Romance RPG : Partie 29

posted in: Romance RPG | 0

Romance RPG

Roman d’origine en chinois par : 御我 (Yu Wo)


Part Twenty-nine – traduit du chinois vers l’anglais par Minna[PR!]
Partie Vingt-neuf – traduit de l’anglais au français par AkaiiRia
+travail de vérification par Nocta

« Jian Yin ! Attends-moi. »

Avant même que Bai Xue Chen eût tourné la tête, l’individu assis sur le siège du conducteur était sorti de la voiture et se trouvait déjà dix mètres plus loin. Bai Xue Chen s’empressa de le suivre. Voyant que de l’inquiétude était dessinée sur tout le visage de Lin Jian Yin, Bai Xue Chen se mit à sourire et songea à quelle excuse utiliser pour partir après qu’ils auraient sauvé Ye Meng Ling, afin de leur procurer du temps seuls. Tout bien réfléchi, la meilleure option serait de confisquer les clés de voiture de Lin Jian Yin. De cette façon, il serait obligé de rester.

Lin Jian Yin ne remarqua même pas que son bon ami était occupé à fomenter un plan. Imaginer comment cette fille-paon pourrait faire du mal à Meng était suffisant pour que son cœur se serre au point d’être difficile à le supporter, comme si quelqu’un tenait fermement son cœur au creux de sa main en ce moment même.

La résidence de Ye Meng Ling ressemblait à n’importe quelle autre maison ordinaire. C’était un complexe avec un concierge, où vous aviez besoin d’une carte pour entrer. Les deux jeunes hommes, qui n’habitaient pas là, seraient naturellement incapables d’y pénétrer. Lin Jian Yin n’eut pas d’autre alternative que d’essayer de sonner comme si sa vie en dépendait, en espérant que ça réveillerait Meng, et que ça pourrait même lui permettre de s’échapper du jeu. Mais, après qu’il eût sonné pendant près de dix minutes, et que personne ne lui eût répondu, Lin Jian Yin se mit à férocement frapper la sonnette avec anxiété, et donna même des coups de pieds à la porte en métal à plusieurs reprises.

Au même moment, Bai Xue Chen arriva avec le concierge en disant : « …Ma cousine m’avait promis de venir dîner avec nous, mais, même après que l’heure où nous nous étions mis d’accord pour nous rencontrer soit passée, elle n’était toujours pas arrivée, et elle ne répond pas au téléphone. En plus, elle est asthmatique. Alors, nous sommes vraiment inquiets pour elle… »

Le vieux concierge hocha la tête, affirma qu’il comprenait, prit l’une des clés se trouvant sur un trousseau, et ouvrit la porte. Puis, il mena les deux jeunes hommes jusqu’à l’appartement de Ye Meng Lin.

Dès l’instant où le concierge ouvrit la porte de la résidence de Meng Ling, Lin Jian Yin se précipita impatiemment à l’intérieur. L’appartement n’était pas très grand, et le salon paraissait plutôt petit, quoique très propre et bien rangé. Les décorations étaient également simples et élégantes, laissant entrevoir le bon goût de la résidente. La seule chose qui traînait était la console Nintendo sur le plancher, devant laquelle on ne voyait personne.

Lin Jian Yin courut jusqu’à la télévision. Ses yeux fixèrent intensément l’écran, où Meng était toujours retenue prisonnière dans le donjon. Lin Jian Yin baissa le regard sur la console Nintendo. La cartouche à l’intérieur était rose. Il tendit la main pour retirer la cartouche, mais celle-ci semblait coincée dans la console. Peu importe à quel point il tirait, il était incapable de l’enlever.

Lin Jian Yin se sentit très contrarié. Sans plus se soucier de quoi que ce soit, il éprouvait uniquement l’envie de fracasser la console Nintendo sur le sol, mais Bai Xue Chen s’empressa de l’en empêcher. Il lui indiqua : « Regarde ! »

Suivant la direction que pointait le doigt de son ami, Lin Jian Yin baissa à nouveau le regard sur la console sans comprendre. Au début, il n’avait pas l’impression qu’il y avait quelque chose d’étrange. Mais, quand Bai Xue Chen le lui fit remarquer, il repéra contre toute attente un léger brouillard noir autour de la console Nintendo. Lin Jian Yin n’avait jamais noté ce phénomène particulier sur la sienne auparavant.

« Que se passe-t-il ? » le questionna-t-il, un peu effrayé. Ce brouillard noir ne lui disait rien qui vaille.

Les lèvres de Bai Xue Chen formèrent une ligne très mince, et ce dernier lui demanda : « C’est au cinquante-et-unième étage de ta compagnie que tu as découvert la boutique d’antiquités, pas vrai ? »

« Ouais… » Après avoir répondu, il ajouta également : « Mais, le cinquante-et-unième étage n’existe pas. »

Bai Xue Chen prit une profonde inspiration et dit : « Espérons que le cinquante-et-unième étage sera là tout à l’heure. Allons-y. »

Ayant l’air à la fois détendu et satisfait, God Charity tourna les pages d’un livre, buvant occasionnellement une gorgée de son thé noir qui remplissait la pièce de sa fragrance.

« Tu l’as fait exprès ! »

Un grondement venant des profondeurs et débordant de colère vint détruire ce moment de détente. Par la suite, un bel homme aux cheveux noirs et aux irises écarlates, dont l’être tout entier émanait une aura de malveillance, entra dans le salon dans une rage terrible. Dans le salon, la couleur des murs vira au gris, et les meubles, tels que les étagères remplies de choses diverses, le sofa et la télévision, devinrent aussi noirs que le ciel durant la nuit. Seule la petite table ronde à laquelle God Charity était assis garda sa couleur blanche.

God Charity répondit de manière calme et imperturbable : « Désires-tu une tasse de thé ? »

Devil Chaos fit tomber la théière d’un coup du revers de sa main, répliquant froidement : « Je m’occupe de mes affaires, et tu t’occupes des tiennes. Nous nous étions mis d’accord pour ne pas fourrer notre nez dans les affaires de l’autre. »

« Je n’ai pas interféré avec tes affaires, non ? » God Charity révéla un sourire honnête et innocent. S’il s’était agi d’une personne normale, il ou elle l’aurait cru dès l’instant où ils l’auraient aperçu sourire de cette façon, mais l’homme malveillant devant lui n’était pas une personne ordinaire.

« Pourquoi as-tu vendu l’autre cartouche de jeu à l’un de tes clients ? Tu savais que j’en avais déjà vendu une un peu plus tôt », s’enquit Devil Chaos.

Les yeux de God Charity s’illuminèrent brillamment. « Le client a choisi la console Nintendo de son propre chef. Je ne pouvais tout de même pas ne pas lui donner de cartouche, n’est-ce pas ? Qui plus est, si tu as le droit de vendre des cartouches de jeu, évidemment, j’en ai également le droit. »

C’était vrai que le client l’avait choisi de son propre chef. Devil Chaos n’était pas en mesure de réfuter ce point, mais il rétorqua quand même avec impolitesse : « Qu’est-ce que c’est que cet accord ? Le contrat entre vous deux n’est pas du tout raisonnable. Tes bénéfices sont bien moindres que ce que tu investis. »

« Mes bénéfices et mes investissements sont égaux. La cartouche est une version d’essai », expliqua God Charity avec indifférence.

« Toi ! » Devil Chaos avait envie de frapper le sol de son pied avec colère. Il était vrai que God Charity n’avait violé aucune règle, mais il se servait des failles dans l’entente.

À cet instant, la sonnette retentit très clairement. God Charity révéla à nouveau son sourire innocent et annonça : « J’ai des clients. »

Devil Chaos plissa des yeux et jeta un regard en direction de l’entrée, comme s’il pouvait voir de l’autre côté de cette porte. Après avoir jeté un coup d’œil, il poussa un reniflement de dédain et quitta le salon, lâchant uniquement ses paroles résonnant dans l’air : « Ne soit pas trop insolent ! N’oublie pas, je suis bien meilleur à employer les failles que tu ne l’es. »

God Charity révéla une rare expression d’inquiétude sur son visage, mais au moment où la porte s’ouvrit, il reprit son sourire d’origine. Il arborait son sourire, tandis qu’il accueillait les deux clients : l’un étant un ancien client, l’autre en étant un actuel.

Dès qu’il vit God Charity, les yeux de Bai Xue Chen s’illuminèrent. Il regarda à gauche et à droite sur-le-champ. Il était entouré d’une masse de blanc : les murs étaient blancs, et les meubles étaient blancs. Quand il remarqua ce décor, Bai Xue Chen se détendit visiblement, mais demanda tout de même pour être sûr : « Il… n’est pas là ? »

Lin Jian Yin était complètement confus. Il ne comprenait pas de qui Bai Xue Chen parlait.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *