La Légende du Chevalier du Soleil T3C2 : Forme Un Groupe d’Aventuriers

La Légende du Chevalier du Soleil Tome 3 – À La Rescousse d’Une Princesse

Roman d’origine en chinois par : 御 我 Yu Wo


Chapter 2: Form an Adventurer Team – translated by Lucathia[PR!]
Chapitre 2 : Forme Un Groupe d’Aventuriers – traduit de l’anglais au français par Irina
+ Travail de vérification par Nocta.

Sauver une princesse est considéré comme un bon présage pour un chevalier. Non seulement il prend pour épouse une (riche) et jeune beauté, il peut aussi augmenter aisément sa réputation.

Néanmoins, voyager pour sauver la princesse de quelqu’un d’autre ne représente pas vraiment un bon présage pour un Chevalier du Soleil, puisqu’il doit non seulement faire de son mieux pour sauver la (riche) et jeune beauté, il doit aussi regarder avec impuissance la (riche) et jeune beauté épouser quelqu’un d’autre. De plus, la réputation d’un Chevalier du Soleil est déjà tellement retentissante qu’elle n’a plus besoin d’être augmentée.

Plus tard dans la nuit, après que la reine eut requis que je sauve sa fille, qui était la princesse de quelqu’un d’autre, Leaf me demanda avec inquiétude : « Sun, vas-tu décliner la proposition de la reine ? »

Je pris une profonde inspiration et au moment où j’allais divaguer sur le Dieu de la Lumière, Leaf força un sourire et ajouta : « Sun, j’espérais que tu puisses utiliser des mots simples. Ma capacité à décoder tes discours n’est pas aussi bonne que celle de Storm ou d’Adair ; donc je risque de ne pas comprendre ce que tu dis. »

Je relâchai mon inspiration et expliquai en termes simples et directs : « La situation est vraiment étrange. La princesse a été enlevée, mais la reine n’a envoyé personne à sa rechercher ou pour la sauver.  Au lieu de cela, elle veut que nous formions un groupe d’aventuriers pour aller la récupérer. Ce genre de méthode inefficace n’est pas ce qu’une mère inquiète pour la sécurité de sa fille emploierait. »

Leaf acquiesça en entendant mon raisonnement.

« Qui plus est, même s’ils voulaient former un groupe d’aventuriers, le Monastère du Dieu de la Guerre est rempli de guerriers. Même Judgment soutient qu’il ne peut pas vaincre le Fils du Dieu de la Guerre au combat. Qu’il parte seul sauver la princesse serait suffisant, alors pourquoi insistent-ils pour que nous y allions ? Nous sommes des chevaliers spécialisés dans les batailles de groupes. Dans une petite équipe d’aventuriers, nous n’avons qu’une utilité limitée. »

Et pour ce qui est du Fils du Dieu de la Guerre qui clame qu’il leur manque un guérisseur pour apporter des soins… Je vais faire comme si je ne l’avais pas entendu !

Leaf considéra cela et proposa, hésitant : « Peut-être doivent-ils s’occuper de créatures des ténèbres ? »

En entendant ces mots, je fronçai les sourcils. S’occuper de créatures des ténèbres ? Cela pourrait être une possibilité, puisque bien que les créatures mortes-vivantes eussent un point faible évident — elles étaient terrifiées par la lumière sacrée — les guerriers étaient incapables de produire ne serait-ce qu’une petite parcelle de lumière sacrée, alors ils ne pouvaient que frapper les créatures mortes-vivantes jusqu’à ce qu’elles fussent complètement réduites en miettes. C’était pourquoi même les guerriers les plus courageux attrapaient une migraine atroce lors de la mention d’une de ces créatures monstrueuses.

« Je ne sais pas… » dis-je avec hésitation.

Lentement, Leaf ajouta : « S’il faut s’occuper de créatures des ténèbres, alors nous avons l’obligation de nous joindre à leur équipe. »

Je fronçai les sourcils et demandai en retour : « Hormis nous deux, qui parmi les chevaliers sacrés que nous avons emmenés possède le plus haut rang ? »

Leaf prit un moment pour réfléchir avant de commencer à réciter une liste : « Nous avons emmené trente chevaliers sacrés et dix guérisseurs. Parmi les chevaliers sacrés, ceux avec le plus haut rang seraient deux membres de la Section du Chevalier de la Forêt, deux membres de la Section du Chevalier de Flamme, un membre de la Section du Chevalier du Jugement, un membre de la Section du Chevalier de la Terre… »

Je pris ma décision immédiatement : « D’accord ! Nous allons envoyer le membre de la Section du Chevalier de la Terre et un guérisseur afin de suivre le groupe d’aventuriers envoyé pour sauver la princesse ! »

« … »

On entendit tout à coup quelqu’un frapper à la porte. Je jetai un coup d’œil vers la porte, et affirmai avec ennui : « C’est probablement un beau parleur envoyé par la reine. Leaf, ne dis rien pendant que je m’occupe de lui. »

Leaf était une personne vraiment sympa. Peu importe le genre de requête quelqu’un lui ferait, il les acceptera toujours, donc la meilleure façon de gérer le problème était de le faire se taire. Il le savait aussi, donc il se tut très obligeamment.

Je remis mes vêtements en place, affichai mon sourire, et appelai avec bienséance : « Bien que Sun ne sache pas quel frère se trouve de l’autre côté de sa porte, Sun soutient l’amour généreux du Dieu de la Lumière et accueille tous ceux qui se présentent devant elle. »

La porte s’ouvrit, et la personne qui entra illumina immédiatement la pièce toute entière. La nouvelle personne présente n’était définitivement pas un frère. C’était en fait, une fille qui portait une robe bleu clair assez simple. Son visage était aussi doux et adorable qu’une pêche au miel, et elle possédait une paire d’yeux tendre de couleur verte, qui étincelaient comme la surface d’un lac sous les rayons du soleil. Ses lèvres étaient aussi roses que deux pétales réunis, et bien qu’elle semblât être une demoiselle d’environ dix-huit ans, sa silhouette était pleine de courbes aux bons endroits.  Particulièrement sa taille, qui paraissait si fine que c’était presque impossible de retenir un sifflement …

Dans tous les cas, même si la jeune femme devant mes yeux n’était pas une magnifique beauté à tomber raide mort, elle comptait définitivement comme une beauté. Elle appartenait à la catégorie des petites beautés radieuses, pleines de jeunesse et de vitalité !

Elle commença à se présenter timidement : « C’est un plaisir de vous rencontrer, Chevalier du Soleil, Chevalier de la Forêt. Je suis la troisième princesse du Royaume de l’Orchidée Lunaire, Anne Nalis Geoffroy… »

Anne… Quel joli nom, facile à se souvenir !

« Princesse Anne, comment allez-vous ? Sun est le porte-parole du Dieu de la Lumière, le Chevalier du Soleil.  » Je me présentai avec un sourire parfait, et mentionnai ensuite Leaf, comme en y repensant après coup, en disant : « Voici le frère de Sun, le Chevalier de la Forêt, qui est l’un des Douze Chevaliers Sacrés du Temple Sacré. »

Leaf salua la princesse en souriant largement.

« Chevalier du Soleil, Chevalier de la Forêt … » La Princesse Anne inclina la tête vers Leaf et moi. Après avoir retourné nos salutations, elle agrippa soudainement mon bras, de manière très abrupte et impromptue, et supplia : « S’il-vous-plait, vous devez aider ma grande sœur, Alice ! »

Choqué, j’ « oubliai » de repousser la main de la princesse et m’écriai, alarmé : « Sun ne comprend pas ce que la princesse veut dire ? La Princesse Alice serait-elle impliquée dans quelque danger ? »

« Ma sœur Alice est la fiancée du Fils du Dieu de la Guerre. Elle… elle a été enlevée, et maintenant son sort reste inconnu … »

Anne sembla enfin réaliser que son comportement était indécent. Elle lâcha brusquement mon bras et recula même de quelques pas avant de baisser la tête et de parler comme si elle était sur le point de pleurer : « Je suis très inquiète pour la sécurité de ma sœur Alice, alors j’ai supplié Mère de me laisser rejoindre le groupe d’aventuriers. Mère a accepté, sauf que… »

« Sauf que quoi ? » Je saisis cette opportunité pour m’approcher de deux pas. Je planifiai mon geste de telle manière qu’on aurait juré que je m’approchais plus près à cause de mon inquiétude.

Malgré le fait qu’Anne ne devînt pas suspicieuse, sa tête resta baissée, et sa voix était atterrée : « Sauf que… »

« Sauf que quoi, Votre Altesse ? »

Je me rapprochai à nouveau de deux pas. Maintenant, seule la robe en forme de lotus de la princesse nous séparait. Je pouvais même vaguement sentir l’odeur très rafraîchissante de pêche au miel provenant des pointes de ses longs cheveux. C’était vraiment une jeune femme semblable à une pêche au miel !

Anne ouvrit finalement la bouche pour avouer : « Sauf que Mère clame qu’il est inacceptable qu’une princesse se mélange à une bande de guerriers, alors si je souhaite y aller, je dois être escortée par des chevaliers. C’est pourquoi Mère vous a demandé de venir aujourd’hui pendant que vous étiez au palais, mais, mais, j’ai entendu dire que vous n’aviez pas envie de venir… »

Après avoir dit cela, Anne tourna ses yeux luisants vers moi. L’espoir brillait dans ces yeux verts comme des lacs remplis de larmes.

Avec un sourire, je répondis : « Sun n’a jamais affirmé une telle chose, Votre Altesse. Escorter une princesse fait partie des devoirs d’un chevalier. Même si nous devons nous rendre jusqu’au bout de la Terre, tant qu’il s’agit d’un endroit baigné par la radiance du Dieu de la Lumière, Sun acceptera de vous y escorter. »

« Dans ce cas, je vais aller prévenir Mère tout de suite ! » Les larmes d’Anne s’évanouirent, se changeant en un sourire. Probablement parce qu’elle était surexcitée, elle piétina presque sa robe. En atteignant la porte, elle tourna la tête et sourit en déclarant : « J’attends avec impatience de partir à l’aventure avec vous, Chevalier du Soleil. »

Je souris en la saluant de la main. Je vous attends aussi avec impatience ! Jolie Princesse Anne.

Après que la princesse eut refermé la porte de la chambre, je me tournai pour voir Leaf qui m’observait, donc je lui retournai son regard. Après nous être regardés les yeux dans les yeux pendant dix secondes, il alla silencieusement faire nos bagages.

Quel enfant prévenant, compréhensif et obéissant.

 

 

Et voici le processus complet qui m’avait amené dans cette étendue sauvage et désolée pleine de moustiques… Claque !

Dieu merci, je n’avais pas encore changé mes gants… J’ouvris la  main, et avec l’autre main, je donnai une pichenette au cadavre frais de moustique.

L’air préoccupé, Leaf demanda : « Sun, Mike et les autres ne sont toujours pas rentrés. Devrions-nous essayer de les suivre ? »

Je fronçai les sourcils, honnêtement trop paresseux pour les poursuivre, mais j’étais également inquiet à l’idée qu’ils eussent vraiment rencontré un problème. Après y avoir réfléchi, je décidai de simplement utiliser ma capacité à sentir les éléments pour les chercher… Pardon ? Vous dites que vous avez oublié ce qu’est cette capacité ?

D’accord, cela fait un certain temps depuis la dernière fois que je m’en suis servie, alors je vais vous la réexpliquer. Ne l’oubliez pas à nouveau.

Ce monde est rempli de nombreux éléments. Qu’il s’agisse d’une forêt, d’une ville, d’humains, ou même des créatures mortes-vivantes, tout possède un élément. En général, tout possède une combinaison des divers éléments. Sous certaines conditions, un objet peut contenir une quantité très élevée d’un élément en particulier.

Par exemple, les créatures des ténèbres possèdent un élément des ténèbres très fort. En comparaison, en tant que Chevalier du Soleil, je possède un très fort élément sacré, aussi connu sous le nom de l’élément de la lumière. Puisque l’élément sacré peut tenir à distance l’élément des ténèbres, ma seule existence est un anathème pour les créatures mortes-vivantes. Pour eux, tout chez moi – de la racine de mes cheveux à mes ongles de pieds – est un poison fatal.

Je suis né avec cette capacité à ressentir les éléments. Ce genre de capacité est rare et peut être considéré comme un genre de cadeau, puisque même s’il peut être appris plus tard, cela ne donne pas forcément de bons résultats. La capacité de sentir les éléments me permet de percevoir quels éléments chaque personne possède et, à partir de ces éléments, je peux en déduire leur profession. Ceux avec un fort élément sacré sont forcément des guérisseurs du Dieu de la Lumière ou des chevaliers sacrés.

Les guerriers ont souvent un élément du vent ou du feu plus important, mais seulement légèrement. Par rapport à des mages spécialisés en magie de type vent ou feu, ce n’est pas une quantité très important, donc ils restent facilement identifiables.

Les guerriers qui favorisent la force possèdent souvent l’élément du feu, tandis que ceux qui favorisent la vitesse possèdent souvent l’élément du vent. Pour ce qui est du Fils du Dieu de la Guerre, il est un peu trop impressionnant. Ses éléments du feu et du vent sont tous les deux très imposants, c’en est très alarmant. Ils sont presque aussi élevés que ceux d’un mage… Je vous demande pardon ? Vous vous rappelez de ma capacité maintenant ? Et vous vous rappelez même que mon maître m’avait ordonné de ne pas utiliser cette capacité devant d’autres personnes ?

Ahem ! Peu importe, il n’y a que Leaf à mes côtés, et c’est une personne sympa, donc pas de problème !

J’étendis ma capacité…

« Ah ! Ils sont de retour », souffla doucement Leaf.

Je n’avais rien vu, mais en tant qu’archer, la vue et l’ouïe de Leaf étaient tellement exceptionnels que s’il affirmait qu’ils étaient de retour, alors ils l’étaient.

Alors que je ramenais ma capacité de perception vers moi, je découvris accidentellement qu’il y avait quelque chose possédant l’élément des ténèbres pas très loin de nous.

Pourrait-ce être une créature des ténèbres ? J’étais un peu inquiet. Si c’en était une, étant le Chevalier du Soleil qui haïssait plus que tout les créatures mortes-vivantes, je serais obligé d’aller la chasser et de la détruire… Attendez, la chose avec l’élément des ténèbres se trouvait juste à côté de quelque chose avec l’élément sacré ?

Quel genre de situation est-ce là donc ? En général, ces deux éléments ne peuvent pas coexister… J’étais encore plus perturbé.

« Sun, Sun ? » cria Leaf à plusieurs reprises. Il regarda dans la direction à laquelle je faisais face et demanda : « Pourquoi est-ce que tu regardes dans cette direction ? Y a-t-il quelque chose derrière nous ? »

Je me tus un moment avant de sourire et de prononcer : « Mon frère Leaf, le Dieu de la Lumière nous a demandé à travers les anciens écrits de toujours regarder ce qui se trouve derrière nous, car il se peut qu’il y ait des ténèbres oubliées que nous devons illuminer. »

Cette fois, ce fut à Leaf de se taire. Je pensai qu’il n’avait probablement pas compris ce que je venais de dire, puisque je n’avais moi-même pas compris non plus.

C’était simplement que j’avais entendu du bruit témoignant du retour du Fils du Dieu de la Guerre et des autres, alors j’étais retourné au Chevalier du Soleil que « tout le continent connait », le mode dans lequel le Chevalier du Soleil devait parler du Dieu de la Lumière toutes les trois phrases. J’avais aussi commodément détourné l’attention de Leaf.

En ce qui concernait l’élément des ténèbres que je venais de sentir… Comme je l’avais dit, mon maître m’avait ordonné de ne pas employer ma capacité devant d’autres personnes. Étant donné que je n’étais pas sensé m’en servir, dans ce cas je ne pouvais pas savoir qu’il y avait quelque chose avec l’élément des ténèbres derrière nous, et vu que je ne le savais pas, je ne pouvais évidemment pas le pourchasser !

« Mike, Princesse Anne, Austin, vous êtes de retour ? » Leaf décida assez fermement de cesser de chercher un sens à mes paroles. À la place, il salua chaleureusement les trois personnes qui venaient juste de revenir.

Bang !

Je sursautai de surprise, agitant la tête pour regarder autour de moi, et découvris le corps d’un animal gisant au sol. Le corps faisait environ la taille d’un humain, et la poussière flottait toujours autour de lui, donc il devait avoir été jeté au sol avec pas mal de force.

« Hahaha ! Je pensais que tu n’étais pas capable de montrer d’autres expressions que ton sourire. Ainsi, même le Chevalier du Soleil peut être surpris ? »

Une guerrière sauta hors des buissons. Elle rit à gorge déployée, toutes ses actions pleines de vigueur. J’ignorais si c’était parce qu’elle avait couru pour revenir, ou si c’était parce qu’elle avait ri trop fort, mais son visage était tout rouge…  Anne est vraiment mignonne !

C’était vrai. La guerrière en armure, avec deux haches de guerre à une main dans le dos, et une quantité très élevée de l’élément du feu, était en réalité la jeune beauté mentionnée précédemment : la Princesse Anne.

Je lui souris, ne trouvant pas ses paroles très offensantes. Je croyais fermement que même si j’avais été surpris à l’instant, j’avais dû être surpris de manière élégante, donc aucun dégât n’avait nuit à la réputation du Chevalier du Soleil.

De plus, parmi les choses que tout le continent connaissait, il n’y avait rien sur le fait qu’un Chevalier du Soleil ne pût jamais être surpris.

Voyant ma réaction, Anne marmonna tout bas, probablement quelque chose tel que « comme il est ennuyeux ». Elle se retourna ensuite vers Leaf, et s’exclama, un peu agacée : « Elmy, ne t’ai-je pas dit que tu pouvais m’appeler Anne ? Tu veux bien utiliser le nom de Mike, mais tu n’es pas d’accord pour m’appeler par mon prénom ? »

« En fait, mon nom est Elmairy, mais oubliez, au moins Elmy est beaucoup mieux que Fraisary », répondit Leaf en me jetant un regard. Il dit ensuite à Anne : « Je comprends. Je t’appellerai Anne à partir de maintenant. »

Considérant leur statut en tant que Fils du Dieu de la Guerre et princesse, s’adresser à eux directement par leur nom ne respectait pas l’étiquette, mais comme je l’avais mentionné, Leaf était une personne sympa, alors il ne refuse aucune requête. Même quand j’avais changé son nom pour Fraisary et l’avais employé pendant trois ans pour l’appeler, il avait quand même continué à me répondre.

À cet instant-là, Leaf s’écria, alarmé : « Austin, tu es blessé ? »

Le Fils du Dieu de la Guerre, Mike, et son prêtre-guerrier sortirent tous les deux des buissons. Le prêtre-guerrier, qui était âgé de quelques années de plus que nous, était l’Austin dont Leaf parlait. Seule la moitié de sa manche était encore intacte, et elle était tâchée de sang.

« Laisse-moi te soigner ! » proposa Leaf, tandis qu’il s’avançait obligeamment vers lui et lui jetait un sort de Soin Mineur.

Avec un sourire, je dis : «  Mon frère Leaf, Sun craint que l’éclat du Dieu de la Lumière que son frère a sollicité ne soit point suffisant, sinon notre frère Austin se serait soigné lui-même sous la bienveillante sollicitude du Dieu de la Guerre. »

En entendant mon discours, Leaf fit une pause avant qu’il ne réalise son sens : « Ah… tu as raison. Si un Soin Mineur était suffisant, alors Austin aurait soigné ses blessures lui-même et ne serait pas rentré avec celles-ci. »

Après avoir eu fini de parler, il se tourna vers Austin et le questionna avec inquiétude : « Austin, est-ce que ta blessure est très grave ? Est-ce que tu as des os fêlés ou brisés ? S’ils sont simplement fêlés, un Soin Modéré suffira, mais s’ils sont brisés, alors Sun aura probablement besoin d’utiliser un sort de Soin Avancé. »

Austin secoua la tête et soupira : « J’ai bien peur que ce soit cassé. J’ai été trop négligeant, oubliant de rester avec mes compagnons quand j’ai aperçu des herbes rares. J’ai fini par être attaqué par cet animal. J’étais trop loin de Mike et de Anne, et donc ils n’ont pas été assez rapides pour empêcher cela de se produire. »

C’est cassé… J’aurai dû garder la bouche fermée, mais même si je ne le leur avais pas rappelé, la tâche de le soigner m’aurait quand même échu, puisque c’était très fatigant pour Leaf de jeter un sort de Soin Avancé.

Même si c’était tout aussi fatigant pour moi, puisque je devais raconter des tas d’âneries glorifiant le Dieu de la Lumière.

Attendez, pourquoi le prêtre-guerrier n’avait-il pas employé un sort de soin sur lui-même ?

Je voulais aussi lui dire de se soigner lui-même, mais le fait restait que les prêtres-guerriers n’étaient pas très doués pour les sorts de soin. On pouvait même affirmer que leurs sorts de soin étaient pires que ceux d’un chevalier sacré. Évidemment, je voulais dire pour un chevalier sacré normal. Ne me prenez pas en considération. Si j’étais la norme, alors même un guérisseur du Dieu de la Lumière serait pire qu’un « chevalier sacré ».

C’était fortement lié au dieu auquel vous croyiez. Soigner était considéré comme de la magie sacrée. Les prêtres qui croyaient au Dieu de la Lumière et les chevaliers qui étaient complètement couverts de « lumière » avaient beaucoup plus de facilité à se servir des sorts de soin que les autres types de croyants.

En dehors du dieu auquel ils croyaient, leur spécialisation était également différente. Comme le Dieu de la Guerre tenait les personnes fortes en haute estime, les prêtres-guerriers se spécialisaient plutôt dans des magies qui renforçaient leurs guerriers. Les sorts Ailes de Dieu et Bouclier de Lumière que j’avais utilisés précédemment appartenaient à ce genre de magie.

Mon esprit continuait de ressasser cela, tandis que je crachais un paquet de non-sens louant le Dieu de la Lumière : « L’amour gracieux du Dieu de la Lumière permet à tous Ses enfants de vivre dans la chaleur et l’affection et, en outre, garde la peine et la douleur à distance de Ses enfants. Ah ! Dieu de la Lumière ! Vos enfants ont maintenant besoin de votre radiance. Veuillez transmettre votre bienveillance à travers la terre, et accordez ces derniers un sort de Soin Avancé ! »

Un rayon de lumière blanche enveloppa la main d’Austin avant de disparaître dans un flash.

« Complètement guéri. Merci beaucoup, Chevalier du Soleil. » Austin bougea sa main, son expression devenant une d’émerveillement, comme il me remerciait, très reconnaissant.

À cette vue, Mike renifla et déclara froidement : « Le Chevalier du Soleil qui est connu pour être extrêmement fort en magie sacrée est loin d’être aussi fort que je le pensais, à raconter autant d’inepties pour un simple sort de soin. »

Je ne montrai pas tellement de réaction à ces paroles et continuai simplement de sourire. Je venais juste de raconter un tas d’âneries louant le Dieu de la Lumière, tellement que je préférais plutôt ignorer son dédain que de rajouter un mot !

Leaf, néanmoins, sourit maladroitement.

Avec une grimace, Anne remarqua : « Avec le Fils du Dieu de la Guerre, moi, le plus jeune prêtre-guerrier du Monastère de la Guerre, et deux des Douze Chevaliers Sacrés : un archer et un guérisseur du Dieu de la Lumière… Mon Dieu ! Peut-être que cette équipe d’aventuriers est suffisante pour occire un dragon ? »

Je suis un Chevalier Sacré !

Souriant faiblement, Leaf dit : « C’est… ce… Nous sommes ici pour sauver la Princesse Alice. Anne, tu ne peux pas avoir oublié ? N’es-tu pas très inquiète pour ta grande sœur ? »

Anne parut presque surprise. Elle s’exclama précipitamment : « Évidemment que je suis inquiète pour ma grande sœur. Je ne faisais que plaisanter. Tu es trop sérieux, Elmy. »

« Je vois. Je suis désolé », répliqua Leaf avec un petit rire, en passant la main derrière sa tête.

Je fronçai les sourcils. La nuit dernière, Anne paraissait être très inquiète pour sa sœur, et aujourd’hui elle agit comme ça. Que se passe-t-il ici ?

« Très bien, bougeons maintenant. Aujourd’hui, nous devons atteindre le lac, comme prévu. » rappela Austin, et tout le monde acquiesça. Étant le membre le plus âgé, il donnait plus ou moins l’impression d’être un capitaine sérieux. Bien qu’il ne parût pas si âgé que ça, il avait vraisemblablement dans la trentaine. Parmi ce groupe de personnes âgées dans la vingtaine, il avait le privilège d’être notre aîné, avec une différence d’âge d’au moins dix ans.

Puisque nous étions très en retard sur nos prévisions, Mike et Austin décidèrent que nous ne dormirions pas cette nuit et continuerions d’avancer deux jours de suite.

Attendez, attendez deux minutes. Continuer d’avancer pendant deux jours ? Mon visage se déforma un peu.

Leaf me jeta un regard avant de suggérer prestement : « Peut-être serait-il mieux de dormir un peu. Après tout, nous avons besoin d’énergie pour endurer la route à faire. »

« Monter le camp prendrait trop de temps. Nous sommes déjà très loin derrière », annonça Mike avec impatience. « C’est juste deux jours. Ce n’est pas grand-chose pour nous ! »

Leaf y réfléchit un peu avant d’avancer avec tact : « Mais Anne est une femme, et Austin est un prêtre-guerrier. Ils pourraient ne pas être assez endurants pour tenir deux jours. »

En entendant cela, Anne le fusilla du regard. Mike renifla froidement et regarda Leaf comme s’il était un enfant ignorant. « Et qu’est-ce que ça peut faire si c’est une femme ? Anne est l’un des meilleurs guerriers du Monastère du Dieu de la Guerre. Son endurance n’est en rien inférieure à la tienne. Tu penses que j’aurais accepté d’emmener du bagage inutile ? »

Austin sourit aussi en disant : « Elmairy, tu n’as pas à t’inquiéter pour ce prêtre. J’ai entraîné mon corps normalement, donc deux jours ne poseront pas de problèmes. »

« Ah… » Leaf me jeta plusieurs regards, mais il n’ajouta rien au final, car il était une personne sympa et ne déclinait jamais une requête.

Je ne pouvais ouvrir la bouche pour refuser. Puisque même une femme et un prêtre avaient affirmé que c’était bon, en tant que Chevalier Sacré, comment pouvais-je formuler que je pourrais ne pas être capable de le faire, que je ne pouvais pas voyager deux jours sans interruption ?

Sous la décision de la majorité, et comme la minorité ne pouvait pas refuser le compromis, nous commençâmes à nous dépêcher comme si notre vie en dépendait. Malgré le fait que nous ne courions pas à strictement parler, j’avais l’impression que les jambes des autres étaient toutes terriblement plus longues que les miennes. Chacun de leur pas semblait être cinq fois plus long que celui d’une personne normale, et leur rythme était rapide, donc c’était à peu près pareil à la course d’une personne normale.

C’est en train de me tuer ! Je ne portais qu’une armure légère, mais elle pesait quand même plus de dix kilogrammes ! Cela, sans prendre en considération le poids du paquetage.

Nous courûmes du matin à midi, mangeâmes rapidement un peu de bœuf séché et du pain, prîmes quelques inspirations avant de courir tout l’après-midi, nous arrêtâmes pour prendre quelque chose pour le dîner, digérâmes, et recommençâmes à courir de nouveau… Après qu’un jour entier se fût déroulé de cette manière, ma sueur imprégnait ma chemise, le vent séchait ma chemise, et ma sueur l’imprégnait à nouveau. Le processus se répétait à l’infini. Je me sentais comme si j’avais produit de la sueur pour un an.

À ce moment-là, j’avais déjà abouti en queue de troupe. Leaf ralentit ses pas pour rester épaule contre épaule avec moi. L’air terriblement inquiet, Leaf demanda doucement : « Sun, tu vas bien ? »

Avec une respiration laborieuse — il n’y avait aucun endroit de mon corps qui ne me faisait pas souffrir — je réussis à couiner une réponse entre mes dents serrées : « Non. »

En entendant cela, Leaf évalua à nouveau mon sale état. Il soupira alors doucement et suggéra : « Alors, laisse-moi te porter. Tu pourras dormir un peu sur mon dos et continuer à courir plus tard. »

« Leaf… » Je lui attrapai les mains, submergé par l’émotion. Touché, je lui dis : « Leaf, bien qu’il fasse nuit, et que le Dieu de la Lumière ne soit point témoin de tes actes, tu n’en demeures pas moins une personne sympa ! »

Avec un rire désabusé, Leaf s’accroupit devant moi, devenant un lit confortable… Non ! Je veux dire, il tourna son dos vers moi et me dit : « Grimpe. »

Effrayé à l’idée qu’il change d’avis, je sautai immédiatement sur son dos et me tortillai pour trouver une position confortable. Ce n’était pas facile, car Leaf était vraiment mince. Peu importe à quel point j’essayais, il n’était pas aussi confortable que mon lit.

Après cela, Leaf commença à courir. Pour rattraper les autres, il courait vraiment vite, donc l’amortissement était assez mauvais. Cela ne me satisfaisait guère, mais j’avais peur d’énerver même une personne sympa comme Leaf si je me plaignais, alors je décidai de me restreindre !

Une fois que Leaf eut rattrapé la troupe, les trois autres nous regardèrent et réagirent de manière assez similaire. D’abord, ils furent choqués, comme s’ils ne pouvaient pas en croire leurs yeux ; puis ils m’adressèrent tous des regards dédaigneux, avant de regarder Leaf avec sympathie.

« Il… » commença Anne avec stupeur.

Leaf interrompit vivement leurs questions et rappela : « Nous devrions avancer, ou sinon continuer toute la nuit perdra tout son sens. »

Ils se turent un instant et me jetèrent je ne sais combien de regards pendant ce temps, des regards principalement plein de mépris.

Tout le monde courait, et moi j’avais besoin que quelqu’un me porte. C’était un peu embarrassant pour moi, mais si je devais descendre et continuer à courir sans m’arrêter, je mourrais d’épuisement ! Je préférerais mourir d’embarras !

De plus, personne n’avait prétendu que le Chevalier du Soleil devait savoir courir, ou que le Chevalier du Soleil ne pouvait pas laisser quelqu’un le porter.

« D’accord, allons-y », trancha Mike en riant froidement. « Mais, tu dois rester fort. Si tu n’y arrives pas, personne ne t’aidera à porter “cette chose”. »

Il semblerait que Mike ne croyait pas Leaf capable de courir une journée entière en me portant, mais il avait tort. Même si les guerriers comme lui possédaient  réellement des capacités offensives très élevées, quand nous parlions d’endurance, aucune classe ne valait les chevaliers sacrés !

Pardon ? Et qu’en est-il de moi ?

Ahem ! Les chevaliers sacrés peuvent se diviser en différentes sous-catégories également. J’appartiens au type qui n’est pas très endurant, mais ma capacité à rassembler la lumière sacrée est inégalée. Même le Pape ne peut se comparer à moi. Non, vous n’êtes pas autorisés à m’appeler un guérisseur ! Je suis un Chevalier Sacré !

Dans tous les cas, ce qui suivit fut un marathon super ennuyeux. Je pense que personne ne voudrait m’entendre raconter cette partie, et je ne peux pas la raconter de toute façon, puisque j’ai dormi pendant vingt-quatre heures.

Impossible de faire autrement. Leaf avait affirmé que quand je me réveillerais, il faudrait que je descende pour courir, alors j’avais fait de mon mieux pour dormir pendant vingt-quatre heures pleines. Je dormis jusqu’à-ce que mon corps en devînt douloureux. Ce fut vraiment très fatigant.

Quand je me réveillai, le groupe avait déjà atteint le lac et commençait à monter le camp.

Leave a Reply