La Légende du Chevalier du Soleil T3C4 : L’Inévitable Antagoniste Dans Une Aventure – Un Personnage Beau et Classe

La Légende du Chevalier du Soleil Tome 3 – À La Rescousse d’Une Princesse

Roman d’origine en chinois par : 御 我 Yu Wo


Chapter 4: “The Mandatory Antagonist for an Adventure — A Cool and Handsome Character” – traduit du chinois vers l’anglais par Lucathia[PR!]
Chapitre 4 : “L’Inévitable Antagoniste Dans Une Aventure — Un Personnage Beau et Classe” – traduit de l’anglais au français par Irina
+ Travail de vérification par Nocta

Après nous être pressés pendant un voyage de deux semaines, nous montions une fois de plus le camp, mais cette nuit, l’atmosphère n’était pas détendue comme d’habitude : elle paraissait oppressante.

« Personne ne peut égaler notre vitesse de voyage, alors pourquoi ne les avons-nous toujours pas rattrapés ? » demanda finalement Mike à Anne. Bien qu’ils fussent des amis d’enfance, il était clair d’après son ton qu’il était mécontent.

En tant que chevalier, Leaf souscrivait au noble principe « les princesses ont toujours raison », donc il ne prononça pas un mot. Mais, le simple fait de voir qu’il n’était pas venu défendre Anne me permettait de savoir qu’il commençait lui aussi à être soupçonneux. Tandis que moi… je n’avais pas ouvert la bouche pour parler depuis approximativement trois jours, ainsi tout le monde faisait habituellement comme si je ne savais pas parler.

Confrontée à nos doutes à tous, Anne laissa seulement derrière elle les mots « Attendez-moi » avant de s’enfoncer dans la forêt. Elle prit un moment avant de revenir, pour dire à tout le monde : « Nous sommes déjà très près, mais je ne connais pas la distance réelle. »

L’objet permettant de localiser la princesse était quelque part sur le corps d’Anne, mais elle refusait de nous laisser savoir de quel objet il s’agissait, ce qui expliquait pourquoi elle s’était rendue dans la forêt.

Après avoir obtenu une réponse aussi vague, Mike était toujours quelque peu mécontent. Anne le consola rapidement d’une voix douce : « Mike, nous sommes vraiment tout près maintenant. Cela ne nous prendra pas très longtemps avant de les rattraper ! »

Mike acquiesça à contrecœur, laissant tomber le sujet.

Au moment de dormir cette nuit, je me tournais et me retournais… et n’arrivais toujours pas à m’endormir ! Ce n’était pas surprenant. J’avais dormi vingt-quatre heures et ne m’étais pas réveillé avant la tombée de la nuit. Si je pouvais m’endormir la nuit, je commencerais à me demander si je n’avais pas un gros porc paresseux parmi mes ancêtres.

Après m’être tourné et retourné pendant un moment sans succès, je décidai de sortir de la tente. Après avoir dormi aussi longtemps, je ferais mieux d’exercer mes muscles et mes os un peu. Si je continue à  dormir et à manger de cette manière, cela aura une conséquence fatale : je deviendrais obèse !

Mike était de garde cette nuit. Quand il se tourna pour me jeter un regard, je lui souris avant de m’avancer silencieusement vers la forêt. Son regard était froid, et il n’essaya même pas de m’arrêter en me parlant. On dirait qu’il me méprise beaucoup…

Je marchai dans la forêt. Après m’être servi de ma capacité à sentir les éléments pour vérifier qu’il n’y avait personne autour de moi, je sortis de ma poche un insigne en forme de dragon et le pressai contre ma poitrine. D’une voix basse, je prononçai : « Brigandine Sainte du Dragon, au nom des descendants des Dragons, je te l’ordonne, activation ! »

En un instant, un tissu noir et serré s’étendit depuis l’insigne posé sur ma poitrine pour recouvrir tout mon corps, tandis que la partie basse de mon visage et les points vitaux étaient couverts par des écailles argentées. Je réalisai à ce moment-là que, bien que les plaques fussent argentées, elles ne scintillaient pas, pas même au beau milieu de la nuit. Au contraire, elles attiraient les ténèbres. Quand je baissai la tête pour me regarder, je ne pouvais rien voir et pensai presque que je n’avais pas de corps. C’est flippant !

« Même si je t’ai dit de ne plus parler comme il te plaît, oublie cet ordre après tout. » dis-je, un peu impuissant.  Même s’il est « silencieux », j’étais toujours conscient qu’il pouvait parler, donc ne pas l’y autoriser n’avait pas beaucoup de sens.

Comme vous le voulez, mon seigneur.

Après, j’allai par-ci par-là, choisis l’arbre le plus près et le plus grand, et commençai à y grimper. En ayant mis la Brigandine Sainte du Dragon, escalader un arbre était presque aussi facile que de marcher. Quasiment tout de suite, j’atteignis le sommet de l’arbre.

Je baissai la tête pour contempler le terrain environnant. Je la levai ensuite pour observer le ciel étoilé et trouvai la constellation que je cherchais. Une fois que j’eus noté la position, je descendis de l’arbre et dessinai sur le sol les positions du terrain et des constellations que je venais d’observer.

Comme je le pensais… Je me mis sinistrement à rire tout seul.

Mon seigneur, quelqu’un utilise sa capacité à sentir les éléments pour vous observer.

J’étais surpris. J’avais toujours été celui qui espionnait les autres. Maintenant, il y avait quelqu’un d’autre qui m’espionnait ? Je demandai précipitamment à la Brigandine Sainte du Dragon : « Dans quelle direction se trouve la personne qui m’observe ? »

Votre serviteur ne le sait pas. Mon seigneur, l’observateur a déjà mis fin à sa capacité.

Ils se sont arrêtés aussi vite ? J’y réfléchis un moment. Le plus probable était que cette personne fût Leaf. Il était un archer, alors c’était possible qu’il ait reçu un entrainement pour sentir les éléments. Je l’avais peut-être réveillé en partant tout à l’heure, et il avait donc lancé un scan par réflexe. Puisque mon élément sacré était extraordinairement puissant, il aura sur-le-champ découvert que c’était moi et avait ainsi mis fin à son balayage

D’accord, j’ai fini mes affaires. C’est le moment de rentrer.

Tout d’abord, je voulus rentrer au campement. Néanmoins, en me rappelant de l‘acte sérieux de Leaf, qui avait songé à employer sa capacité juste après s’être réveillé, je pensai que je devrais moi aussi essayer de sentir s’il y avait du danger autour de nous. Sinon, je me sentirais coupable demain quand je monterais sur le dos de Leaf.

Je respirai profondément et étendis ma capacité à sentir les éléments jusqu’à ses limites…

Soudainement, je m’immobilisai. Je regardai au loin. À une distance assez proche, il y avait une forme de vie possédant une quantité non-négligeable de l’élément des ténèbres. Je n’avais senti une quantité aussi importante de l’élément des ténèbres qu’avec Roland, qui était un Chevalier de la Mort. Bien que l’élément des ténèbres de Rose ne fût pas moins imposant que celui de Roland, elle savait comment camoufler son aura…

Se pourrait-il que ce soit là celui qui a enlevé la princesse ? Je repensai à la requête de la reine. Était-ce une coïncidence, ou la reine savait-elle déjà que notre adversaire était une créature des ténèbres contre laquelle les guerriers étaient les plus inefficaces, et nous avait ainsi forcés, Leaf et moi, à rejoindre le groupe d’aventuriers ?

Hormis la forme de vie qui dégageait l’élément des ténèbres, je sentais une autre forme de vie avec un très fort élément du vent. C’était très probablement un mage de l’élément du vent.

Je fronçai les sourcils et me demandai : « Ma capacité à sentir les éléments serait-elle devenue plus forte ? »

Après avoir repris le flambeau du Chevalier du Soleil, l’élément sacré contenu dans mon corps était devenu tellement fort que je ne pouvais pratiquement plus sentir les autres éléments : à part l’élément opposé, l’élément des ténèbres. Cependant, très récemment, il m’avait semblé que je pouvais sentir les autres éléments sans chercher délibérément à les ressentir. De la même manière que, quand le loup avec l’élément du feu avait essayé de m’attaquer, j’avais ressenti sa présence juste avant.

« Se pourrait-il que j’aie utilisé trop de magie récemment, particulièrement la nécromancie, et cela aurait affaibli mon élément de la lumière ? »

Si c’était le cas, c’était mauvais signe. Je suis le Chevalier du Soleil. Mon élément sacré ne peut être que fort, pas faible. On dirait que je devrais faire plus attention. Je ne peux pas continuer à utiliser spontanément des sorts qui n’appartiennent pas à l’élément sacré.

