Invincible Partie 3 : Le Chevalier du Soleil – Neo du Soleil

posted in: Invincible | 0

La Légende du Chevalier du Soleil – Histoire Parallèle

Roman d’origine en chinois par   (Yu Wo)


Unbeatable Part 3: Sun Knight –- Neo Sun – traduit du chinois vers l’anglais par Dahlys[PR!]
Invincible Partie 3 : Le Chevalier du Soleil –- Neo du Soleil – traduit de l’anglais au français par Irina
+ Travail de vérification par Yukomin

La seule chose qui montrait que Neo se comportait comme un compagnon de voyage était qu’il ouvrait toujours la voie !

Aussi, il s’agissait effectivement d’un compagnon compétent, ne laissant aucun ennemi attaquer le mage par-derrière.

Qui plus est, il était plutôt fort, même selon les standards du peuple d’Aldrizzt, qui était très versé dans l’art du combat.

Cependant, c’était là où s’arrêtait la compréhension d’Aldrizzt concernant la force de Neo.

Hormis le fait que les mages ne comprenaient pas bien la classe des manieurs d’épée, les deux ne rencontrèrent pas vraiment de difficultés. C’est probablement parce que nous continuons de chercher un chemin pour sortir et ne sommes pas entrés plus profondément au cœur de la forêt ! Par conséquent, malgré le fait qu’il sût que Neo était plutôt fort, Aldrizzt ignorait à quel point il l’était réellement.

Bien qu’il fût extrêmement curieux à propos de l’humain appelé Neo, Aldrizzt ne le questionna pas du tout sur lui-même.

C’était parce que Neo n’avait jamais questionné l’elfe noir sur son passé, même pas sur la raison pour laquelle il était pourchassé par son propre peuple. Donc, Aldrizzt n’interrogea pas Neo sur son passé, lui non plus. Il ne lui avait même pas demandé son nom de famille.

Puisque Neo l’avait respecté, Aldrizzt respecterait évidemment Neo.

Cependant, comme ils passaient de plus en plus de temps ensemble, l’elfe noir devenait de plus en plus convaincu que… peut-être, Neo était simplement trop paresseux pour le lui demander.

Avec cette épiphanie, Aldrizzt se mit à se rendre compte que résister à la tentation de lui poser des questions était probablement très stupide.

Afin de tester sa théorie, il choisit la question la plus simple.

« Neo, quel est ton nom de famille ? »

Neo leva un sourcil, mais ne répondit pas immédiatement.

« Tu n’as pas à le dire, si tu ne veux pas. Ça ne me dérange pas », clarifia immédiatement Aldrizzt.

« Non. » Neo haussa les épaules et répondit : « Je songeais simplement à quel nom je devrais employer maintenant. »

Quel nom il devrait employer ? Aldrizzt était un peu confus.

« Oublie ça. Je l’ai utilisé pendant la majorité de ma vie, donc revenir à mon nom d’origine ferait trop bizarre », dit simplement Neo. « Je m’appelle Neo du Soleil. »

« Quel nom inhabituel ! » Aldrizzt répéta silencieusement le nom complet de son compagnon pour lui-même. « Moi, j’ai abandonné mon nom de famille et n’en utiliserai plus. »

Neo ne sembla pas se préoccuper de sa réponse, mais il donna l’impression de se rappeler quelque chose et demanda : « Oh, dans tous les cas, j’ai presque oublié de te le demander. Pourquoi es-tu venu à la surface ? »

Aldrizzt se figea.

Neo fronça les sourcils et insista, impitoyable : « Dépêche-toi de me le dire ! »

Comme il s’y attendait, la raison pour laquelle Neo n’avait rien demandé n’avait aucun rapport avec un respect mutuel… Aldrizzt grommela : « Pourquoi devrais-je te le dire ? Toi non plus, tu ne m’as jamais parlé de tes origines. »

En entendant cela, Neo ne répondit pas à sa question et demanda plutôt : « As-tu entendu parler de l’Église du Dieu de la Lumière ? »

Aldrizzt était encore plus confus. Même s’il ne comprenait pas pourquoi Neo amenait soudainement l’Église dans la conversation, il acquiesça et répondit : « Oui, c’est la plus grande religion à la surface. »

En fait, elle ne peut plus être considérée comme la plus grande ! Le Pape veut sans doute restaurer sa gloire ancienne, mais, à présent, le Monastère du Dieu de la Guerre a déjà beaucoup plus de croyants. Même la Cathédrale du Dieu de l’Ombre montre des signes qu’elle a dépassé l’Église.

Bien que l’Église du Dieu de la Lumière devra probablement travailler dur pour recruter plus de fidèles, c’est maintenant le problème de Grisia. Pas le moins du monde perturbé, Neo expliqua tranquillement : « Je suis la trente-septième génération du Chevalier du Soleil qui vient juste de partir à la retraite. C’est tout. »

Qu’est-ce que je viens d’entendre ?

« Tu es le Chevalier du Soleil ? » Aldrizzt se remit sur ses pieds d’un seul bond, sous le choc.

Neo haussa les épaules et le corrigea : « Je suis le précédent Chevalier du Soleil. »

Aldrizzt l’observa, incrédule, et s’enquit en tremblant : « Vas-tu m’attraper et me faire un procès à l’Église ? »

« Un procès ? Serais-tu devenu fou ? Je suis le précédent Chevalier du Soleil, pas le Chevalier du Jugement. De toute façon, aurais-tu commis un crime qui requerrait qu’on te fasse un procès ? »

« Je suis un elfe noir. » Aldrizzt n’était pas du tout convaincu que le Chevalier du Soleil de l’Église du Dieu de la Lumière eût le droit de laisser un elfe noir en liberté.

Neo répliqua avec un peu d’impatience : « Combien de fois vas-tu te répéter ? Je ne suis pas aveugle, je vois bien que tu es très noir. »

Aldrizzt était plutôt anxieux et, pendant une seconde, il voulut s’enfuir. Mais, il savait que, s’il s’enfuyait, il ne trouverait probablement plus jamais une autre personne qui accepterait de lui parler.

La solitude qu’il avait sentie quand il s’était enfui de son pays d’origine le saisirait à nouveau. D’ailleurs, est-ce que je serai en mesure de trouver un autre « Neo » la prochaine fois ?

Aldrizzt s’assit et ne parla pas pendant un très long moment. Neo ne le pressa pas.

Finalement, il ouvrit la bouche et raconta : « Les elfes noirs sont une race très connue et, pour être honnête, leur réputation n’est pas injustifiée. Ils… Non ! Ça devrait être “nous”. Tout ce que nous faisons est très malveillant. Nous considérons les actes méprisables comme vertueux, les tueries comme un divertissement, et nous faisons croire aux gens que nos méfaits ont été causés par nos ennemis : les elfes. Un jour, j’ai participé à une mission visant à massacrer un village d’elfes, et j’ai presque tué un elfe de mes propres mains, même si ce n’était qu’un enfant ! Malgré le fait que je ne l’aie pas tué, il a ensuite été assassiné par d’autres membres de ma race. »

Aldrizzt tenait sa tête entre ses mains tout en parlant, comme s’il n’osait pas regarder le visage de Neo.

« Alors, tu n’as tué aucun elfe en fin de compte ? »

Aldrizzt leva la tête et fixa Neo du regard, totalement sous le choc.

Neo ajouta avec confiance : « Tu n’as donc pas du tout besoin d’être effrayé de les rencontrer ! Ce n’est pas comme si tu leur devais quelque chose. »

« J’ai observé mon peuple massacrer un village d’elfes sans les en empêcher. » Aldrizzt ne pensait pas qu’il était innocent après avoir fait une telle chose.

« Si tu t’étais rebellé, est-ce que tu aurais pu gagner contre ton peuple ? »

Aldrizzt répondit honnêtement : « Non, il y avait beaucoup de guerriers chevronnés dans l’escouade. Et, avec la force que je possédais à l’époque, je n’aurais eu aucune chance de vaincre tout le monde. »

Neo haussa les épaules et dit : « Alors, dans le pire des cas, le seul crime que tu aies commis a été de ne pas vouloir mourir. Si tu étais accusé de n’importe quel autre crime, je demanderais au procureur “Seriez-vous volontaire pour aider dans une situation où la mort est certaine et où personne ne serait sauvé ?” »

« Oui, je le ferais. »

Neo se tourna pour faire face à Aldrizzt, et ce dernier le regarda avec un air déterminé en appuyant chaque mot : « Si on me donnait une autre chance, je préférerais mourir avec l’enfant plutôt que de regretter ce moment pour le reste de ma vie. »

En voyant l’expression de l’elfe noir, Neo comprit qu’il pensait ce qu’il disait. Il sourit et affirma : « Dans ce cas, tu peux garder la tête haute en face des elfes. Tu es un elfe noir qui serait prêt à mourir pour sauver un enfant elfe, alors pourquoi devrais-tu baisser la tête de honte ? Tu devrais la lever avec fierté. »

En entendant cela, Aldrizzt se figea un moment. Il regarda alors Neo et lui demanda avec incrédulité : « Tu crois vraiment ce que je dis ? Tu crois aux paroles d’un elfe noir ? »

« Pourquoi ne te croirais-je pas ? » Neo ricana et lui posa des questions rhétoriques : « À quel point un elfe noir qui aide un étranger à laver ses vêtements, à cuisiner les repas, à faire son lit et à chasser peut-il être mauvais ? »

Aldrizzt sentit que Neo n’avait simplement aucun instinct de survie et avança : « Peut-être ai-je fait ces choses pour gagner ta confiance ? »

« Y aurait-il un autre membre de ta race qui aiderait un passant à laver ses vêtements, à cuisiner le repas, à faire son lit et à chasser uniquement pour gagner sa confiance ? » Neo renifla avec dérision et continua : « Si c’est vrai, alors les elfes noirs sont probablement plus bienveillants que les humains ! »

Aldrizzt resta bouche bée une nouvelle fois.

« Dans ce cas, allons trouver un archer elfe ! »

Est-ce que Neo s’est donné autant de mal pour me convaincre simplement parce qu’il veut trouver un archer elfe ? Aldrizzt se sentit soulagé, mais ajouta néanmoins avec impuissance : « Tu devras te tenir prêt à intervenir, si nous ne nous entendons pas lui et moi. »

« Tu es celui qui devrait être prudent ! Puisque nous allons tous être des compagnons, je ne prendrai parti ni pour l’un ni pour l’autre. » Neo réfléchit et demanda avec un peu d’incertitude : « Mais, tu es un mage. Les mages ne sont-ils pas très faibles face aux archers ? »

« Je ne suis pas un mage ordinaire, je suis un elfe noir. » Aldrizzt sourit et dit : « Je suis probablement plus agile que la plupart des assassins, et je sais aussi comment manier les épées courtes. »

« C’est vrai. » Neo acquiesça en même temps qu’il se rappelait à quel point il avait de tout son cœur louangé les capacités d’Aldrizzt, la première fois qu’ils s’étaient rencontrés. Il suggéra avec enthousiasme : « Nous devrions faire un duel un de ces jours… Non ! Faisons-le maintenant ! Nous n’avons rien de mieux à faire de toute façon. »

En entendant cela, Aldrizzt força un sourire. Me battre en duel avec le Chevalier du Soleil ?

À en juger par son expression, Neo se rendit compte qu’Aldrizzt ne voulait vraiment pas faire un duel. Il n’avait pas pu participer à une bataille satisfaisante depuis des jours et se battre le démangeait, il proposa donc de meilleures conditions : « Tu peux utiliser à la fois les épées courtes et la magie. Que dis-tu de cela… »

Avant qu’il eût fini de parler, il bondit soudainement en direction d’Aldrizzt et le poussa.

Au début, Aldrizzt pensait que Neo voulait l’attaquer, mais il réalisa immédiatement son erreur. Neo n’avait pas brandi son épée contre lui. À la place, au moment où il avait renversé Aldrizzt, il s’était instantanément levé et tourné vers la forêt.

Le crissement d’une épée retentit alors, pendant que Neo dégainait la lame suspendue à sa hanche. Il la balança, et le son du métal contre le métal se fit clairement entendre.

Ce fut seulement à ce moment-là qu’Aldrizzt remarqua les deux flèches courtes plantées dans le sol. Une avait été repoussée par l’épée de Neo, et l’autre était plantée à l’endroit où il était assis. Si Neo ne l’avait pas poussé, il aurait sans aucun doute été touché par les flèches.

Neo leva son épée, mais même s’il était à 120 000 % en alerte, il ne put saisir la localisation de l’ennemi. Il pouvait voir occasionnellement des ombres passer, mais était incapable de repérer ses adversaires pour les attaquer.

« C’est mon peuple ! » s’écria Aldrizzt, alarmé. Son visage était extrêmement pâle.

Il avait pensé que son peuple avait abandonné les poursuites, puisqu’aucun chasseur n’avait été vu depuis longtemps. Il avait commencé à entretenir un mince espoir ; l’espoir qu’il pourrait finalement échapper aux jours de traque. Il n’aurait jamais imaginé que…

Neo balança son épée et balaya d’autres flèches courtes comme il hurlait : « Ramasse ton bâton magique, Aldrizzt ! »

Surpris, Aldrizzt obéit immédiatement à l’ordre de Neo et se leva. Il agrippa son bâton aussi fermement que possible et murmura une suite d’incantations. Ensuite, un rideau noir à moitié transparent se dressa devant eux.

Une fois que le rideau noir se fut dressé, leurs opposants arrêtèrent de tirer leurs flèches courtes. Ils émergèrent des buissons par groupe de deux ou trois : un, deux… cinq… huit… quinze… dix-huit… vingt-cinq… trente…

Ce n’est pas une escouade, c’est une armée !

En voyant cela, Aldrizzt poussa un cri de surprise. Il n’avait jamais vu autant de chasseurs auparavant. Si autant de chasseurs étaient apparus avant qu’il rencontre Neo, il aurait très fort probablement déjà été capturé.

Je vois, donc la période de paix était parce qu’ils rassemblaient autant d’elfes noirs ?

Subitement, Neo, qui se tenait devant lui, demanda à voix basse : « Aldrizzt, connais-tu à peu près la portée de ces petites arbalètes ? »

« 10 mètres, tout au plus. »

« Et la portée de leurs sorts magiques ? »

« Quatre-vingts mètres, tout au plus. »

Neo médita cela un moment et demanda alors : « Si nous courons sans nous arrêter, pendant combien de temps peux-tu continuer à courir ? »

« Pendant environ une demi-heure, je crois… Était-ce nécessaire d’exprimer ta curiosité maintenant, dans cette situation ? » Aldrizzt était extrêmement tenté de lever les yeux au ciel à l’attention de Neo. En temps normal, il ne posait aucune question. Et, c’était à l’instant précis où ils se trouvaient dans une situation de vie ou de mort qu’il posait ce genre de questions.

Neo réussit à rouler des yeux à l’attention d’Aldrizzt en premier. Il lâcha d’un ton dédaigneux : « Une demi-heure ? Tu es trop faible ! »

« Je suis un mage, pas un guerrier », ne put s’empêcher de rétorquer Aldrizzt. « Les mages humains sont-ils doués pour la course ? »

« Euuh… Ils seraient probablement près de l’effondrement au bout d’une demi-minute. »

Et c’est mon endurance qui est mauvaise ? Aldrizzt était rempli de suspicion, mais ce n’était pas le moment d’examiner l’endurance des mages humains.

Quand cinquante membres de sa race furent sortis des buissons, Aldrizzt paniqua et s’enquit : « Que vas-tu faire maintenant ? Si tu veux t’enfuir, je ne te blâmerai pas. Tu viens juste de dire que ne pas vouloir mourir n’est pas considéré comme un crime, alors tu devrais vite t’enfuir… »

« Je vais faire… ça ! »

Comme il disait « ça », Neo relâcha son aura de combat. Il concentra celle-ci dans l’épée qu’il tenait dans sa main et agita la pointe de cette dernière en la pointant vers le sol. Son aura de combat émergea en une attaque en forme de croissant de lune et, au moment où elle toucha le sol, la terre explosa avec un grand bang, créant un gigantesque nuage de poussière.

Ainsi, c’est à ceci que ressemble la force du Chevalier du Soleil ?

Comme la poussière retombait finalement, la mâchoire d’Aldrizzt tomba quand il aperçut la tranchée profonde qui s’étendait à l’horizontale devant lui. La crevasse était tellement noire et profonde qu’il était impossible d’en voir le fond…

Il était sur le point de s’approcher pour voir de plus près, lorsque quelqu’un le souleva subitement. Surpris, Aldrizzt cria : « Neo ? »

Neo se mit à avancer à grandes enjambées, accélérant avant de répondre : « Tu es responsable de distraire l’ennemi. Donne-moi le temps de courir 24 mètres à partir de maintenant, et je m’occuperai du reste. »

Aldrizzt était étourdi, mais c’est au même moment qu’il entendit les chasseurs reprendre leurs esprits et recommencer leur poursuite implacable.

Il n’avait pas d’autre choix que de faire ce que Neo lui avait demandé. À part renforcer le rideau noir qui les protégeait tous les deux, il se mit à jeter des sorts de types très variés. Les sorts qu’il jetait n’incluaient aucune magie avec des dommages très importants ; à la place, il jetait des sorts qui étaient connus dans le monde de la magie comme des tours de passe-passe. Par exemple, rendre le sol glissant et produire des sons affreux et assourdissants.

Ces sorts étaient tous très simples, il pouvait donc en jeter beaucoup en même temps et les utiliser pour gérer plus de cinquante ennemis. Le plus important était que, même si ces sorts n’étaient que des petits tours, ils étaient suffisants pour ralentir les mouvements de l’ennemi.

Parfois, il cachait même un sort provoquant des dégâts parmi ses tours de passe-passe, ce qui obligeait leurs ennemis à esquiver et à repousser tous les sorts au lieu de les ignorer.

Après que deux archers eurent leurs figures réduites en morceaux, les mouvements des elfes noirs ralentirent, comme il s’y attendait. Avec de grandes précautions, ils évitèrent chaque sort.

Bien que les elfes noirs eurent ralenti la cadence, Aldrizzt et Neo se trouvaient toujours dans la mire de leurs attaques magiques. Pas mal de sorts de l’élément des ténèbres leur étaient toujours lancés.

Au début, Aldrizzt était un peu inquiet à ce sujet. Mais, lorsqu’il réalisa plus tard que les sorts les plus destructifs les rataient grâce aux mouvements évasifs de Neo, il se calma beaucoup comme il pouvait facilement bloquer les sorts mineurs restants.

Aldrizzt ne put s’empêcher de le féliciter : « Pour quelqu’un qui ne peut pas se retourner et voir, tu esquives les attaques vraiment avec précision. »

Neo renifla et lâcha : « Pour quelqu’un qui ne peut pas se retourner ? Pour le Chevalier du Soleil, l’élément des ténèbres est facile à sentir, exactement comme une souris arrive à sentir le fromage. Même un reniflement serait suffisant ! Je n’ai pas besoin de regarder ! »

À ce moment-là, Neo bondit brusquement avec énergie pour éviter un sort magique dangereux. Alors qu’il était sur le point d’atterrir, un assassin surgit des buissons, la dague dans sa main vraisemblablement sur le point de poignarder le bras de Neo. Puisqu’il était sur le point d’atterrir et qu’il portait Aldrizzt avec ses deux mains, il n’avait aucun moyen d’esquiver ou de bloquer l’attaque avec son épée.

Soudain, avec un « boum », un sort des ténèbres en forme de balle envoya valser l’assassin. Ce dernier retomba dans les buissons d’où il ne se releva plus jamais.

Après avoir envoyé valser l’assassin, Aldrizzt regarda derrière Neo. Peu de sorts étaient lancés vers eux désormais, sans doute parce que les mages étaient à bout de force. Néanmoins, un certain nombre d’assassins et de guerriers étaient toujours sur leurs talons. Il suggéra donc : « Neo, laisse-moi grimper sur ton dos, comme ça tes deux mains seront libres pour manier ton épée. »

Neo lui jeta un coup d’œil et répondit froidement : « Grimpe sur mon dos si tu veux ! Mais assure-toi de te tenir fermement et de ne pas tomber, parce que je ne me retournerai pas pour te ramasser. »

Aldrizzt roula des yeux vers Neo et commença alors à bouger.

Les elfes noirs sont vraiment agiles ! le complimenta silencieusement Neo. Un mouvement aussi large n’avait pas semblé affecter sa course du tout, et sa vitesse était proprement choquante.

Aldrizzt agrippa simplement l’épaule de Neo et, avec un grand mouvement bien calibré, il s’était balancé sans effort sur le dos de Neo.

Ses mains étant à présent libres, Neo dégaina immédiatement son épée et trancha en deux tous les elfes noirs qui portaient des épées ou des dagues. Les poissons occasionnels qui glissaient à travers le filet étaient alors expédiés dans l’au-delà par la magie d’Aldrizzt.

Ces deux-là furent ainsi pourchassés la majorité de la journée de cette manière. Maintenant, le nombre d’assassins et de guerriers avait diminué, mais ils étaient toujours à leurs trousses. Au moment où ils s’arrêteraient, plus d’elfes noirs les rattraperaient instantanément.

Malgré le fait qu’il n’y eût aucun problème avec l’endurance de Neo, porter une personne et courir en même temps n’était pas quelque chose d’agréable à faire. Il demanda, maussade, à la personne sur son dos : « Aldrizzt, as-tu commis des actes très répréhensibles en t’enfuyant de chez toi ? Ne sont-ils pas un peu trop persistants ? »

« Euh… J’ai détruit un temple, plusieurs rues, l’une des portes de la cité et un pont. »

« Tu n’aurais pas simplement pu t’enfuir discrètement ? » dit Neo, sarcastique. « Si tu fais une telle scène, ils sont obligés de te traquer qu’ils le veuillent ou non, sinon ce serait totalement embarrassant ! »

Aldrizzt éclata de rire et ne put s’empêcher de rétorquer : « Je n’ai pas eu le choix. Ils m’ont enfermé dans un temple, ainsi j’ai dû détruire le temple ; ils ont refusé d’ouvrir les portes de la cité pour me laisser partir, alors j’ai été forcé de détruire les portes de la cité ; par la suite, ils ont continué de me pourchasser, j’ai donc dû détruire le pont juste après l’avoir traversé. »

Neo leva les yeux au ciel et le réprimanda : « Tu aurais aussi pu brûler la forêt tout entière ! »

« Brûler les forêts est ta spécialité, pas la mienne. Je sais seulement cuisiner. »

« Tu appelles ça cuisiner ? Au mieux, la nourriture que tu prépares peut seulement être considérée comme comestible. »

« Au moins, c’est mieux que… le tas d’ordures que tu as cuisiné que même un glob n’a pas voulu manger quand tu as essayé de le nourrir ! »

« C’est juste que le glob n’avait pas faim… »

La route devint soudainement très bruyante, lorsqu’ils se mirent tous les deux à se chamailler.

 

 

Au bout d’un laps de temps inconnu, Aldrizzt fut réveillé par une violente secousse. Au moment où il se réveilla, il s’exclama doucement, pris au dépourvu : « Je me suis endormi ? J–Je… »

Neo me portait consciencieusement sur son dos en essayant de s’échapper, et je me suis endormi !

Comme s’il ne s’en préoccupait pas du tout, Neo dit : « Ce n’est pas comme si tu pouvais faire quoi que ce soit même si tu ne dormais pas. »

« Laisse-moi descendre et courir, tu dois être fatigué. »

Bien qu’Aldrizzt sentît que la chose la plus équitable serait de porter Neo en retour, il savait que, avec son endurance physique, il s’évanouirait réellement au bout d’une demi-minute s’il devait porter une personne et courir. Donc, la seule chose qu’il pouvait faire était de courir lui-même.

« Fatigué ? Qui crois-tu que je sois ? » Neo renifla avec dédain. Sans se préoccuper de cacher la fierté dans sa voix, il décréta : « Je suis un chevalier sacré, une classe connue pour son endurance. De plus, je suis le chevalier sacré avec le plus haut rang, le Chevalier du Soleil ! Quelque chose d’aussi mineur ne peut possiblement pas me fatiguer. »

Voyant que Neo ne semblait pas du tout se forcer, Aldrizzt se détendit, mais ajouta quand même : « Pose-moi par terre pour que je puisse courir seul, ou alors tout mon corps sera presque aussi raide qu’un cadavre à force de maintenir cette position. »

Sans rien ajouter, Neo arrêta finalement de courir et laissa Aldrizzt descendre de son dos.

Aldrizzt étira un peu ses bras et ses jambes pendant que Neo saisissait l’opportunité pour prendre quelques bouchées de rations déshydratées. Par la suite, ils recommencèrent tous les deux à fuir.

Même s’il savait qu’il devrait économiser son énergie, Aldrizzt ne put retenir sa curiosité et demanda : « Honnêtement, combien de temps peux-tu courir en me portant ? »

Neo haussa les épaules et répondit : « Si je ne me repose pas du tout, environ trois jours. »

C’est incroyable… Aldrizzt sentit que c’était totalement inconcevable. Courir en portant une personne pendant trois jours ? Dans une forêt sinueuse en plus ! J’ai bien peur que même le meilleur guerrier de mon peuple ne puisse pas faire une chose pareille.

Il regarda à gauche et à droite, planifiant d’inspecter l’état de la route, mais, après avoir examiné le paysage environnant, son visage changea radicalement. Il rappela brusquement à son compagnon en disant : « Arrête-toi sur-le-champ, Neo ! »

Déconcerté, Neo arrêta de courir et demanda : « Qu’est-ce qu’il y a… Ah ! Tu veux aller aux toilettes ? Shoo, shoo ! Éloigne-toi de moi ! »

« Qui veut aller aux toilettes ! » lâcha sèchement Aldrizzt. Soupir ! C’est vraiment difficile de maintenir une attitude nerveuse près de Neo.

Quand Neo haussa les sourcils pour exprimer son interrogation, Aldrizzt expliqua : « Un peu plus et nous serons sur le territoire des elfes. »

« Oh ? » demanda rhétoriquement Neo. « Puisque les elfes haïssent les elfes noirs avec passion, ils ne seront pas heureux d’en voir autant sur leur territoire, n’est-ce pas ? »

Aldrizzt se figea un moment avant d’acquiescer et de dire : « D’accord, allons-y. Ils pourront nous aider à chasser mon peuple. »

Sur la route, ils alternèrent entre la course et le repos. Bien que cela ne dérangeât pas Neo de porter une personne sur son dos, Aldrizzt était peu disposé à être porté, quelle qu’en fût la raison. Il préférait se forcer à courir jusqu’à ce qu’il n’eût plus de souffle.

Remarquant qu’Aldrizzt avait couru jusqu’à ce qu’il fût presque hors d’haleine, mais refusait toujours de dire qu’il voulait se reposer, Neo haussa un sourcil et annonça : « Je suis fatigué, arrêtons-nous pour manger quelque chose. »

Ce fut seulement à cet instant-là qu’Aldrizzt s’arrêta de courir. Il était tellement essoufflé qu’il n’arrivait même pas à parler, toutefois, quand il regarda la personne à côté de lui qui affirmait être fatiguée, le visage de cette personne n’était même pas rouge, pas plus que cette personne ne respirait fort. Il n’a pas du tout l’air fatigué ! Cela lui faisait vraiment se demander s’il devait être heureux que son compagnon fût si endurant et ne le ralentirait pas, ou s’il devait haïr son compagnon pour avoir une si bonne endurance et le forcer à courir jusqu’à ce qu’il fût mort de fatigue.

Neo sortit calmement les rations déshydratées et en donna un morceau à Aldrizzt avant de commencer à manger. Tandis qu’il mâchait, il demanda : « Combien de temps avant que nous atteignions le territoire des elfes ? »

Aldrizzt examina les environs et répondit : « Nous sommes déjà dans le territoire des elfes. J’ai seulement lu dans les livres qu’ils laissaient des marques sur les arbres, donc je ne suis pas sûr jusqu’à quelle profondeur nous devons nous aventurer dans leur territoire avant qu’ils se montrent. »

« Aussi loin que ça ! » dit Neo.

Neo jeta le dernier morceau de rations déshydratées dans sa bouche et scruta la forêt, une main déjà placée sur son épée.

Aldrizzt se figea et entendit alors également le bruissement des feuilles d’arbres. Il regarda vers les buissons et remarqua que des gens étaient dissimulés dans les espaces entre les feuilles d’arbres. Tout de suite, ils se montrèrent.

S’agit-il des elfes, les ennemis jurés des elfes noirs ?

Ils avaient des corps longs et sveltes, qui n’étaient pas très différents de celui d’Aldrizzt. La plus grande différence était, naturellement, la couleur de leur peau qui était très pâle. Qui plus est, aucun elfe n’avait les cheveux blancs : la plupart avaient des cheveux bruns ou dorés.

Ils examinèrent tous les deux les elfes, tout comme les elfes observaient Aldrizzt. D’après leurs visages, ils étaient extrêmement sous le choc. Néanmoins, ils devinrent à la longue encore plus sérieux, révélant des expressions de colère et de haine.

Aldrizzt n’était pas du tout surpris de voir leur réaction, étant donné que les elfes et les elfes noirs avaient toujours été des ennemis jurés. Fondamentalement, il avait déjà été témoin de leur nature généreuse, étant donné que ceux-ci ne l’avaient pas attaqué dès l’instant où ils l’avaient vu. Si la situation avait été inversée, et qu’un groupe d’elfes noirs avait rencontré un elfe solitaire, sans aucun doute, la meilleure chose qui aurait pu arriver à cet elfe aurait été une mort rapide.

Neo se leva. Les elfes se sentirent apparemment provoqués par son action, puisqu’ils levèrent simultanément leurs armes — principalement des arcs — et les pointèrent sur lui.

À ce moment-là, Aldrizzt se leva également. Il se rapprocha de deux pas de Neo, et se tint épaule contre épaule avec lui. Il leva alors la tête fièrement et plongea son regard dans celui des elfes qui les encerclaient.

Comme l’avait dit Neo, il n’avait rien fait de mal.

Même avec les légendaires maîtres-archers de la race des elfes pointant leurs arcs et leurs flèches sur lui, Neo n’eut aucun mal à déclarer d’une voix traînante : « D’abord, je rencontre des elfes noirs. Ensuite, je rencontre des elfes. Si j’avais su que partir à l’aventure serait si amusant, j’aurais laissé mon travail à Grisia deux ans plus tôt. »

En entendant cela, Aldrizzt inclina la tête, roula des yeux à l’intention de Neo et rétorqua : « Je plains réellement ton apprenti. » Par la suite, il se tourna pour faire face aux elfes et cria : « Je suis un elfe noir, mais l’humain près de moi est innocent. S’il-vous-plaît, ne lui faites pas de mal. »

« Aldrizzt, quel genre d’absurdité es-tu en train de raconter ? Je suis en effet innocent, mais tu l’es également ! »

Après avoir réprimandé Aldrizzt, Neo regarda les nombreux elfes présents et hurla : « Nous sommes pourchassés par une armée d’elfes noirs et cherchons votre protection ! »

Tous les elfes se figèrent sous le choc pendant un certain temps avant de se tourner vers Aldrizzt.

« C’est un… » Neo se tut un instant avant de trouver les mots justes. Il poursuivit : « … Déserteur fuyant les elfes noirs. Vous ne voudriez surement pas tuer un elfe noir qui a changé pour devenir une meilleure personne et un humain qui est très gentil pour commencer, n’est-ce pas ? »

Toi ? Gentil ? Si c’est vrai, dans ce cas les elfes noirs ne doivent pas être maléfiques en comparaison. Aldrizzt dut employer toutes ses forces pour empêcher son expression faciale de changer.

En entendant l’affirmation de Neo, les elfes froncèrent des sourcils avec incrédulité. Toutefois, ils n’attaquèrent toujours pas. Quelques elfes avaient même posé leurs armes et commencé à parler entre eux, comme s’ils discutaient de ce qu’ils devraient faire. Cependant, ils parlaient dans le langage des elfes que Neo ne comprenait pas.

Neo murmura à son compagnon : « Est-ce que tu comprends le langage des elfes ? »

Aldrizzt leva à nouveau les yeux au ciel et répliqua : « Dès l’instant où des elfes et des elfes noirs se rencontrent, ils se mettent à s’entretuer. Penses-tu réellement que nous discutons avec l’ennemi ? »

Neo émit un « tss » et commanda à moitié : « La prochaine fois, tu devras apprendre le langage des elfes, parce que je n’autoriserai pas notre compagnon elfe à parler dans mon dos dans le langage des elfes sans que j’en comprenne un mot ! »

Est-ce que c’est vraiment le moment de s’inquiéter de savoir si notre futur compagnon elfe va parler dans ton dos ? Tu devrais plutôt t’inquiéter de savoir si nous allons être transformés en oursins par les flèches des elfes !

Aldrizzt jeta discrètement un coup d’œil aux elfes qui débattaient encore. Il n’y avait aucune indication quant à la fin de leur discussion, comme ils parlaient sans se presser avec une attitude relaxée et sans signe de colère sur leurs visages. Ils semblaient juste au milieu d’une discussion très ordinaire comme s’ils se demandaient où ils iraient chasser aujourd’hui.

Aldrizzt les observa joyeusement. Pendant ce temps, les expressions furieuses sur le visage des elfes, qui tenaient encore leurs armes, disparurent progressivement. À la place, ils contemplaient Aldrizzt avec curiosité.

Cependant, Neo commençait à se lasser d’attendre et avait déjà bâillé Dieu sait combien de fois. Il se plaignit : « Qu’est-ce qui leur prend autant de temps ? Quelle inefficacité. »

Aldrizzt répondit brusquement : « Leurs vies ne sont pas aussi courtes que celles des humains. Crois-tu vraiment qu’ils se préoccupent de choses comme l’efficacité ? »

Neo fronça les sourcils et afficha une expression peinée. Il demanda : « Ils ne vont pas parler pendant une centaine d’années, j’espère ? »

Aldrizzt sourit et secoua la tête en disant : « Ça ne va pas aller jusque-là, mais, puisque les elfes vivent approximativement cinq fois plus longtemps que les humains, le temps qu’ils passent à discuter doit aussi être cinq fois plus longs. Donc, en considérant la durée que les humains passent à discuter, tu devrais être capable d’estimer combien de temps les elfes vont y passer. »

Neo réfléchit et répondit : « En me basant sur la durée que le Chevalier du Jugement et moi passons à discuter, les elfes devraient avoir fini d’ici une minute. Mais, si on se base sur la durée que le Pape et ses prêtres passent à débattre de problèmes… »

« Combien de temps cela prendrait-il ? »

« J’aimerais mieux faire demi-tour et combattre cinquante elfes noirs, plutôt que de gâcher ma vie ici. Sache que j’ai qu… »

Soupçonneux, Aldrizzt tourna immédiatement la tête et s’enquit : « Qu… ? »

« Qu… Qu… que je ne suis plus un jeune homme ! » Neo toussa et dit avec impatience : « Tu dois savoir que nous, les humains, ne vivons pas aussi longtemps que les elfes ou les elfes noirs, alors nous devons faire bon usage de notre temps. »

Aldrizzt plissa son regard déjà très fin. Il considéra Neo d’un œil très méfiant, pendant que ce dernier employait ses vingt ans d’expérience à être le Chevalier du Soleil pour sourire radieusement à Aldrizzt comme si rien ne clochait dans ses propos.

« Si je puis vous demander, avez-vous fini de discuter tous les deux ? »

Neo et Aldrizzt restèrent tous les deux surpris. Ils se retournèrent et découvrirent que tous les elfes les fixaient, leur discussion depuis longtemps terminée.

À ce moment-là, un elfe s’avança et dit avec courtoisie dans le langage des humains : « Si vous souhaitez continuer à discuter, cela ne nous dérange pas d’attendre. »

Neo se vers Aldrizzt et lui s’enquit : « Devons-nous discuter de quoi que ce soit d’autre ? »

Aldrizzt rouspéta : « Pourquoi aurais-je quelque chose à te dire ? »

Neo haussa les épaules et fit face à l’elfe. Il déclara : « Nous avons fini de discuter. »

L’elfe responsable des négociations les observa, un peu intrigué. Ce fut seulement quand il eut entendu la réponse de Neo qu’il hocha la tête et dit : « Nous sommes d’accord pour vous escorter tous les deux jusqu’à la lisière de la forêt, mais vous devez jurer de ne plus jamais entrer dans cette forêt. Si vous osez à nouveau y mettre les pieds, nous ne montrerons aucune pitié envers vous. Soyez certains de prendre note de ce point. »

Neo n’était pas très satisfait de la conclusion à laquelle les elfes étaient arrivés, mais Aldrizzt poussa un grand soupir de soulagement. Au départ, il s’était préparé à l’idée de mourir entre les mains des elfes et n’aurait jamais cru que les elfes le laisseraient partir, encore moins qu’ils l’escorteraient.

Aldrizzt remercia d’abord les elfes d’un signe de la main avant d’ajouter anxieusement : « Merci d’offrir de nous escorter, mais il vaudrait mieux que vous envoyiez davantage d’elfes, parce que nous sommes poursuivis par plus de cinquante elfes noirs. Nous en avons bien tué quelques-uns, mais ils ne sont sans doute pas moins de cinquante. Par conséquent, si vous n’êtes pas assez nombreux, vous ne réussirez pas à effrayer mon peuple. »

L’elfe se raidit quand il entendit le rappel amical d’Aldrizzt. Toutefois, par la suite, il sembla s’en vouloir de sa réaction et acquiesça donc à nouveau d’un signe de tête.

Bien qu’il eût reçu ce genre de réponse, Aldrizzt en était tout de même très heureux. Auparavant, même s’il avait rencontré des humains, ceux-ci ne lui auraient pas offert un simple hochement de tête en réponse. À la place, ils auraient sans doute hurlé, se seraient enfuis en courant, ou l’auraient attaqué sur-le-champ. Maintenant que les elfes, qui étaient censés être ses ennemis jurés, le traitaient avec une réponse plus ou moins amicale, il en ressentait un réel sentiment d’accomplissement.

Néanmoins, Neo était extrêmement insatisfait. Durant les vingt années où j’ai été le Chevalier du Soleil, quand ai-je déjà été traité de la sorte ? Sa mine était sombre, alors qu’il ricanait : « Mon partenaire vous a gentiment avertis, et vous lui témoignez ce genre d’attitude ? Vous croyez-vous vraiment à ce point supérieurs aux autres ? »

« Neo, ne dis pas ça. » Aldrizzt interrompit rapidement son compagnon. Il continua en disant : « Après tout, les elfes ne sont pas obligés de nous escorter. »

« Bien sûr qu’ils en ont l’obligation ! Si tu rencontrais un elfe qui était pourchassé, ne lui tendrais-tu pas une main salvatrice ? Et en l’aidant, est-ce que tu agirais comme si tu étais supérieur aux autres ? »

Confronté au reproche de Neo, Aldrizzt hésita. Naturellement, il tendrait une main pour venir en aide à son prochain, et il n’agirait pas comme s’il était supérieur. Mais…

Neo rit froidement et annonça de manière extrêmement arrogante : « Nous préférons nous battre jusqu’à la mort sous le regard du Dieu de la Lumière, plutôt que d’accepter votre charité au prix de notre dignité ! »

L’elfe regarda Neo, complètement sous le choc. Pendant un instant, il ne sut pas comment réagir.

« Aldrizzt, c’est le moment de partir ! » Sans donner aux elfes le temps de réfléchir, Neo invita Aldrizzt à le suivre et se tourna réellement pour partir.

Aldrizzt sursauta, puis se dépêcha de le suivre.

Après qu’ils eurent tous les deux marché en silence sur une certaine distance, Aldrizzt nota de vagues signes que des personnes les suivaient. Inquiet, il observa les traqueurs pendant quelque temps, uniquement pour découvrir avec surprise que les traqueurs étaient en réalité…

« Les elfes nous suivent », murmura-t-il à Neo.

Neo inclina la tête en arrière et jeta un regard. Il regarda alors immédiatement vers l’avant comme si rien n’était arrivé et dit sans apprécier : « Ce sont eux qui aiment nous suivre, je ne voulais pas de leur aide. »

Aldrizzt rit presque tout haut. En même temps, il se détendit également. Si une armée complète d’elfes était aux alentours, son peuple n’oserait surement pas les attaquer. Ils étaient, après tout, à la surface. Aussi, ils se trouvaient dans la forêt où vivaient les elfes, donc les elfes noirs n’avaient pas l’avantage.

Et, agir quand ils n’avaient pas l’avantage n’était assurément pas le style des elfes noirs.

 

 

Les elfes avaient tenu leur parole, escortant les deux compagnons jusqu’à la sortie de la forêt. Le voyage était extrêmement paisible, et pas un seul elfe noir ne fut aperçu.

Alors que les deux compagnons sortaient de la forêt, la première chose qu’ils virent ne fut pas une falaise ou un désert, mais une petite ville pas très éloignée. Aldrizzt en ressentit un réel exploit. Toutes les choses sont disposées à changer, et peut-être que son extrême malchance d’avant était maintenant devenue de la chance.

Ils entendirent un bruit derrière eux et se retournèrent simultanément, seulement pour voir un elfe apparaître entre les arbres. Vu son allure, il devait probablement être l’elfe qui avait été chargé des négociations.

L’elfe les observa tous les deux et déclara sévèrement : « Nous avons honoré notre promesse, donc honorez la vôtre s’il-vous-plaît. N’entrez plus jamais dans la forêt. »

Neo émit seulement un « hmph », mais Aldrizzt hocha immédiatement la tête.

Bien que Neo n’exprimât pas son accord, la personne dont les elfes se méfiaient le plus était Aldrizzt. Par conséquent, après qu’Aldrizzt lui eût fait sa promesse, l’elfe se retourna pour partir.

« Attends ! »

L’elfe s’arrêta de marcher et se retourna vers l’humain qui lui avait crié d’attendre.

Neo sourit joyeusement en posant une série de questions : « Quel est ton nom ? Es-tu un homme ou une femme ? Un archer ou un mage ? »

Surpris, Aldrizzt observa Neo avec une expression bizarre. Il pensa, Est-ce que Neo va vraiment demander à l’elfe de joindre notre groupe ?

L’elfe fixa froidement Neo et répondit : « Je suis Evaclair. » Après cela, elle partit sans se retourner.

Quand l’elfe fut loin, Aldrizzt murmura : « Ne pouvais-tu pas voir que c’était une femme elfe ? Comment as-tu pu lui poser une question aussi impolie ? »

Plutôt que de répondre à Aldrizzt, Neo s’enquit : « Est-ce que tous les elfes présents étaient des femmes ? »

Aldrizzt fixa Neo étrangement et répondit naturellement : « Non, il y avait à peu près autant d’hommes que de femmes. »

« Je n’arrive pas du tout à les différencier… »

Aldrizzt eut soudain un mauvais pressentiment. Il demanda vivement : « Attends, tu sais que je suis un homme, n’est-ce pas ? »

« Évidemment que je le sais ! »

Aldrizzt se calma.

Neo dit fièrement : « Je m’en suis rendu compte trois jours après que nous nous soyons rencontrés. »

« … »

Invincible Partie 2 : L’Elfe Noir – Aldrizzt

posted in: Invincible | 0

La Légende du Chevalier du Soleil – Histoire parallèle

Roman d’origine en chinois par (Yu Wo)


Unbeatable Part 2: Dark Elf – Aldrizzt – traduit du chinois vers l’anglais par Dahlys[PR!]
Invincible Partie 2 : L’Elfe Noir – Aldrizzt – traduit de l’anglais au français par Irina
+ Travail de vérification par Yukomin/Nocta

Il regarda à droite puis à gauche, mais ne vit pas ses bagages. Neo se rappela finalement que tout ce qu’il avait pris avec lui en partant était un paquet de rations déshydratées qu’il avait obtenu des cuisines. Il n’avait rien emmené d’autres, il ne pouvait donc évidemment pas avoir de bagages.

Dans une situation où il ne possédait aucun vêtement propre pour se changer, il n’avait pas d’autres choix que de remettre la tenue qu’il avait abandonnée. Ses habits empestaient la sueur et, comme il les avait jetés par terre sans y prêter attention, ils étaient maintenant couverts de terre.

Je dois remettre ces guenilles ? Neo afficha une expression pleine de dégoût. Mais, peu importe à quel point ses vêtements étaient dégoûtants et puants, les porter serait toujours mieux que se balader nu.

Avec un pied sur le bord, il venait juste de décider de remonter et de remettre ses vêtements sales, quand il entendit du bruit non loin de là. On percevait le bruissement des feuilles d’arbres, le claquement du métal contre du métal, et même des cris de personnes. En combinant les différents sons, on dirait que… un combat a lieu ?

Neo leva un sourcil et reposa ses vêtements sales. À la place, il ramassa son épée et retourna dans l’eau.

Peut-être que quelques personnes sont là pour me « donner » des vêtements. Même si leurs habits puent trop pour être portés, au moins ils auront des « bagages », non ?

Penser à cela mit Neo de bonne humeur. Il prit ainsi les choses tranquillement, tandis qu’il observait la situation se développer.

Le son du frottement des feuilles se faisait de plus en plus fort. Une seconde plus tard, un humain passa à toute vitesse entre les arbres et aboutit dans la clairière… Attendez, ce n’est pas un « humain ». Les yeux de Neo s’agrandirent légèrement.

Cette personne possédait en réalité une couronne de cheveux d’un blanc immaculé, une couleur très différente des cheveux blancs cendrés d’un vieil homme. Les cheveux de cette personne étaient blancs comme la neige, et cela semblait naturel, à la différence des cheveux grisonnants d’une vieille personne.

Dans la seconde suivante, il nota un trait encore plus remarquable. La peau de cet individu était d’une couleur presque noire.

Des cheveux blancs et la peau noire, une seule race au monde réunit ces traits.

Les elfes noirs.

L’individu sembla avoir remarqué Neo, mais il n’avait visiblement pas de temps à perdre pour porter attention à un humain dans un lac. Il se retourna immédiatement et avança lentement en jetant plusieurs sorts.

Les sorts ressemblaient à de grandes lames, mais celles-ci étaient à moitié transparentes. Alors que chaque sort lancé frappait un arbre, une entaille apparaissait immédiatement sur le tronc des arbres, et ces derniers se fendaient en deux là où ils étaient entaillés, comme s’ils avaient été coupés par une vraie lame.

Est que c’est Lame de Vent ? Ça ne semblait pas tout à fait exact, puisque Lame de Vent était un sort transparent et incolore, tandis que les lames de vents qu’il voyait avaient une légère coloration noire.

Est-ce une attaque de l’élément des ténèbres qui imite Lame de Vent ? Dans ce cas, je devrais l’appeler Lame de Ténèbres ! Neo haussa un sourcil. Même s’il était un chevalier, le sort Lame de Vent ne lui était pas inconnu… Son apprenti, Grisia, utilisait souvent ce sort comme d’un éventail, et la personne qu’il éventait avec ce sort était, avec une probabilité de 80-90 %, Neo lui-même.

Bien sûr, la puissance employée dans le but d’éventer était beaucoup plus faible, tellement faible qu’il lui aurait été difficile de couper une mèche de cheveux.

Après avoir jeté les sorts, l’elfe noir ne se détendit pas. Il déplaçait constamment ses pieds légèrement, et à chaque fois qu’il bougeait d’un pas, une petite flèche venait se planter dans le sol, à l’endroit où il se tenait auparavant

Hmm… Cet elfe noir sait comment se servir de sorts puissants. Il doit s’agir d’un mage, mais ses capacités physiques ne sont pas mal du tout ! À ce moment-là, tandis que Neo était appuyé sur le bord du lac en appréciant le spectacle, une flèche arriva par hasard droit sur lui. Il l’attrapa facilement et ouvrit sa main pour l’examiner de plus près. La flèche était petite mais très bien faite. Elle faisait seulement la longueur d’une main, mais le travail avait extrêmement été bien exécuté : la pointe de flèche était très aiguisée et l’empennage avait été particulièrement travaillé.

« Faites attention, la flèche est empoisonnée », cria l’elfe noir en se retournant brusquement.

L’elfe noir vient de me prévenir ?

Neo trouva cela un peu étrange, car les elfes noirs n’était pas une race bienveillante. En vérité, c’est une race plutôt connue. Tous les elfes noirs, des adultes aux jeunes enfants, les hommes autant que les femmes, sont sans exception mauvais et méprisables.

Mais, il s’avéra que l’elfe noir n’avait pas menti. À cet instant, Neo découvrit que, même s’il n’avait touché que l’axe de la flèche, son doigt commençait déjà à devenir violet.

Il félicita intérieurement ce poison. Quelle toxicité impressionnante ! Après cela, il appela un peu d’élément sacré et expulsa le poison. Même s’il avait perdu la faveur du Dieu de la Lumière, quelque chose d’aussi simple que de supprimer du poison n’était pas un problème de tout.

« L’antidote ! »

L’elfe noir courut subitement vers lui et jeta une petite bouteille à Neo. Il se tourna de nouveau pour faire face aux ennemis cachés dans les buissons.

Juste après qu’il se fût retourné, il laissa filtrer un grognement étouffé.

Neo l’observa et remarqua qu’une flèche avait percé le bras de l’elfe noir. De plus, l’elfe noir n’avait pas le temps de retirer la flèche, puisqu’il devait reculer de quelques pas afin d’esquiver la volée de flèches qui suivait.

Tout à coup – peut-être parce qu’ils avaient épuisé toutes leurs flèches, ou parce qu’ils avaient vu que l’elfe noir était touché – les ennemis cachés dans les buissons apparurent… Quoi ? Ce sont aussi des elfes noirs !

Il y en a quatre… non, cinq ? Trois d’entre eux transportaient des arbalètes minuscules, et les deux autres tenaient des rapières, ce qui suggérait que leurs professions étaient proches de celles de guerriers.

« Il semblerait que mon aventure ne soit pas si mal que ça ! Dès le début, je rencontre des elfes noirs qui sont des créatures extrêmement rares. Je n’ai jamais entendu parler de qui que ce soit ayant aperçu des elfes noirs durant les derniers siècles, et au moment où je les rencontre, je tombe sur un grand groupe ! » Neo contemplait la scène avec grand plaisir. Comme il avait un peu faim, il prit son sac de rations déshydratées et commença à les grignoter.

Cependant, il semblerait que l’elfe noir inhabituel n’avait plus d’espoir d’échapper à la mort. Non seulement il était empoisonné, mais il était aussi seul. En addition, c’était un mage au corps frêle.

Peu importe sous quel angle je considère la question, cet elfe est condamné ! De plus, il semble subir une bastonnade unilatérale et tenter de délayer l’heure de sa mort.

Les deux guerriers levèrent leurs rapières et sortirent des buissons. Malgré le fait qu’ils maintinssent une attitude vigilante, ils souriaient comme si leur plan avait déjà réussi, et qu’ils allaient facilement capturer le mage à l’instant suivant…

Les deux elfes noirs effectuèrent un pas en avant, mais une seconde plus tard les « deux » étaient devenus « un tas de morceaux ».

Oh ? Neo plissa les yeux et regarda attentivement la chair et le sang qui volaient dans tous les sens. Les coupures étaient très propres, il n’avait pas vu quel type d’attaque c’était, et la chair et le sang allèrent voler très haut et loin… Était-ce Lame de Ténèbres ?

Dans ce cas, d’où ces Lames de Ténèbres ont-elles été tirées ?

À l’instant, quand les archers avaient cessé de tirer, et que le groupe était sorti des buissons, le mage était déjà agenouillé sur le sol avec un air découragé à cause de la flèche empoisonnée. C’était pourquoi les deux guerriers avaient baissé leurs gardes, ce qui les avait menés à finir en morceaux en un instant… Ils étaient probablement morts avant même de réaliser qu’ils avaient été attaqués.

Les trois archers restants étaient clairement extrêmement alarmés et s’étaient tous figés sous le choc.

Le mage releva la tête et dit quelque chose dans la langue des elfes noirs.

Même si Neo ne put comprendre aucun mot, il parvint à deviner le sens global à partir de l’expression du mage… Ça ne devrait pas être très différent de « Vous êtes morts ».

Juste après cela, les trois archers furent coupés à la taille et tombèrent en six morceaux. Les coupures étaient aussi très nettes. Ces coupures ont probablement été causées par Lame de Ténèbres.

La magie n’était pas le point fort de Neo, donc il ne pouvait pas réellement comprendre comment le mage avait fait cela. Malgré tout, il se sentait terriblement curieux.

Tss, tss ! Neo ne put s’empêcher de penser, C’est dommage, si seulement Grisia était là ! Il pourrait définitivement m’expliquer ce qu’il s’est passé… De plus, il aurait probablement appris comment le faire ! Mais, en y repensant, laisser Grisia apprendre une magie aussi puissante n’est pas une si bonne chose au final.

Si mon élève devient fort, il ne sera plus aussi simple à intimider quand le Maître rentrera au Temple Sacré.

L’elfe noir se retourna et regarda Neo. Neo applaudit aussitôt généreusement en le félicitant : « Quel pouvoir incroyable ! Je n’ai jamais entendu parler d’un mage dispersant une escouade entière à lui tout seul. Tu n’es pas mauvais ! »

En entendant cela, l’elfe noir fixa précautionneusement l’humain dans le lac et tenta de demander : « Pouvez-vous me rendre la bouteille d’antidote, s’il-vous-plaît ? »

Au moins, il est poli. Neo renvoya la bouteille d’antidote. Au moment où l’elfe noir l’attrapa, il avala précipitamment l’antidote. Il arracha ensuite la petite flèche de son corps et la jeta au sol.

Après cela, il jaugea Neo. Même si l’elfe noir ne semblait plus être aussi méfiant qu’avant, il n’avait pas pour autant confiance. Avec une légère hésitation, il dit : « Vous… Je suis un elfe noir. »

« C’est vrai ! Tu es vraiment très sombre », dit Neo avec désinvolture. « Dans tous les cas, est-ce que tu as des vêtements de rechange ? Peux-tu m’en prêter des propres ? »

« … »

L’elfe noir fixa l’humain dans le lac. Une seconde plus tard, il s’évanouit.

 

 

Quand il rouvrit les yeux, Aldrizzt était absolument sûr qu’il allait se réveiller dans une prison ou un endroit similaire. Après tout, il était un elfe noir, et un humain se trouvait près de lui quand il n’avait pu plus en supporter davantage et s’était évanoui.

Les humains avaient toujours traité les elfes noirs comme une race maléfique. S’ils voyaient un elfe noir, ils ne le laisseraient pas partir facilement et tenteraient de le tuer sur-le-champ.

Le plus tragique dans tout ça c’était à quel point les humains avaient raison. Les elfes noirs étaient effectivement une race extrêmement maléfique, et personne ne comprenait mieux ce fait qu’Aldrizzt.

Pourquoi ne puis-je pas être comme tous les autres elfes noirs, et accepter le mal ? Si j’étais comme ça, les choses ne seraient-elles pas beaucoup plus simples ? songea Aldrizzt, un peu déprimé.

Mais, il savait que, si c’était si facile d’être maléfique, il n’aurait pas eu à devenir un traître et un fugitif aux yeux de son propre peuple. Ils ne lui avaient pas laissé d’autre choix que de s’échapper du monde souterrain et de remonter à la surface. Même ainsi, il n’avait pas su se débarrasser des elfes noirs à sa poursuite.

Vais-je vraiment être pourchassé toute ma vie, sans jamais être accepté par les gens des autres races ? Vais-je vivre le reste de mes jours en étant un fugitif solitaire ?

Aldrizzt se complut dans un auto-apitoiement pendant quelque temps…

« Les vêtements sont plutôt propres, mais tu es trop maigre, alors ils sont un peu serrés. »

Aldrizzt se figea un moment et releva brusquement la tête, seulement pour découvrir qu’il était cerné par la forêt… Il vit aussi un humain, et cet humain portait une des quelques tenues intactes qu’il lui restait.

Je ne suis pas en prison ?

L’humain s’assit et jeta négligemment un sac à Aldrizzt. Ce dernier l’ouvrit et réalisa que le sac était plein de rations déshydratées.

« Je vous en prie, rendez-moi mes vêtements… Il ne m’en reste pas beaucoup. » Les pensées d’Aldrizzt étaient confuses, puisqu’il ne comprenait pas ce que cet humain essayait de faire. Par contre, il comprenait tout de même la chose la plus importante.

Il n’était pas mesquin au point de refuser de se séparer de quelques vêtements, mais il avait encore de nombreux jours de voyage devant lui. Bien que les mages eussent toujours eu un grand potentiel pour gagner de l’argent, et donc qu’il ne manquerait pas d’aptitudes à employer pour s’enrichir et pourrait devenir un chasseur ou un mercenaire, il demeurait un elfe noir. Quoi qu’il fît, au moment où il serait aperçu par n’importe quel humain, il ne pourrait échapper au destin d’être pourchassé jusqu’à la mort.

Même entrer dans une ville pour acheter des vêtements était une mission impossible.

L’humain haussa les sourcils, indiquant qu’il n’avait pas la moindre intention de rendre les vêtements à Aldrizzt. Il dit seulement : « Mon nom est Neo. »

Aldrizzt répondit par réflexe : « Je suis Aldrizzt. »

Après avoir dit ça, il regarda les vêtements que Neo portait et se demanda s’il devait redemander leur restitution.

À ce moment-là, Neo lâcha mécontent : « Rien de grave, ce sont juste des vêtements. Je peux même te donner les miens ; il faut juste les laver, et ils seront mettables. Leur qualité est meilleure que celle des tiens d’ailleurs ! De toute façon, tu t’es évanoui à cause de la faim et de la fatigue, alors tu devrais manger quelque chose maintenant. »

Aldrizz réfléchit un instant et conclut qu’il n’avait pas besoin de s’énerver pour quelques vêtements, il commença ainsi simplement à manger. Dès le moment où les rations entrèrent dans sa bouche, il réalisa finalement à quel point il avait faim… Le groupe d’elfes noirs le traquait depuis trois jours, et en raison de cela il n’avait pas eu de temps pour chasser correctement pendant un total de trois jours.

Neo observait Aldrizzt manger avec un grand intérêt. Ce dernier fixait également Neo avec des yeux tout aussi curieux.

Leurs yeux se rencontrèrent, mais aucun des deux ne détourna le regard. Neo continua de scruter ouvertement l’autre personne, mais Aldrizzt sourit poliment et continua de manger ses rations déshydratées.

Des cheveux blancs, une peau noire et des yeux rouges. Même s’il portait un manteau à capuche, ce serait difficile de cacher les caractéristiques uniques d’un elfe noir. En réalité, il serait très difficile pour Aldrizzt de survivre à la surface, car la réputation des elfes noirs était établie à travers tout le continent.

Neo essaya de deviner avec enthousiasme pourquoi un elfe noir quitterait le monde souterrain pour venir à la surface. Est-il un criminel en fuite ? Ou n’a-t-il pas peur, parce que quelqu’un le couvre ? Hm… d’après le combat juste avant, il y a de plus fortes chances pour qu’il soit un criminel en fuite.

Parallèlement, Aldrizzt était aussi en train d’étudier Neo. Il ne pouvait pas estimer précisément l’âge d’un humain, et put uniquement supposer, d’après les cheveux dorés, les yeux bleus, et la peau presque vierge de rides de ce dernier, que Neo n’était pas très âgé.

Même s’il supposait que Neo ne fût pas très âgé, il sentait que Neo était un vétéran chevronné. Sa posture attentive et son regard aiguisé montraient tous deux que Neo n’était pas une personne à sous-estimer.

De plus, Neo prenait la posture élégante d’un aristocrate, et cette élégance était si naturelle qu’il paraissait être né avec. Cela conduisit l’elfe noir à le soupçonner fortement d’être un noble possédant un très haut statut.

Mais, quoi qu’il advînt, Neo n’était pas effrayé par lui. Aldrizzt était sûr de ce fait. Il se sentait plutôt excité, parce que, quoi que Neo pût escompter faire plus tard, au moins, Aldrizzt avait quelqu’un à qui parler… Combien de temps cela fait-il depuis la dernière fois que j’ai pu entretenir une vraie conversation avec une autre créature ?

Après avoir englouti rapidement la nourriture déshydratée, Aldrizzt ne put attendre plus longtemps et articula : « Bonjour, Neo. »

Neo haussa un sourcil, sourit, et copia malicieusement la façon de parler d’Aldrizzt : « Bonjour, Aldrizzt. »

Après avoir salué Neo, Aldrizzt ne savait pas vraiment comment continuer la conversation, mais soudain, il remarqua l’épée de Neo et lâcha : « Es-tu un guerrier ? »

« Je suis un chevalier. » Neo leva sa main et forma une petite bille d’élément sacré. Il ajouta : « Un chevalier sacré. »

« Un chevalier sacré ? » Maintenant, la curiosité d’Aldrizzt avait réellement été piquée.

Pour un elfe noir, un « chevalier sacré » était un travail qui n’existait que dans les légendes. Parmi son peuple, qui tendait vers une affinité avec l’élément des ténèbres, personne n’avait la possibilité de choisir une carrière liée à l’élément pur et sacré.

« Tu es un mage, n’est-ce pas ? » Neo ne put se retenir d’avantage et le questionna immédiatement : « Où diable as-tu caché ces Lames de Ténèbres, tout à l’heure ? »

« Lame de Ténèbres ? Tu veux dire %@#& ? Cela s’appelle-t-il Lame de Ténèbres dans le langage humain ? » Aldrizzt prononça quelque chose dans le langage des elfes noirs, et sourit ensuite. Il tendit la main, frappa le sol et répondit : « Je les ai cachés sous terre. »

Neo réalisa soudain ce qu’il s’était passé. Néanmoins, il y avait toujours quelque chose qu’il ne comprenait pas, donc il redemanda : « C’est possible que les guerriers aient été tranchés par des Lames de Ténèbres provenant du sol, mais les archers ont été coupés à la taille, alors il n’y a pas moyen qu’ils aient été tués par des Lames de Ténèbres cachées dans le sol ! L’angle est totalement incorrect ! »

Aldrizzt sourit à nouveau et répliqua : « C’est une forêt, Neo ! Hormis la terre, qu’est-ce qui est le plus abondant ? »

« Tu as caché les Lames de Ténèbres dans les arbres… Tu es doué. » Bien que Neo ne possédât pas une bonne compréhension de la magie, étant donné que son élève était meilleur en magie qu’à l’épée, il n’avait pas eu d’autres choix que d’apprendre beaucoup de choses sur la magie.

Cacher les Lames de Ténèbres sous terre et dans les arbres. Même si cela paraissait simple, la magie n’était pas quelque chose de très stable et devait être contrôlée avec précision pour que l’ennemi ne remarque rien. Par conséquent, cela ne pouvait pas avoir été une prouesse facile à accomplir.

Autrement, le Pape n’aurait pas fait cette expression classique – la mâchoire décrochée – quand il avait vu Grisia employer Lame de Vent comme d’un éventail.

« Quel mage ne voudrait pas s’éventer quand il fait très chaud ? Le problème est qu’une fois que tu perds le contrôle, inutile de penser à s’éventer, puisque tu auras séparé ta tête de ton corps ! Qui voudrait risquer sa vie, juste pour se rafraîchir ? »

Cependant, Grisia s’éventait depuis de nombreuses années, et n’avait pas encore été décapité. Depuis lors, Neo avait réalisé que son élève était un mage absolument brillant !

La chose tragique était le fait qu’il fût un chevalier sacré.

Aldrizzt observait Neo avec précaution, comme c’était le premier humain à avoir jamais discuté avec lui. Il découvrit que Neo était profondément plongé dans ses pensées et qu’il affichait une expression incompréhensible, comme s’il avait vu quelque chose de bizarre… Aldrizzt ne put s’empêcher de demander : « Ton expression est un peu étrange. Pourquoi donc ? »

« Je suis en deuil à cause de mon apprenti. »

Aldrizzt émit un son ressemblant à un « ah », et dit alors en s’excusant : « Je suis vraiment désolé, je ne savais pas que c’était quelque chose comme ça. Ton élève… devait être plutôt jeune, non ? C’est en effet regrettable. »

Neo haussa les épaules et répondit : « Il n’est plus si jeune que ça, puisqu’il a déjà vingt ans. »

« Vingt ? Alors quel âge as-tu ? » Aldrizzt était perplexe. Je me rappelle que les humains vivent au plus une centaine d’années, alors si l’élève de Neo a vingt ans, je suppose que Neo, le maître, devrait avoir au moins quarante ans ?

Neo eut un sourire resplendissant et proclama : « Trente ans. »

Même s’il sentait que quelque chose clochait dans cette affirmation, Aldrizzt ne connaissait pas grand-chose aux humains. Tout ce qu’il savait provenait des livres, alors il ne trouva rien d’étrange à ce qu’un étudiant et un maître eussent une différence d’âge de seulement dix ans.

« Pour les humains, une personne de vingt ans n’est en effet plus considérée comme un enfant, mais c’est quand même trop tôt pour rendre l’âme. Quel dommage. »

« …Qui est mort ? » Neo était stupéfait.

En entendant cela, Aldrizzt était aussi déconcerté. Il dit, un peu incertain : « Ton élève ? »

Le regard de Néo se vida pendant un moment. Puis, tout à coup, il éclata de rire, devenant de plus en plus bruyant jusqu’à ce que, en fin de compte, il se tînt le ventre en hurlant de façon hystérique. Il rigolait si fort qu’il pouvait à peine parler. « G-Grisia, il… il est vivant et va bien. A-avec la quantité d’élément sacré qu’il possède, n’importe qui peut mourir, sauf lui ! »

« Mais, n’étais-tu pas en deuil pour lui ? » Aldrizzt avait l’air plutôt déconcerté.

Neo rit bruyamment en disant : « C’est… c’est pour son travail que je fais mon deuil ! »

« Travail ? » Aldrizzt en fut encore plus confus. Pourquoi faudrait-il faire un deuil à propos d’un travail ?

À l’instant où il songea au métier de son élève, Neo cessa de rire. C’était tellement tragique qu’il ne pouvait en rire même s’il le voulait. Il avoua, un peu sombre : « Mon élève est un mage de génie. »

Et alors ? N’est-ce pas une bonne chose ? Aldrizzt en fut encore plus perturbé. Voyant cela, Neo tapota son épée pour rappeler à l’elfe noir sa profession.

Aldrizzt eut un regard vide pendant un moment avant de se rappeler que Neo était un chevalier sacré. L’élève d’un chevalier sacré est un mage de génie ?

« Il… y a vraiment de quoi s’attrister. »

Bien qu’il eût dit cela, Aldrizzt avait plutôt envie de rigoler. Comment un chevalier sacré peut-il entrainer un mage ?

« De quoi ris-tu ? » Neo roula des yeux et ajouta sèchement, mécontent : « Il se fait tard, alors dépêche-toi de manger les rations restantes. Nous allons trouver une cité et enregistrer notre groupe. »

« Groupe ? » s’enquit Aldrizzt, sans comprendre.

« Exactement ! » répondit Neo tranquillement « Un groupe avec un elfe noir et un humain… Appelons-le : l’Escouade des Humains Noirs ! Comment est-ce que ça sonne ? »

Horrible ! pensa Aldrizzt par réflexe. Mais, peu après, il se figea quelque temps … Qu’est-ce que je viens d’entendre ?

Un humain m’invite à devenir son compagnon ? Il devint silencieux pendant un moment. Bien qu’il en fût un peu heureux, il était surtout soupçonneux.

« Pourquoi moi ? Je suis un elfe noir. »

C’est amusant justement parce que tu es un elfe noir. Neo haussa les épaules et déclara : « Considère-toi comme chanceux ! À la base, je ne voulais pas trouver de compagnon, mais je n’ai pas d’autres choix, puisque j’ai oublié de prendre mes bagages quand je suis parti ! Du coup, je dois trouver un compagnon qui en possède. »

Ce ne serait pas plus simple d’aller chercher tes bagages ? Même si Aldrizzt voulait réfuter son argument, il n’osa pas le faire, de peur que Neo retournât réellement chercher ses bagages, plutôt que de chercher un compagnon qui en possédât.

Pour un elfe noir qui avait échappé à sa propre race et qui errait à la surface, un humain qui était d’accord pour discuter avec lui était extrêmement précieux. Par conséquent, il ne désirait pas abandonner ce compagnon. Même si celui-ci avait d’autres motivations, tant qu’il n’avait pas l’intention de le blesser, Aldrizzt pouvait fermer les yeux sur ça.

« Dans ce cas, je compte sur toi, Neo. »

Neo haussa un sourcil et répondit : « Je compte sur toi, également. »

 

 

Puisqu’Aldrizzt était là, Neo ne pouvait plus courir toute la journée comme il avait fait précédemment. Par conséquent, la vitesse à laquelle ils voyageaient n’était pas très élevée, et ils ne sortirent pas de la forêt même après une journée entière de marche.

Quand la nuit tomba, ils n’eurent pas d’autre choix que de s’arrêter de marcher. Ils décidèrent de passer la nuit dans la forêt.

Aldrizzt demanda poliment : « Neo, si ça ne te dérange pas trop, pourrais-tu démarrer un feu s’il-te-plait. Je vais aller chercher des herbes sèches pour faire un lit. »

« Démarrer un feu ? » Neo leva un sourcil et répliqua naturellement : « N’est-ce pas le travail du mage ? »

Dans le monde des elfes noirs, les tâches physiques revenaient toujours aux guerriers, mais… il se trouvait à présent dans le monde des humains… Peut-être que dans le monde des humains, faire un feu est le travail du mage ?

Bien qu’il fût à la base un mage des ténèbres, et qu’il lui était donc plus aisé d’appeler l’élément des ténèbres, rassembler l’élément du feu pour démarrer un feu ne posait pas un problème.

Mais, même s’il employait la magie, il avait tout de même besoin d’un combustible. Aldrizzt se leva et se résigna à aller chercher des branches sèches pour démarrer un feu quand, derrière lui, Neo cria : « Oh, et après avoir démarré un feu, aide-moi à laver mes vêtements. »

En voyant l’expression stupéfaite d’Aldrizzt, Neo ouvrit ses mains innocemment et expliqua : « Si tu laves mes vêtements pour que je puisse les mettre demain, alors je pourrai te rendre les tiens ! »

« … »

Même si cela avait l’air raisonnable, quelque chose semblait clocher. J’ai dû prêter mes vêtements propres à Neo, et maintenant je dois laver ses vêtements sales pour qu’il puisse me rendre mes vêtements salis ?

Malgré le fait que ce fût complètement déraisonnable, cela ne dérangeait pas Aldrizzt de laver les vêtements, comme Neo était actuellement la seule personne avec qui il pouvait entretenir une conversation décente.

Avec le sentiment que laver les vêtements des autres une fois ou deux fois était inoffensif, Aldrizzt acquiesça.

 

 

« Merci ! »

Aldrizzt attrapa les vêtements sales que Neo lui avait lancés, inexpressif, pendant que ce dernier se vautrait dans le lit qu’Aldrizzt avait fabriqué, mangeait le gibier qu’Aldrizzt avait chassé et cuit, tout cela en étant très détendu, puisqu’il avait laissé tout le travail à Aldrizzt…

Mais, Aldrizzt ne pouvait rien y redire, vu que ce n’était pas parce que Neo était trop paresseux pour faire quelque chose. C’était juste que :

Neo avait appris comment démarrer un feu, mais il ne devait jamais démarrer un feu, car toute la forêt brûlerait s’il le faisait.

Neo savait comment chasser, mais il ne devait jamais chasser, car il se perdrait au point de ne jamais rentrer.

Neo s’était porté volontaire pour laver les vêtements à tour de rôle avec Aldrizzt, mais il ne devait jamais laver des vêtements, car ceux-ci se transformeraient en guenilles après avoir été lavés par lui.

Neo avait aussi essayé de cuisiner, mais il ne devait simplement jamais cuisiner, car, à part de la nourriture à moitié cuite ou du charbon, il ne pouvait pas cuisiner quelque chose qu’un humain et un elfe noir accepteraient de manger.

Tout cela ne dérangeait pas vraiment Aldrizzt. D’ailleurs, que Neo fût là ou non, il devrait quand même allumer un feu, cuisiner de quoi manger et nettoyer des vêtements. Maintenant, il devait juste laver un ensemble de vêtements supplémentaire.

Néanmoins, pour Aldrizzt le pire était : Pourquoi Neo ne connait-il pas la direction dans laquelle nous devons aller pour rejoindre une cité ? Il n’arrive même pas à se rappeler de la direction de la ville dans laquelle il a vécu pendant quarante ans !

Par conséquent, même si Aldrizzt pouvait se servir de la position des corps célestes et de la façon dont la forêt poussait pour déterminer la direction … c’était totalement inutile ! Après tout, ils ignoraient dans quelle direction ils trouveraient une ville.

Aldrizzt n’eut pas d’autres choix que de choisir une direction au hasard et de traverser la forêt. La première fois qu’ils en étaient sortis, ils s’étaient retrouvés en haut d’une falaise. Je me suis même fait réprimander par Neo pour ne pas savoir voler, malgré le fait que je sois un mage ! Après s’être fait réprimandé par Neo, il avait été obligé de commencer à étudier le Sort de Vol.

La deuxième fois, il décida de traverser entièrement la forêt et de sortir par la direction opposée mais, parvenu à la moitié du trajet, il découvrit que la forêt profonde était un territoire elfique. Bien qu’« elfe » et « elfe noir » contiennent tous les deux le mot « elfe », il y avait un conflit sanglant qui opposait les membres deux races.  Au moment où l’une rencontrerait l’autre, leurs membres se battraient très probablement jusqu’à la mort. Donc, s’il osait mettre un pied en territoire elfique, il serait définitivement transformé en oursin par les maîtres-archers elfes.

La troisième fois qu’ils essayèrent de sortir de la forêt, ils virent un désert. Aldrizzt commençait sérieusement à se demander s’il expérimentait présentement une phase de malchance, ou si Neo portait tout simplement la poisse.

« Tss, Tss ! Nous nous sommes encore trompés de chemin ? » déclara froidement Neo. « Non pas que je tienne à le dire, Aldrizzt, mais pourquoi la route que tu choisis est-elle toujours la mauvaise ? »

Quand il entendit les mots de Neo, Aldrizzt ne put finalement en supporter davantage. Il se tourna et hurla sur son compagnon, qui ne savait rien faire d’autre que des remarques cyniques : « Comment oses-tu dire ça !? Comment se fait-il que ne connaisses même pas la direction de la cité dans laquelle tu as vécu pendant quarante ans … Attends, tu as dit que tu as vécu à la Cité du Bourgeon pendant quarante ans ? »

Il avait finalement trouvé la contradiction. Suspicieux, il grogna : « N’as-tu pas affirmé que tu avais seulement trente ans ? »

« C’est complètement sans importance ! » Neo changea immédiatement de sujet et souligna : « La chose importante est : qu’allons-nous faire maintenant ? »

« Je ne sais pas non plus », avoua Aldrizzt, extrêmement découragé.

Neo souleva un sourcil et demanda : « Si on essaye d’aller dans chacune des directions, on finira bien par trouver un chemin pour sortir d’ici, non ? »

Aldrizzt se figea un instant, puis hocha la tête.

« Alors, il n’y a rien à craindre », dit Neo tranquillement. « Après tout, je ne suis pas pressé, et toi ? »

Aldrizzt secoua la tête. Si même l’humain, Neo, n’est pas pressé, alors, étant un elfe noir dont l’espérance de vie est cinq à six fois supérieure à celle d’un humain, comme puis-je être pressé ?

« Y a-t-il quelque chose que tu veuilles faire ? » demanda encore Neo, pour confirmer.

Comme la seule chose qu’il désirait était d’échapper à la traque de son peuple, Aldrizzt secoua la tête une nouvelle fois.

« Alors, même si nous ne pouvons pas sortir de la forêt, pourquoi paniquer ? » Neo haussa les épaules et ajouta : « Dans tous les cas, si on continue à arpenter la forêt de long en large, on finira par trouver un moyen de sortir ! »

En entendant Neo dire cela et en voyant sa posture décontractée indiquant que cela ne le gênait pas du tout, Aldrizzt se sentit brusquement très mesquin. Neo a raison. Que va-t-il se passer si on ne parvient pas à sortir de la forêt ? Pour un elfe noir comme moi, une forêt est probablement beaucoup plus accueillante qu’une cité, puisque les arbres, l’herbe et les fleurs n’éprouvent aucun préjugé contre les elfes noirs.

Comparé à quelques temps auparavant, quand il était un elfe solitaire, il avait maintenant quelqu’un à qui parler, donc sa situation actuelle était bien meilleure que lorsqu’il s’était échappé seul… même s’il devait aider son bon-à-rien de compagnon à laver ses vêtements, chasser, cuisiner et faire les lits. Si Neo ne l’appelait pas en permanence par le mot « compagnon », il aurait définitivement songé qu’il était son serviteur.

Pourtant, comparé à une solitude sans fin, Aldrizzt préférait de loin à moitié s’énerver à mort contre Neo tous les jours.

Après avoir considéré tout cela, Aldrizzt cessa de paniquer. Il demanda même à son compagnon d’un ton blasé : « À partir de maintenant, allons-nous seulement marcher et nous balader au hasard, sans aucun objectif spécifique ? »

« Évidemment qu’il y a des objectifs », dit Neo. « J’ai beaucoup d’objectifs. »

Oh ? Curieux, Aldrizzt l’interrogea : « Quels sont tes objectifs ? »

« Mes objectifs ? Laisse-moi réfléchir… » Neo donna une liste détaillée de ses objectifs en ajoutant : « J’ai entendu dire qu’il y a beaucoup de maîtres-archers parmi les elfes, donc je pense que ce serait bien d’en dénicher un pour rejoindre notre groupe ? »

Ignores-tu réellement que les elfes et les elfes noirs comme moi sont des ennemis jurés ?

Aldrizzt était quelque peu déprimé. Peut-être que la raison pour laquelle Neo ne montre aucune discrimination envers les elfes noirs est simplement parce qu’il n’a pas la moindre idée du genre de caractère qu’ils possèdent ?

« Aussi, je n’ai jamais quitté le Royaume du Son Oublié avant, alors je veux aller visiter d’autres pays. »

Ça peut être fait facilement.

« Ça semble être un peu difficile de combattre un dragon, donc je vais laisser ça pour plus tard. »

… Donc, tu as conscience que combattre un dragon est « un peu » difficile ?

« Oh ! Entre le Fils du Dieu de la Guerre du Monastère du Dieu de la Guerre et l’Aigle Silencieux de la Cathédrale du Dieu de l’Ombre, contre qui devrais-je me battre en premier ? »

« … »

Aldrizzt commença à se demander si être un elfe noir solitaire n’était pas une si mauvaise chose après tout.

Invincible Partie 1 : Prologue

posted in: Invincible | 0

La Légende du Chevalier du Soleil – Histoire parallèle

Roman d’origine en chinois par (Yu Wo)


Unbeatable Part 1: Prologue – traduit du chinois vers l’anglais par Dahlys[PR!]
Invincible Partie 1 : Prologue – traduit de l’anglais au français par Irina
+ Travail de vérification par Yukomin/AkaiiRia

« Tu es vraiment fort, Neo… »

« Dans ce cas pourquoi t’inquiètes-tu autant pour moi ? »

Neo du Soleil regarda l’homme qui était son collègue depuis trente ans, Chasel du Jugement. Il était celui qui devrait le mieux connaître Neo.

C’est pourquoi il n’arrivait vraiment pas à comprendre pourquoi Chasel l’avait arrêté au moment où ils quittaient le Temple Sacré, une fois qu’ils avaient eu passé les rênes à la génération suivante des Douze Chevaliers Sacrés. Après que Chasel lui eut demandé où il voulait aller, son visage indiqua très clairement qu’il était inquiet.

Inquiet ? Mais, tout ce que Neo souhaitait faire, c’était de partir à l’aventure ! Avec sa force, de quoi fallait-il s’inquiéter ?

Voyant l’expression passablement impatiente de Neo, Chasel soupira et dit : « Au moins, promets-moi que tu trouveras un compagnon pour ton aventure. »

« Je n’ai pas besoin d’un compagnon », répliqua Neo, confiant. Je peux gérer tous les types de dangers, et même si je ne le peux pas, avoir un compagnon ne ferait que gêner ma retraite. Donc, pourquoi devrais-je en trouver un ?

C’est ce qui m’inquiète le plus, pensa Chasel.

Chasel proposa avec tact : « Pourquoi je ne viendrais pas avec toi jusqu’à la Guilde des Aventuriers pour t’aider à trouver un groupe ? »

« Ce n’est pas nécessaire ! » Neo roula des yeux et répondit sèchement, mécontent : «  Je ne veux pas être dans un groupe, c’est ennuyeux à mourir ! D’accord, n’en rajoute pas. Je pars à l’aventure maintenant, et reviendrai voir tout le monde quand j’en aurai le temps. »

« Attends, Neo… »

« Ne dis plus rien, je pars. » Neo fusilla Chasel du regard du coin de l’œil. Avec une confiance absolue, il ajouta : « Et tu ne peux pas m’en empêcher. »

En entendant cela, Chasel fut outré. Il s’inquiétait pour lui et, malgré tout, ce type lui répondait ainsi !

« Alors pars ! J’espère que le Dieu de la Lumière bénira ton voyage. »

« Au revoir ! »

Après cela, il partit sans se retourner.

 

 

Chasel fronça légèrement les sourcils en observant la silhouette de Neo s’effacer. Il se sentait toujours terriblement mal à l’aise. À ce moment-là, il entendit des bruits de pas derrière lui. Il se retourna et aperçut le coin d’un vêtement avec de nombreux motifs dorés brodés dessus. Hormis le Pape, personne dans l’Église du Dieu de la Lumière ne porte de telles robes.

Le Pape s’avança de quelques pas et s’arrêta à côté de Chasel dans l’entrée du Temple Sacré. Il regarda Neo s’éloigner et s’enquit : « Pourquoi t’inquiètes-tu autant ? Même si Neo ne reçoit plus la faveur du Dieu de la Lumière, il reste toujours inhumainement fort. »

« Mais, Neo… »

Chasel soupira et ajouta tristement : « Ne peut pas cuisiner, ne peut pas laver ses propres vêtements, et sans parler de lire une carte, il n’arrive même pas à différencier les directions. Aussi, il ne sait même pas que “Les branches d’arbres peuvent être utilisées pour démarrer un feu” ! On peut dire qu’il ne sait rien faire en dehors de se servir de son épée. Pour en rajouter, il n’a jamais économisé beaucoup d’argent et ne garde jamais beaucoup d’argent sur lui. Ce qui est encore pire, c’est qu’il ne sait pas vraiment combien les choses coûtent ! Et malgré cela, il veut partir seul à l’aventure et vivre par lui-même… Peut-il réellement survivre de cette façon ? »

Le Pape observa le dos du chevalier sacré qui s’estompait progressivement au loin, et révéla exactement la même expression d’inquiétude que Chasel. Il secoua la tête et soupira en disant : « Tu as raison, Chasel. Tu as raison depuis trente ans. Neo a toujours été une personne pour laquelle les autres s’inquiètent. »

« Il a même élevé un Chevalier du Soleil tout aussi préoccupant. »

Chasel soupira en songeant à la personnalité unique du nouveau Chevalier du Soleil… Avec un peu de chance, Lesus pourra le gérer.

« Maître, maître ! »

Entendant soudainement une voix derrière lui, Chasel se retourna. Il vit deux personnes l’une devant l’autre, trottinant vers lui. Les mouvements de la personne de devant étaient très gracieux, malgré le fait que celui-ci trottinât. Même ses cheveux dorés se balançaient en rythme, comme des notes de musiques dansantes. Il avait l’air…très agaçant.

Cette personne qui paraissait extrêmement agaçante était le successeur de Neo, le Chevalier du Soleil récemment promu, Grisia Sun.

Se pourrait-il que la capacité d’élever un tel enfant soit un type de talent ? Chasel ne pouvait vraiment pas comprendre quel genre de folie avait poussé Neo à élever son successeur comme le Chevalier du Soleil des légendes !

Après tout, dans le but d’élever un tel enfant, il avait dû faire de lui-même un exemple. Tant que Grisia était présent, il était obligé d’être particulièrement élégant. À la fin, inconsciemment, il était devenu remarquablement élégant… Était-ce ce qu’on appelait « Quand quelqu’un blesse les autres, il se blesse lui-même » ?

Chasel ne savait pas trop quoi en penser. Mais, durant les trente dernières années, Neo avait souvent fait des choses qui blessaient tout le monde, lui inclus.

Pendant que Chasel méditait, Grisia et son vice-capitaine l’avaient rejoint et le saluaient respectueusement.

Chasel retourna le salut en le réprimandant : « Ton maître est déjà parti. À partir de maintenant, tu ne peux dépendre que de toi. Même si tu te trouves en difficultés, tu ne peux plus te reposer sur ton maître. Compris ? »

Grisia fut silencieux un moment. Il sourit alors brillamment et dit d’un ton sincère : « Précédent Chevalier du Jugement, aujourd’hui, nous pouvons voir à quel point le Dieu de la Lumière bénit le peuple tandis qu’il nous baigne dans la lumière du soleil. Mon maître a débuté son aventure de la manière la plus parfaite qui soit, mais je me demande si, à cause d’une merveilleuse erreur du Dieu de la Lumière, mon maître n’aurait pas oublié quelque chose de négligeable. Cette chose est peut être sans importance, mais, comme mon maître me l’a toujours appris, nous ne devons pas ignorer une possible bonne action, peu importe à quel point elle est insignifiante, puisque nous ne devons jamais commettre de mauvaises actions, même si les conséquences en sont triviales. Même si cette chose est sans importance, ne pas l’avoir en sa possession peut occasionner de nombreuses difficultés… »

Chasel se retourna, sans expression, et regarda l’actuel vice-capitaine de la Section du Chevalier du Soleil, Adair. Ce dernier comprit immédiatement et commença à expliquer automatiquement : « Le Capitaine-Chevalier du So… Non ! L’ex Capitaine-Chevalier du Soleil a oublié de prendre ses bagages. »

« … Après lui. »