Romance RPG – Partie 32

posted in: Romance RPG | 0

Romance RPG

Roman d’origine en chinois par : 御我 (Yu Wo)


Part Thirty-two – traduit du chinois vers l’anglais par Minna[PR!]
Partie Trente-Deux – traduit de l’anglais au français par AkaiiRia
+ travail de vérification par Nocta

« Meng ! »

Un cri interrompit le serment, mais cette voix lui paraissait trop familière, et Meng tourna immédiatement la tête en s’écriant très fort : « Épée-Fantôme ? »

Ce qu’elle vit, par contre, ne fut pas du tout une épée, mais un jeune homme qui était pratiquement transparent. La vue de ce jeune homme laissa tous les gens présents sous le choc : il ressemblait trait-pour-trait au prince Édouard et également à Lin Jian Yin.

Meng était très confuse elle aussi. Qui est-ce ? Est-ce qu’il s’agit de mon Épée-Fantôme ? Ou, ou alors est-ce que c’est Lin Jian Yin ?

« Meng, ne marie pas quelqu’un d’autre. » Lin Jian Yin accourut avec inquiétude.

« Vile créature démoniaque, comment oses-tu interrompre ce mariage ! » s’exclama le prêtre tout vêtu de noir.

Subitement, Lin Jian Yin se retrouva incapable de bouger. Il ne pouvait même pas ouvrir la bouche. Il essaya très fort d’émettre des sons comme « euh, oh » pendant un long moment, mais n’arrivait pas à produire le moindre son. Après qu’une brise d’air eût brusquement dégagé sa gorge, Lin Jian Yin retrouva l’usage de sa voix. Dans son esprit, il devina qui était son sauveur et pensa : Merci, God Charity…

Lin Jian Yin cria sur-le-champ : « Meng, dépêche-toi de revenir vers moi. »

« Qui, qui êtes-vous ? » Meng était prise au dépourvu. Elle était toujours dans l’incapacité de déterminer qui était la personne devant elle.

« C’est moi, l’Épée-Fantôme ! » Bien que Lin Jian Yin eût à nouveau retrouvé l’usage de la parole, il ne parvenait toujours pas à bouger son corps. En même temps, il se rendit compte que l’autre propriétaire de la boutique d’antiquités était en fait la personne qui se tenait derrière le podium en tant que prêtre. Lin Jian Yin se sentit si paniqué que son visage vira au rouge.

Meng doutait toujours. « Pourquoi ton apparence est-elle exactement la même que celle du prince Édouard ? »

« Qu’est-ce que tu racontes ? Ce n’est pas moi qui lui ressemble ! » répliqua Lin Jian Yin, énervé et exaspéré. « C’est lui qui me ressemble ! Je suis Lin Jian Yin. Et tu es mon agente, Ye Meng Ling ! »

Le regard de Meng se perdit dans le vague l’espace d’un instant, alors qu’elle articulait de ses lèvres tremblantes : « Lin Jian Yin ? C’est vraiment toi ? »

« Je suis Lin Jian Yin, mais aussi ton Épée-Fantôme. » Lin Jian Yin maintint son ton  aussi doux que possible. Il ne souhaitait pas effrayer Meng, et ce n’est pas comme s’il avait voulu lui révéler la vérité dans ce genre d’occasion, mais s’il ne la lui disait pas maintenant, il craignait que Meng ne vienne pas avec lui.

Meng se couvrit le visage de ses mains et garda le silence pendant un très très long moment. Pourtant, on pouvait voir, à la façon dont sa poitrine se soulevait rapidement, qu’elle était affectée émotionnellement par ses mots.

Quand il ne reçut aucune réponse de la part de Meng, Lin Jian Yin commença à se sentir encore plus inquiet. « Meng, écoute-moi. Tu ne peux pas te marier avec Édouard. Si tu l’épouses, tu ne seras plus jamais capable de sortir de ce jeu. Tu dois me choisir pour être en mesure de quitter cet endroit. »

Meng ne dit toujours rien.

« Partir ? Pourquoi voudrait-elle quitter cet endroit ? » Devil Chaos ajouta paresseusement : « Juste en restant ici, elle aura un mari parfait. En tant que princesse du royaume, personne ne pourra se moquer d’elle, et elle n’aura plus à endurer les caprices d’un chanteur à succès ou les paroles blessantes d’une épée. »

Le corps de Meng se mit à trembler en entendant les paroles de Devil Chaos.

« N’écoute pas les inepties qu’il te raconte ! » Lin Jian Yin s’exclama : « Meng, Meng, tu ne veux pas vraiment rester dans ce jeu pour l’éternité, n’est-ce pas ? »

Meng baissa lentement les mains. Ses yeux étaient remplis de douleur et d’indignation. « Qu’est-ce que tu me veux ? Tu savais déjà que j’étais Ye Meng Ling mais ne m’en as rien dit, et tu as même joué le rôle de l’Épée-Fantôme pendant tout ce temps. Tu as trouvé ça drôle de me mentir comme ça ? »

En entendant les critiques de Meng, Lin Jian Yin devint de plus en plus agité et ignorait quelle était la meilleure marche à suivre. « Non, non, ce n’est pas ça. Je voulais seulement t’aider à changer. »

« J’ai attendu ton retour à côté de la fournaise pendant un très long moment, à un point tel que je croyais tu étais réellement mort. » Les yeux de Meng étaient baignés de larmes, mais celle-ci essayait très fort de les retenir, de les empêcher de couler le long de ses joues.

Voyant que Meng faisait semblant d’aller bien, en retenant ses larmes, le cœur de Lin Jian Yin se serra. Il parvint à peine à émettre : « Il ne s’est pas écoulant tant de temps que ça à l’extérieur… »

« Est-ce que tu te souviens de quand je t’ai dit, avant le bal, que je n’avais plus envie d’y aller ? »

Meng regarda Lin Jian Yin droit dans les yeux. « À ce moment-là, j’étais très sérieuse à ce sujet. Je n’avais vraiment plus envie d’assister au bal. J’étais très heureuse de passer mes journées avec l’Épée-Fantôme. Si ça avait été possible, j’aurais aimé rester avec l’Épée-Fantôme pour toujours, même s’il n’avait pas de corps et pas de visage. La seule chose qu’il avait était une bouche d’où sortaient des paroles très méchantes… et pourtant si sincères. »

Lin Jian Yin ne pouvait pratiquement rien répondre à ça. Quand il avait interrompu Meng cette fois-là, que lui avait-il dit déjà ?

« Tu m’as dit de ne pas être idiote et de me dépêcher d’épouser le prince. » Une larme perla au coin de l’œil de Meng, mais elle l’essuya automatiquement.

« Je… » Jamais auparavant Lin Jian Yin n’avait autant voulu maudire sa langue de vipère qu’à ce moment-ci.

« Je m’apprête à l’épouser maintenant. Tu es censé être heureux pour moi. Pourquoi es-tu venu m’en empêcher ? » Meng sourit, comme si elle essayait à la fois de convaincre tous les autres en plus d’elle-même. Elle ajouta : « Édouard est l’homme le plus parfait que j’aie rencontré à ce jour. Il est gentil, attentionné, possède l’élégance d’un gentilhomme, et il sait également comment apprécier la valeur des gens. Pourquoi devrais-je me montrer difficile, alors que je peux me marier avec ce genre d’homme ? »

Meng se retourna et demanda à Devil Chaos : « Pouvez-vous me reposer la question, s’il-vous-plaît ? »

Devil Chaos jeta un regard en direction de Lin Jian Yin qui paraissait affolé et acquiesça à la requête de Meng d’un air satisfait : « Bien entendu, aucun problème. Meng, acceptez-vous de prendre Édouard pour époux, dans la santé et la maladie, et jurez-vous de lui être fidèle et de rester à ses côtés, pour le meilleur et pour le pire, jusqu’à ce que la mort vous sépare ? »

Meng prit une profonde inspiration. « Je le… »

« Mais, je t’aime ! » Lin Jian Yin se mit à hurler, au bord de l’hystérie : « Jet’aimeJet’aimeJet’aime…  Je te le demande, je t’en supplie, ne marie pas quelqu’un d’autre. Ne va pas où je ne peux pas t’atteindre. Ne m’abandonne pas ! »

Le dos de Meng se raidit.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *