au lieu de cela, c’était son imprévisibilité, comment vous ne pouviez jamais savoir s’il allait vous emmener dans un endroit terrifiant. Pire encore, non seulement sa mémoire et son sens des responsabilités étaient inversés proportionnellement à sa force, mais en plus il n’avait absolument aucun sens de l’orientation !

Après que Grisia se fut quelque peu calmé, Neo eut enfin le temps d’observer la situation dans laquelle ils se trouvaient… où tout dans un rayon de vingt mètres autour de lui était gelé par la magie élémentaire de glace. La scène ressemblait presque à une exhibition de sculptures de glace de créatures des ténèbres.

Après avoir examiné la scène et noté que seul Grisia n’avait pas été transformé en sculpture de glace, il était évident que la personne ayant provoqué un tel phénomène ne pouvait être que lui.

Neo fronça les sourcils et demanda : « Comment se fait-il que tu connaisses un sort de glace à grande échelle ? Est-ce que tu as vu un autre magicien en faire la démonstration dans les rues ? »

« Non, c’est Ecilan qui me l’a appris. »

« Ecilan ? »

« … L’Apprenti-Chevalier de Glace. »

Le Chevalier de Glace, pas étonnant. La magie élémentaire de glace était en effet la signature caractéristique du Chevalier de Glace. Son front se plissa, et il demanda : « Grisia, quel âge as-tu cette année ? »

« Maître, vous avez encore oublié ? J’ai treize ans. »

Neo hésita un instant avant de le questionner de nouveau : « Et combien de temps s’est écoulé depuis que tu as utilisé la magie pour la première fois ? »

Grisia pencha la tête, réfléchissant un court moment avant de répondre : « Un an, six mois et treize jours. »

Quand il entendit cela, Neo fronça encore plus les sourcils. Même s’il ne comprenait pas grand-chose aux mages, Grisia n’avait étudié que pendant un an et demi, et de façon décousue en chapardant des sorts ici et là sans que personne ne le supervise ; en plus, il n’avait pas plus de treize ans cette année… Et même s’il étudiait réellement la magie, quel genre d’enfant serait capable de lancer une attaque magique aussi puissante ?

Impossible ! Neo réfuta immédiatement sa propre question. Si tous les mages étaient aussi puissants, le monde tout entier aurait depuis longtemps abandonné les autres professions.

Mais si les choses continuaient ainsi, lorsque Grisia prendrait ses fonctions de Chevalier du Soleil à l’âge de vingt ans, sa magie pourrait s’avérer être suffisamment forte pour pouvoir lui permettre d’affronter Neo. À ce moment-là, Grisia serait le Chevalier du Soleil, mais Neo, lui, aurait perdu la faveur du Dieu de la Lumière… Grisia ne viendrait pas prendre sa revanche, n’est-ce pas ?

En repensant à la manière dont il avait traité Grisia jusqu’à présent… Ah ! Peu importe à quel point il était sans honte, il ne pouvait pas affirmer avoir été un bon maître. Pour faire simple, quelle que soit l’idée qui lui passait par la tête, il l’enseignait, et une bonne partie de cet enseignement était des leçons expérimentales qu’il avait mises sur pied pour s’amuser, comme l’entraînement pour être élégant durant lequel il avait forcé Grisia à tomber constamment jusqu’à ce qu’il pût tomber avec une grâce au-delà de toute comparaison.

S’il venait à discuter de ses méthodes d’enseignement avec Judgment, ce dernier lèverait les yeux au ciel en entendant huit des méthodes sur dix. À une technique en particulier, il s’exclamerait même avec colère : « C’est de la maltraitance, pas de l’enseignement ! Essaie-la, si tu l’oses ! Même si je ne peux pas gagner contre toi, je peux toujours te le faire payer. » Et pour une seule de ces méthodes, il se pourrait qu’il dise avec hésitation : « Peut-être que cela vaut le coup de l’essayer. »

Cependant, parmi la liste précédente des dix méthodes d’enseignement, il en avait utilisé au moins cinq sur Grisia, incluant même celle qui lui vaudrait un « paiement » en retour… Dans tous les cas, il était en sécurité tant que Judgment ne le découvrait pas !

Est-ce que cela signifiait qu’il allait devoir mieux traiter Grisia à partir de maintenant ?

Peu importe, autant laisser tomber ! Même s’il se résolvait à mieux traiter Grisia à partir de maintenant, il y avait de fortes chances pour qu’il ait totalement oublié quand le soleil se lèverait demain. Ou, quand viendrait l’heure des leçons au maniement des armes, il se pourrait également qu’il oublie sa promesse, empli par des pensées de meurtre à l’égard de cet idiot incapable de manier une épée !

Neo mit de l’ordre dans ses pensées. En fin de compte, sous le regard perplexe de son élève, il déclara solennellement : « Grisia, tu dois savoir que, en tant que chevalier sacré et particulièrement en tant que Chevalier du Soleil, le leader des Douze Chevaliers Sacrés, tu ne dois pas faire de magie ! Cela enfreint complètement les principes de base des chevaliers sacrés. Les chevaliers sacrés doivent utiliser des armes. Et par-dessus tout, le Chevalier du Soleil, qui manie l’Épée Divine du Soleil, ne peut se servir que d’une épée… »

Après avoir dit cela, Neo prit soudainement en considération à quel point les compétences à l’épée de son apprenti étaient mauvaises. S’il lui disait qu’il pouvait seulement se servir d’une épée, il se pourrait qu’il ne survive pas jusqu’à ses vingt ans. Neo ajouta rapidement : « Et la lumière sacrée ! Tout au plus, tu peux utiliser la magie quand il n’y a personne dans les alentours. En résumé, ne laisse jamais personne te voir utiliser la magie ! M’as-tu bien compris ? »

Grisia s’empêtra dans ses mots, bredouillant : « Mais, maître… Mes… Mes… Mes capacités à l’épée… »

« Tu es seulement autorisé à te servir d’une épée. Il est impératif que personne ne te voie pratiquer la magie ! » Répliqua Neo froidement. « Ou bien peut-être veux-tu expérimenter par toi-même jusqu’où exactement le Chevalier du Soleil le plus fort de l’histoire peut t’emmener ? Est-ce que tu veux voir à quoi ressemble le dragon des légendes ? Ou est-ce que tu veux aller observer la silhouette d’un chevalier de la mort ? Peut-être que tu veux découvrir à quel point la demeure d’une liche immortelle peut être étrange… »

« C’est compris ! Je suis seulement autorisé à me servir d’une épée ! »

Grisia hocha la tête avec sincérité, puis ajouta silencieusement quelques mots pour lui-même : je suis seulement autorisé à me servir d’une épée… à moins que nul ne me voie !

Note de fin de page

Cette histoire bonus est quelque chose que Yu Wo a écrit, mais qu’elle n’est pas parvenue à utiliser dans les romans. Elle a partagé cette friandise sur son blogue, en pensant que ses lecteurs seraient heureux de pouvoir lire une histoire sur les leçons que Neo a enseignées à Grisia.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *