LCS T3C7 : Un Indispensable pour Toutes Aventures – Sacrifice

La Légende du Chevalier du Soleil Tome 3 : À La Rescousse d’Une Princesse

Roman d’origine en chinois par : (Yu Wo)


A Must for Every Adventure: Sacrifice – traduit du chinois à l’anglais par dahlys[PR!]
Un Indispensable pour Toutes Aventures : Sacrifice – traduit de l’anglais au français par Nocta
+ Travail de vérification par Yukomin

J’ouvris lentement mes yeux, uniquement pour me rendre compte que cette situation me semblait relativement familière… J’en vins presque à penser que je m’étais tellement enivré que j’avais encore perdu connaissance et que j’étais allongé dans une chambre à l’auberge, mais ensuite je me souvins que je n’avais bu aucune boisson alcoolisée.

Tandis que ma mémoire me revenait, je murmurai pour moi-même : « C’est vrai, je me suis évanoui parce que j’ai utilisé toute ma lumière sacrée pour accomplir la purification. »

Mes yeux commencèrent à faire le point, et les sensations revinrent graduellement dans mon corps. Je déduisis immédiatement que j’avais été abandonné dans une forêt et non une auberge. C’était parce que le soleil aveuglait mes yeux et que mon corps tout entier était endolori d’avoir dormis sur le sol dur !

Je me remis lentement en position assise avec mon dos qui me lançait terriblement et je regardai autour de moi. Excellent ! C’est une partie parfaitement normale de la forêt. J’étais entouré par des arbres, et le sol était couvert de terre. Par chance, je n’étais pas dans un palace majestueux, ou sur un sol blanc comme la neige… Cela m’aurait fait penser que j’étais retourné dans l’étreinte du Dieu de la Lumière.

Mais, où sont mon maître et Aldrizzt ?

Ayant toujours mal, je me levai et remarquai un morceau de papier qui flottait vers le sol après être tombé de mon corps. Je le ramassai et reconnus l’écriture de mon maître d’un seul coup d’œil. L’écriture de mon maître était tout simplement aussi élégante que lui-même, extravagante et pourtant précise, juste comme une plaisante œuvre d’art. Le seul inconvénient était que… c’était tellement beau que c’en était presque illisible.

L’écriture de mon maître est devenue encore plus gracieuse après ces trois dernières années… Est-ce que ce mot est « élève » ou « kebab » ? Puisque le message m’est adressé, il devrait s’agir du mot « élève », n’est-ce pas ?

Mais, une fois encore, si la purification avait échoué et que mon maître n’avait pas obtenu l’ « Éternelle Tranquillité », alors ce mot pourrait très bien être « kebab »… Mon maître aurait pu se mettre tellement en colère qu’il aurait laissé une note pour dire qu’il allait me transformer en kebab humain, et qu’il était parti chercher du bois pour le barbecue qui allait suivre.

Peu m’importe ! Je décidai que le mot était « élève » et continuai de lire.

Mon cher élève,

La purification a été un succès total, et le territoire de ténèbres est simplement devenu une caverne montagneuse ordinaire. L’ « Éternelle Tranquillité » a également été obtenue avec succès et est à présent suspendue autour de ton cou.

Stupéfait, je baissai la tête. En effet, je portais un collier fait d’une gemme couleur d’azur attachée solidement à un cordon noir… Pourquoi diable mon maître me fait-il porter l’Éternelle Tranquillité ? Se pourrait-il que cette gemme soit dangereuse ?

Je me mis immédiatement à lire la suite de la lettre.

Ne t’inquiète pas, cette gemme est parfaitement inoffensive.

…Mon maître me comprend si bien.

C’est simplement que cette gemme émet trop de pouvoir, alors, si ton maître la garde avec lui, il sera constamment ennuyé par une horde de mages qui voudront s’en emparer. Après de soigneuses considérations, j’ai déterminé que seul ton fort élément de la lumière pouvait dissimuler son puissant élément de l’eau. D’où le fait que je laisse temporairement cette gemme à ta bonne garde. Afin d’empêcher les mages de prendre connaissance de son existence, ne l’enlève jamais. S’ils la découvrent, les choses deviendront problématiques pour toi.

Grave Avertissement : NE VENDS PAS LA GEMME ! Je viendrai te retrouver quand j’en aurai besoin. Si elle est perdue, tu es mort.

Ton cher maître.

Et, il ose toujours prétendre que cette gemme est parfaitement inoffensive… Même si la gemme en elle-même ne va pas exploser, les mages qu’elle va attirer se spécialisent dans l’explosion de personnes.

J’avais vraiment envie de pleurer, mais aucune larme ne sortit. Je n’oserais jamais défier mon maître, donc je n’avais pas d’autres choix que d’enterrer l’ « Éternelle Tranquillité » sous mes vêtements et de la cacher de la vue des voleurs potentiels.

Après avoir rangé la gemme et la lettre, j’inspectai mes alentours uniquement pour découvrir que j’étais loin d’être près de la caverne. J’ignorais où mon maître m’avait emmené et j’étais entouré par des arbres, alors comment étais-je supposé retourner auprès de Leaf à présent ?

Ma seule option était maintenant de sentir les éléments. Je soupirai. C’était difficile de croire qu’une capacité aussi choquante et extraordinaire, quand elle était en ma possession, serait utilisée principalement pour me guider quand j’étais perdu.

Puisque je ne savais pas à quelle distance se trouvait Leaf, j’étendis mes sens au maximum. Après un court moment, je le trouvai. Le groupe n’était pas si loin ; donc je pouvais les rejoindre en voyageant pendant moins d’une demi-journée. C’était assez surprenant. Aldrizzt avait probablement utilisé le Sort de Vol pour me transporter sur une certaine distance pendant que j’étais inconscient.

Ce que je sentis après cela était encore plus choquant. L’élément des ténèbres était très fort près de Leaf et des autres… Avaient-ils en fait rattrapé le chevalier noir ?

Même si je savais qu’aucun chevalier noir ne pouvait vaincre le Fils du Dieu de la Guerre, j’éprouvais toujours un mauvais pressentiment à propos de cette histoire. Les éléments de tout le monde étaient inhabituellement faibles, un signe qu’ils avaient utilisé beaucoup de force. Seul le fait de se battre pouvait consumer à ce point la force d’un guerrier.

En particulier, l’élément de la lumière de Leaf était en train de se réduire beaucoup trop vite. Ce n’était pas à cette vitesse que quelqu’un perdrait du pouvoir en utilisant la lumière sacrée…

Un frisson me parcourut l’échine. Je mis ma main devant ma poitrine et criai : « Brigandine Sainte du Dragon, au nom des descendants des Dragons, je te l’ordonne, Activation ! »

Après avoir revêtu la Brigandine Sainte du Dragon, je fis un sprint en direction de Leaf et des autres à la vitesse du vent.

Mon mauvais pressentiment s’accrut quand je sentis que Leaf perdait de plus en plus de son élément de la lumière. Cela me poussa à accélérer, et je bondis par-dessus un bosquet d’arbres l’un après l’autre. Mon cœur battait si frénétiquement que j’avais l’impression qu’il allait éclater à n’importe quelle instant. Mes points de côtés me faisaient si mal que j’en devins engourdi. Je pris une profonde inspiration l’une après l’autre, parce que si je ne faisais pas cela, je ne pourrais pas continuer une activité aussi vigoureuse…

Dépêche-toi de rejoindre Leaf ! Vite !

 

 

Comme je portais la Brigandine Sainte du Dragon, je finis un voyage d’une demi-journée en seulement deux heures de course. Avant d’approcher Leaf et compagnie, je retirai la Brigandine Sainte du Dragon. Puis, je sautai hors des buissons et, bien que mes yeux eussent immédiatement compris la situation, mon cœur sombra tout de même…

C’était une large clairière depuis longtemps démunie d’arbres, entourée par des débris de forêt. Le sol était calciné et couvert de trous. Il était clair qu’une bataille très intense avait pris place ici.

Mike était couvert de blessures, son armure était rayée et cabossée. Il pouvait à peine tenir debout et devait s’appuyer sur un tronc d’arbre brisé pour se supporter. Il semblait être abasourdi.

Anne était assise sur le sol, et elle aussi avait le regard vide.

Austin faisait de son mieux pour jeter le sort de Soin, alors même que ce n’était pas dans son champ d’expertise. La personne qu’il essayait de soigner était Leaf… Leaf était allongé sur le dos, son arc à côté de lui. Mais, il ne le tenait pas.

À ce moment-là, Mike et Austin me repérèrent. Ils levèrent leur tête et me regardèrent avec des visages pâles. Austin ouvrit la bouche, mais ne dit rien. C’était comme s’il ne savait plus quoi dire.

Tandis que je m’approchais, je tournai mon attention vers le visage de Leaf. Ses yeux étaient fermés, et il était clairement inconscient.

« Leaf ? » Je l’appelai gentiment.

Il ne répondit pas, mais les trois autour de nous le firent. Anne eut un hoquet étouffé, puis s’effondra sur le sol, en essayant de son mieux de réprimer ses pleurs.

Pourquoi pleure-t-elle ? Il n’y a aucune raison de pleurer…

Je m’avançai jusqu’à être aux côtés de Leaf et sentis que l’élément de la lumière dans son corps s’écoulait petit à petit, se faisant graduellement remplacé par l’élément des ténèbres.

Soudainement, le bon sens me tomba dessus.

L’élément des ténèbres ne pouvait envahir le corps d’un chevalier sacré que lorsqu’il avait été corrompu ou après qu’il fût mort.

Leaf ! Une douleur vive parcourut mon corps, comme si tout mon être se désintégrait en commençant par mon cœur…

Incapable de continuer à regarder Leaf plus longtemps, je me retournai, marchai à grands pas vers Mike, et l’attrapai par les épaules. Je sentais même que je pouvais écraser ses épaulières. Je dis en tremblant : « Comment Leaf a-t-il pu mourir ? Avec toi, le Fils du Dieu de la Guerre, en première ligne, comment un archer à l’arrière a-t-il pu mourir ? »

Si, si je découvre que vous avez laissé mourir Leaf à dessein, je ne vous le pardonnerai jamais !

Le visage de Mike pâlit encore davantage après que j’eus parlé. Troublé, il répondit : « Nous avons rattrapé ce chevalier noir et l’avons affronté pendant un jour et une nuit, et nous n’arrivions toujours pas à le vaincre… À la fin, ils nous ont évités et ont seulement tué Elmy. »

Austin cria précipitamment : « Chevalier du Soleil, calmez-vous. Ils— »

Même s’il m’avait dit de me calmer, la voix d’Austin tremblait tandis qu’il racontait : « Quand ils sont partis, ils nous ont laissé un message pour vous… »

Je fixai Austin avec colère, mais ne pus ignorer les nombreuses blessures qui recouvraient tout son corps. Il était clair qu’ils s’étaient retrouvés tous les trois dans un dur combat. En fait, il y avait moins de blessures sur Leaf qu’il y en avait sur Mike et Anne.

Après qu’Austin eut pris plusieurs profondes inspirations, il continua : « Ils ont dit que même si vous les rattrapiez, vous ne pourriez jamais les vaincre après avoir utilisé la Résurrection. Donc, s’il-vous-plaît, n’allez pas à leur poursuite. »

Les couleurs se retirèrent de mon visage. Ainsi, la seule raison pour laquelle ils ont tué Leaf était pour me retarder.

Même si Mike et les autres avaient perdu, ils étaient suffisamment forts pour que l’ennemi fût aussi gravement blessé. Si j’allais à leur poursuite, je pourrais vraiment les rattraper… Attendez ! J’hésitai pendant un moment. Pourquoi l’ennemi me craindrait-il alors que j’ai feint d’être lâche ?

Je secouai violemment la tête. J’étais trop confus au moment présent pour penser clairement. Quoi qu’il arrive, ils n’auraient jamais osé tuer Leaf si je n’avais pas su lancer la Résurrection.

À en juger par la force de ce chevalier noir, il devait être une personne très importante dans la Cathédrale du Dieu de l’Ombre. Il avait osé tuer le Chevalier de la Forêt de l’Église du Dieu de la Lumière. Si Leaf restait vraiment mort, une guerre totale entre l’Église du Dieu de la Lumière et la Cathédrale du Dieu de l’Ombre débuterait inévitablement.

Maintenant, j’avais déjà perdu toute volonté. Je me mis à me demander… Pourquoi la Résurrection a-t-elle provoqué une autre crise ? La dernière fois, cela a failli coûter la vie à Adair, alors que cette fois-ci cela a directement causé la mort de Leaf.

Est-ce que la Résurrection… sauve des gens, ou est-ce qu’elle les tue ?

Une fois que les gens savent qu’ils peuvent être ressuscités, est-ce qu’ils cessent de respecter le fait d’être en vie ?

À cet instant, Anne, qui était restée silencieuse pendant un long moment, bondit soudainement et hurla : « Tu n’as absolument aucune raison de blâmer Mike. Où étais-tu quand nous nous battions si durement ? Où étais-tu ? Dis-le-moi ! »

Je lâchai Mike et reculai de deux pas, sidéré. Même si je les avais laissés pour partir en éclaireur, je n’étais pas revenu immédiatement pour clarifier la situation. À la place, j’avais traîné avec mon maître et Aldrizzt pendant plusieurs jours.

« Je pensais qu’il n’y aurait aucun problème… Avec la force combinée du Fils du Dieu de la Guerre, d’un prêtre-guerrier, et les talents d’archer de Leaf, il n’y avait pas moyen que vous puissiez perdre face à un simple chevalier noir et à un mage du vent. Comment avez-vous pu perdre ? Comment ? »

Je bredouillai pour moi-même ; me fabriquant des excuses, cherchant une raison. Si je ne faisais pas cela, la première personne que je devrais tuer pour venger la mort de Leaf serait plus que probablement… moi !

« Il y avait une autre personne avec eux, une personne incroyablement puissante… » Austin se mit à faire de l’hyperventilation, comme si, en se souvenant juste de cette personne, il devait consumer une infinie quantité d’énergie. Il articula faiblement : « C’était un prêtre de l’ombre. »

« Un prêtre de l’ombre. » Les mots frappèrent mon cerveau comme la foudre, et je compris instantanément.

Tandis que les prêtres étaient spécialisés dans la guérison et les prêtres de guerre étaient des experts pour apporter leur support à leurs alliés, les prêtres de l’ombre se focalisaient sur la magie offensive. Leurs styles d’attaque étaient très similaires à ceux d’un nécromancien. On pourrait même dire qu’un prêtre de l’ombre était une version évoluée du nécromancien. C’est-à-dire, des nécromanciens qui recevaient l’aide du Dieu de l’Ombre.

Par chance, les prêtres de l’ombre étaient très très peu nombreux. Ils étaient si rares que même la Cathédrale du Dieu de l’Ombre n’osait pas les laisser se promener à l’extérieur, à tel point que leur perte serait grande s’ils venaient à périr.

Austin murmura pour lui-même : « Ce prêtre de l’ombre était incroyablement fort. Comment un prêtre de l’ombre peut-il être si puissant ? Comment… »

Mike déclara d’un air grave : « Ce chevalier noir était aussi très fort. Peut-être qu’il était l’un des représentants du Dieu de l’Ombre ! »

Je jetai un coup d’œil au Fils du Dieu de la Guerre. Il n’était bel et bien pas impliqué dans la politique. Il ne savait même pas que le représentant du Dieu de l’Ombre n’était pas un chevalier noir. Mais, même s’il n’était pas le représentant, ce chevalier noir était définitivement une personne importante dans la Cathédrale du Dieu de l’Ombre. Autrement, il lui aurait été impossible d’affronter le Fils du Dieu de la Guerre pendant un jour et une nuit.

Mais, toutes ces questions étaient sans importance… pour l’instant.

Je pris une profonde inspiration et annonçai aux trois autres : « Je vais lancer la Résurrection. »

Les trois personnes restèrent immobiles, abasourdies. Austin me demanda poliment : « Doit-on partir ? »

Je secouai la tête et répondis : « Non. J’ai besoin de votre protection. Ne laissez rien s’approcher de moi, pas même une feuille ! »

« Très bien ! »

Ils hochèrent tous les trois leur tête avec résolution. Parmi eux, les yeux d’Austin étaient inhabituellement brillants. Mais, il n’y avait rien d’étrange à cela, parce que n’importe quel prêtre aurait cette expression sur son visage quand il saurait qu’il allait être témoin de l’exécution d’un sort sacré de haut-niveau comme la Résurrection. S’il y avait des prêtres de la Lumière ici, ils se seraient déjà mis à hurler et à crier d’excitation.

Je m’enquis méticuleusement : « Depuis combien de temps Leaf est-il mort ? »

« Approximativement deux heures », répondit Austin avec précision.

J’acquiesçai. J’avais amplement le temps de lancer le sort. Je dessinai un large cercle à l’endroit où Leaf reposait, puis me tournai pour leur faire face à tous les trois. Je décrétai : « À partir de maintenant, peu importe ce que je fais, ne me parlez pas. Aussi, ne laissez jamais rien entrer dans ce cercle. »

Ils hochèrent tous les trois leur tête une nouvelle fois. Ils se levèrent au même instant et formèrent un triangle en dehors du cercle, employant leurs actions pour exprimer leur détermination.

Voyant cela, je me détendis. Avec ces trois personnes dans les alentours, à moins que le chevalier noir et le prêtre de l’ombre n’attaquent à nouveau… J’hésitai. Est-ce que cela aurait pu être ça, leur plan ? Est-ce qu’ils attendent une opportunité de nous anéantir pendant que Leaf se fait réanimer ?

J’examinai Leaf. La cause de sa mort était une fine lame qui avait percée son cœur. La blessure était très petite et précise. Je fus un peu soulagé en voyant cela. Un prêtre de l’ombre saurait que plus un corps était endommagé, plus il serait dur de le ressusciter. Si leur réelle intention était de nous annihiler, ils n’auraient pas tué Leaf d’une blessure aussi précise.

Même si j’avais toujours de nombreux doutes, je n’avais plus le luxe de m’en tracasser. Je dégainai l’Épée Divine du Soleil qui était à ma taille et, me servant de l’épée comme d’un instrument pour écrire, je dessinai le cercle magique utilisé pour les résurrections.

Après avoir tracé le cercle, je regardai Leaf en silence. Bien qu’il fût mort d’une mort violente, il avait l’air d’être en paix. À part le fait que son visage était relativement pâle, on n’aurait pas pu dire qu’il n’ouvrirait plus jamais ses yeux à nouveau.

En fait, les coins de ses lèvres étaient relevés en un léger sourire…

Il avait toujours été une personne insouciante, à tel point qu’on aurait pu dire qu’il s’était résigné à ce que le destin lui gardait en réserve. Bien que le Chevalier de la Forêt fût censé avoir ce genre de personnalité, quel membre des Douze Chevaliers Sacrés n’était pas un hypocrite ? Earth n’était ni honnête ni sincère, et depuis quand avais-je jamais été un philanthrope bienveillant ?

« En parlant d’Earth… Quand nous étions enfants, chaque fois que nous nous disputions, tu étais toujours le médiateur. Tu courrais de l’un à l’autre, utilisant ton sourire pour contrer nos froncements de sourcils, jusqu’à ce que nous acceptions de nous reparler l’un à l’autre à nouveau. »

« Il y avait une fois où nous ne voulions pas nous réconcilier quoi qu’il arrive. En fin de compte, tu t’étais mis entre nous deux et tu avais braillé à t’en faire mal à la gorge. Tu avais pleuré de façon si misérable que même Judgment était venu et nous avait dangereusement foudroyés du regard Earth et moi. À cause de cela, nous avions oublié notre dispute et avions travaillé ensemble pour te consoler et te supplier d’arrêter de pleurer. »

Je continuai de me rappeler les événements passés, depuis le tout début…

« Je me souviens que la première fois que je t’ai vu, tu avais un sourire sur le visage. Je suis peut-être capable de sourire de façon plus lumineuse que toi, d’avoir l’air plus digne de confiance. Je suis peut-être capable de sourire de façon cent fois plus attirante que toi, mais je ne pourrais jamais sourire aussi sincèrement que toi. Ton sourire était comme une brise confortable… »

Je restai silencieux pendant un certain temps avant de dire : « En fait, je déteste vraiment ton sourire. Ton sourire a l’air de se moquer de moi, de se moquer et de montrer à quel point mon sourire est faux. N’est-ce pas ironique que les gens pensent que je suis une personne gentille, quand la personne réellement bonne c’est toi ? »

« Alors, j’adorais m’en prendre à toi. Même maintenant je te harcèle… Mais, tu as toujours refusé de t’énerver. Est-ce vraiment si difficile de me crier dessus ne serait-ce qu’une seule fois ? Finalement, la seule chose rebelle que tu aies faite dans ta vie a été d’enfoncer des clous dans des poupées vaudou ! »

Je grondai sans pouvoir me contrôler : « Pourquoi dois-tu être si gentil !? Espèce d’idiot ! »

Je continuai de me remémorer le passé, de me rappeler… jusqu’à ce que mon visage fût humide de larmes. Une par une, les larmes tombèrent sur le sol à côté des pieds de Leaf. Je pleurai jusqu’à ce que je n’eusse pas d’autre souhait que de voir Leaf ouvrir les yeux à nouveau.

Leaf, je ne te laisserai pas mourir. Je ne te laisserai pas non plus revivre avec le moindre défaut ! Je ne te laisserai jamais revivre avec la moindre imperfection. Jamais !

Je fermai les yeux et résistai à l’envie de pleurer. Je levai la tête pour regarder le ciel, le soleil intouchable et le Dieu de la Lumière invisible.

Lentement, j’ouvris la bouche. Chaque mot et chaque phrase que je prononçai étaient clairs et distincts.

« Oh, Dieu de la Lumière ! Je vous en prie, écoutez ma repentance, et écoutez ma stupidité. J’ai déclaré que les Chevaliers Sacrés étaient ce qu’il y avait de plus précieux aux yeux du Chevalier du Soleil. J’ai déclaré que tous les Chevaliers Sacrés étaient à moi, et que personne n’était autorisé à les blesser. Cependant, j’ai abandonné Elmairy Leaf quand il était en danger. J’ai échoué à accomplir mes responsabilités en tant que camarade, et je n’étais pas à ses côtés… »

Je pris une profonde inspiration et priai : « Tout cela est ma faute. Aucun mot ne peut exprimer la profondeur de mon péché. Je suis prêt à payer n’importe quel prix. Je vous implore seulement de ne pas rappeler Elmairy Leaf à vos côtés. »

« Oh, Dieu de la Lumière ! Je vous le jure, je suis prêt à payer n’importe quel prix pour voir Elmairy Leaf ouvrir ses yeux une nouvelle fois. S’il-vous-plaît, utilisez le sang dans mon bras gauche pour bouger son bras gauche. S’il-vous-plaît utilisez le sang dans mon bras droit pour bouger son bras droit… »

Je pressai le côté aiguisé de l’Épée Divine du Soleil sur mon bras gauche, laissant le sang couler le long de la lame pour finalement tomber sur le bras gauche de Leaf. Ensuite, ce fut son bras droit, ses deux jambes…

Ce ne fut que lorsque le corps tout entier de Leaf fut recouvert de mon sang que je passai à la prochaine étape du rituel… J’enfonçai l’Épée Divine du Soleil dans la blessure fatale dans son cœur.

Puis, je m’agenouillai et regardai le ciel avec mes deux bras levés, priant le lointain et invisible Dieu de la Lumière…

Je vous en prie, rendez-moi un Leaf complet et parfait. Pour cela, je suis prêt à payer n’importe quel prix.

Je vous en prie, rendez-moi un Leaf complet.

Rendez-le-moi !

J’inclinai la tête vers le bas et agrippai lentement l’Épée Divine du Soleil. De la lumière sacrée fut irradiée par mon corps et se concentra dans l’épée. Depuis l’Épée Divine du Soleil, la lumière sacrée se propagea à travers le corps de Leaf, chassant l’élément des ténèbres qui s’était rassemblé à l’intérieur de son corps. Enfin, le corps de Leaf fut remplit avec tellement de lumière sacrée qu’il pouvait à peine être aperçu à travers la sphère de lumière.

Je fis de mon mieux et maintins cette position pendant un long, long moment…

Afin de préserver ma conscience pour le rituel suivant, je terminai le transfert de lumière sacrée pendant qu’il m’en restait un peu. Je me levai et retirai lentement l’Épée Divine du Soleil. Alors que je tirais l’épée, la blessure fatale venait déjà d’être guérie par la lumière sacrée restante.

Finalement, quand l’Épée Divine du Soleil eut quitté le corps de Leaf, je la jetai sur le côté. Sans attendre, j’écrasai la lumière sacrée regroupée sur ma paume sur la poitrine de Leaf à l’endroit où se trouvait son cœur.

À cet instant-là, Leaf inhala vivement, et son corps s’arqua comme un arc. Son corps fut pris de convulsions répétées, tandis qu’il toussait violemment. D’après son expression, je pouvais dire qu’il éprouvait une grande douleur.

Voyant cela, je poussai un soupir de soulagement. Je faillis pleurer. Au moins, Leaf avait été ressuscité.

Après avoir toussé pendant un moment, Leaf rassembla suffisamment d’énergie pour me faire face et dit : « S-Sun… »

Je fixai Leaf du regard. Bien, il avait l’air d’être sauf, et sa voix semblait normale. D’après son apparence générale, rien ne semblait manquer.

C’est génial…

Ma vision devint noire et ma conscience s’estompa. La dernière sensation que je ressentis avant de m’évanouir fut de tomber sur le côté.

 

 

« Sun… »

Quand je repris connaissance, ma première impression fut que quelqu’un appelait mon nom. Cette personne m’aida à me redresser. Je tournai la tête pour voir de qui il s’agissait, mais tout était complètement noir. Peut-être que je n’ai pas encore ouvert les yeux ?

Je clignai. Non, mes yeux sont définitivement ouverts.

« Sun ? »

J’entendis la voix de Leaf. Elle était très proche… Je tournai la tête pour lui faire face, mais je ne pouvais l’apercevoir à travers les ténèbres. Merde ! Comment suis-je censé confirmer que Leaf n’a aucun effet secondaire à cause de la résurrection ?

Je fronçai les sourcils et cherchai la source de la voix avec mes mains. Je touchai le visage de Leaf. La sensation n’était pas différente du visage d’une personne normale. Je soupirai de soulagement. Au moins, il n’y a rien qui cloche avec la partie la plus importante : son visage.

« Sun… »

À ce moment-là, la voix de Leaf trembla, et il dit : « Tes yeux… »

Je restai stupéfait un instant. Seulement à cet instant-là me rappelai-je de mes yeux…

Un certain temps s’écoula pendant lequel Leaf haleta de nombreuses fois et lança même répétitivement le sort de Soin sur moi. Enfin, j’entendis le son de quelqu’un qui suffoquait. Il était clair qu’il paniquait tellement qu’il ne savait plus quoi faire…

Finalement, je lui souris et lui affirmai : « Je vais bien maintenant. Quand je me suis réveillé, ma vision s’est obscurcie momentanément. J’étais probablement trop fatigué. Désolé de t’avoir fait peur. »

En entendant mes paroles, Leaf se mit à respirer plus rapidement. Il me demanda anxieusement : « Sun, dis-moi combien de doigts ai-je de dressés ? »

Je gardai le silence pendant un moment.

Sur le point d’éclater en sanglots, Leaf gémit : « Sun…»

Je ricanai et ris. « Ahahah ! Deux. Regarde à quel point tu es anxieux. J’étais vraiment juste trop fatigué tout à l’heure, donc ma vision s’est noircie pendant une minute. »

Leaf resta confus un moment, puis il hurla sans pouvoir se contrôler : « Toi ! Tu as failli me faire mourir de peur ! Ne t’es-tu pas repenti de tes péchés ? Je pensais que tu n’allais plus jamais me harceler. »

Ainsi, il a entendu… Mince ! L’embarras se transforma en colère, et je répliquai : « Je me suis repenti, mais je n’ai jamais dit que je ne le ferais plus jamais ! »

Leaf renifla, tandis qu’il criait : « Tu es vraiment… Sais-tu à quel point j’étais inquiet ? Je suis vraiment en colère contre toi. »

Bien ! Cela devrait compter comme un hurlement de rage, n’est-ce pas ? Au fond de moi, j’étais ravi. Après tant d’années, le plan « Mettre Leaf en Colère » avait finalement porté ses fruits. C’était tellement touchant.

« Bon, cela suffit ! Arrêtons de jouer et mettons-nous en chasse de ce chevalier noir qui a osé te tuer. Mike et les autres, s’il-vous-plaît venez ici rapidement. Je vais soigner vos blessures ! »

Je ramassai l’Épée Divine du Soleil et ris avec entrain, tandis que je me levais avec l’intention de m’approcher de Mike et des autres. Cependant, je ne remarquai pas le nid-de-poule près de mes pieds. Je me pris les pieds dedans et trébuchai de deux pas en avant. Si je n’avais pas agrippé mon épée fermement, je serais tombé.

Un silence s’installa autour de moi.

Je me redressai rapidement et souris en disant : « Pourquoi est-ce que vous êtes tous si silencieux ? Jeter la Résurrection est très fatigant. Mes jambes ont juste faibli un peu, c’est tout. »

« Sun… »

Leaf m’interrompit et hoqueta : « Sun, tu ne peux plus voir du tout, n’est-ce pas ? Ne me mens pas. Et, ne poursuis pas le groupe du chevalier noir juste pour les laisser te lacérer les yeux afin de cacher ce fait. Je sais à quoi tu penses. Ne fais pas ça, je t’en prie… »

Je gardai le silence pendant un moment, puis je forçai un sourire et déclarai : « Quelles bêtises racontes-tu là ? J’ai vu que tu avais deux doigts ! Comment un aveugle pourrait-il voir cela ? Tu es vraiment bête, Leaf. »

Leaf attrapa soudainement mes mains et les serra étroitement. Il renifla et supplia : « S’il-te-plaît… »

Je répondis clairement : « Je ne suis pas aveugle, Leaf. Tu t’imagines des choses. »

« Arrête tes conneries. » À ce moment, Mike gronda impatiemment : « Sun, combien j’ai de doigts ? »

Je fis une pause pendant un instant avant de répondre : « Un. »

Mike me redemanda de nouveau : « Et maintenant ? »

« Me prendrais-tu pour un idiot ? » Agacé, je criai : « Aucune de tes mains n’est levée ! »

Mike marmonna plusieurs phrases dans sa barbe. Puis, il ajouta : « Elmy, cesse de pleurer. Il n’est vraiment pas aveugle ! »

Leaf semblait être confus, comme il répliquait : « Je ne comprends pas… »

Je le rassurai : « Tu viens juste d’être réanimé, donc on n’y peut rien si ton esprit est un tantinet désorienté. N’y pense pas trop et dors autant que tu le peux dans un premier temps. Ne t’inquiète pas, si tu ne veux pas que nous chassions le chevalier noir, alors nous ne le ferons pas. Retournons à la Ville de la Forêt Feuillue qui est toute proche pour nous reposer. »

Je n’entendis pas la réponse de Leaf, aussi je lui demandai : « Est-ce que cela te va ? »

Cependant, ils restèrent tous les quatre silencieux. Je ne parvenais pas à comprendre ce qui se passait, mais je n’osai pas ouvrir la bouche imprudemment. Après un moment, Leaf dit gentiment : « Sun, je viens juste d’hocher la tête. »

Je parlai clairement : « Mes excuses, je n’ai pas fait attention. J’ai couru comme un fou pour venir jusqu’ici, puis j’ai lancé la Résurrection, aussi je suis très fatigué. Arrête de te faire du souci à la moindre petite chose, autrement je vais m’inquiéter de savoir si oui ou non la Résurrection a entraîné des effets secondaires, comme des hallucinations par exemple. »

Leaf resta silencieux pendant un moment. Puis, il accepta : « D’accord, allons nous reposer avant de décider ce que nous allons faire ensuite. Laisse-moi te porter jusqu’à la ville. »

« Non. » Je dis avec lassitude : « Tu viens juste d’être réanimé. Ne te force pas à faire quoi que ce soit. Tu as plus besoin de repos que moi. »

À ce moment-là, Mike nous interrompit : « Je vais te porter. Laisse Anne porter Leaf. »

En entendant cela, mon impression de Mike s’améliora de manière significative. J’hochai la tête avec appréciation et lançai un Soin Mineur à la fois sur Mike et Anne. Même si cela ne fit qu’une petite différence, et qu’Austin était encore gravement blessé, j’étais impuissant pour ce qui était de faire plus.

Après avoir grimpé sur le dos de Mike, je dormis comme une bûche. Sur le chemin de la ville, je me réveillai plusieurs fois, mais j’étais tellement pris de vertige que je me rendormis rapidement après.

Finalement, nous atteignîmes la Ville de la Forêt Feuillue. Je descendis enfin du dos dur comme un roc et m’allongeai sur un lit douillet. J’eus la vague impression que Leaf et les autres me demandais quelque chose, mais je ne les entendis pas clairement. Avec désinvolture, je leur déclarai de décider par eux-mêmes et roulai sur le côté pour les ignorer. Ce fut uniquement quand je me sentis tellement affamé que je ne pouvais plus le supporter que je les appelai. Je fus confortablement nourri. Après cela, je me rallongeai pour dormir à nouveau.

Leave a Reply