Romance RPG : Partie 2

posted in: Romance RPG | 0

Romance RPG

Roman originel en Chinois par : 御 我 (Yu Wo)


Part One – traduit du chinois vers l’anglais par Raylight[PR!]
Partie Un – traduit de l’anglais vers le français par AkaiiRia
+ Travail de vérification par Nocta

En entendant Lin Jian Yin employer son nom complet, Bai Xue Chen ferma immédiatement la bouche. Il savait que lorsque Lin Jian Yin utilisait le nom complet d’une personne, ça indiquait toujours qu’il était sur le point d’entrer dans une rage terrible. Il l’avait fait de bon cœur, alors Bai Xue Chen ne put s’empêcher de révéler l’expression de quelqu’un auquel on aurait causé un préjudice. Cependant, Lin Jian Yin ne se laissa pas prendre au jeu. Il planta la carte d’affaire noire devant les yeux de Bai Xue Chen et pointa ensuite les trois mots qui se trouvaient sur celle-ci.

« Dis-moi, qu’est-ce qui est écrit ? » La voix de Lin Jian Yin était remplie de colère.

Bai Xue Chen se gratta la tête et proposa avec incertitude : « God n’ Devil ? »

Les yeux de Lin Jian Yin se plissèrent. « Quoi d’autre ? »

« Quoi d’autre ? »

Bai Xue Chen retourna la carte. Hormis les trois mots qui y étaient estampés, les deux côtés de la carte étaient complètement noirs. Comment était-il possible qu’il y ait quoi que ce soit d’autre ? Bai Xue Chen donna l’impression de faire face à un crétin en répondant : « Il n’y a rien d’autre. »

« Tu as encore l’audace de me dire qu’il n’y a rien d’autre !? » Lin Jian Yin sauta sur ses pieds et porta violemment un coup à la carte dans sa main. « Il n’y a pas de numéro de téléphone, aucune adresse, rien du tout. Alors, dis-moi, comment je vais la trouver cette boutique d’antiquité !? Non seulement celui qui a conçu cette carte d’affaire a le cerveau plein de merde, mais même ton QI a diminué ! »

« Euh… » Bai Xue Chen sembla réaliser son erreur seulement à ce moment-là. Il se gratta la tête, se sentant un peu embarrassé. Cependant, il ne savait pas comment lui expliquer. Par coïncidence, un téléphone portable sonna. Bai Xue Chen saisit rapidement son téléphone et, après avoir jeté un coup d’œil à l’écran, il annonça de façon urgente : « Yue Lan me cherche, je dois y aller. »

« Attends une minute. » Lin Jian Yin n’arrivait tout simplement pas à y croire. Yue Lan ? Depuis quand cet idiot s’est trouvé une petite amie ? Même moi, son meilleur ami, je n’en savais rien.

Bai Xue Chen s’empressa d’attraper sa veste et se précipita vers la porte. Avant de fermer celle-ci, il se retourna uniquement pour dire : « Dans tous les cas, rappelle-toi juste de garder cette carte d’affaire sur toi. »

Par la suite, s’ensuivit le son d’une porte qui se ferme. Lin Jian Yin regarda l’entrée, ahuri, et baissa la tête pour observer encore une fois la carte étrange. Il éprouvait une envie irrésistible de la déchiqueter et de la jeter au visage de son meilleur ami. Cependant, Bai Xue Chen ne lui avait jamais joué de tour auparavant. Étant donné ses excellents antécédents, Lin Jian Yin hésita pendant un bon moment. En fin de compte, il serra les dents. Très bien, puisque garder cette carte d’affaire sur lui n’était pas un problème, il n’aurait qu’à se forcer à la traîner avec lui… Il la traiterait comme un porte-bonheur.

Après qu’il eut terminé son casse-croûte tardif,  et qu’il eut appelé l’agence pour leur hurler d’envoyer un agent qui soit un minimum compétent, l’humeur de Lin Jian Yin s’améliora enfin. Il avait l’intention de rentrer à la maison et de dormir. Il sortit de sa loge privée et mit le pied dans l’ascenseur. Puis, il avança la main pour appuyer sur le bouton du deuxième étage, mais le bouton refusa de s’allumer quoi qu’il fasse.

« Ne me dîtes pas que c’est en panne. »

Lin Jian Yin appuya impatiemment dessus plusieurs fois et grommela dans son cœur. Il a intérêt à ne pas être en panne. Je me trouve à une trentaine d’étages au-dessus du sol. Me faire descendre les marches d’une trentaine d’étages reviendrait à vouloir me tuer. Cependant, ce bouton refusait simplement de s’allumer. Lin Jian Yin appuya sur le bouton d’ouverture des portes, avec l’intention de changer d’ascenseur. Malheureusement, peu importe à quel point il appuyait dessus, les portes de l’ascenseur ne bougeaient pas du tout.

« C’est pas vrai ! »

Les sourcils pointus de Lin Jian Yin se plissèrent ensemble fermement, son cœur rempli d’impatience. Il appuya sur le bouton d’urgence, avec l’intention de sévèrement réprimander le garde de sécurité, mais il n’y avait aucun son provenant de la cloche d’alarme non plus. Cette fois-ci, il perdit vraiment son sang-froid.

« Bordel ! »

Lin Jian Yin donna des coups de pied dans l’ascenseur de toutes ses forces à plusieurs reprises, mais les portes  n’avaient toujours pas bougé d’un pouce. Il frappa la paume de sa main contre les boutons, en songeant avec fureur qu’il serait peut-être obligé de dormir dans l’ascenseur aujourd’hui. À ce moment-là, l’ascenseur fit un « ding » et commença à monter. Lin Jian Yin resta stupéfait pendant un moment. Puis, il jeta un coup d’œil aux boutons de l’ascenseur.

« Cinquante-et-unième étage ? » Les plis de sa bouche se mirent à tiquer lorsqu’il regarda le seul bouton qui se soit allumé. En pensant qu’il allait devoir descendre les marches du cinquante-et-unième étage jusqu’au deuxième sous-sol, son visage s’assombrit. Seul le fait qu’il n’aurait pas à dormir dans l’ascenseur lui permit de supprimer sa rage avec grande difficulté. Après tout, se mettre en colère contre l’ascenseur ne lui serait d’aucune utilité. Demain… Demain, il viendrait donner de sévères réprimandes au gardien de sécurité.

Il eut la sensation que seul un court moment s’était écoulé avant que les portes de l’ascenseur ne s’ouvrent. Les lumières éclatantes qui l’accueillirent sur le palier le stupéfièrent pendant un bon moment, mais ce qui le laissa encore plus surpris fut qu’il y avait une enseigne accrochée sur les portes devant lui. Là, inscrits dans des traits de pinceau simples et pourtant frappants, étaient écrits les mots « God n’ Devil ».

Lin Jian Yin sortit la carte d’affaire de sa poche. Après l’avoir comparée, il était certain que cette carte d’affaire provenait définitivement de la boutique devant lui, puisque les trois mots possédaient la même écriture.

« Bai Xue Chen ! » Lin Jian Yin serra les dents et se plaignit en pensant à comment son meilleur ami lui avait simplement jeté une carte d’affaire sur laquelle il n’y avait rien d’écrit. Ça n’aurait pas été suffisant de simplement me dire que la boutique se trouve au cinquante-et-unième étage ? Si ça n’avait pas été à cause de l’ascenseur qui est tombé en panne et s’est arrêté au cinquante-et-unième étage, je n’aurais jamais songé un seul instant que cette boutique d’antiquité se trouvait en fait directement au-dessus de ma tête.

Réfléchissant à comment son meilleur ami, qui avait toujours été honnête, avait en fait osé se moquer de lui de cette façon, Lin Jian Yin éprouva une envie irrésistible de se retourner et de partir. Jetant un regard noir aux mots sur l’enseigne, il se rappela soudainement ses huit petites amies et les six agents qu’il avait réussi à faire partir en colère, ainsi qu’à Bai Xue Chen, son meilleur ami qui était resté à ses côtés depuis leur enfance. Il réprima encore une fois sa colère et marcha en direction de cette étrange boutique d’antiquité.

En ouvrant la porte, il murmura : « Les choses que j’ai endurées aujourd’hui sont vraiment nombreuses. Bai Xue Chen, tu as intérêt à ne pas m’avoir menti, autrement, sache que je vais passer mes nerfs sur toi ! »

Après qu’il eut ouvert la porte, il regarda ici et là à l’intérieur de la boutique. C’était différent du design classique d’une boutique régulière. Ce magasin, «God n’ Devil », semblait inopinément simple et lumineux. Les murs avaient été tellement récurés qu’ils en brillaient de propreté, et les meubles étaient également pour la plupart d’un blanc pur. Ça ressemblait exactement à un salon élégant, avec son inévitable canapé et sa télévision, à l’exception des étagères. Cependant, ce qui était exposé était, non pas des livres, mais plutôt une variété d’objets divers. Certains semblaient très anciens, mais il y en avait aussi des neufs. Il y avait même une console Nintendo parmi eux.

Lin Jian Yin fronça les sourcils. « Ça ne ressemble pas du tout à une boutique d’antiquités. Se pourrait-il que je sois accidentellement entré dans la maison de quelqu’un d’autre ? » Quand il pensa à ça, Lin Jia Yin se mit immédiatement à maudire Bai Xue Chen un nombre incalculable de fois dans son cœur.

« Il s’agit bel et bien d’une boutique d’antiquités. Quelqu’un vous a-t-il recommandé cet endroit ? »

Une voix douce retentit. En levant les yeux, Lin Jian Yun aperçut un homme aux cheveux dorés avec des pupilles bleues qui le regardait. Son regard était doux et aimable, et son faible sourire mettait les gens à l’aise simplement en les regardant. De plus, les traits de son visage étaient parfaits, et Lin Jian Yin ne put que se sentir honteux de ses propres imperfections. Le décrire encore plus serait redondant.

« Je m’appelle God Charity. Puis-je demander comment je dois m’adresser à vous ? » L’homme qui se faisait appeler God Charity marcha élégamment jusqu’à lui.

« Mon nom est Lin Jian Yin. Êtes-vous le propriétaire de cette boutique d’antiquités ? » demanda, avec un peu de suspicion, Lin Jian Yin qui avait repris ses esprits. Même si quelqu’un prétendait que la personne devant ses yeux était une célébrité internationale ou qu’il faisait partie de la royauté britannique ou quelque chose comme ça, des gens le croirait probablement. Cette personne ne ressemblait en rien au propriétaire d’une boutique d’antiquités.

God Charity afficha doucement un sourire qui ferait baisser sa garde à n’importe qui. Il fit signe à Lin Jian Yin de s’asseoir, et ce dernier s’était assis avant même d’avoir eu le temps de s’en rendre compte.

God Charity arrangea lentement les tasses de thé sur la table, puis leur versa du thé à tous les deux. Seulement après avoir pris quelques petites gorgées ouvrit-il la bouche pour demander : « Eh bien, Monsieur Lin, quel genre d’article souhaitez-vous acquérir ? »

« Hein ? » Lin Jian Yin, qui buvait son thé à ce moment-là, manqua de s’étouffer. Acheter un article ? Il n’avait pas du tout songé à ça.

Plusieurs pensées différentes lui traversèrent l’esprit, et il songea même à acheter à tout hasard l’objet le moins cher pour bluffer. Cependant, lorsqu’il leva la tête et qu’il vit le faible sourire de God Charity, il ne put s’empêcher de commencer à narrer les problèmes qu’il avait eu avec ses huit petites amies et les six agents, avant de lui parler du fait que ses compétences interpersonnelles étaient si terribles qu’il n’avait jamais eu beaucoup d’amis depuis son enfance. À travers tout son récit, God Charity continua à sourire en l’écoutant.

« Cela veut-il dire que vous souhaitez changer votre tempérament pour le mieux ? » demanda God Charity avec une expression curieuse.

« Non ! » Lin Jian Yin répondit obstinément : « S’ils ont besoin de se faire réprimander, ils devraient être réprimandés ! Si les autres ont commis une erreur, pourquoi est-ce que je ne pourrais pas les engueuler ? Même si j’ai fait quelque chose de mal, moi aussi je suis prêt mentalement à me faire réprimander ! »

En entendant ça, God Charity rit de bon cœur pour lui-même. Le doux mais faible rire continua pendant un moment, et seulement lorsque Lin Jia Yin afficha une expression embarrassée s’arrêta-t-il enfin de rire. Il demanda encore : « Dans ce cas, vous ne voulez pas changer, mais vous souhaitez quand même améliorer vos relations interpersonnelles ? »

« Quelque chose comme ça… » répondit Lin Jian Yin, en se sentant un peu embarrassé.

God Charity porta la tasse à ses lèvres et prit quelques petites gorgées. Puis, il sourit  à Lin Jian Yin, en répondant : « Si tel est le cas, jetez un coup d’œil autour. Peut-être que vous pourriez trouver quelque chose qui vous serait utile. »

En entendant ça, Lin Jian Yin se leva sans hésitation, puisqu’il voulait voir depuis un moment ce que cette boutique d’antiquité vendait exactement. Il marcha en direction de l’étagère qu’il croyait être la plus proche, son regard se posant directement sur ce qu’il croyait être l’article le plus étrange : une console de Nintendo. Bien que ce genre de console de jeux, celui qui utilise des cartouches, soit assez ancien, et que probablement plus personne ne s’en servait, peu importe comment vous essayiez de le justifier, ça ne devrait pas être qualifié pour être mis en vente dans une boutique d’antiquité, n’est-ce pas ?

Cependant, en y réfléchissant, lui-même avait joué sur ce genre de console de jeu quand il était plus jeune. Il tendit la main pour ramasser la console de jeu, en se sentant nostalgique tandis qu’il touchait le boîtier blanc. Soudainement, il se rappela que sa vieille console Nintendo, qui avait été jetée par sa mère il y a fort longtemps, possédait sa signature qu’il avait dessinée sur le dos avec un crayon coloré. Il ne put s’empêcher de retourner la console de jeu, bien qu’il sût pertinemment qu’une telle chose soit impossible.

« Hein ? »

Lin Jian Yin cligna des yeux, mais ce gribouillage enfantin était toujours là. Les trois mots extrêmement affreux « Lin Jian Yin » se trouvaient sur le boitier, au dos de la console.

Il resta stupéfait pendant un bon moment avant que les mots ne s’échappent enfin de ses lèvres. « C-C’est ma vieille console Nintendo ! »

« Oh ? » God Charity lui fit un petit sourire, comme s’il s’y était déjà attendu.

Leave a Reply