Au début, étant donné que je dormais depuis pas mal de temps, je pensais sortir pour tracer notre position et exercer mes muscles en même temps. Néanmoins, si je ne pouvais pas employer la magie, je crois qu’il serait plus sûr pour moi de retourner dormir… Au moment où je me retournai, une puissante aura de vent se manifesta juste derrière moi.

Je tournai la tête pour regarder. Dans le sous-bois, à l’origine entièrement vide, se tenait une personne portant une armure légère noire et tenant une paire de rapières dans ses mains. L’aura de ténèbres émanant de cette personne était suffisamment abondante pour rivaliser avec celle d’un Chevalier de la Mort.

Toutefois, c’était sans aucun doute un être vivant. Pourrait-il être… ? Mon esprit se vida un instant avant que je ne lâche : « Un Chevalier Noir du Dieu de l’Ombre ? »

Mais, en y réfléchissant davantage, il semblait connaître le sort de La Téléportation Instantanée. Comment un chevalier pouvait-il connaître de la magie ? Je ne pus m’empêcher de lui demander : « Tu sais comment te téléporter. Es-tu vraiment un chevalier noir ? »

Le chevalier noir se figea aussi un moment, avant de lâcher : « Pour posséder une aura de lumière aussi forte, es-tu vraiment un assassin ? »

Réalisant que nous doutions tous les deux de l’identité de l’autre, les mots nous manquèrent. Après nous être tut quelques instants, le chevalier noir s’enquit : « Tu es un poursuivant ? »

Même si j’avais voulu le nier, je ne le pouvais. Dans les alentours, à l’exception du fugitif devant mes yeux, il n’y avait que notre groupe de poursuivants. Il n’y avait personne d’autre à proximité, alors je lui répondis froidement : « Si tu es un fugitif, alors je suis un de tes poursuivants. »

Bien que nous fûmes fugitif et poursuivant, nous restâmes un long moment immobiles sans nous battre. Je ne le voulais pas, car la manière dont il tenait son épée était aussi intimidante que celle de Judgment ou de Roland. Je n’avais pas pour habitude d’appeler la mort quand je n’avais rien d’autre à faire.

Je pense qu’il n’avait probablement pas envie de se battre avec moi non plus, vu que mon aura sainte était suffisamment intense pour masquer son aura de ténèbres. Il n’avait probablement pas non plus l’habitude de chercher la mort quand il n’avait rien de mieux à faire.

Si nous commencions à nous battre, la probabilité que je le bombarde à mort avec ma lumière sacrée, et la probabilité qu’il me hache en petit morceaux avec ses lames, étaient équivalentes. Comme j’avais pour principe de ne pas attaquer tant que je n’étais pas sûr à 100% de vaincre, je décidai de le laisser partir pour cette fois !

« Je ne veux pas me battre contre toi. » lui avouai-je franchement.

En entendant mes paroles, le chevalier plissa le front. Fort probablement pour montrer sa bonne volonté, il rangea ses armes, mais il s’attarda sans partir. Nous nous observâmes froidement… Claque !

Je lançai un regard glacial à la paume de ma main. Ce moustique était certainement courageux, pour oser voler par hasard autour de moi pendant que je portais la Brigandine Sainte du Dragon ! Ne savait-il pas qu’en ce moment mon corps était recouvert de tissu noir, et que je n’avais donc guère à m’inquiéter de salir mes gants blancs !?

Je me servis de mes doigts pour dégager le cadavre de ma main. Quand je tournai la tête, le chevalier noir me regardait avec un air stupéfait. D’un ton sans joie, je m’adressai à lui : « Qu’est-ce que tu regardes ? N’as-tu jamais vu quelqu’un tuer un moustique ? »

Le chevalier noir sourit, et répondit sur le ton de la plaisanterie : « J’ai souvent vu des gens tuer des moustiques, mais c’est la première fois que je vois un assassin le faire. »

Eh bien, je suis désolé de te le dire, mais tu n’as toujours pas vu un assassin tuer un moustique, car je suis un Chevalier Sacré, pas un assassin.

Je baillai. « Puisque nous n’allons pas nous battre, je vais retourner dormir. »

« Attends une minute. »

Mon visage s’assombrit. Il semblerait qu’il n’avait pas envie de me laisser partir. Dommage, étant donné que je voulais rentrer et hurler : le fugitif est près de nous, allons vite le capturer ! Une fois que nous l’aurions capturé, trouvé la princesse, et fini par assister au mariage, j’aurais pu rentrer au Temple Sacré et redevenir un ermite d’église. Alléluia !

Avec le front plissé, il me regarda et déclara, un peu hésitant : « La princesse m’a suivi de son plein gré. »

En entendant cela, mon cœur tressauta, mais en surface je me contentai de répondre froidement : « Tous les violeurs affirment toujours que la femme les a séduit. »

Le visage du chevalier noir s’assombrit, et il ajouta une autre déclaration alarmante : « Nous nous sommes enfuis pour nous marier ! »

Enfoiré !

Globalement, je le croyais, sans pour autre raison que le fait que ce chevalier noir était vraiment grand, beau et impressionnant. Il appartenait au genre « à partir du moment où un homme le voit, il veut le tuer pour avoir un rival en amour de moins ».

Il était particulièrement fait pour être un chevalier noir, car un chevalier noir était précisément quelqu’un de froid qui voyait tout le monde comme son ennemi… Quand un type était aussi beau que lui, il devait percevoir tous les hommes autour de lui comme ses ennemis, pour survivre jusqu’à cet âge.

« Si vous vous êtes enfuis, pourquoi avoir laissé une lettre derrière vous ? »

Je continuai d’hésiter, et me gardai d’accepter cette « vérité » trop vite… Avec un kidnappeur aussi beau, je croyais que même si la princesse avait vraiment été kidnappée, après avoir été avec ce type canon de jour comme de nuit pendant deux semaines, la situation aurait probablement tourné en fugue-pour-se-marier.

Le chevalier noir cilla et demanda avec perplexité : « Quelle lettre ? »

« … »

Je venais juste de découvrir que la situation était encore plus complexe que je ne le pensais. Quand je voulus demander des précisions, j’entendis de nombreux bruits de froissements provenant de derrière nous. Je me tus brutalement. Évidemment, le chevalier noir les entendit également.

Il me jeta un regard, sortit un parchemin magique, prononça « Téléportation Instantanée », fut entouré complètement par une tornade d’air et disparut de l’endroit où il se tenait avec un « swoosh ».

« Ainsi, il utilise un parchemin magique pour la Téléportation Instantanée. Je savais bien qu’il ne pouvait pas y avoir autant de personnes bizarres dans ce monde, qui ne correspondaient pas à leur emploi… »

Je murmurai cela pendant que j’annulais la Brigandine Sainte du Dragon. Je rassemblai un peu de lumière sacrée et attendis là où je me trouvais.

« Sun ! »

Leaf fut le premier à sortir des buissons. Il me regarda de haut en bas pour vérifier que j’allais bien. Une fois qu’il eut constaté que c’était le cas, il lâcha un soupir de soulagement, mais demanda quand même, préoccupé : « Est… est-ce que ça va ? »

« Je vais bien », répondis-je simplement.

Après cela, Mike, Anne et Austin arrivèrent tous ensemble. Je vis qu’ils me regardaient tous avec des yeux plein de doutes. J’ouvris calmement la bouche pour leur expliquer : « J’ai rencontré un chevalier noir. »

En disant cela, je prêtai attention à leur réaction. Mike lâcha, douteux : « Une chevalier noir ? Qu’est-ce qu’un type de la Cathédrale du Dieu de l’Ombre fait sur notre territoire ? »

Austin fronça les sourcils, paraissant être plongé dans ses pensées.

L’expression d’Anne devint momentanément paniquée, mais elle prouva qu’elle était une princesse. Elle récupéra son sang-froid en moins d’une seconde et m’adressa même un regard inquiet.

Comme je le faisais toujours, je lui souris. Ce sourire la rassura considérablement. Elle ne révéla pas plus de panique.

Leaf demanda, perplexe : « Se pourrait-il que ce chevalier noir soit l’homme qui a kidnappé la princesse ? »

J’offris un sourire éclatant à Leaf qui ouvrit de grands yeux, ressemblant à un élève d’école primaire qui ne savait pas ce qu’il avait fait de mal. Je pesai rapidement le pour et le contre, mesurant toutes mes possibilités, avant de décider de m’en tenir à agir comme un sot. Je répondis : « Sun ne le sait point. »

Mike rugit d’une voix basse, de manière agitée et indignée : « Ce doit être lui ! Où est-il maintenant ? »

« Il a utilisé un parchemin de Téléportation Instantanée pour s’enfuir. Je crains qu’il soit déjà loin », répondis-je honnêtement.

Après avoir entendu ce que j’avais dit, Mike atteignit presque son point d’ébullition et continua à crier qu’il allait pourchasser le kidnappeur sur-le-champ. Ses poings le démangeaient probablement, puisqu’il ne s’était pas vraiment battu depuis deux semaines, d’après mon estimation.

Austin attrapa promptement Mike et commença sérieusement ses leçons de père à fils, disant des choses comme le fait que la distance était incertaine, que même si nous partions le pourchasser dès maintenant, nous ne le rattraperions pas forcément, que nous n’avions pas du tout remballé notre équipement de camping, que si nous ne les rattrapions pas, nous aurions du mal à continuer la chasse.

 

 

Après être retournés au camp, sous l’insistance de Mike, nous décidâmes de lever le camp deux heures plus tôt, le jour suivant. Après cela, à part Mike qui décida de rester debout pour monter la garde jusqu’au matin, tout le monde retourna sous sa tente afin de dormir. Mais, qui sait si l’un d’entre nous fut réellement capable de se rendormir après les événements de cette nuit.

Leaf et moi étions justement un groupe de deux personnes qui ne parvenaient pas à se rendormir. Au moment où Leaf pénétra dans la tente, il me regarda comme s’il voulait me dire quelque chose. J’utilisai vite mes deux mains pour couvrir sa bouche, ne le laissant pas prononcer quoi que ce soit. Il ouvrit de grands yeux pour me fixer.

Je réfléchis un moment, avant de rassembler de la lumière sacrée au bout de mon index. Je me servis alors d’une ligne de lumière pour écrire des mots.

« Je pense que nous avons été trompés par la reine et la Princesse Anne. »

Après avoir vu cette ligne de mots, Leaf tenta avec beaucoup d’efforts de faire la même chose que moi : employer la lumière sacrée pour écrire des mots… Néanmoins, son écriture était disproportionnée et de travers. Il me fut difficile de reconnaître ce qu’il avait écrit : « Que veux-tu dire ? »

Je réfléchis un peu avant d’ajouter d’autres mots : « Je suis seulement certain qu’Anne nous fait faire des détours. »

En ce qui concernait la lettre, n’avoir que la parole du chevalier noir rendait la chose trop subjective, alors je me retins de la mentionner pour l’instant.

Leaf fronça les sourcils et écrivit : « Que devrions-nous faire du coup ? »

J’y réfléchis un moment avant d’ajouter : « Nous ne devons pas nous séparer, tous les deux. Pour le reste, continuons comme nous le faisons déjà. Tu n’as qu’à continuer à me porter sur ton dos quand nous nous dépêchons ! »

Leaf dessina très sérieusement six points brillants : « …… »

Après environ une heure, Mike commença à beugler et à rugir, réveillant tout le monde. Je ne m’en préoccupai pas trop puisque je ne m’étais pas endormi, mais Leaf se réveilla en sursaut. Quand il sortit du lit, son visage montrait son épuisement.

Dans cette situation, j’éprouvais une pointe de remords, alors quand vint le moment de grimper sur le dos de Leaf, j’hésitai pendant un court instant. Heureusement, je n’avais pas grand-chose en guise de conscience, donc je fus capable d’ignorer cette pointe de culpabilité et continuai de grimper sur le dos de Leaf.

En voyant nos actions, Mike cria immédiatement avec colère : « Elmy, arrête de perdre ton temps à le porter. Il est inutile dans tous les cas. Utilise ta pleine vitesse pour nous accompagner dans la poursuite du ravisseur. »

Leaf refusa sur-le-champ : « Non. Si ça avait été plus tôt, laisser Sun derrière aurait été possible. »

Hé…

« Mais, maintenant que nous savons que l’ennemi est un chevalier noir employant l’élément des ténèbres, nous devons emmener Sun avec nous. Lui seul est en mesure de contrer l’élément des ténèbres de l’ennemi. »

Mike rigola froidement : « Après nous avoir rencontré, qu’est-ce qui n’appartient pas aux ténèbres ? Les cadavres appartiennent bien à l’élément des ténèbres, non ? »

En entendant cela, même Leaf fut étourdi et silencieux pendant un moment. Avec une équipe telle que la nôtre, on pourrait dire que si un dieu nous bloquait la route, nous éliminerions le dieu ; si un démon nous bloquait la route, nous éliminerions le démon. …Pourtant, sur le chemin, il y avait seulement eu des bêtes démoniaques insignifiantes et des équipes d’aventuriers peu scrupuleuses, donc aucune vraie bataille n’avait réellement eu lieu. Leaf, Austin et moi n’avions même pas levé le petit doigt. Au moment où nous rencontrions les ennemis en face à face, ils tombaient tous en poussière sous les coups de Mike et d’Anne.

Aussi, nous nous hâtions depuis deux semaines déjà, à une vitesse inhumaine, et étions déjà entrés dans les profondeurs de la forêt, mais notre situation n’avait pas changée d’un poil. Mike se servait toujours de ses poings pour tout résoudre, ne dégainant pas une seule fois son épée. Anne utilisait toujours ses pieds pour répondre aux hommes qui ouvraient la bouche pour l’assaillir, et ses doubles haches uniquement pour disséquer le diner. Le seul boulot de Leaf était de me porter ; il ne manquait pas une seule flèche à son carquois.

Leaf hésita un peu avant de tourner la tête pour me demander : « Sun, c’est seulement pour une journée. Peux-tu courir avec nous ? »

Plus tôt, j’avais senti l’existence d’un magicien du vent près du chevalier noir. Les magiciens de l’élément du vent sont des experts dans le Sort de Vol et le Sort de Téléportation Instantanée. C’était probablement la raison pour laquelle, bien que notre vitesse fût très importante, nous n’arrivions pas à les rattraper. Comme nous n’arrivions pas à les rattraper, pourquoi devrais-je lutter pour soutenir le rythme ? Sans me presser, j’ouvris la bouche pour dire : « Afin de ne pas être un fardeau pour notre vitesse de déplacement, je vous en prie, ne vous sentez pas concernés par Sun. Sun vous rejoindra plus tard. »

« Sun ? » Leaf me regardait avec un air de totale stupéfaction.

J’agitai la main pour le faire taire, et souris tandis que j’ajoutais : « Le cœur de Sun s’est déjà résolu. Mon frère Leaf, je t’en conjure, n’arrête pas Sun à nouveau. Sun est sous la bénédiction du Dieu de la Lumière. »

Leaf hésita un moment, avant de répondre à contrecœur : « D’accord, dans ce cas. Sois prudent, Sun. »

« Dépêchons-nous », nous pressa Mike implacablement.

J’observai le dos de tout le monde lors de leur départ. Leaf ne pouvait s’empêcher de tourner la tête encore et encore, me jetant des regards inquiets, mais la jungle était dense, et leur avancée rapide, alors cela ne leur prit pas longtemps pour disparaître de ma vue.

L’instant d’après, je murmurai pour moi-même : « Bien, j’ai entendu dire qu’il y avait une petite ville isolée pas très trop loin dans la forêt. À l’intérieur… je devrais pouvoir trouver du bon alcool pour boire un coup, n’est-ce pas ? »

Cela faisait pratiquement un mois depuis la dernière fois que j’avais bu de l’alcool. Étant une personne possédant une cave à vin dans un souterrain sous sa chambre, mon sentiment de manque était suffisamment fort pour que je voulusse récolter les fruits d’un arbre, et utiliser la levure qui était dans mon sac pour brasser du vin.

Pardon ? Vous vous demandez pourquoi j’ai emmené de la levure ?

Euh…

Parfois, entre marchands de denrées alcoolisées, vous pouvez échanger votre levure avec d’autres types de levures. Comprenez-vous ?

Comment ? Ne suis-je pas un Chevalier Sacré ? Depuis quand suis-je devenu un marchand de vins ?

Évidemment, je reste un Chevalier Sacré. C’est que l’on prépare tôt son plan de retraite. J’ai déjà vingt-trois ans cette année. Je prendrai ma retraite à l’âge de quarante ans, mais peu importe comment dur je travaille, ma caisse de retraite demeureras minuscule. Si je veux passer mes dernières années dans le luxe, je dois bien sûr penser à une seconde profession. De plus, mes capacités pour fabriquer du vin sont déjà bonnes. Si je ne les développe pas et ne les promeus pas un peu plus, comment pourrais-je faire face à tous les ivrognes du monde entier ?

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *