Romance RPG : Partie 5

posted in: Romance RPG | 0

Romance RPG

Roman originel en Chinois par : 御 我 (Yu Wo)


Part Five – traduit du chinois vers l’anglais par Raylight[PR!]
Partie Cinq – traduit de l’anglais vers le français par AkaiiRia
+ Travail de vérification par Nocta

« Le ! » Meng prononça lentement le premier mot.

Lin Jian Yin sentit abruptement que son corps le démangeait un peu… Ce n’est pas tout à fait exact ! Quel corps ? Il regarda vers le bas, seulement pour s’apercevoir que, sur sa lame brillante et éclatante, un « Le » en or était apparu.

« Meilleur ! »

« Attends une minute ! Je suis désolé. Est-ce que je peux m’excuser ? » cria-t-il immédiatement. Trêve de plaisanterie ! Il avait originellement pensé que la laisser lui donner un nom au hasard n’était pas un problème, mais comment est-ce qu’il aurait pu savoir que ce nom serait en fait gravé sur son propre corps ? Il n’avait sérieusement pas envie d’avoir un nom horrible gravé sur lui.

« Jian ! »

« Je ne l’ai pas fait exprès. Je ne savais pas non plus que ton nom deviendrait Cent Points, Hmph. »

« Au ! »

Euh ? D’une certaine manière, jusqu’à présent, ça semble encore être bon ? Lin Jian était en quelque sorte incrédule. Cette femme, se pourrait-il qu’elle veuille m’appeler « La Meilleure Épée Au Monde » ? Même si c’est un peu cliché, au moins ce serait cent fois mieux que Cent Points, Hmph.

« Monde ! »

Comme je m’y attendais, c’est « La Meilleure Épée Au Monde ». Lin Jian Yin ne put s’empêcher de laisser échapper un soupir de soulagement, puis il jeta un coup d’œil à son corps. Les six mots dorés étincelèrent comme ils étaient imprimés sur la lame brillante de l’épée. Ça semblait certainement être apte à frapper l’imagination. Lin Jian Yin concentra ses yeux sur eux, et vit que ces six mots étaient :

Le Plus Grand Enfoiré Au Monde1.

« Ah ! »

 

 

« Je ne veux pas être appelé Le Plus Grand Enfoiré Au Monde ! »

Lin Jian Yin sauta brusquement, puis frotta frénétiquement son propre ventre avec ses deux mains, en espérant faire disparaître ces six mots. Après avoir frotté pendant un bon moment, il jeta un coup d’œil à ses propres mains et fut stupéfait. Avec sa main gauche, il toucha sa main droite, et ensuite avec sa main droite il toucha sa main gauche. Rempli d’incrédulité, il dit : « J-J’ai des mains ? »

Regardant vers le bas, il vit un corps et aussi des jambes comme il s’y attendait. Lin Jian Yin n’osa toujours pas y croire et se précipita en courant jusqu’au grand miroir dans sa chambre pour voir. Quelle épée avec des yeux et une bouche ? N’ai-je pas l’air de ce à quoi je ressemblais à l’origine ? Un beau visage, un corps grand et mince : rien ne manquait à l’appel. Lin Jian Yin sourit à son reflet dans le miroir, et la personne dans le miroir afficha également un sourire éblouissant qui pouvait charmer des dizaines de milliers de femmes.

Il lâcha un énorme soupir de soulagement. En se retournant, il vit que le soleil brillait déjà dans la pièce. Quand il regarda instinctivement l’horloge sur le mur, les pointes indiquaient qu’il était dix heures trente du matin. À ce moment-là, il commença un peu à paniquer. Il devait rencontrer le nouvel agent à onze heures !

Il n’avait pas peur de rencontrer l’agent. Après tout, il avait déjà fait fuir six agents avec sa langue de vipère. Qu’est-ce qu’il lui restait d’autre à craindre ? C’était juste que Lin Jian Yin avait pour principe de ne jamais être en retard à moins que ce ne soit inévitable, et jouer à des jeux jusqu’à-ce qu’il s’endorme n’entrait pas dans la catégorie des raisons pour lesquelles c’était inévitable. Lin Jian Yin n’aurait pas pu être plus ennuyé. Il se rendit vite à la salle de bains pour rafraîchir son apparence et se rendre présentable. Ensuite, il attrapa ses clés de voitures et se précipita à l’extérieur.

Après avoir traversé les rues à toute allure, il atteignit enfin la place de stationnement du bâtiment. Alors qu’il se dépêchait en direction de l’ascenseur, il jeta un regard à sa montre. Les aiguilles indiquaient 11:05. Il ne put s’empêcher de jurer dans sa barbe : « Bordel ! »

Voyant que les portes de l’ascenseur étaient sur le point de se fermer, Lin Jian Yin cria : « Attendez un instant— »

À la moitié de son cri, il s’arrêta soudainement et ouvrit grand ses yeux pour regarder ce qui se trouvait dans l’ascenseur. Une… femme ? Ses cheveux avaient l’air d’avoir été noircis, comme si elle avait été électrocutée, et que tous ses cheveux avaient alors pris cette apparence explosive. En plus, le visage de la « femme » était aussi pâle qu’un mur blanchit à la chaux, dénué de toute couleur. En contraste, les lèvres de celles-ci étaient effroyablement rouges. Elle portait une robe blanche légère et fluide, mais ses deux mains placées devant sa jupe arboraient des ongles d’un rouge vif.

Lin Jian Yin prit une profonde inspiration. Pourquoi est-ce que cette sorte de chose apparaît en plein jour ?!

« Vous ne vouliez pas prendre l’ascenseur ? » demanda la « femme », sa voix aussi légère qu’une plume.

Lin Jian Yin déglutit et se dépêcha d’agiter la main. « P-Pas besoin. Je vais prendre les escaliers. Prendre les escaliers est bon pour votre santé. » Après avoir dit ça, il se retourna et courut en toute hâte vers l’escalier. Même s’il n’était pas timide, il n’était tout de même pas suffisamment brave pour prendre le même ascenseur que quelque chose provenant de l’autre monde.

Tandis qu’il grimpait les escaliers de toutes ses forces, il jeta encore un coup d’œil à sa montre, en haletant. Encore dix autres minutes s’étaient écoulées. Il ne put qu’accélérer le rythme et grimpa plusieurs marches à la fois. Enfin, il arriva à sa loge privée. Toutefois, il ne pouvait que placer ses deux mains sur ses genoux, pour retrouver son souffle en même temps qu’il essuyait les perles de sueurs qui parsemaient son front.

Lorsque la porte de la pièce se fut ouverte, Bai Xue Chen s’exclama choqué : « Pourquoi est-ce que tu halètes comme ça ? Tu n’as quand même pas grimpé les escaliers, pas vrai ? On est au quarante-deuxième étage, après tout. »

Lin Jian Yin était si hors d’haleine qu’il n’avait même pas envie de parler. Avec grande difficulté, il redressa sa posture. Bai Xue Chen, qui n’était pas parvenu à lui soutirer une réponse intéressante, se gratta le visage et lui rappela : « Ton nouvel agent est là. » Après avoir dit ça, Bai Xue Chen murmura : « Cependant, je paris que tu vas encore changer pour un autre. »

« Ne parle pas de malheurs ! » répondit Lin Jian Yin avec véhémence. « Tant qu’il ne part pas, je ne le chasserai pas. »

Bai Xue Chen leva un sourcil et dit : « C’est toi qui le dis. »

Lin Jian Yin ne se soucia plus de parler avec lui. Il poussa son ami sur le côté et marcha jusqu’à sa loge. Néanmoins, à l’intérieur de la pièce, il y avait une « personne » inimaginable qui y était assise. Il commença à paniquer. Pourquoi est-ce que la femme fantôme qui se trouvait au sous-sol a également abouti ici ? Se pourrait-il que je sois suivi ?

La femme fantôme tourna lentement la tête, et se leva sans hâte. Ses paroles furent encore plus lentes. « Enchantée de vous rencontrer, M. Lin. Je suis votre nouvelle agente. Je m’appelle Ye Meng Ling. »

Les yeux de Lin Jian Yin s’agrandirent. Son cerveau était toujours incapable d’assimiler l’information. Cette femme fantôme est la nouvelle agente ?

« Mademoiselle Ye est si polie. Jian Yin, tu devrais dire quelque chose toi aussi », déclara Bai Xue Chen sur un côté, son ton penchant vers le fou rire face à l’infortune de Lin Jian Yin.

Avec les dents serrées, Lin Jian Yin articula avec force : « Je suis Lin Jian Yin… »

La femme fantôme hocha la tête, et sortit un stylo et un carnet de son sac qui était placé à côté d’elle. Elle commença à lire quelques notes. « D’après l’emploi du temps que la précédente agente a laissé derrière, j’ai trié vos emplois pour le reste de la moitié de l’année. La compagnie chérit l’idée que vous puissiez continuer à jouer dans plus de films… »

Le visage de Lin Jian Yin s’assombrit, et il semblait sur le point de péter les plombs.

« Toutefois, selon mon avis personnel, bien que les films puissent vous faire davantage de publicité, le jeu d’acteur de M. Lin n’est… Eum, pas très convaincant, et a reçu beaucoup de critique. Ce n’est pas très bon pour un développement à long terme. Par conséquent, je suis plus encline à accepter davantage d’annonces publicitaires, qui seraient mieux que les films. Aussi, il y a quelques programmes radio qui ne sont pas trop mal. Évidemment, nous allons arranger les dialogues du scénario à l’avance. De plus… »

La femme fantôme… Ye Meng Ling expliqua tout en détail d’une manière très organisée. Quand elle eut terminé, elle leva les yeux et demanda : « Puis-je vous demander si un tel emploi du temps vous pose un problème ? »

Au lieu de cela, Ye Meng Ling se figea, puisque les deux beaux hommes en face d’elle la fixaient d’un  air ébahi. Elle ne put s’empêcher de commencer à se sentir troublée. Après tout, non seulement il était difficile de travailler avec Lin Jian Yin, mais ce dernier aimait beaucoup réprimander les gens. Son record de faire fuir six agents avec ses paroles acerbes étaient assez bien connu au sein de l’agence.

Elle le questionna avec précaution : « Puis-je demander si M. Lin éprouve le moindre mécontentement à l’égard des emplois ? »

Avant même que Lin Jian Yin ait pu parler, Bai Xue Chen intervint et affirma avec un sourire : « Comment pourrait-il être mécontent ? Meng Ling, vous êtes pratiquement comme un vers solitaire dans son estomac. Votre agenda est presque pareil à celui qu’il n’a pas arrêté de me marmonner par le passé. »

« Ah bon ? » Ye Ming Ling relâcha un soupir secret de soulagement, mais elle continua de regarder en direction de Lin Jian Yin avec une once d’inquiétude. Après tout, ce n’était pas lui qui avait parlé à l’instant.

Lin Jian Yin hocha lui aussi la tête, comme il ne pouvait pratiquement pas trouver la moindre zone avec laquelle il avait un problème… Non ! Il y avait toujours un point avec lequel il avait un problème. C’est quoi cette apparence fantomatique !?

Les coins de sa bouche tiquèrent, et Lin Jian Yin faillit se mettre à la réprimander… mais Bai Xue Chen lui écrasa furtivement le pied. En plus, Bai Xue Chen portait des bottes à talons hauts aujourd’hui. Ça lui fit si mal que son visage commença à se crisper. Bai Xue Chen approcha sa bouche de son oreille et murmura : « Imbécile ! Ne dis rien. Est-ce que tu tiens à faire fuir la septième agente ? C’est rare qu’il y ait un agent qui soit à ton goût. Si tu devais la faire fuir, j’aimerais bien voir où tu réussirais à en trouver un autre. »

L’expression de Lin Jian Yin changea, et il prit plusieurs profondes inspirations. Seulement après coup parvint-il à ravaler les mots qu’il avait été sur le point de prononcer. Il leva les yeux pour regarder la femme fantôme… non, sa propre agente, et dit sans sincérité : « Il n’y a aucun problème. »

Ye Meng Ling ne fut visiblement pas convaincue par son mauvais jeu d’acteur. Pleine de soupçons, elle s’enquit : « Il n’y en a vraiment aucun ? M. Lin, si vous avez le moindre problème, je vous prie de les dire. C’est uniquement quand les deux côtés communiquent que nous pouvons éviter de voir des problèmes faire surface dans l’avenir. »

En entendant cela, Lin Jian Yin n’hésita pas du tout, et les mots vinrent jaillir de sa bouche. Même son ami à côté de lui ne réussit pas à lui couvrir la bouche à temps.

« Il y a un problème. Pourquoi est-ce que vous êtes habillée comme ça ? Votre visage est si pâle, et vous portez même du blanc. Vous êtes l’image même d’un fantôme. Nous ne sommes pas Halloween aujourd’hui, alors ne sortez pas pour faire peur aux gens ! »

 

Note de bas de page

1 Le Plus Grand Enfoiré Au Monde : Elle se sert du mot « Jian » (賤) qui se prononce de la même manière que le mot « Épée » (劍), mais qui signifie méprisable et radin. La phrase prend donc un double sens, allant de « La Meilleure Épée Au Monde » à « Le Plus Grand Enfoiré Au Monde ».

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *