La Légende du Chevalier du Soleil T2 Règle Partagée #2 : Respecte la Vie Privée des Douze Chevaliers Sacrés

La Légende du Chevalier du Soleil Tome 2 : Les Tâches Quotidiennes d’un Chevalier

Roman d’origine en chinois par : 御 我 (Yu Wo)


Shared Rule #2: Respect The Privacy of The Twelve Holy Knights – traduit du chinois à l’anglais par eilinel[PR!]
Règle Partagée # 2 : Respecte La Vie Privée Des Douze Chevaliers Sacrés – traduit de l’anglais vers le français par Irina
+ Travail de vérification par Yukomin

 

« C’est le hall principal du Temple Sacré. Il n’est utilisé que pour ses apparats.

– Grisia…

– Le hall principal a deux couloirs. L’un mène vers la partie intérieure du Temple Sacré, tandis que l’autre mène vers le hall principal du Sanctuaire de la Lumière.

– Grisia …

– Nous avons atteint le lieu le plus important. C’est ta chambre, qui est éloignée de deux portes de la mienne. La chambre entre les nôtres appartient au Capitaine-Chevalier du Jugement.

– Grisia.

– Aussi, la salle de réunion des Douze Chevaliers Sacrés est la troisième porte dans le couloir qui est à droite après que tu aies traversé deux couloirs dans cette direction ; ça peut sembler perturbant si je te le dis comme ça. Viens, je vais te montrer le chemin jusqu’à cette salle. »

« Grisia ! » grognai-je doucement d’agacement.

Grisia s’arrêta de marcher et me réprimanda gentiment : « Tu dois m’appeler Sun et réserver Grisia pour les conversations privées ! Mais, si tu insistes pour m’appeler Grisia, je suppose que ça n’importe pas vraiment… »

Je l’interrompis sévèrement : « Je pense qu’il est temps pour moi de partir. »

« De quoi parles-tu ? Où vas-tu aller ? »

« Je ne vais nulle part, mais je veux quitter le Temple Sacré », répondis-je simplement, alors que mon cœur était un peu inquiet. Plus je restais dans le Temple Sacré, plus la possibilité que je sois identifié comme étant le Chevalier de la Mort était grande. Ce ne serait pas un gros problème si j’étais détruit à cause de ça, mais si on découvrait que Grisia était en contact avec un Chevalier de la Mort… Pour lui, ça aurait de très sérieuses conséquences.

Grisia me regarda, surpris, et il dit : « Tu es le Chevalier des Enfers. Si tu ne restes pas au Temple Sacré, où comptes-tu aller ? »

Je restai sans voix pendant un moment, avant que je ne réussisse à ouvrir la bouche pour lui rappeler : « Je ne suis pas le vrai Chevalier des Enfers, ou l’aurais-tu oublié ? »

Il réfléchit pendant un instant, puis me regarda avec inquiétude en lâchant : « Hell, te sens-tu faible à cause de la chaleur du soleil ? Comment peux-tu oublier le fait que tu es le Chevalier des Enfers ? »

Je restai sans voix une nouvelle fois. Grisia… Qu’est-ce que tu essayes de faire ?

À ce moment-là, un chevalier sacré arriva en courant vers nous, tout en criant : « Capitaine ! Les chevaliers royaux ainsi que les guerriers du Monastère du Dieu de la Guerre se sont rencontrés dans la rue et ils sont maintenant plongés dans une bataille féroce ! »

Le visage de Grisia devint sévère et, énervé, il s’enquit : « Que font les chevaliers sacrés ? N’ont-ils pas contenus les deux côtés ?

– Non, mais ils ont formé un cercle protecteur pour protéger les citoyens qui regardent à côté ! Et alors…

– Alors, quoi ?

– Alors, ils ont commencé à encourager les chevaliers royaux depuis leurs positions. »

En entendant cela, le visage de Grisia devint encore plus irrité. Il me parla rapidement : « Va explorer par toi-même. Je reviens dès que je les aurai maîtrisés. Je n’ai que deux choses à mentionner. Premièrement, tu ne peux pas quitter le Temple Sacré, et n’essaye pas d’aller rejoindre Rose puisqu’elle a déjà déménagé. Deuxièmement, n’envahis pas la vie privée des autres Douze Chevaliers Sacrés, spécialement dans leurs chambres. »

« Attends… » J’étais abasourdi alors que je le voyais courir rapidement avec l’autre chevalier sacré.

Rose a déménagé ? Dans ce cas, où devrais-je aller ?

Je n’avais aucune idée de combien de temps je passai, enraciné à cet endroit. Nombre de chevaliers sacrés passèrent devant moi, et ils me saluèrent même et m’appelèrent Capitaine-Chevalier des Enfers, alors que je n’avais aucune idée de la réponse correcte à leurs offrir.

Peu de temps après, je vis quelqu’un que je connaissais s’approcher de moi.

« Chevalier du Jugement… »

Je l’observai avec méfiance. D’après la description générale faite par Grisia, il sait probablement que je suis le Chevalier de la Mort.

Mais le Chevalier du Jugement ne semblait pas du tout méfiant envers moi. Il dit simplement : « C’est “Capitaine-Chevalier” du Jugement pour toi. “Chevalier du Jugement” est le titre utilisé par les étrangers pour se référer à nous. S’il-te-plaît, ne commets pas cette erreur à nouveau, Capitaine-Chevalier des Enfers. »

Je demeurai muet une fois de plus. Ne me dites pas qu’il n’a pas l’intention de me démasquer ? Il va laisser un Chevalier de la Mort se balader librement dans le Temple Sacré ?

Le Chevalier du Jugement me regarda à nouveau et demanda : « As-tu d’autres questions ? »

Je répondis par réflexe : « Je ne sais pas où je devrais aller. »

Judgment réfléchit silencieusement un moment avant d’ajouter : « Tu peux aller à la bibliothèque, comme il y a de nombreux livres qui pourraient te rafraîchir la mémoire sur les devoirs du Chevalier des Enfers. Ou bien, tu peux aller rendre visite au Capitaine-Chevalier de la Tempête. Il est tellement occupé qu’il vit dans l’espoir que quelqu’un vienne l’aider. Il se trouve présentement dans sa chambre, en train de corriger des documents. »

Je n’avais rien à redire à ça, donc je lui répondis : « Merci. »

« Oh, c’est vrai, Capitaine-Chevalier des Enfers, seras-tu disponible ce soir pour pratiquer le combat à l’épée avec moi ? »

« Bien sûr », répondis-je immédiatement. Les compétences à l’épée du Chevalier du Jugement étaient très bonnes, et j’avais toujours espéré pouvoir me battre contre lui à nouveau.

Après quelques réflexions, puisque je ne pouvais pas rester planté dans le couloir à ne rien faire, je décidai de suivre les suggestions du Capitaine-Chevalier du Jugement et allai à la bibliothèque pour trouver un livre à lire en attendant le match d’entraînement de ce soir. Après que j’eus parlé à un chevalier sacré et trouvé l’emplacement de la bibliothèque, j’y entrai directement. Il y avait un certain nombre de chevaliers sacrés dans la bibliothèque, mais je décidai d’ignorer tous ceux qui me reconnaissaient ou me saluaient. J’ouvris un placard à livres et commençai à chercher quelques livres qui mentionnaient le Chevalier des Enfers…

« Quels livres cherches-tu ? »

Dans un battement de cœur, je bondis en arrière et rugis : « Qui êtes-vous !? »

« Je suis le Chevalier du Nuage. »

Une tête apparut à l’extérieur du placard, et son visage était aussi pâle qu’une feuille de papier. Pendant un instant, je ne pus déterminer s’il était un fantôme ou un humain… Et il dit même qu’il est l’un des Douze Chevaliers Sacrés ? Comment est-ce possible !?

« Capitaine-Chevalier du Nuage, pouvez-vous s’il-vous-plaît me passer le livre de chansons se rapportant aux Douze Chevaliers Sacrés ? Je vais raconter des histoires aux enfants. » Un chevalier sacré parla à la tête, en souriant.

« Évidemment. » La tête disparut dans un placard à livre, et après un moment, ressortit à nouveau, cette fois avec une main en plus, qui était aussi pâle que son visage. La main tenait un livre.

« Merci, Capitaine-Chevalier du Nuage. » Après avoir pris le livre, le chevalier sacré m’affirma même d’un ton affable : « Capitaine-Chevalier des Enfers, si vous cherchez un livre, il vaut mieux demander au Capitaine-Chevalier du Nuage de trouver le livre pour vous. Le Capitaine-Chevalier du Nuage connaît l’emplacement de chacun des livres de la bibliothèque. »

C’est vraiment le Chevalier du Nuage ? J’étais stupéfait.

La tête… Non, le Capitaine-Chevalier du Nuage m’observa pendant quelques temps et parla alors d’une voix éthérée : « Quelle personne étrange. Il se tient devant le placard à livres, mais il ne cherche pas de livre. » Il rentra alors sa tête dans le placard et ferma la porte.

Tout de suite, je décidai d’abandonner la bibliothèque et d’aller rendre visite au Capitaine-Chevalier de la Tempête. Bien que je ne crois pas être capable d’offrir une aide quelconque…

« Je suis tellement touché ! Là, lis tous ces documents, ensuite souligne les phrases problématiques en rouge et, à la fin, résume le document entier en trois lignes. Après ça, rends-les-moi simplement pour une relecture finale, et alors ils devraient être prêts à être tamponnés… »

Sans rien ajouter, le Capitaine-Chevalier de la Tempête me jeta une grande pile de documents officiels.

Je pris la pile de documents dans mes bras et dis un peu anxieusement : « Mais, je n’ai jamais révisé de documents officiels auparavant. Je ne sais pas comment faire. »

« N’aie pas l’air si inquiet, c’est normal la première fois », me consola le Capitaine-Chevalier de la Tempête. « Je les vérifierai, si j’ai le temps… »

Je lus les documents et finis seulement de les réviser dans la soirée, et je rapportai alors tous les documents au Chevalier-Capitaine de la Tempête.

« Tu as fait du bon travail ! » déclara le Capitaine-Chevalier de la Tempête en tenant un tampon dans sa main. Il tamponna alors tous les documents sans même les regarder. « As-tu des choses à faire demain matin ? Non ? Alors peux-tu venir demain pour m’aider encore une fois ? Oui ? C’est d’accord du coup, Capitaine-Chevalier des Enfers ! »

En fait, je n’ai jamais dit que j’étais d’accord… Mais un accord est un accord. Il semblerait que je doive rester jusqu’à demain matin maintenant.

« C’est vrai, s’il-te-plaît, aide-moi à rapporter ça au Capitaine-Chevalier de Glace sur ton chemin. Merci. » Le Capitaine-Chevalier de la Tempête me passa quelque chose qui, quelle que soit la manière dont je la regarde, ressemblait à une petite assiette et une fourchette pour manger des gâteaux.

N’ayant pas d’autres choix, j’y allai et frappai à la porte du Capitaine-Chevalier de Glace.

« Attends. » Après que le Capitaine-Chevalier de Glace eut pris de mes mains l’assiette, il prononça simplement ce mot avant de refermer la porte.

Je me tins là et attendis.

La porte s’ouvrit à nouveau, et il me donna deux sacs qui étaient pleins de friandises d’après l’odeur qui s’en dégageait, et déclara simplement : « Celui-là est pour toi, et celui-ci est pour Sun. »

« …Merci. » articulai-je. Je suppose que… Je vais donner les deux sacs à Grisia.

« Manges-en un morceau », me demanda soudainement le Capitaine-Chevalier de Glace, et il me fixa alors intensément. N’ayant une fois de plus pas le choix, je fis ce qu’il m’avait demandé et en mangeai un morceau. C’était un geste très inutile, étant donné qu’un Chevalier de la Mort n’avait pas besoin de nourriture.

« Pas sucré ? Sucré ? Trop sucré ? » me questionna le Chevalier de Glace.

Je restai muet. En tant que Chevalier de la Mort, ma langue était principalement utilisée pour parler. Je répondis : « Mon sens du goût n’est pas très bon ; je ne peux pas vraiment goûter les aliments. »

Le Capitaine-Chevalier de Glace sortit un calepin et écrivit quelque chose dessus en murmurant : « Hell, goûts très forts. »

« …? »

Après que le Capitaine-Chevalier de Glace eut fini de prendre ses notes, il leva la tête et s’enquit : « Où te diriges-tu ? »

J’étais complètement perdu sur où je devais aller, donc je pus seulement répondre : « J’erre seulement ici et là. »

Ice hocha la tête et me demanda : « Tu m’aides ? »

« Bien sûr », lui répondis-je.

 

 

Je tenais de nombreux sacs remplis de friandises et cherchai partout les Douze Chevaliers Sacrés. Mon premier arrêt fut de revenir au placard à livres pour trouver le Capitaine-Chevalier du Nuage.

« Merci. Ces livres sont pour que tu les lises. » Cloud sortit la tête du cabinet et prit un sac de mes mains, tout en me passant quelques livres.

Je regardai les titres et lus respectivement : « Les Histoires des Chevaliers des Enfers » et « Le Manuel des Devoirs d’un Chevalier des Enfers ».

« Merci. » dis-je

 

 

Le Capitaine-Chevalier de Flamme me fixa un long moment, et se marmonna à lui-même : « Manifestement, Sun est Suprême Dragon, alors comment se fait-il qu’il y ait maintenant un autre Suprême Dragon ? Est-ce que Sun est le vrai, ou est-ce que Suprême Dragon est le faux… ? »

En fin de compte, il prit le sac joyeusement et se dit à lui-même : « Ah, ce n’est pas vraiment important si je ne comprends pas ! Leurs deux noms commencent par “Su” dans tous les cas, je vais juste faire comme si Sun avait un double ! »

Je n’avais rien compris à ce qu’il racontait.

 

 

Quand le Capitaine-Chevalier de la Terre vint pour ouvrir la porte, il essaya de me bloquer la vue avec son corps comme s’il y avait quelque chose que je ne devrais pas voir derrière la porte.

« Ma… ma chambre est très en désordre. » Le Capitaine-Chevalier de la Terre sourit timidement.

J’hochai la tête pour montrer que j’avais compris et lui passai ensuite le sac.

« Eeeearth, as-tu biiiiientôt terminé ? »

Earth me regarda et rit d’une voix innocente : « Hohoho, Hell tu dois te tromper ! Il n’y a pas du tout de voix de femme qui provient de ma chambre. »

« … » Je n’ai rien dit…

 

 

Le Capitaine-Chevalier de la Forêt ouvrit la porte avec un sourire qui s’étendait d’une oreille à l’autre, et il ne bloqua pas la porte avec son corps. Je pus clairement voir que sa chambre était très propre et organisée, conforme à la netteté caractéristique d’un chevalier.

« Merci beaucoup, Capitaine-Chevalier des Enfers », me remercia-t-il en prenant le sac de ma main.

Je remarquai seulement à ce moment-là qu’il tenait une petite poupée de paille dans sa main. En général, est-ce que ça ne devrait pas être fait à la taille d’une personne et placé au milieu d’un champ pour faire croire aux oiseaux qu’il y a des gens dans le champ, ce qui leur fait arrêter de picorer les semences ?

Le Capitaine-Chevalier de la Forêt vit que j’observais intensément la poupée de paille, et il s’expliqua immédiatement en souriant : « C’est vraiment utile ! Tu as simplement besoin de la sécuriser contre un mur et, ensuite, tu te sers d’un marteau pour planter des clous dedans afin d’améliorer ton humeur ! »

J’avais déjà entendu parler de ce moyen d’employer ces choses avant. Dans les légendes locales, c’était la méthode utilisée par les sorcières pour maudire les gens.

D’un ton amical, le Capitaine-Chevalier de la Forêt ajouta : « Oh oui, et si tu ajoutes un morceau des cheveux de l’autre personne à la poupée de paille, les effets seront doublés ! C’est même mieux si tu y ajoutes des ongles ! »

Je dis au revoir au Capitaine-Chevalier de la Forêt après m’être assuré que je n’avais rien laissé derrière de plus gros qu’un demi-morceau de cheveux ou d’ongle.

 

 

Cette nuit, avant de commencer le match d’entraînement avec le Chevalier du Jugement, je ne pus m’empêcher de secouer la tête et de soupirer. « Est-ce que les Douze Chevaliers Sacrés sont réellement tous aussi étranges ? »

Le Chevalier du Jugement m’observa, avec des yeux indéchiffrables.

Je ne comprenais pas pourquoi il me regardait comme ça.

Il ouvrit la bouche et parla lentement, en disant : « Oui, tout le monde a plus ou moins ses propres excentricités, mais nous respectons beaucoup la vie privée des autres Douze Chevaliers Sacrés. Tant que chacun d’entre eux remplit ses devoirs comme l’un des Douze Chevaliers Sacrés… même s’il était un cadavre qui se baladait librement, nous le respecterions autant que les autres. »

« … »

Donc le membre le plus étrange des Douze Chevaliers Sacrés, c’est moi ?

 

 

Leave a Reply