Romance RPG : Partie 10

posted in: Romance RPG | 0

Romance RPG

Roman d’Origine en chinois par Yu Wo ( )


Part Ten – traduit du chinois à l’anglais par Doza[PR!]
Partie Dix – traduit de l’anglais vers le français par AkaiiRia
+ Travail de vérification par Nocta

La voix de Meng avait un ton très rêveur. « Dis-moi, Épée-Fantôme. Si je suis d’accord pour travailler aussi dur que je l’ai fait en escaladant cet arbre, est-ce que je vais devenir une fille qui est aimée de tous ? »

« Aimée de tous ? » La lèvre de l’Épée-Fantôme se retroussa tandis qu’il continuait : « Ce niveau de difficulté est trop élevé. Où est-ce que tu pourrais trouver une fille aussi parfaite ? Que huit personnes sur dix aient le coup de foudre est déjà assez bien. Je suis une Épée-Fantôme, pas la lampe magique d’Aladin. »

Meng éclata de rire et répondit : « Tu as raison. Dans ce cas, tu dois me transformer en une fille qui va faire tomber amoureuses au premier regard huit personnes sur dix. »

L’Épée-Fantôme jeta un coup d’œil à l’apparence actuelle de Meng : coupe de cheveux de vieille dame, une chemise pikachu, et des pantoufles bleues et blanches. S’il possédait un visage, celui-ci afficherait définitivement une expression extrêmement préoccupée. Toutefois, on pouvait dire d’après sa voix tendue qu’un tel exploit était très difficile à atteindre. « Dans ce cas… Que dis-tu de ça : quatre personnes sur dix qui poseront leurs yeux sur toi vont tomber amoureux, d’accord ? »

Meng s’y opposa bruyamment : « Pas question. Au moins six. Ça ne peut pas être considéré comme passable autrement ! »

« Un compromis alors : cinq feront l’affaire. » L’Épée-Fantôme tenta de réduire le nombre par un.

« Cinq et demie ! »

« … et demie ? »

L’Épée-Fantôme ne savait pas s’il devait rigoler ou pleurer, et Meng se sentait aussi embarrassée quand elle vit son expression. Elle expliqua : « Désolée, j’ai tellement marchandé au marché que c’est devenu une habitude. Très bien, va pour cinq. »

Même cinq semble être plutôt difficile. L’Épée-Fantôme soupira. Élever des personnages de jeux de simulation est très dur de nos jours.

« Oublie ça. Allons voir le prince d’abord », l’urgea l’Épée-Fantôme.

Meng lui lança un regard étrange. Elle marmonna : « J’ai toujours l’impression que tu as plus envie de voir le prince que moi… »

« Quoi ? » L’ouï aiguisée de l’Épée-Fantôme saisit ce qu’elle dit.

« Rien… »

Malgré le fait que tu n’aies pas d’oreilles, tu parviens quand même à entendre les choses aussi clairement. Meng se plaignit intérieurement tandis qu’elle déplaçait lentement son corps, s’avançant vers le mur. Par chance, cet arbre avait poussé près de la muraille ; il se trouvait à seulement la moitié de la longueur du bras de Meng. En plus, ces branches horizontales passaient au-dessus du mur, et s’étendaient jusqu’à l’intérieur du palais impérial. Ainsi, ce n’était pas du tout difficile de grimper à cet arbre jusqu’au sommet du mur. Si tel n’avait pas été le cas, elle n’aurait jamais accepté de grimper.

Meng choisit une large branche qui traversait au-dessus du mur et utilisa ses mains et ses pieds pour traverser en rampant. Avec quelques difficultés, elle réussit à bouger jusqu’au sommet du mur. Meng s’assit automatiquement et attendit un moment pour surveiller la situation en bas. Excellent, ça se trouve à l’extrémité d’un grand jardin. La végétation est plutôt dense, alors ça ne devrait pas être si facile d’attirer l’attention des autres.

Après que Meng eut observé l’endroit pendant un bout de temps, une forte bourrasque de vent vint souffler à côté d’elle. Son corps tangua, et elle manqua de glisser le long du mur. Meng s’empressa de s’accrocher à la branche d’arbre à côté d’elle fermement. Lorsqu’elle s’aperçut que ses pieds se situaient toujours à plusieurs mètres au-dessus du sol, Meng réalisa enfin qu’il y avait un gros problème. Elle lâcha : « Comment est-ce que je fais pour descendre ? »

« Euh…. » L’Épée-Fantôme venait également tout juste de songer à ce problème. Avec quelques difficultés,  il répondit avec une question : « C’est seulement haut d’un étage. Tu ne peux pas juste sauter ? »

« Sauter ? » Les yeux de Meng s’agrandirent. Même si c’était seulement une hauteur d’un étage, qui irait sauter du haut d’un 1er étage sans aucune raison ?

L’Épée-Fantôme savait également que c’était trop demander de forcer Meng à sauter. Même si elle était d’accord pour le faire, elle risquait de se fouler la jambe à l’atterrissage. Qui plus est, c’était facile de sauter de ce côté, mais c’était pratiquement impossible de regrimper plus tard. Ils ne pouvaient non plus pas simplement escalader le mur pour entrer puis sortir nonchalamment par les portes principales en disant au revoir aux deux gardes, pas vrai ?

« Si nous avions une corde, nous pourrions l’attacher à la branche et descendre. » dit l’Épée-Fantôme se sentant vexé.

« Qu’est-ce que je devrais faire alors ? » Meng n’arrivait pas non plus à trouver la moindre idée.

L’Épée-Fantôme répondit cyniquement : « Rentrons d’abord. Demain, nous apporterons une corde pour quand nous irons grimper. »

« Tu es si cruel. Celle qui est épuisée d’avoir escaladé un mur c’est moi, pas toi. »

Meng bouda tandis qu’elle se déplaçait lentement en direction de l’extérieur du mur. Qui aurait pu savoir que, à ce moment-là, un cri sévère disant « Que faites-vous ici ? » s’élèverait soudainement d’en bas ? Meng ne s’attendait pas à ce qu’il y ait quelqu’un dans les alentours et sursauta en faisant un bond énorme. Elle perdit pied et, en poussant un cri perçant, elle tomba de l’arbre.

À l’instant où Meng perdit pied, l’Épée-Fantôme lui ordonna immédiatement : « Recroqueville tes bras devant ta poitrine, et roule sur toi-même après avoir touché le sol. »

« Attention ! » La voix qui avait fait sursauter Meng résonna une autre fois, accompagnée de pas rapides.

Au milieu de sa chute, Meng se mit à paniquer comme jamais. Ce fut pratiquement par réflexe qu’elle suivit les indications de l’Épée-Fantôme. Comme elle recroquevillait ses bras, elle entra directement en collision avec un corps chaud qui laissa échapper un grognement étouffé.

Les jambes de Meng faiblirent, et cette dernière tomba à genoux au sol. Un instant s’écoula, pourtant la douleur qu’elle s’était imaginée ne vint pas, et, les yeux fermement fermés, Meng se rendit finalement compte que quelque chose clochait. Elle ouvrit discrètement les yeux pour voir à travers ses paupières entrouvertes. Une paire de mollets portant de longues bottes apparut dans son champ de vision. À ce moment-là, Meng su qu’elle était en fait tombée sur quelqu’un. Logiquement parlant, elle avait été surprise par la voix d’une personne, alors c’était tout à fait naturel qu’une personne fasse son apparition. Après tout, ce n’était pas tous les objets qui pouvaient parler comme l’Épée-Fantôme.

Néanmoins, après s’être glissée en douce dans le palais et s’être fait surprendre par quelqu’un sur lequel elle était même tombée, Meng avait trop honte pour lever la tête et faire face à la personne.

D’un autre côté, l’Épée-Fantôme ne possédait pas de tels scrupules. Sa mission principale était de marier Meng à la personne qu’elle aimait, alors cette rencontre inattendue n’était-elle pas l’occasion parfaite ? Même si cet homme devait avoir très mal de s’être fait écrasé par au moins cinquante kilogrammes accélérés par la chute du haut d’un premier étage… Il serait probablement incapable de parler pendant un bout de temps.

L’Épée-Fantôme examina l’homme. Comme il s’y attendait, son expression affichait la douleur, mais il essayait très fort de la supporter. Cependant ce visage… lui semblait plutôt familier. L’Épée-Fantôme se figea. J’ai l’impression d’avoir déjà vu ce visage plusieurs fois avant ? Des sourcils particulièrement denses, des yeux légèrement hautains en dessous, un nez droit et saillant, des lèvres minces en dessous de celui-ci, et un visage en quelque sorte étroit…

M-Mais, c’est moi !? L’Épée-Fantôme était alarmée. C’est exact : le visage se trouvant présentement devant ses yeux était celui de Lin Jian Yin. Non, pas seulement le visage. Il jaugea la silhouette de la personne. Sa taille était d’environ 178cm, et la personne avait l’air élancée et mince. Même son corps était identique !

Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? L’Épée-Fantôme était décontenancée.

Leave a Reply