1/2 Prince T3C4 : Jing et Yun

posted in: 1/2 Prince | 0

½ Prince Tome 3 – Les Chroniques d’un Prince Vagabond

Roman version d’origine en chinois par – Yu Wo


Chapter 4: Jing and Yun – Traduit du chinois vers l’anglais par Eilinel[PR!]
Chapitre 4 : Jing et Yun  – Traduit de l’anglais vers le français par Nocta
+ Travail de vérification par Yukomin

Dès que j’ouvris les yeux, je ne pus m’empêcher de m’exclamer avec admiration : « Comme le ciel est bleu ! »

Je restai paresseusement allongé pendant un moment, m’émerveillant devant l’étendue de ciel azur que j’avais sous les yeux. Quand je me mis enfin debout avec une certaine réticence, j’observai avec curiosité mes alentours et mordis mon index, perplexe. « Où diable est-ce que je me trouve ? »

Ouah, il y a même des mouettes ici ! Agréablement surpris, je les suivis du regard alors qu’une volée entière de mouettes passait devant moi… Hein ? Est-ce que c’est une voile ? Je n’en ai jamais vu une aussi grande auparavant… Cette chose sous mes pieds, est-ce que c’est ce qui est appelé un « pont » ?

Hébété, je marchai jusqu’à la rampe du navire et contemplai l’horizon.

Que cet océan est bleu, et il y a même un vent marin au goût de sel qui souffle par ici. Oh oh, c’est tellement confortable, pensais-je, affichant pendant dix bonnes secondes un large sourire béat, puis une prise de conscience me frappa… Attendez un instant ! Je regardai à gauche puis à droite. Mon dieu ! C’est un océan bleu qui s’étend à perte de vue. Où est passée ma terre adorée ? Pourquoi je suis sur un bateau ? Vers où est-ce que je me dirige ?

Ne panique pas, ne panique pas ! J’essayai de me calmer. Il doit y avoir une certaine raison quant à ma présence ici.

Je tentai de me rappeler de ce qui s’était passé. Je me souviens que j’étais en train de boire avec Nan Gong Zui et Kong Kong ; l’alcool me brûlait alors qu’il descendait le long de ma gorge et il était très difficile à boire… et ensuite ? Je pris ma tête dans mes mains et réfléchis autant que je le pouvais, mais je ne parvenais simplement pas à me souvenir de quoi que ce soit. Mais qu’est-ce qui s’est passé exactement après ça ?

Soudainement, j’aperçu quelqu’un du coin de l’œil. Je me précipitai vers lui et le saisi par le bras. « Excusez-moi monsieur, mais pourriez-vous me dire quelle est la destination de ce bateau, s’il-vous-plaît ? » demandai-je avec inquiétude.

« Ce navire est l’Étoile de l’Océan, qui vogue du Continent Central jusqu’au Continent de l’Est. Tu ne le savais pas ? » L’homme, qui ressemblait à un marin, affichait une expression interrogative tout en me répondant.

Le Continent de l’Est ? Je le fixai avec un regard vide. « Le Continent de l’Est ? Depuis quand Second Life a autant de continents ? »

« …Il y a un total de cinq continents dans ce monde : le Continent de l’Est, le Continent du Sud, du Nord, de l’Ouest et le Continent Central. Ça devrait être de la culture générale ! » Le marin me fixa comme si j’étais fou.

C’est donc ça ? « Dans ce cas, d’où est-ce que je viens ? »

« À en juger par le cap de ce navire, tu es probablement originaire du Continent Central non ? »

Je me frottai l’arrière du crâne, souriant bêtement. « Vous avez probablement raison ! » m’exclamai-je.

« Comment je fais pour revenir sur le Continent Central ? » Bien que voyager à bord d’un navire soit une expérience assez intéressante, mes coéquipiers d’Odd Squad me passeront définitivement un savon si je ne me dépêche pas d’aller chercher la Team Rose. 

« Tu pourras prendre un autre navire pour rentrer quand on atteindra le Continent de l’Est. »

« Dans ce cas, combien de temps ça va prendre avant que nous atteignions le Contient Est ? »

« Probablement encore cinq jours ou quelque chose comme ça. Je ne peux pas continuer de discuter avec toi ; j’ai du travail à faire. » Le marin s’en alla, marmonnant pour lui-même : « quel type bizarre ; le prix du ticket d’embarquement est suffisamment cher, et pourtant il veut rentrer avant même d’avoir atteint le Continent de l’Est… »

Une seconde !

« Cinq jours, puis en incluant le voyage de retour, cela me prendra dix jours au total ? » J’ai envie de pleurer, ce sera un miracle si je ne me fais pas réprimander à mort cette fois.

Je soupirai. « J’imagine que, avant tout, je ferais aussi bien de prévenir mes coéquipiers. »

« Les gars, j’ai quelque chose à dire à tout le monde … » Pourquoi est-ce qu’ils ne me répondent pas ?

« Appel à Odd Squad, appel à Odd Squad… » Toujours aucune réponse de leur part ? C’est impossible ! Ne devrait-il pas y avoir ne serait-ce qu’une personne en ligne à cette heure ? Je commençai à paniquer, et de nouveau j’empoignai hâtivement le marin. « Monsieur, pourquoi est-ce que je ne peux pas contacter mes coéquipiers par le système de message ? »

Ayant été stoppé de force, le marin me demanda avec exaspération : « Où se trouvent tes coéquipiers ? »

« Sur le Continent Central », répondis-je docilement.

« Les joueurs sur différents continents ne peuvent pas utiliser le réseau de MP pour communiquer entre eux ; ceci inclut aussi bien le canal de l’équipe. Tant que tu seras en mer, tu ne peux envoyer de MP qu’aux autres joueurs qui sont aussi à bord du navire. »

Ma mâchoire se décrocha sous le choc. « Je suis dans la merde jusqu’au cou cette fois. »

Il n’y avait rien d’autre que je puisse faire, cependant, aussi je m’assis simplement à bord du navire, tendu. Au début, je pouvais toujours regarder le ciel bleu et l’océan, mais je devins presque fou d’ennui. Le marin m’a dit que c’est la saison morte en ce moment, avec très peu de joueurs prenant le bateau, sans parler de ceux qui mettent les voiles aux petites heures avant l’aube, donc je suis le seul joueur à bord de ce navire, aaaaaaah !

Je roulai en avant, en arrière, sur le côté… Je m’eeeeeennuuuuui ! Mon dieu ! Mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire ? Même le marin NPC est parti se cacher après que je l’aie autant ennuyé, en plus il n’y a personne avec qui parler. Je mis ma tête entre mes genoux plaintivement, mes yeux rougis par des larmes naissantes. « Ouuuin, Lolidragon, Grand frère Wolf, Gui, Doll et belle-sœur Yu Lian, vous me manquez tellement, ouuuiiiiin ! » Je ne réalisais que maintenant à quel point je me sentais seul lorsque les membres d’Odd Squad n’étaient pas dans les parages.

« Maman, pourquoi tu pleures-pleures ? » Une voix d’enfant s’éleva de mon sac.

Je me figeai pendant un instant, puis j’ouvris rapidement mon sac. « MEATBUUUUUN ! »

Je sortis Meatbun et la serrai étroitement dans mes bras, l’arrosant de baisers, de pincements et de câlins. « J’avais oublié que je t’ai toujours. »    

« Maman, Meatbun-bun a mal-mal ! » Ma main s’était déchaînée dans un carnage, pinçant Meatbun partout et faisant tourner au rouge la peau du dit pain. Juste comme avant, Meatbun – qui avait peur de la douleur – se mit à pleurer, avec des larmes méga-énormes dégoulinant de ses yeux.

Ah ! Merde. Je m’empressai de consoler Meatbun d’une manière chaleureuse. Ce n’était pas très efficace cependant, et Meatbun finit quand même par pleurer comme deux robinets ouverts à fond. Ah ! C’est vraiment mauvais, j’ai bien peur d’être sur le point de devenir le premier joueur qui aura découvert si les navires des NPC peuvent ou non couler. Tenant Meatbun dans mes mains en coupe, je penchai ma tête sur le côté et songeai, Hum, la situation n’est probablement pas aussi grave que ce que je pensais. Au moins, je sais comment faire la nage du petit chien.

 

 

« Bien que notre suzerain soit en voyage d’affaire, la ville a quand même besoin d’être gérée, donc pour commencer nous allons juste assigner chaque personne à un poste. Si Prince n’est pas satisfait avec les agencements quand il reviendra, nous pourrons redistribuer les postes. » Ugly Wolf baissa les yeux pour regarder les joueurs qui se tenaient devant lui. Malgré le fait que nous ne sachions pas où Prince s’est enfui, en premier lieu nous devons quand même faire en sorte que tout le monde s’installe ici ! J’espère seulement que personne ne sera insatisfait de son poste. Il poussa un soupir à cette pensée. Vraiment, où diable Prince est-il passé ?

« Faisons ça, alors », dit calmement Nan Gong Zui.

« Comme je ne connais pas vos domaines d’expertises, je vais d’abord assigner leurs postes à ceux dont je connais les compétences. Chefs d’équipes, s’il-vous-plaît, prévenez-moi si j’ai oublié quelqu’un. » Ugly Wolf commença à énumérer les noms avec sérieux. « Nan Gong Zui, Broken Sword, Wicked et moi serons dans le Ministère de la Défense, Yu Lian dans le Ministère des Finances. Gui et Lolidragon seront dans le Ministère de l’Agencement Territorial et superviseront respectivement les plans de la ville et les infrastructures militaires : comme poser des pièges autour de la ville. Lolidragon servira également dans le Ministère des Affaires Étrangères avec Doll. »

Nan Gong Zui sourit légèrement. « Je pense que je ne peux que prendre en charge l’entraînement des troupes. D’habitude, je laisse la tâche de trouver les mesures militaires et les stratégies de guerre entre les mains de White Bird ; c’est une experte dans ce domaine. »

Madame White Bird souleva ses sourcils et fit remarquer : « Une personne qui peut mener les troupes au combat et une personne avec le talent de dresser des stratégies et commander les batailles de loin ne sont pas souvent une seule et même personne. Je suggère que le Ministère de la Défense soit encore divisé en deux départements, un en charge des stratégies et l’autre en charge du commandement des troupes ; c’est à dire, avoir deux positions différentes : conseiller militaire et général. Cela rendra les choses plus claires pour tout le monde. »

Ugly Wolf considéra la chose pendant un moment, puis il répondit : « Ce que tu as dit me parait censé ; nous ferons ainsi. Nan Gong Zui, Broken Sword et Wicked seront chacun l’un des trois Généraux, alors que Madame White Bird et moi prendrons respectivement les rôles de Conseiller de la Gauche et de la Droite. Y a-t-il d’autres questions concernant le Ministère de la Défense ? »

Voyant que personne n’avait d’autres opinions sur ce sujet, Ugly Wolf  poursuivit avec le sujet suivant. « Pour ce qui est du Ministère des Finances, je n’ai vraiment aucune idée de qui d’autre a de l’expérience dans ce domaine à part Yu Lian de mon équipe, aussi puis-je vous demander si d’autres équipes ont des experts sur ce terrain ? »

« Mon équipe recommande Rose », annonça Broken Sword, et tout le monde dans la Team Rose sourit à Rose alors qu’il ajoutait : « Rose n’est pas une experte ordinaire dans ce domaine ; elle est pratiquement la déesse de la gestion des finances ! »

« Je souhaiterais rejoindre le Ministère des Finances. Je ne suis pas non plus une experte ordinaire quand il s’agit de superviser l’argent », déclara Ice Phoenix avec un sourire confiant alors que les membres des Lames Vertueuses hochaient frénétiquement leurs têtes pour montrer leur accord.

Ugly Wolf hocha sa tête joyeusement. « C’est très bien, Yu Lian n’aura pas à gérer tout seule le Ministère de Finance dans ce cas. »

« Ensuite, à part Gui et Lolidragon qui ont été assignés au Ministère de l’Agencement Territorial, j’espère que tous les voleurs pourront aider Lolidragon à installer les pièges. Après tout, cette ville est simplement trop grande, et il sera impossible de ne dépendre que de Lolidragon pour cela. » Ugly Wolf regarda les voleurs qui étaient présents, et Playboy Lord et Kong Kong acquiescèrent tous les deux.

« Y a-t-il quelqu’un ici qui s’y connaisse en urbanisme ou en supervision du processus de construction ? » demanda Ugly Wolf en fronçant les sourcils.

Fairsky fit la moue pendant un instant puis répondit à contrecœur : « Je m’y connais, mais je ne veux pas travailler avec lui. » Elle lança un regard féroce à Gui.

« Tu ne devrais pas mélanger tes affaires privées avec le travail, Fairsky », réprimanda sévèrement Broken Sword.

« Je suis désolée », répondit Fairsky avec une expression coupable. « Dans ce cas, je vais me joindre au département d’urbanisme et faire de mon mieux pour aider Gui. »

« Alors tout ce qu’il reste c’est le Ministère des Affaires Étrangères. Y a-t-il quelqu’un qui veuille aider Doll et Lolidragon ? » demanda Ugly Wolf.

Lolidragon dit avec un sourire : « Je recommande Heartless Wind. »

Heartless Wind rétorqua : « Pff. Pourquoi est-ce que je devrais me joindre au Ministère des Affaires Étrangères ? Surtout si tu en fais partie. »

« Oh, est-ce possible que le grand héros Heartless Wind soit incapable de faire la distinction entre ses affaires privées et son travail ? A-t-il l’intention de gâcher ses compétences de langage et de laisser de la moisissure pousser dessus à la place ? » demanda Lolidragon de façon caustique. « Ou a-t-il peur que ses prouesses ne perdent face aux miennes, et a-t-il ainsi décidé qu’il ferait aussi bien de ne pas rejoindre le Ministère ? »

Heartless Wind grinça des dents avec haine. « Moi ? Perdre contre toi ? Je vais plus que certainement rejoindre le Ministère des Affaires Étrangères, et alors tu pourras voir par toi-même qui est le vrai expert en diplomatie ».

Ce tour-ci, la victoire revient à Lolidragon ! pensèrent toutes les personnes présentes.

« Dans ce cas, nous suivrons ces placements pour le moment ! » Ugly Wolf termina la charte du personnel avec satisfaction. « Ensuite, nous devons de parler de la question des Lames Vertueuses. Bien que la ville soit actuellement protégée par les administrateurs du jeu, nous devrons très bientôt endosser cette responsabilité par nous-mêmes. Comme tout le monde le sait, il y a d’innombrables joueurs qui convoitent notre ville, aussi nous devons accroître rapidement le nombre de joueurs dans nos forces et décider de la méthode pour les gérer. »

Ugly Wolf dévisagea Nan Gong Zui, le regardant dans les yeux honnêtement. « Je vais le dire sans détour. Une ville ne peut pas avoir deux seigneurs, et il semble que la totalité de notre défense militaire dépende des Lames Vertueuses. Nan Gong, es-tu certain que tu es prêt à volontairement laisser ton propre groupe servir Prince, que tu veuilles être le subordonné de Prince ? »

Nan Gong Zui fixa Ugly Wolf, une résolution limpide dans ses yeux, et il répondit clairement : « Si Prince était ici, je pourrais m’agenouiller et lui jurer mon allégeance devant tous les membres des Lames Vertueuses. »

« Je ne suis vraiment pas un bon chef. J’ai toujours su depuis le début que je ne possédais pas l’aura d’un dirigeant », expliqua lentement Nan Gong Zui. « Plutôt que de laisser les Lames Vertueuses demeurer un groupe ordinaire sous mon commandement, je préférerais de loin trouver un meilleur chef que moi pour les diriger. Et à présent, j’en ai trouvé un. »

« Ce type, Prince… Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai toujours pensé que la vue de son sourire donnait aux gens une sorte de sentiment vraiment confortable », dit Broken Sword avec un large sourire. « J’ai vraiment envie de le voir debout sur les murs de la cité, rigolant avec ce rire sauvage et arrogant qui est le sien. »

Legolas répliqua nonchalamment : « Vraiment ? J’ai toujours pensé que ce type, Prince, est en quelque sorte un idiot… aussi longtemps que tu es son ami, il te fera confiance sans aucune hésitation, et il sera même prêt à donner sa vie pour toi. » Alors que Legolas finissait de parler, toutefois, il y avait un léger sourire sur son visage.

« Sa danse de l’épée est un véritable festin à la fois pour les yeux et le cœur », renchérit Kong Kon en secouant sa tête avec un soupir d’admiration.

Heartless Wind ajouta avec gêne : « Même s’il y a eu quelques frictions entre nous par le passé, ses prouesses guerrières sont vraiment assez impressionnantes. »

« Très bien, très bien, tout le monde, s’il-vous-plaît, arrêtez de chanter les louanges de Prince. Autrement, même s’il n’est pas là, je pense qu’il va attraper la grosse tête. » Lolidragon interrompit précipitamment leurs compliments. Soupir ! Un mal de tête apparaissait alors qu’elle pensait, Si Prince ne se montre pas avec une image qui est à la hauteur de leurs attentes quand il reviendra, nous aurons de gros problème.

Ugly Wolf lui aussi ne savait pas trop s’il devait rire ou pleurer. « Dans tous les cas, faisons en sorte que le développement de la Cité de l’Infini soit bien mis en route avant que Prince ne rentre. »

« Pas de problèmes ! » Ils étaient tous remplis de confiance, prêt à démontrer leurs capacités à leur fier, puissant et inébranlable suzerain…

 

 

J’étais à quatre pattes, frottant, frottant et frottant le sol. Ahhhhhhhh.….

« Comment j’étais supposé savoir que le ticket pour ce bateau serait aussi cher, et qu’il coûterait en vérité cinq mille pièces de cristal et trois pièces d’or ? Je n’avais que cinq milles pièces de cristal, trois pièces d’or et dix pièces de bronze. Comment j’aurais pu savoir que je n’aurais pas assez pour dîner ? Pour oser me forcer, moi, le seul joueur sur ce navire, à récurer le sol comme paiement, ils sont tout simplement sans cœur », marmonnai-je à moi-même tandis que je récurais le sol. « Soupir, Meatbun, pourquoi est-ce que tu n’as pas de bras ? Autrement tu pourrais m’aider à laver le plancher. »

Meatbun, qui était assis sagement sur ma tête depuis le début, n’arrivait pas à comprendre de quoi je parlais, aussi il ne pouvait que continuer de me donner la même réponse : « Oui, Maman. »

Je frottai, je frottai… Attendez une seconde. Pas d’argent ? Le ticket pour le retour doit être acheté, n’est-ce pas ? C’est. Vraiment. MAUVAIS !

Mon corps faiblit comme de la gelée. Cinq milles pièces de cristal ! C’est la quantité que j’avais mise de côté depuis le moment où j’avais commencé à jouer jusqu’à maintenant. J’ai bien donné une partie de mon argent à l’équipe, mais ça me prendra quand même beaucoup de temps pour gagner cinq milles pièces de cristal… Qu’est-ce que je vais faire ? Ça veut essentiellement dire que je ne pourrai pas rentrer avant un très long moment. En plus, je ne peux pas envoyer de message à mes amis ; ils sont probablement très inquiets pour moi.

« Hé, on est arrivé au Continent de l’Est », cria le marin.

Je le regardai, hébété. « Monsieur, n’y a-t-il pas un autre moyen pour se procurer un ticket de croisière que de l’acheter ? »

« Non ! »

Abasourdi, je fus chassé du navire. Abasourdis, je me tins au milieu du port inconnu. Seuls les regards épris d’amour dirigés vers moi m’étaient familiers. On dirait que mon visage est également plutôt populaire ici sur le Continent de l’Est ; ne me dites pas que je vais devoir vendre mon corps pour gagner de l’argent ?

« Grrrrrrr », gronda mon estomac. J’ai tellement faim. Je veux manger, pensais-je. Serrant mon estomac, je me souvins que je n’avais pas une seule pièce sur moi, et immédiatement mon corps entier devint à nouveau aussi faible que de la gelée. On dirait que je vais mourir de faim avant même d’avoir eu le temps de vendre mon corps pour de l’argent !

Incapable d’endurer le grondement insistant de mon ventre plus longtemps, je pris ma décision. « C’est l’heure d’aller chasser ! » m’exclamais-je, mais… de quel côté est la forêt… ?

Après avoir réfléchi un moment, je compris que n’importe quel endroit où il y avait des arbres devait être une forêt. À cet instant, j’avais tellement faim que je m’étais presque transformé en cadavre, ce fut donc avec impatience que je me précipitai vers la forêt. Comme prévu, là-bas je trouvai mes adorables petits loups…

 

 

« Meatbun, je n’ai pas de chignon de pain pour toi pour le moment, donc essaie juste de manger un peu de viande de loup ! » J’enfournai de la viande de loup dans la petite bouche de Meatbun tout en en dévorant moi-même.

Des larmes s’accumulèrent dans les yeux de Meatbun, et il mâcha la viande de loup à contrecœur. « C’est pas bon, Maman. »

« Vraiment ? Je trouve que c’est délicieux ! » N’importe quoi aura bon goût quand vous êtes sur le point de mourir de faim, pensais-je. J’avalai le dernier morceau de la viande de loup coriace avec contentement, puis je m’allongeai dans l’herbe sur les rives du lac, frottant mon ventre, satisfait.

Comment est-ce que je vais faire pour contacter mes coéquipiers ? Je me sentis troublé. C’est bien dommage que Lolidragon ne soit pas là pour répondre à mes questions ; ce n’est que maintenant que je réalise à quel point elle est vraiment utile… « Je suis donc finalement obligé de ne compter que sur moi-même ? » remarquai-je à haute voix avec tristesse.

J’observai les nuages dans le ciel alors qu’ils filaient au-dessus de moi, me sentant à la fois un peu abattu, un peu triste, et un peu perdu. Fermant les yeux, je marmonnai : « Je n’aime pas cette impression d’être séparé de tous les autres. »

Mes yeux s’ouvrirent brusquement. Je sautai sur mes pieds et rugis vers le ciel : « JE VEUX RENTRER ! »

« On prend le bateau maintenant, Maman ? » demanda joyeusement Meatbun.

« …Oui, nous pourrons prendre ce bateau une fois que j’aurai gagné jusqu’à la dernière de ces cinq milles pièces de cristal », répondis-je. En premier lieu, je devrais aller tuer des monstres pour obtenir de l’argent. Quant à vendre mon corps… nous en reparlerons quand je n’aurai vraiment plus d’autres choix !

Je vais affronter des ennemis puissants, pensais-je. De cette façon, je gagnerai de l’argent plus vite. Je vérifiai le contenu de mon sac. Voyant qu’il me restait quelques potions de soin à l’intérieur, mon esprit s’apaisa, et je commençai à m’enfoncer davantage dans les profondeurs de la forêt. Alors que mon entourage devenait de plus en plus sombre, je posai prudemment ma main sur la garde de mon dao pour que je puisse le dégainer au moindre avertissement.

Il y a du mouvement dans les arbres ! Mes pas ralentirent jusqu’à s’arrêter. Observant la clairière devant moi, je pouvais apercevoir les silhouettes d’un certain nombre de monstres. Un sourire s’étira sur mon visage, et je dégainai mon Dao Noir. On dirait que je vais pouvoir retourner auprès de mon équipe rapidement.

 

 

Jour Deux…

Je déchiquetai deux monstres d’un coup d’épée, puis je rengainai mon dao. « C’est le monstre numéro… ? »

« C’est le cinq cent cinquième », répondit Meatbun scrupuleusement.

J’expirai. « Combien de pièces d’or nous avons ? »

Meatbun tourna son petit corps blanc et potelé et, avec un certain effort, se fraya un chemin dans ma sacoche. Après un moment, ce petit corps blanc et potelé sortit en se tortillant. « Cent trente-cinq piè-pièces d’or, Maman. »

« Hum, je me suis habitué au type de monstres qu’il y a ici sur le Continent de l’Est, et en plus j’ai aussi suffisamment d’argent pour acheter des potions de soin et de mana, donc je devrais pouvoir m’aventurer davantage dans les profondeurs. » Je regardai la vallée escarpée au loin et me demandai, Est-ce que je devrais aller là-bas pour chercher des monstres avec des niveaux plus élevés ? Ceux qui ont un niveau élevé ont plus de chance de laisser tomber des objets rares. Si je peux obtenir plusieurs items rares, je serais peut-être même capable de rentrer immédiatement.

« Bien ! Prépare-toi, Meatbun. Une fois que tu auras utilisé Libération de l’Arôme, il se pourrait que nous rencontrions un boss ! » J’étais plein d’entrain.

« Meatbun-bun est prêt ! » Le petit visage de Meatbun affichait une détermination enfantine. C’est tellement adorable !

Après que j’eus placé Meatbun au sommet de ma tête, je me mis en route vers la vallée inconnue. Tandis que je marchais, les environs s’assombrirent, et il y avait même des rafales d’un vent glacial et sinistre de temps en temps… Il fait tellement froid, pensai-je. Mes dents claquaient, et je n’eus pas d’autres choix que de sortir un manteau, qui n’avait pas servi depuis longtemps, de mon sac et de l’enfiler. Quand j’eus plus chaud, je recommençai à marcher vers ma destination.   

« À l’aiiiiide… » Un appel à l’aide retentit soudainement. Je me pétrifiai l’espace d’une seconde, puis je me mis à courir pour aller secourir cette personne.

Quand j’arrivai sur place, je vis une fille poursuivie par cinq ou six Squelettes de Flammes… Étrange, pourquoi est-ce que cette scène me semble familière ? Je m’arrêtai pour réfléchir. Ne me dites pas qu’il s’agit encore d’une autre nécromancienne qui a été effrayée par ses propres sous-fifres squelettes ?

« Tiens bon, Jing ! Je vais te sauver dès que j’aurai bu quelques potions. » La voix masculine provenait de derrière la fille.   

La fille gémit : « Dépêche-toi, Yun, je vais mourir ! »

Jing ? Yun ? Pourquoi ces noms me semblent un peu familiers ? Je me replongeai de nouveau dans mes pensées…

Juste à ce moment-là, la fille sembla m’avoir aperçu. « À l’aide, je t’en supplie aide-nous à tuer ces squelettes ! » s’exclama-t-elle.  

Ce visage appartient à Lü Jing… ma meilleure amie dans la vie réelle. Mon dieu, Yun ? Ne me dites pas que c’est Gu Yun Fei ? Je redressai la tête pour regarder le jeune homme derrière elle. Pas d’erreur à ce sujet ! C’est vraiment Yun, pensai-je, restant planté sur place à cause de ma stupéfaction. Alors, Jing et Yun étaient sur le Continent de l’Est, et nous nous rencontrons par pure coïncidence ; on dirait que ma « bonne étoile » ne m’a pas lâché.

« Je t’en supplie, est-ce que tu pourrais me sauver ?  » Les yeux de Jing brillaient de larmes contenues alors qu’elle courait vers moi telle une demoiselle en détresse.

« Oh… » répondis-je un peu hébété. J’attrapai Jing et la tirai derrière moi. Dégainant mon Dao Noir, je me baissai rapidement et, d’un coup bas, je coupai les deux pieds du squelette. Contre le suivant, je le scindai simplement en deux, puis je séparai le crâne du premier squelette du reste de son corps avec une entaille inversée… J’ai depuis longtemps été formé par Doll à affronter des monstres comme les Squelettes de Flamme, au point où je me bats presque juste avec mes réflexes, et où je ne fais qu’une bouchée d’un seul squelette. Avant même que Yun ne soit arrivé en courant pour aider, j’avais déjà expédié les cinq Squelettes de Flammes avec une grande aisance.

« Nom d’un… tu es vraiment fort. » dit Yun en me regardant, bouche bée.

Est-ce que je devrais répondre quelque chose ? Est-ce qu’ils vont se rendre compte que je suis Feng Lan ? Je me sentais un peu hésitant.

« Tu es vraiment extrêmement fort, pas comme nous deux qui sommes vraiment faibles… » Il y avait une trace de tristesse dans l’expression de Jing, et elle poussa même un soupir.

Tu peux garder ton numéro de fragilité – que tu utilises pour envoyer les gens à leur mort sans aucune intention de payer avec ta propre vie – pour quelqu’un d’autre, Jing ! Contre moi, ta meilleure amie Feng Lan, ce tour est complètement sans effet !

Je gloussai intérieurement. À propos de ma meilleure amie, Jing, je la connais trop bien. Jing ressemble peut-être à une Lin Dai Yu1 délicate et frêle à la surface, mais… en réalité c’est en fait une experte de Taekwondo qui n’a pas son égal.

Yun, lui aussi, soupira doucement. « C’est entièrement de ma faute. Je ne peux même pas protéger une amie parce que mon niveau est trop bas. »

« Ne dis pas ça, Yun. Je te suis déjà très reconnaissante de bien vouloir m’aider à monter de niveaux », affirma Jing en regardant Yun avec « reconnaissance ». « Soupir, je souhaiterais vraiment qu’un expert nous vienne en aide pour notre entraînement. »

« C’est fâcheux, mais pourquoi un expert accepterait-il d’aider de parfaits étrangers comme nous ? » répliqua Yun avec une expression abattue.

Une fois encore, Jing me fixa timidement. « Nous vous sommes plus que reconnaissants pour avoir sauvé nos vies, Grand frère Expert. Je m’appelle Lü Jing, et voici mon ami Yun Fei. Pouvons-nous demander à Grand-Frère quel est son nom ?  »

Je pouvais sentir une sensation de picotement sur mon cuir chevelu alors que j’étais amadoué par Jing. À chaque fois que Jing cajole quelqu’un, cette personne connait inévitablement un sort horrible et indicible.

Après que j’eus échoué à répondre pendant un moment, les yeux de Jing se brouillèrent de larmes. « Se pourrait-il que Grand frère ne veuille même pas donner son nom à Jing ?  »

Que devrais-je faire ? Pensais-je, paniqué. Devrais-je leur dire que je suis Prince ? Mais Yun semble en savoir beaucoup sur Prince ; il a probablement découvert que Prince est sur le Continent Central avant même que moi je le sache. Comment je vais leur expliquer les raisons de ma présence sur le Continent de l’Est, et spécialement quand je n’en connais pas la raison moi-même !?

« Jing, puisque Grand frère n’est pas disposé à nous donner son nom, il est clair qu’il n’a aucun intérêt pour du menu fretin dans notre genre, alors arrêtons de rendre les choses difficiles pour Grand frère », déclara Yun avec indignation.

Dans ce cas, arrête de m’appeler « Grand Frère »… pensai-je, exaspéré.

« Mais… Soupir ! Je croyais que nous avions enfin trouvé un Grand frère qui soit un combattant puissant, un homme de parole, et une personne juste, et qu’alors Grand frère et moi nous … » Le rougissement qui avait recouvert les joues de Jing et l’expression d’adoration sur son visage laissèrent soudainement la place à une incomparable déception, et sa voix prit une intonation choquée. « Puisque Grand frère dédaigne Jing, alors, dans ce cas, dans ce cas… »

« Ne sois pas déçue, Jing. Je suis sûr que Grand frère  ne voulait pas te blesser. Il doit sans doute avoir une affaire pressante dont il doive s’occuper, autrement comment pourrait-il possiblement nous abandonner derrière lui… et tout particulièrement une beauté aussi adorable que toi ! » la consola Yun. À ses côtés, Jing continuait à maintenir sa façade de délicate et fragile jeune femme.

*Transpire* Je comprends enfin ce qu’ils essaient d’accomplir, pensai-je. Ils essaient d’utiliser la beauté de Jing pour leurrer ce « Grand frère vétéran » afin qu’il les entraîne tous les deux !

Comme nous sommes de très bons amis, en principe, je devrais les aider avec leur entraînement. Cependant, je suis dans une situation plutôt inhabituelle en ce moment. Non seulement je redoute qu’ils ne découvrent que je suis Feng Lan, mais en plus j’ai aussi peur qu’ils se rendent compte que je suis Prince. Comment je suis censé les aider dans une situation pareille ? Je poussai un soupir d’impuissance.

« Pourquoi soupires-tu, Grand-frère ? » me demanda Jing, de l’inquiétude perçant dans sa voix.

Je la regardai dans les yeux, qui étaient remplis de sollicitude, et songeai, Bien que je ne puisse vraiment pas dire si elle se fait réellement du souci pour moi ou si elle fait semblant, je me sens quand même un peu touché… Oh oublions tout ça ; Je vais simplement les aider ! Après tout, je ne leur ai jamais consacré de temps depuis que nous avons commencé à jouer à Second Life, et ils ne s’en sont jamais plaint de leur côté. Si je continue à refuser de les aider, je crains de me sentir vraiment coupable.

Ayant pris ma décision, je toussai deux ou trois fois. Imitant l’attitude d’un Grand frère vétéran, je leurs dis : « Ne demandez point mon nom, n’interférez pas avec mes affaires ; suivez-moi si vous le désirez ! »

En écoutant intensément, je pus entendre Yun se murmurer à lui-même : « Ah ! … C’est vraiment un vétéran ! »

Alors que je marchais, je me souvins subitement, Comment je suis censé les guider quand je ne connais toujours pas leurs classes et leurs niveaux ?

« Vos niveaux ? Classes ? »  Je lançai deux questions aux deux personnes qui me suivaient de près.

Yun se présenta avec enthousiasme : « Grand-frère, je m’appelle Yun Fei. Je me trouve au niveau quarante-cinq, et je suis un humain de la classe du Maître des Barrières2. »

« Le nom de petite sœur est Lü Jing. Je suis au niveau trente, et une Exorciste3 humaine », ajouta Jing.

Une Exorciste ? Un Maître des Barrières ? C’est quels genres de classes ça ? Pourquoi est-ce que je n’en ai jamais entendu parler auparavant ? Mes pas ralentirent puis s’arrêtèrent, et grattant mon visage, je n’eus d’autres choix que d’admettre mon ignorance et de demander : « S’il-vous-plaît, expliquez-moi vos classes. »

Yun afficha un grand sourire tout en me répondant : « Les Maîtres des Barrières sont assez rares, donc Grand frère ne connaît probablement pas bien cette classe ! Comme le nom le suggère, le travail principal d’un Maître des Barrières est de créer des barrières. Les barrières ont une multitude d’usages ; par exemple, la barrière la plus simple est la Barrière Plate, qui peut bloquer une attaque de front. Certaines barrières peuvent même faire refléter les attaques, comme la capacité Voile Miroir. Je peux créer alternativement des barrières tridimensionnelles, qui infligent tout un tas de problèmes de statut sur les joueurs ou les monstres à l’intérieur de la barrière. Par exemple, je peux lancer Barrière Fragilisante, qui réduira les dégâts des attaques, ou je peux utiliser Barrière de Ralentissement pour réduire la vitesse des monstres. »

Je hochai la tête ; sa classe était en quelque sorte comme celle de Gui dans le sens où elles étaient toutes les deux des classes de soutient. « Et tes capacités offensives ? »

« Les Maîtres des Barrières n’ont aucune aptitude offensive », annonça Yun sans perdre son sourire.

Aucune attaque ? Je restai stupéfait un long moment. Pas étonnant que Yun monte de niveau si lentement ; tu ne peux pas t’entraîner tout seul si tu n’as aucune capacité offensive ! C’est étrange, il ne peut pas s’entraîner tout seul ? Alors Yun doit avoir une équipe ! Mais je ne l’ai jamais entendu la mentionner auparavant… Je fronçai mes sourcils. « Ne dois-tu pas retourner auprès de ton équipe ? »

« Je n’ai pas d’équipe. » Yun rit, embarrassé, et expliqua : « La plupart des joueurs ne comprennent pas vraiment la classe du Maître des Barrières. Et comme ils entendent dire que mes capacités ne tournent qu’autour de la création de barrières protectrices, ils préfèrent plutôt se trouver un magicien. En plus de ça, mon niveau n’est pas très élevé, donc il y a des limites à l’efficacité de mes barrières, ce qui est la raison pour laquelle je n’ai toujours pas trouvé d’équipe jusqu’à présent. »

Pas étonnant que Yun, qui est un tel monstre de l’entraînement, ne soit encore qu’au niveau quarante-cinq, réalisai-je. Je ne peux vraiment pas imaginer combien de temps ça a bien pu lui prendre pour monter jusqu’à un tel niveau. Un sentiment lourd grandit dans ma poitrine dès que je me mis à penser à comment, moi, sa meilleure amie, je n’avais jamais pensé à l’aider. Il est temps que je fasse de mon mieux pour aider Yun, pensais-je.

« Grand frère devrait mieux connaître la classe de l’Exorciste », dit Jing avec un sourire. « Les Exorcistes utilisent principalement des papiers Fu 4pour lancer toutes sortes de sorts. »

Un Exorciste ? Je pensais qu’un exorciste utiliserait une cloche pour diriger des zombies… D’après les explications de Jing, ça ne semble pas différent d’un mage… Je continuai à marcher avec ma tête remplie de questions. Cependant, j’en savais suffisamment pour comprendre que Jing pouvait lancer des sorts et que Yun appartenait à une classe de soutient, aussi j’arrêtai de leur poser des questions, et à la place je me mis à réfléchir intensément. Quel serait le meilleur type de monstre pour nous servir d’entraînement ? C’est mauvais, je ne connais pas bien les monstres du Continent de l’Est. Quel genre de monstre devrions-nous combattre exactement ?

Tout à coup, le sourire de Yun se fit particulièrement servile : « Grand frère, ton petit frère pourrait-il se montrer grossier et proposer un bon endroit pour s’entraîner ? »

Je m’arrêtai dans mon élan. La suggestion de Yun venait juste de résoudre mon dilemme. « Parle. »

« Nous pouvons nous entraîner contre des démons mineurs. Ils donnent beaucoup d’expérience et ont de fortes probabilités de laisser tomber des trésors. En plus, il y a un grand nombre de quêtes qui sont en lien avec eux. Ils sont très bien pour monter de niveau, obtenir de l’équipement, et gagner de l’argent ! » affirma Yun avec excitation, avant que de l’embarras n’apparaisse sur son visage. « Mais, un joueur vétéran comme Grand frère n’a probablement pas besoin d’argent. »

Il se pourrait que je ne manque pas d’argent, mais il me manque un billet de croisière qui coûte cinq milles pièces de cristal.

« Je me demande vraiment quand nous aurons enfin assez d’argent. Pourquoi est-ce que le ticket pour le navire qui se rend au Continent Central est si cher ? » se lamenta Jing avec un soupir las.

J’étais stupéfait. Comment Jing sait-elle que j’ai besoin d’argent pour le billet de croisière ?

Yun et Jing avaient tous les deux l’air embarrassé. « Grand frère, en fait nous essayons de mettre assez d’argent de côté pour prendre le bateau à destination du Continent Central. Nous avons l’intention d’aller retrouver nos amis qui se trouvent là-bas », expliqua Yun.

Ah, donc je les ai mal compris. On dirait que Yun et Jing prévoient vraiment d’aller rendre visite au professeur Min Gui Wen et à Prince… de venir me rendre visite à moi ?

« Vous n’avez nul besoin d’y aller ; je suis déjà là, juste sous vos yeux. » Je ne pus m’empêcher de marmonner tout seul.

« Pardon ? » Jing, qui avait une ouïe aiguisée, s’enquit, perplexe.

Je m’empressai de me racler la gorge.  « Rien du tout. »

« Oh. » Jing me lança un regard soupçonneux.

« Allons-y, allons tuer des démons mineurs ! » dis-je, me dépêchant de changer de sujet. « Pour commencer, allons obtenir les quêtes. »

« Très bien Grand frère », me répondit joyeusement Yun, mais… en tant qu’une de ses meilleurs amis, même avec la capuche de mon manteau qui obstruait mon regard, je pouvais toujours dire qu’il y avait quelque chose d’anormal avec ce sourire bien trop lumineux affiché sur son visage. J’ai un mauvais pressentiment à propos de tout ça … Je ne suis tout de même pas sur le point de mourir des mains de mes propres meilleurs amis, pas vrai ?

 

 

Je me tenais en silence devant la Guilde des Aventuriers de la Ville du Tigre Blanc, attendant que les deux personnes qui m’avaient amené dans cette ville eussent fini d’obtenir leurs quêtes. Par chance, il y avait une immense carte du Continent de l’Est accrochée au mur extérieur de la Guilde des Aventuriers, aussi je pus enfin découvrir la géographie du continent qui se trouvait actuellement sous mes pieds. Je pense que voir ou non la carte ne fait aucune différence par contre, pensais-je. Après tout, j’arrive à me perdre et à atterrir à la Cité de l’Étoile alors que j’essayais en fait de me rendre à la Cité de la Lune, aussi comment je pourrais possiblement espérer qu’une carte à elle seule me permette d’aller visiter librement le Continent de l’Est ?

Je relevai la tête et jetai un regard désinvolte à la carte. Le Continent de l’Est, comme son nom l’indique, est un continent à l’est du Continent Central. Il y a quatre villes contrôlées par des admins ici, et elles sont situées aux quatre points cardinaux : à l’est, le Dragon Vert ; à l’ouest, le Tigre Blanc ; au sud, le Phénix Rouge ; au nord, la Tortue Noire. Ce continent donne vraiment une impression orientale. Ce n’est pas étonnant que même les classes soient extrêmement orientalisées elles aussi ; même la nourriture est chinoise !

Sous la capuche de mon manteau, j’étais occupé à  mâcher les xiaolongtangbao5 que je venais tout juste d’acheter. J’achèterai des wontons à la sauce au chili6 plus tard, décidai-je.

« Grand frère, nous avons obtenu les quêtes ! » La voix claire de Yun retentit.

Heiiin ? Je n’aurai pas le temps d’acheter mes wontons, mince !

« Pour remercier Grand frère de nous aider, est-ce que Grand frère accepterait de laisser Yun Fei et Lü Jing lui offrir un repas au restaurant ? » s’inquit Yun, son visage illuminé par la sincérité. Quant à moi, évidemment que je serais ravi qu’on m’offre un repas… Ah, mes wontons au chili, j’arrive !

 

 

Sur le chemin…

« Grand frère, est-ce que ça te conviendrait si nous dînons à la Maison Orientale7 ? »

« Grand frère, est-ce qu’il t’est vraiment impossible de nous donner ton nom ? Qu’allons-nous faire si nous sommes séparés pendant le voyage ? »

« Grand frère, ton manteau est vraiment élégant. J’imagine que tu dois aussi avoir le corps qui va avec ? Laisseras-tu ton petit frère y jeter juste un seul coup d’œil ? »

« Grand frère, est-ce que ton petit frère peut se montrer effronté pour oser te demander quelle est ta race ? Puisque tu es un guerrier aussi fort, je pense que tu dois appartenir à la race des humains, n’est-ce pas ? Ou serais-tu un homme-animal ? Mais ta carrure n’a pas l’air très costaude, donc je ne pense pas que tu en sois un. »

« Nous sommes presque arrivés à la Maison Orientale ; est-ce que Grand frère y a déjà mis les pieds auparavant ? Si tu n’y es jamais allé, j’imagine que le camp de base de Grand frère ne se trouve probablement pas dans la Ville du Tigre Blanc, pas vrai ? »

Du début à la fin de notre promenade, je n’avais pas prononcé le moindre mot.

« Nous sommes arrivés à la Maison Orientale, Grand frère », m’annonça Jing en souriant joyeusement tout en pointant un bâtiment rouge d’aspect traditionnel. « La nourriture et le vin de ce restaurant sont plutôt bons, surtout le vin. Leur vin Paisible Tranquillité  est tout particulièrement renommé dans la Ville du Tigre Blanc ! Grand frère, pourquoi est-ce que tu ne commanderais pas quelques plats principaux pour remplir ton estomac dans un premier temps, et ensuite tu pourrais commander des plats légers pour accompagner la Paisible Tranquillité. »

« Oui, tout à fait, on rencontre rarement un si bon Grand frère, son petit frère doit boire un verre en compagnie de Grand frère aujourd’hui », déclara Yun en riant de bon cœur.

Boire ? Qu’est-ce que je vais faire si, la prochaine fois que je me réveille, je me retrouve sur le Continent de l’Ouest ?

Dès que j’eus reçu le menu, je m’empressai de commander mes wontons au chili, en plus d’un tas d’autres plats qui avaient l’air délicieux. Enfin, je reposai le menu à contrecœur et j’attendis que mes plats appétissants soient servis.

« Ce sera tout, et amenez nous deux bouteilles de Paisible Tranquillité », demanda Yun au serveur.

Je regardai les plats être apportés un par un avec des yeux remplis d’anticipation. Même si je n’ai pas encore vu mes adorables wontons au chili, ce n’est pas une mauvaise idée d’attaquer les autres plats en premier, pensai-je. Ma main se leva, mes baguettes plongèrent, et une bouchée de nourriture qui sentait terriblement bonne fut délivrée dans ma bouche salivante. C’est une bonne chose que mon visage soit caché par ma capuche, autrement mon image de « Grand frère expert » aurait été complètement ruinée.

Yun prit ma coupe de vin et entreprit d’y verser la totalité d’une énorme bouteille de Paisible Tranquillité. « Grand frère, devrions-nous commencer à boire ?  »

Je ne me préoccupai pas de lui répondre. Avec de la nourriture si délicieuse devant moi, qu’est-ce que ça peut me faire que nous soyons meilleurs amis ? Je tendis une nouvelle fois mes griffes vers le plat de petits pains au fil d’argent…

Du sommet de ma tête s’éleva la voix enfantine de Meatbun. « Maman, Meatbun-bun veut aussi miamiam. »

Déconcertés, Jing et Yun regardèrent à gauche et à droite, cherchant l’origine de cette voix. Je me figeai ; j’avais presque entièrement oublié l’existence de Meatbun. On dirait que Meatbun s’est endormi sur ma tête, c’est pour ça qu’il est resté si silencieux tout ce temps ! Je saisi un petit pain au fil d’argent8, attrapai Meatbun et le plaçai sur mes genoux, puis j’enfournai le petit pain – qui était plus grand que Meatbun – dans sa bouche.  Pour finir, je fourrai Meatbun dans mon sac. Il s’est enfin tu, pensais-je, et je poussai un soupir de soulagement.

Bien sûr, la totalité de l’opération s’est déroulée sous le couvert de mon manteau. Manteau, oh manteau, tu es vraiment un outil indispensable pour qu’une personne puisse nourrir secrètement ses animaux de compagnie et maintenir son image !

« C’est étrange, j’aurais juré avoir entendu la voix d’un enfant à l’instant », fit remarquer Jing en fronçant les sourcils.

En entendant cela, je baissai la tête et m’absorbai dans la nourriture.

Me voyant attaquer les plats, Jing et Yun arrêtèrent de m’ennuyer et prirent leurs baguettes pour commencer à manger eux-aussi.

« Mais, ne serait-ce pas cette petite Jing ? » Une voix quelque peu agaçante parvint à mon oreille. Cette personne ne voit pas qu’elle me dérange en plein milieu de mon repas ? Je plissai les yeux et relevai la tête pour regarder…

Mon dieu, c’est l’image tellement, tellement classique du dandy vaniteux ! Il était un peu semblable à Fan, avec sa brillante armure dorée tape-à-l’œil, mais il n’avait pas une once de l’élégance ou de la divine sévérité de Fan. En plus de cela, ce casque incrusté de joyeux sur sa tête et cette cape rouge brodée de dragons qu’il portait rendait son apparence encore plus ridicule. Il n’y avait qu’un seul mot pour le décrire, et ce mot était… vulgaire !

C’est la première fois que je vois quelqu’un si vulgaire au point que même les cieux et la terre seraient choqués et que les démons eux-mêmes pleureraient. Je doute de produire un effet aussi burlesque même si je venais à porter des lingots d’or en guise de vêtements ! C’est vraiment dommage, parce que le physique de cette personne pourrait quand même être considéré comme plutôt beau, mais grâce à cette tenue, il donne juste l’impression d’être intolérablement vulgaire, soupir ! Je baissai la tête et continuai à dévorer la nourriture. Si je continue à le regarder, je crains que ma vue et mon goût ne subissent des dommages au-delà du réparable.  

Il y avait une expression aigrie sur le visage de Jing tandis qu’elle regardait le dandy vulgaire. Yun, lui aussi, n’était pas comme d’habitude et continua à manger en silence avec une expression glaciale sur son visage.

« Ma petite Jing, pourquoi ne m’as-tu pas dit que tu mangeais ici à la Maison Orientale ? J’ose espérer que ces enflures de serveurs ne t’ont pas demandé, à toi, la Patronne, de payer n’est-ce pas ? S’ils l’ont fait, je vais devoir les réprimander », lâcha le dandy, et la foule derrière lui se mit à rire sans conviction.

La Patronne9 ? Depuis quand Jing a-t-elle ouvert ce restaurant ? Pourquoi je ne l’ai jamais entendu le mentionner ? me demandai-je alors que je mâchouillais un pied de poulet10.

« Huang Wei, fais-attention, tu n’as pas intérêt à aller trop loin avec tes paroles ! Qui est-ce que tu appelles “patronne'” ? » Jing frappa la table de ses poings avant de se lever vivement, enragée.

Huang Wei11 ? Ce n’est pas un mauvais nom, mais sur une telle personne, ça sonne un peu… Je continuai de mastiquer ma tarte au taro12.

« Bien entendu, c’est toi, Xiao Jing. Cette Maison Orientale est à moi, et tu es ma femme bien-aimée, donc évidemment que tu es la patronne ! » Huang Wei lorgna le beau visage de Jing.

Yun en eut finalement assez. « Jing n’est pas ta femme, alors arrête de raconter n’importe quoi. C’est clair que tu es juste un gros pervers qui n’arrête pas de la harceler. » Sa voix montrait clairement qu’il essayait de contenir sa rage tandis qu’il parlait.

Le sourire impudent de Huang Wei disparut en un éclair, remplacé par un regard de mépris, bien que pour moi, cela ressemblât plus à l’expression d’une personne qui venait de marcher sur une crotte de chien.

« Alors, comme ça, un déchet comme toi ose encore rester collé à Jing ? Je t’ai déjà dit que je te tuerais à chaque fois que je te verrais. Tu n’as pas compris ou tu aimes te faire tuer ? »

Euh ? Ce plat que le serveur est en train de nous apporter là, n’est-ce pas mes préféré petits wontons à la sauce au chili ? J’avalai ma salive et fixai férocement ce plat de wontons sauce chili d’un rouge enchanteur et à l’arôme délicieux, le cœur serré. Quant à ce qui se passe autour de moi ? Je n’en ai aucune idée, c’est mon estomac qui est chargé de réfléchir pour le moment.

« Et après ? Même si tu veux me tuer, Jing restera à mes côtés, pas aux tiens ! » Yun lui adressa un sourire sans peur.

L’expression sur le visage de Huang Wei changea subitement, et il rugit, enragé : « Petit merdeux, ne dépasse pas les bornes ! Attends un peu ; je vais te réduire en bouillie, juste comme ce plat. » De sa main droite, Huang Wei saisit le plat des mains du serveur, puis le brisa sur le sol avant de piétiner l’assiette et son contenu.

Je regardai alors que les wontons sauce chili, qui m’avaient presque été délivrés, furent soudain arrachés de la prise du serveur par une main étrangère sous mes propres yeux, après quoi les wontons d’une vivide couleur écarlate glissèrent dans les airs et atterrirent sur le sol parmi les morceaux brisés de l’assiette. En plus de cela, un pied marcha dessus et s’enfonça même dans cet amas ; et ainsi, mes wontons reposaient là à l’article de la mort, leur sauce suintant de leur corps, leur bonté et leur beauté perdues pour toujours… Comme le choc était tout simplement trop écrasant, je me retrouvai à fixer la scène, hébété, pensant, Mes wontons au chili… sont perdus ?

« Pfff, ne crois pas que je sois si facile à persécuter, j’ai un Grand frère », affirma Yun en me regardant avec assurance.

« Un Grand frère ? Hahaha, et alors ? » Huang Wei me me fixa avec dédain. Il fit un signe de la main et immédiatement cinq ou six de ses petits frères dans son dos se frottèrent les mains et serrèrent leurs poings, visiblement frétillants d’envie à l’idée de se battre. « Je dispose de nombreux petits frères, par contre. Pourquoi on ne verrait pas combien de coups ton Grand frère peut recevoir de leur part ? »

Jing et Yun étaient tous les deux extrêmement pâles, et Jing dit froidement : « Je t’interdis de blesser l’un d’entre eux, Huang Wei. »

« Bien, dans ce cas soit docile et devient ma femme, et alors, héhé… » Huang Wei se mit à rigoler sans retenue.

Soudainement, je sautai sur la table, atterrissant légèrement sur mes deux pieds, puis je me propulsai vers Huang Wei, dégainant mon Dao Noir en plein air. La lumière dansa sur ma lame, et j’atterris derrière Huang Wei.

« Espèce d’effronté ! » articulai-je froidement.

Comme vous devez le savoir, chaque once d’un plat est le résultat d’un dur labeur. Ce n’est pas une chose aisée que de cuisiner un plat de wontons avec de la sauce piquante, aussi comment est-ce qu’il a osé gâcher de la nourriture comme ça ? Et particulièrement quand cette nourriture est à moi ! Même si les cieux ne punissent pas une telle personne, je le ferai !

Toutes les personnes présentes furent prises au dépourvu et se demandèrent, Mais qu’est-ce qu’il vient de se passer ? Juste à ce moment-là, le cou de Huang Wei glissa soudainement sur le côté. D’abord, un filet de sang commença à couler le long de son cou, puis – alors que la foule regardait, les yeux grands ouverts – une fontaine entière de sang commença à jaillir dans les airs, et la tête de Huang Wei fut propulsée loin de son corps par le flot de sang. Elle roula plusieurs fois sur le sol, puis le corps se transforma en un pilier de lumière blanche et disparut, laissant seulement derrière lui une mare de sang frais.

« Comment c’est possible ? » murmura Yun. « Huang Wei portait un heaume et une armure complète, comment est-ce que ça pourrait être aussi simple de séparer sa tête de son corps ? »

Je contemplai avec le cœur lourd les cadavres de wontons sur le sol, me sentant extrêmement énervé. Après une si grande anticipation, tout ça pour que mes espoirs soient démolis en fin de compte, ça me MET. VRAIMENT. EN. COLÈRE ! Je levai mon Dao Noir vers les cinq petits frères de Huang Wei et, d’un ton extrêmement glacial et dur que j’utilisais rarement, je leurs lançai : « Dix secondes. Fichez-moi le camp ou mourrez ! »

Les petits frères se figèrent. Ils m’observèrent, clairement réticents à l’idée de partir, mais effrayés à l’idée d’avancer. Aucun d’entre eux n’osa bouger.

« Pff ! » Je reniflai froidement. Poussant légèrement contre le sol avec mes deux pieds, je franchis rapidement la distance qui me séparait du gars le plus proche, puis j’exécutai ma célèbre technique : Attaque du Dragon à Neuf Têtes ! Enveloppées de flammes, les dix frappes consécutives tracèrent de jolies lignes écarlates dans les airs à la vitesse de l’éclair. Pour le coup final, j’abattis lourdement mon arme sur mon ennemi, le coupant en deux. Ensuite, je me redressai lentement et rengainai mon épée avant d’aller m’asseoir. Alors que je me retournais, ce gars malchanceux se transforma en un pilier de lumière blanche et s’en fut.

Du début jusqu’à la fin de cette démonstration, personne n’avait bougé. Ce ne fut qu’après que je fusse retourné à mon siège que le reste des petits frères commencèrent finalement à fuir pour sauver leurs vies. Je ramassai mes baguettes avec satisfaction et me remis à attaquer ma nourriture.

Après un long moment, Jing et Yun reprirent leurs esprits. Ils retournèrent nerveusement à leurs sièges, mais ils ne continuèrent pas leur repas et ne firent que me fixer, les yeux grands ouverts.

Après un autre long moment, je posai mes baguettes et dis : « Yun, Jing, Grand frère a une faveur à vous demander à tous les deux. »

Yun déglutit, tandis que Jing affichait une expression alarmée. « Que veux-tu, Grand frère ? » questionnèrent-ils à l’unisson.

« Est-ce que je peux commander une autre assiette de wontons au chili ? »

« … »

Notes de bas de page

1 Lin Dai Yu : Un personnage féminin très connu dans la littérature chinoise. Lin Dai Yu (林黛玉 prn. lín dài yù) est l’un des personnages principaux du roman Rêve de la Chambre Rouge (Dream of the Red Chamber / Hong Lou Meng). Elle est l’incarnation de la demoiselle en détresse : belle, fragile, ayant facilement le cœur brisé, et qui, à la fin, meurt.

Dans l’histoire, Dai Yu et son cousin plus âgé, Jia Bao Yu, le jeune maître de la famille Jia, tombent amoureux. Cependant, Dai Yu n’est pas très aimée par les membres de la maison, car elle vient d’une branche de la famille relativement pauvre. Elle déprimait ou elle s’attristait aussi assez facilement, par exemple quand elle ramassait des pétales qui étaient tombés des fleurs et qu’elle les enterrait, elle demandait : « Aujourd’hui, j’ai enterré ces fleurs. Quand je mourrai, qui m’enterrera moi ? »

La relation entre Jia Bao Yu et Lin Dai Yu fut compliquée par le fait que Bao Yu était destiné à épouser une autre cousine, Xue Bao Chai, qui était en comparaison plus joyeuse et plus sensible que Dai Yu. La famille de Bao Chai était aussi riche, et ainsi la famille de Bao Yu favorisait son mariage avec elle.

À la fin de l’histoire, Jia Bao Yu épouse Xue Bao Chai, mais ce n’est pas par choix, on lui a fait croire qu’il épousait Lin Dai Yu (puisque le visage de la mariée était couvert d’un voile jusqu’au moment de la nuit de noce). À la fin, on révèle que Lin Dai Yu est morte de maladie. En apprenant la vérité, Jia Bao Yu décide de devenir moine.
Pour plus d’information, Google et Wikipédia sont vos amis.
2 Maître des Barrières : une référence possible au manga Kekkaishi, « kekkaishi » signifiant « maître des barrières ».
3 Un exorciste : Techniquement, ce mot devrait être traduit par « Un Taoïste », mais seulement parce que cette sorte d’exorcisme est normalement effectuée par des taoïstes dans les fictions. Les Taoïste modernes ne sont pas toujours des exorcistes, cependant, dans ce cas en particulier, le terme « exorciste » est plus précis.
4 Fu : Comme Prince le souligne dans la phrase suivante, les exorcistes utilisent des cloches dans la plupart des dramas chinois. Cependant, les fus, qui sont généralement des papiers spéciaux avec des caractères écrits dessus avec un pinceau à encre, sont normalement utilisés pour immobiliser un zombie. C’est comme ça que les scènes dans les dramas historiques d’horreur chinois se déroulent d’ordinaire…

1. Le Zombie sautille (dans les films chinois, ils ne marchent pas en traînant les pieds, ils sautillent) sur scène.
2. L’Exorciste chante ou fait des gestes bizarres et le papier fu vole de sa main et s’accroche de lui-même sur le front du zombie.
3. Le Zombie s’arrête de bouger (et parfois il s’enflamme).
4. L’Exorciste sonne la cloche. L’esprit s’en va. Si la personne possédée est toujours vivante, il/elle se réveille.
5 Xiaolongtangbao : Xiaolongbaos sont parfois connus sous le nom de soupe de raviolis chinois.

Ils ont une texture farineuse transparente, à l’opposé des textures moelleuses des chignons de pain de viande ou des mantous, et ils sont généralement assez petits pour tenir dans une cuillère à soupe chinoise. La garniture est habituellement un mélange de viande de porc hachée, d’oignons émincés et d’ail assaisonné avec divers condiments, puis c’est mélangé avec du bouillon, après quoi c’est congelé et cela prend une forme gélatineuse. Quand c’est cuit à la vapeur, la garniture fond et le xiaolongbao sera rempli de soupe. Des variétés plus extravagantes peuvent inclurent du crabe ou des œufs de poissons.

Ce que Prince mange ici est une variante de la soupe de ravioli chinois, qu’on appelle Xiaolongtangbao. C’est un peu différent du xiaolongbao ordinaire, car on porte plus d’attention à la qualité de la soupe. (C’est pourquoi le nom a un « tang » supplémentaire : « tàng » veut dire « soupe » en chinois ! ) .
6 Wontons à la sauce chili : Comme le nom le suggère, ce sont tout simplement des wontons cuits dans de l’huile de chili (et PAS de Tabasco). Le cœur de ce plat est la sauce au chili. Vous en trouverez dans la plupart des supermarchés asiatiques. Le plat vient de la province du Szechuan de la Chine, ce qui n’est pas surprenant parce que l’huile de chili est un des produits de base de la cuisine Szechuan. Attention, si vous n’avez jamais goûté ce genre de sauce chili auparavant, c’est beaucoup plus fort que du Tabasco ou du chili ordinaire.
7 Une Maison Orientale : C’est écrit comme Zhong Hua Lou (中华楼 prn. zhōng huá lóu) en chinois. De nombreux restaurants et auberges en Chine, dans le passé et même encore de nos jours, ont le caractère “楼” dans leur nom, qui signifie simplement un bâtiment avec au moins un étage.
8 Petit pain au fil d’argent : C’est comme un pain, mais vous coupez la pâte en de longues bandes, un peu comme des nouilles, puis vous les enroulez en forme de pain avant de les cuire.
9 La Patronne : Normalement ce mot signifie « la patronne », mais une façon alternative de l’interpréter est « la femme du patron ».
10 Pied de Poulet : La plupart d’entre nous n’avons jamais mangé de pied de poulet, alors nous allons encore avoir besoin d’une explication de cuisine. Encore oui. Les pieds de poulets sont utilisés dans la cuisine chinoise assez fréquemment. On en fait un bouillon excellent qui peut être employé pour cuisiner des plats légers, comme le dim sum.
11 Huang Wei : le nom de Huang Wei est écrit “皇威” (prn. huáng wēi). « Huang » signifie royal ou empereur, alors que « Wei » veut dire puissant, impressionnant, et même agressif.
12 Tarte au taro : comme le nom le suggère, c’est fait de taro. Ça ne ressemble pas aux tartes Occidentales cependant. Elles sont plus comme des briques miniatures.

Leave a Reply