Romance RPG – Partie 33

posted in: Romance RPG | 0

Romance RPG

Roman d’origine en chinois par : 御我 (Yu Wo)


Part Thirty-three – traduit du chinois vers l’anglais par Minna[PR!]
Partie Trente-Trois – traduit de l’anglais au français par AkaiiRia
+ travail de vérification par Nocta

Il fallut un long moment à Lin Jian Yin avant de récupérer sa voix et pouvoir parler à nouveau.

« Je sais que je ne suis pas parfait.

« Je possède de nombreux défauts. J’ai une langue de vipère qui ne me fait jamais dire des choses gentilles. Mais, j’en changerai la moitié. Si quelque chose me déplaît, je dirai quand même que ça me déplaît. Mais, s’il y a des choses positives, je n’oublierai pas de te complimenter à ce sujet.

« Je ne fais jamais le ménage, et je n’arrive même pas à différencier le chou chinois des autres sortes de choux, mais nous pouvons aller à l’épicerie ensemble. Je peux assurément t’emmener faire les courses en voiture et alors t’aider à pousser le chariot.

« Je ne suis ni assez gentil ni assez attentionné, mais j’apprendrai davantage à t’apprécier à ta juste valeur. Je sais que tu aimes porter des vêtements très confortables. S’il ne s’agit pas d’un événement formel, tu peux même porter des vêtements Pikachu ou Minnie Mouse pour le peu que je m’en soucie, même si je trouve Hello Kitty bien plus mignonne…

« Nous n’avons partagé aucun moment romantique, non plus. La première fois que nous nous sommes rencontrés, j’ai cru que tu étais une revenante et, la deuxième fois, nous étions en train de faire nos courses au supermarché… »

Meng ne bougeait toujours pas et se contentait de baisser la tête.

Lin Jian Yin, dont le visage était devenu aussi rouge qu’une tomate, demanda enfin après beaucoup d’hésitation : « Dis-moi, acceptes-tu de laisser tomber le prince parfait derrière toi ainsi qu’une histoire d’amour palpitante afin de me choisir, moi qui ai plein de défauts, un type que tu as officiellement rencontré au supermarché ? »

« Plein de défauts… » Deux traînées de larmes coulèrent le long des joues de Meng. Elle dit, en s’étranglant avec ses sanglots : « Ne suis-je pas pleine de défauts, moi aussi ? »

Elle se tourna pour faire face à Lin Jian Yin. Cette fois-ci, elle n’essuya pas ses larmes. « Je suis peureuse, je n’aime pas changer, et je ne serai jamais capable de suivre les tendances actuelles.

« Je me décourage facilement. Je me suis seulement fait larguée une fois et j’avais déjà abandonné l’idée de prendre soin de mon apparence, me laissant avoir l’air d’une vieille dame toute la journée. »

« Tu… Tu n’étais pas si terrible. » Remarquant ses larmes, Lin Jian Yin s’empressa maladroitement de la réconforter, mais, en voyant Meng le regarder droit dans les yeux, il lui dit involontairement la vérité. « Au début, ton apparence était vraiment terrible ! Même Ru Hua à la télévision était plus belle que toi et de loin, mais à présent tu as l’air beaucoup mieux ! Ah ! » Lin Jian Yin s’arrêta de parler, se rendant compte que se mettait à nouveau les pieds dans les plats. Comment est-ce que j’ai pu comparer Meng à Ru Hua ? Seigneur !

« Pfft. » Meng laissa échapper un rire en voyant l’expression horrifiée et bouche bée de Lin Jian Yin. Elle essuya alors ses larmes et, avec un sourire, ajouta : « Tu n’as pas une langue de vipère. Elle est simplement stupide de A à Z, espèce d’idiot. »

« Espèce d’idiote toi-même ! Si je suis stupide, tu ne vaux pas mieux que moi. L’un est idiot, et l’autre quelconque, ne faisons-nous pas la paire tous les deux, dans ce cas ? » Lin Jian Yin était un peu fâché au début, mais, vers la fin, il devint soudainement un peu étourdi.

« Ça m’est égal que tu te traites d’idiot, mais pourquoi a-t-il fallu que tu dises que j’étais quelconque ? Tu ne sais donc pas que dire d’une fille qu’elle est quelconque revient à porter un coup vraiment très bas à sa confiance en soi ? Ce n’est pas étonnant que, malgré le fait que tu sois aussi beau qu’Édouard, tu aies fait fuir autant de petites amies », rétorqua Meng, sans merci.

« Comment ça, je suis aussi beau qu’Édouard ? C’est lui qui est aussi beau que moi, compris ! » déclara Lin Jian Yin avec le plus grand sérieux. Il avait ce visage depuis maintenant vingt-huit ans. Peu importe sous quel angle on considérait la question, il avait vécu plus longtemps qu’un personnage de jeu, pas vrai ?

Lin Jian Yin ! Il ne te reste que trois minutes pour lui faire ta demande en mariage !

Cette voix sonne vraiment comme celle de Bai Xue Chen ! Lin Jian Yin ne put s’empêcher de regarder à droite et à gauche, pour vérifier si Bai Xue Chen était dans les parages.

« Qu’y a-t-il ? » ne put s’empêcher de demander Meng, en le voyant faire.

« Ce n’est rien. J’ai cru entendre la voix de Xue Chen. » Lin Jian Yin avait l’air perplexe. Il n’est pas là.

« Qu’est-ce qu’il a dit ? »

« Il a dit qu’il ne me restait que trois minutes pour faire ma demande en mariage. » Ce fut seulement après avoir répondu que Lin Jian Yin réalisa ce que cette phrase voulait dire. Est-ce que ça veut dire qu’il ne reste que trois minutes à la version d’essai ? Lin Jian Yin était si pressé qu’il ignorait quoi faire. Je dois demander à une femme de m’épouser en moins de trois minutes ? Il… Il ne s’était pas préparé mentalement…

Lin Jian Yin se sentait si en détresse qu’il se tira les cheveux. Dans sa tête, cependant, il entendit soudain le tic-tac d’un compte à rebours. Deux minutes trente secondes, deux minutes vingt-neuf secondes…

Sentant qu’il allait manquer de temps, Lin Jian Yin était si nerveux qu’il lâcha : « C’est… C’est… Peu importe ! Meng, épouse-moi. »

Meng le fixa directement du regard. Lin Jian Yin avait les cheveux décoiffés, son corps était même transparent, il n’avait même pas songé à poser un genou par terre, et même son ton était précipité. Tu appelles ça une demande en mariage ?

Meng pinça les lèvres. « Tu es tout sauf romantique. »

« Qui se soucie d’être romantique ou non à un moment comme celui-ci ? » Lin Jian Yin lui jeta un regard noir. « Très bien, qu’est-ce que tu veux que je fasse ? »

Meng se mit à sourire tendrement, toussa à deux reprises, prit son bouquet de mariée, marcha jusqu’à Lin Jian Yin, qui était incapable de bouger, et lui offrit son bouquet avec les deux mains. Son ton était à la fois doux et gentil tandis qu’elle récitait : « Toi, l’homme imparfait que tu es, acceptes-tu de me prendre pour épouse, moi, la femme imparfaite que je suis, afin de former un mariage possiblement pas très parfait, mais tolérable ? »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *