Romance RPG : Partie 3

posted in: Romance RPG | 0

Romance RPG

Roman originel en Chinois par : 御 我 (Yu Wo)


Part Three – traduit du chinois vers l’anglais par Raylight[PR!]
Partie Trois – traduit de l’anglais vers le français par AkaiiRia
+ Travail de vérification par Nocta

Il était déjà minuit passé, et la lune se tenait haut à l’extérieur de la fenêtre. Bien que la température fût plutôt étouffante, l’atmosphère dans la pièce était, à la place, très sombre. Une unique ombre était assise d’une manière étrange devant la télévision, exactement comme un enfant accro aux jeux vidéo. Cependant, ce qui se trouvait devant ses yeux était en fait une console de jeux Nintendo datant de plus de dix ans. Dans les mains de cette ombre reposait une cartouche que le propriétaire de la boutique d’antiquité avait prétendu lui avoir vendu à grand rabais. Il avait entendu dire qu’il s’agissait d’un RPG, plus communément référé comme étant un role-playing game (jeu de rôle).

Je dois être idiot, et le QI de Bai Xue Chen n’arrive même pas à la cheville de celui d’un idiot !

« Ne te mets pas en colère contre toi-même, même si tu te fâchais au point de provoquer ta mort, personne ne le saurait. »

Lin Jian Yin prit une grande inspiration, et ensuite expira. Il répéta cette action en boucle pendant un moment avant de parvenir à réprimer par la force l’impulsion de courir jusqu’à la maison de Bai Xue Chen au beau milieu de la nuit pour aller le découper en morceaux. La main tenant la cartouche tremblait sans arrêt. Il lutta pendant un long moment. Devrais-je insérer la carte dans la console Nintendo ? S’il devait charger la cartouche et voir les mots « Farce Réussie ! » s’afficher, il ne pourrait vraiment, mais sérieusement, pas garantir qu’il n’irait pas chercher les seules armes dans sa maison, c’est-à-dire son ensemble de couteaux de cuisine, pour ensuite se précipiter jusqu’à la maison de Bai Xue Chen.

« Je vais te croire une dernière fois ! »

Lin Jian Yin serra les dents et ouvrit le sceau de la cartouche. Il s’agissait d’un paquet dont l’emballage était fait de feuilles, et il y avait un manuel d’instructions qui était joint à l’intérieur. Lin Jian Yin ouvrit le manuel d’instructions avec impatience. À l’intérieur, il n’y avait que quelques lignes simples.

Comment jouer : Élevez le personnage du jeu.
Comment terminer : Laissez le personnage conduire une cérémonie de Mariage avec la personne qu’il / elle aime.

Attention ! L’essai dure deux mois. Que vous ayez terminé le jeu ou non, vous ne pourrez pas continuer le jeu par la suite.

« Bordel ! C’est juste une version d’essai. Et il appelle ça un rabais ?! »

Lin Jian Yin inséra rageusement la cartouche dans la console Nintendo. Un vortex apparut lentement sur l’écran du téléviseur de vingt-quatre pouces, exactement comme dans un jeu de télévision normal. Lin Jian Yin fixa l’écran de la télévision, à peine capable de jeter plus d’un coup d’œil avant que son regard ne soit happé par le vortex continuellement en expansion, qui devenait de plus en plus clair. Il se sentit un peu étourdit, mais pas au point que ce soit inconfortable. Ça ne lui traversa même pas l’esprit qu’il pouvait détourner les yeux, et donc il fixa du regard ce vortex. Au sein de ses deux pupilles noires se reflétait le vortex qui grandissait encore et encore, tournoyant plus vite et encore plus vite…

« Ahhh ! Jian, Jian… Des yeux, des yeux. »

Le cri d’une fille ramena abruptement Lin Jian Yin à ses sens. Il cligna des yeux, s’exclamant : « Qui m’appelle ? Qui est en train de m’appeler ? »

« Jian a parlé ! »

La fille cria encore et encore. Après un vertige soudain, tout se mit à tournoyer autour de Lin Jian Yin. Il en fut tout étourdit, et il tomba ensuite lourdement sur le plancher. Ça lui fit si mal qu’il gronda, et ne put s’empêcher de jurer : « Garce ! Qu’est-ce que tu fabriques ? Pourquoi m’as-tu poussé ? Pour utiliser autant de force, tu es un gorille ou quoi ? »

« Jian, Jian… » La fille répéta ce mot, sidérée.

« Pourquoi agis-tu de façon si intime, de quel droit m’appelles-tu par la moitié de mon nom !? »

Lin Jian Yin jeta un regard noir à la fille devant lui, très mécontent. La fille avait de longs cheveux frisés, et les boucles étaient le type super frisé qui était particulièrement utilisé par les dames de plus de cinquante ans. Par ailleurs, des nœuds et des pointes fourchues, appelez ça comme vous le voulez, aucun ne manquait à l’appel. Sur son visage, elle portait les lunettes de soleil noires qui étaient les plus en vogue en ce moment, excepté que ce style… appartenait au type que tu verrais dans l’anime Détective Conan. Quand une vraie personne les porte, ça a vraiment l’effet de la transformer en geek. Pour ce qui est des vêtements, ne les mentionnons même pas. Sur son grand chandail, il y avait même un pikachu qui y était imprimé. Et sous ses shorts, ce qu’elle portait était en fait des pantoufles bleues et blanches.

« Une taike1. » Les plis de la bouche de Lin Jian Yin tiquèrent tandis qu’il en arrivait à cette conclusion.

La fille n’avait visiblement pas entendu son commentaire. Elle demanda seulement un peu timidement : « Puis-je demander, Monsieur Jian, êtes-vous ici pour m’expliquer les règles du jeu ? »

Monsieur Jian ? Lin Jian Yin ne put s’empêcher de froncer les sourcils. Pourquoi cela sonne-t-il étrange ? Cependant, se faisant rappeler à l’ordre par la fille, il se souvint enfin qu’il jouait à un simulateur de vie… Oh mon dieu ! Ne me dîtes pas que je dois élever cet exemple classique de taike ? Généralement parlant, une fille figurant dans un simulateur de vie ne devrait-elle pas être une petite fille ?

Une fois qu’il eut songé à devoir élever la taike sous ses yeux, la façon de parler de Lin Jian Yin devint de la pire espèce. « Ouais, je suis ici pour t’élever. »

« M’élever ? » La fille afficha une expression bizarre, et puis avec un peu de doutes, elle ajouta : « Jian ? »

« Ne raccourcis pas mon nom à Jian, tu m’as bien entendu ? Nous ne sommes pas encore aussi proches ! »

Lin Jian Yin fit une grave déclaration, et avait même envie de se mettre devant le visage de la fille pour la menacer. Cependant, une fois qu’il eut décidé de bouger, il découvrit alors qu’il en était incapable ? Il se débattit douloureusement pendant un moment. Bien qu’il bougeât effectivement un peu,  il avait à peine réussi à secouer son corps, et ne s’était pas le moins du monde déplacé de l’endroit où il se trouvait à l’origine. Se pourrait-il que quelque chose cloche avec mes pieds ? Lian Jian Yin regarda vers le bas suspicieusement, mais il ne vit rien qui ressemblât à des pieds ou à un corps. Dessous, il n’y avait qu’un quelque chose brillant et aveuglant.

Lin Jian Yin resta stupéfait pendant un long moment. Il avait envie d’étirer sa main pour le toucher, voulait s’étirer… Mais où est passée ma main ?! Il était extrêmement alarmé. Pourquoi est-ce que je n’ai pas de mains ? Je n’ai pas de mains, et je n’ai également ni pieds ni corps… Lin Jian Yin cria choqué : « Ne me dis pas que je n’ai qu’une tête ? »

« Euh… » La fille semblait trouver difficile de dire les prochains mots : « Ça semble être un peu moins que ça. »

« Quoi ?! Même moins que la tête ? » Lin Jian Yin hurla : « Dans ce cas, que me reste-t-il ? »

La fille répondit honnêtement : « Deux yeux et une bouche. » Après avoir dit cela, elle pencha la tête d’un côté et le regarda de la tête aux pieds. Puis, elle ajouta : « Et une lame ainsi qu’une garde d’épée. »

« Des yeux, une bouche, une lame, et une garde d’épée ? Mais qu’est-ce que c’est censé être ? » Lin Jian Yin se débattit de toutes ses forces, et à après s’être autant secoué d’avant en arrière, son corps tomba sur le sol avec un « thunk » sonore. Il ne resta pas docilement étendu là par contre, mais s’efforça d’essayer de se lever. Toutefois, sans mains ni pieds, inutile de songer à se mettre debout. Essentiellement, hormis rouler dans tous les sens, il ne pouvait possiblement rien faire d’autre.

La fille marcha lentement dans sa direction, et hésita pendant un moment avant de le ramasser. Une expression impuissante sur le visage, elle le regarda et lui dit : «  Je suppose que tu es probablement une épée avec des yeux et une bouche ? »

Quoi ? Lin Jian Yin se sentit défaillir. Je suis une épée2 avec des yeux et une bouche ?

« Ne t’agite pas, au moins tu as deux yeux et une bouche en plus par rapport aux autres épées. » La fille essaya de réconforter cette épée qui avait l’air très consterné.

Cependant, ces mots blessèrent Lin Jian Yin encore plus. Il serra les dents et prononça mot-par-mot : « Je. Suis. Un. Humain. »

La fille eut une peur bleue, et devint silencieuse pendant un moment. Puis, elle dit : « Si tu es humain, dans ce cas il te manque plusieurs choses. »

Notes de bas de page

1 Taike : C’est un terme  qui est dégradant, maintenant utilisé pour parler des gens en Taiwan dont les vêtements et l’attitude sont très inappropriés et grossiers. Par exemple, porter des pantoufles bleues et blanches en étant en sous-vêtements pour aller à un événement formel.

2 Jian : Le mot « Jian » veut dire « épée ». Lin Jian Yin croit qu’elle l’appelle avec une version abrégée de son nom, alors qu’en fait elle appelait juste « Épée » parce qu’il est une épée.

Leave a Reply