1/2 Prince T4C10 : Western Wind, Une Personne dans la Même Situation que Moi?

posted in: 1/2 Prince | 0

½ Prince Tome 4 : Les Musiciens Ambulants de la Cité de l’Infini

Roman d’origine en chinois par : 御我 (Yu Wo)


Chapter 10: XiMen Feng, Someone in the Same Situation as Me? – traduit du chinois à l’anglais par Erihppas[PR!]
Chapitre 10 : Western Wind, Une Personne dans la Même Situation que Moi? – traduit de l’anglais au français par AkaiiRia
+ Travail de vérification par Nocta

Avec son visage assombri par une expression troublée et un froncement de sourcil exacerbé, Gui présenta ses plus sincères excuses : « Je suis vraiment désolé, tout le monde. Mes problèmes personnels ont causé l’interruption du concert. »

« Ça n’a pas d’importance ; ce n’était pas si grave de toute manière. Mais, quelle est la vérité au sujet de la situation entre toi et Western Wind ? » répondis-je, comme grand frère Wolf soignait la blessure sur mon bras.

« Il m’a dérobé ma bien-aimée, tu ne comprends TOUJOURS pas !? » hurla soudainement Western Wind qui était fermement attachée sur le côté.

« En dehors de mon Prince, tu as également volé l’homme de quelqu’un d’autre ? » Fairsky regarda Gui avec incrédulité.

Le visage de Gui vira au rouge vif, et il rugit en réponse avec les poings serrés : « C’est faux, et Prince ne t’appartient pas non plus ! »

Wicked s’enquit froidement : « Dans ce cas, pourquoi cette femme ferait-elle une telle accusation ? »

En entendant les paroles de Wicked, Gui dégonfla comme un ballon troué. Il répondit, comme s’il était tourmenté par une migraine atroce : « Je ne comprends pas non plus, mais puisqu’elle a dit qu’elle était Western Wind, et a même mentionné Lovely Consort… Alors, j’imagine que ça doit être relié à cet incident. Avant de me joindre à Odd Squad, j’avais fait équipe avec un couple, c’est-à-dire Western Wind et Lovely Consort. Cependant, Lovely Consort m’a plus tard confié qu’elle était tombée amoureuse de moi. Et, afin d’éviter le harcèlement constant de Lovely Consort et les attaques de Western Wind, je n’ai pas eu d’autre choix que de prendre mes jambes à mon cou. »

« Salaud, c’est entièrement à cause de toi si le cœur de Lovely Consort s’est détourné de moi. » Western Wind était si en colère que les veines sur sa tête saillaient, une vue qui ne seyait pas à son visage élégant.

« Euh… navré, mais j’ai une question. » Regardant la poitrine clairement volumineuse de Western Wind, je parlai avec hésitation. « Tu… es une fille, pas vrai ? Et Lovely Consort, ce nom sonne comme si c’était une fille elle aussi, non ? Ne te méprends pas… Je n’ai rien contre les homosexuels. »

« C’est toi l’enfoiré d’homo ! Je suis un gars, gamin ! » Western Wind me fusilla férocement du regard.

Un gars ? Se pourrait-il que ce Western Wind soit comme Ming Huang, un gars qui a l’air d’une fille ? J’étais un peu soupçonneux. Mais, ça ne se peut pas ; la poitrine de Ming Huang est aussi plate qu’une planche à repasser, et la poitrine de Western Wind… Hmph, elle est deux tailles plus grosses que la mienne en tant que fille. Comment ça pourrait être un gars ?

Je penchai la tête, étudiant avec doutes la paire de jars de viande de Western Wind. Ne me dîtes pas qu’elles sont fausses ? Je plaçai distraitement mes paumes sur les deux boules de chair. Mmm, elles sont douces. Je les pressai à deux reprises. Elles sont aussi assez rebondies. Étrange, elles doivent être vraies !

« P-Prince, Votre Majesté… ! » Les yeux de Gui sortirent de leurs orbites, fixés sur moi… eh bien, sur mes mains.

Phoenix et Fairsky fixaient également mes mains avec des visages rouges. Je n’étais pas sûr si je m’imaginais des choses ou pas, mais on aurait dit qu’elles avalaient toutes les deux leur salive et regardaient mes mains avec des expressions de désir.

« Enlève tes sales pattes de moi, gamin ! » s’énerva enfin Western Wind, qui s’était figée de stupeur. Les yeux de Western Wind fusillaient mes mains au point qu’ils avaient l’air d’être sur le point de sortir de leurs orbites. Troublé, je retirai mes mains afin d’éviter la possibilité qu’elle prenne le risque de mourir pour m’arracher la main avec les dents.

« Tu es clairement une fille. » Je signalai la vérité sans la moindre réserve.

Tout le monde acquiesça. Je l’avais déjà effrontément touchée pour confirmer, alors restait-il la moindre place à l’erreur ?

« Si ce n’avait pas été à cause de cet enflure de Guiliastes, je ne me serais jamais retrouvé dans cet état ! » hurla Western Wind avec colère.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? » Je me grattai la tête, toujours incapable de m’y retrouver dans cette situation sans queue ni tête1. Ne me dîtes pas que Gui est même capable d’effectuer une opération pour un changement de sexe ?

Agissant comme si l’endroit lui appartenait, le patron Western Wind s’assit sans la moindre courtoisie. Avec les jambes croisées, il renifla un peu, et entreprit de nous raconter son histoire.

« Bordel, après avoir découvert que le cœur de Lovely Consort s’était détourné de moi, je me suis juré de tuer ce voyou de Guiliastes jusqu’à-ce qu’il retombe au niveau un. Qui aurait pu deviner que ce voyou s’échapperait préalablement, en me forçant à le pourchasser sur plusieurs kilomètres. »

À ça, Gui sourit avec impuissance.

« Par chance, cet abruti de Guiliastes attirait tellement l’attention que tu pouvais le localiser juste en posant nonchalamment des questions à son sujet un peu partout. Je l’ai poursuivi jusqu’à une falaise, et j’ai découvert un morceau des vêtements de cette enflure sur le bord. Forcément, cet enfoiré devait s’être caché en bas de la falaise pour m’échapper ! Hmph, tu crois que j’aurais abandonné comme ça, gamin ? J’ai installé une corde sur-le-champ et j’ai continué la chasse. » Western Wind semblait particulièrement fière de sa propre persévérance.

Mon regard se tourna vers Gui. Il n’a pas l’air d’être du genre à descendre une falaise juste pour éviter quelqu’un ; l’endurance d’un barde n’est pas si grande, et il pourrait très bien perdre prise à mi-chemin et mourir dans sa chute.

Présentement, Gui avait pris une expression résignée, et il articula silencieusement : tactique de diversion.

Ça explique tout. Je me grattai la tête. On dirait que Gui s’est aussi rendu compte que Western Wind n’est pas du genre à regarder avant de sauter dans le tas.

« Qui aurait pu penser que, au lieu de trouver ce salopard, je rencontrerais une sorte de quête cachée à la place ? » Western Wind fit une grimace étrange. « Cette maudite bête mythique est même allée jusqu’à dire que je recevrais une quelconque punition divine si je ne parvenais pas à la vaincre. Il n’y avait aucune chance pour que je puisse vaincre cette créature monstrueuse dont la coquille était aussi dense qu’un mur d’acier, alors j’ai dû recevoir sa punition divine. Qui aurait imaginé que cette punition divine me transformerait en fille !? » se plaignit bruyamment Western Wind.

À ça, l’expression de Lolidragon, Wicked, et la mienne changèrent légèrement. Jamais je n’aurais imaginé que je ne serais pas la seule travestie dans Second Life ! Dire que j’ai un camarade ici ! La seule différence c’est que je suis une fille qui est devenue un gars, et qu’il est un gars qui est devenu une fille. Je me demande qui est le plus malchanceux ?

Après un certain temps, comme nous étions tous les deux dans le même bateau, j’ouvris sans enthousiasme la bouche pour réconforter Western Wind. « Euh… Au moins, tu es tout de même assez mignonne. »

« N’importe quoi, c’est fichtrement problématique ! » hurla très fort Western Wind.

Problématique ? Je trouve que ce n’est pas si mal. Au moins, le jeu ne simule pas le « problème » mensuel des femmes… Pensai-je.

« Est-ce que tu regarderais de haut les femmes ? » Lolidragon renifla froidement.

« Les femmes, ça ne veut rien dire. » Western Wind se leva lentement et marcha en direction de la fenêtre puisque ses jambes étaient détachées, permettant aux derniers rayons du soleil couchant de baigner son corps. « Le problème que j’ai mentionné n’a rien à voir avec les femmes, mais… »

Alors que le soleil se couchait, la nuit tomba soudainement à l’extérieur, et le corps de Western Wind commença également à changer : son corps devint lentement plus grand et musclé, sa coupe de cheveux longs se transforma en coupe rase, les courbes de sa poitrine s’aplatirent peu à peu jusqu’à ce que, enfin, elle devienne un « il ».

Nous poussâmes un petit cri de surprise devant la transformation inimaginable, incapable de revenir à nous pendant un long moment jusqu’à ce que, enfin, je relâche ma respiration et dise : « C’est assurément plus vite qu’une opération pour un changement de sexe. »

« Western Wind, que se passe-t-il ici exactement ? » s’enquit Gui avec perplexité.

« C’est entièrement la faute de cette bête mythique. » Western Wind parla avec une voix dure et virile qui seyait à son langage vulgaire. Il fronça les sourcils avec impatience. « Je n’avais pas envie de devenir une femme, alors le résultat de nos négociations a été que je me transformerais en femme le matin et que je retournerais à ma forme d’homme quand la nuit tomberait. »

« C’est effectivement très problématique », répondis-je, résistant avec difficulté à la tentation de sourire.

« Nooooon, sans blague ! Hé, détache-moi vite. La corde est hyper trop serrée. » Western Wind arborait une expression d’inconfort.

Gui me regarda avec un brin d’hésitation. Après que j’eusse haussé les épaules, indiquant que ça n’avait aucune importance, Gui se tourna pour à nouveau faire face à Western Wind. « Avant que je ne te détache, tu dois d’abord promettre que tu ne feras jamais de mal à Prince. »

Western Wind rigola. « Oublie ça. Même si je ne me bats pas contre lui par vengeance, j’aimerais quand même l’affronter, gamin. Ce beau garçon a du talent. »

J’éclatai bruyamment de rire. « Pourquoi est-ce que tu ne rejoins pas simplement la Cité de l’Infini ? Dans ce cas, tu serais en mesure de me provoquer en duel quand ça te chanterait. »

« Prince, ce n’est pas une bonne idée. Et s’il te blessait ? » Il y avait de l’inquiétude inscrite partout sur le visage de Gui.

Je répliquai sans la moindre peur : « Ça va aller. Je n’ai pas combattu de monstres depuis quelques temps déjà, et je me sens rouillé. Au moins, maintenant, j’aurai quelqu’un avec qui m’entraîner. Si je me blesse, je n’aurai qu’à aller trouver grand-frère Wolf pour me guérir et, si je perds, ça voudrait juste dire que j’ai besoin de plus de pratique. Mais… » Je mis au défi Western Wind avec confiance : « Je n’ai aucune intention de perdre. »

Les yeux de Western Wind étincelèrent. « Ha ! On dirait que le beau garçon a des couilles ! »

« Arrête de m’appeler beau garçon, ou je vais me mettre à t’appeler femme canon », dis-je à Western Wind d’une manière à moitié menaçante.

« Tu n’oserais pas ! » s’indigna furieusement Western Wind.

« Oh que si j’oserais, Western Wind la femme canon qui porte du bonnet de taille C. » Je dégainai le Dao Noir et tranchai net la corde qui attachait Western Wind d’une seule entaille.

Les yeux de Western Wind brillèrent d’excitation, tandis qu’il brandissait son épée, en me regardant comme le ferait un tigre gourmand. Je pouvais voir qu’il était également un amoureux des combats.

« Ne me déçois pas, Western Wind. » Je levai le Dao Noir, mes yeux pétillants avec l’exaltation d’accepter le combat.

Western Wind chargea immédiatement tête baissée sans réfléchir. Je secouai la tête. Western Wind aime peut-être se battre, mais il n’aime pas se servir de son cerveau pour combattre. Je déplaçai légèrement mon corps sur le côté, esquivant son nouveau coup de pied en le poussant simultanément, le forçant à presque tomber à plat sur le dos.

« Bordel ! » hurla Western Wind. Insatisfait de sa défaite, il fonça à nouveau droit vers moi.

Voyant qu’il n’avait toujours pas appris sa leçon, je levai les sourcils légèrement. On dirait que je vais devoir obliger son corps à s’en rappeler à la place. Je trouvai une ouverture, agrippai le poignet de Western Wind qui tenait son épée, et lui jetai férocement un coup de pied à l’estomac avec mon pied droit. Il serra douloureusement les dents, pendant que je lui arrachais son épée, en souriant un peu. Commençons le massacre !

Je me servis de mes quatre membres, en plus de l’épée et du fourreau comme d’armes mortelles… Combo Coup de Boule ! Coupe Transversale ! Je lançai même mes bottes dans sa direction, tandis que je criais à répétition : « On va voir si tu oses à nouveau interrompre mon concert ! »

« Pfiou ! Ce combat était si libérateur », affirmai-je, comme je rangeais joyeusement mon Dao Noir, me craquant le cou et effectuant quelques exercices d’étirements. Très bien ! C’est l’heure de manger. Avant de partir, je n’oubliai pas de me retourner, de pointer mon doigt vers le tas de chair ensanglantée sur le sol, et de donner des instructions à Wicked qui était en charge du département militaire. « Rappelle-toi de recruter Western Wind dans l’armée. Son niveau et ses capacités aux arts martiaux ne sont pas mal du tout, et il peut même librement utiliser son sex-appeal comme d’une tactique. Ce serait difficile de recruter une seule personne avec ce genre de talent même après dix ans. »

« Oui », répondit Wicked, alors qu’il regardait Western Wind avec les sourcils froncés, complotant probablement pour trouver l’unité la plus surmenée et merdique afin qu’il la rejoigne.

« Très bien, allons tous au Restaurant de l’Infini pour manger ! » Je menai le groupe joyeusement, me préparant à me rendre à mon Restaurant de l’Infini chéri pour un repas gratuit… Héhéhé, ne pas avoir à payer de repas au Restaurant de l’Infini a prouvé être le plus grand avantage que j’aie eu depuis que je suis devenu le suzerain.

« J’ai déjà fait des plans avec Sunshine pour aller essayer la nourriture des marchands ambulants, alors je ne viendrai pas avec vous », annonça Fairsky avec un peu d’hésitation.

« Oh », répondis-je, en me mordillant le pouce. Fairsky et Sunshine ont l’air de se rapprocher ces derniers jours. Est-ce qu’ils sont devenus de bons amis ? Ce n’est pas une mauvaise chose… Au moins, ça garde Fairsky heureuse.

« D’accord, allons manger ! »  Juste au moment où je m’apprêtais à lever les pieds pour marcher en tête, deux mains se posèrent soudainement sur mon épaule.

« Prince, la librairie est presque prête, et la séance d’autographe pour le portfolio est la semaine prochaine. S’il-te-plaît, rappelle-toi de t’entraîner à rendre ta signature plus propre. » Je me retournai pour voir belle-sœur Yu Lian en train de me sourire. Elle se tourna ensuite vers Gui et demanda : « Comment avancent les livres ? »

Gui hocha la tête et répondit : « J’ai deux livres qui sont prêts à être publiés, en plus de celui que Jing et Yun m’ont donné. Alors, il y a un total de trois livres qui peuvent être affichés le jour de la grande ouverture. »

« Prince, la construction de la Rhapsodie de l’Infini a mis le budget de la Cité de l’Infini dans le rouge encore une fois. » Le sourire de belle-sœur Yu Lian était éclatant au-delà de toute comparaison. « Nous allons devoir organiser plus de concerts et vendre plus de portfolios afin de gagner un peu d’argent, alors travaille dur à chanter et à vendre tes portfolios, est-ce que tu comprends ? »

« Compris… » J’avalai avec raideur, et ma tête devint engourdie en songeant à ce que j’avais à faire.

Les jours qui suivirent furent un véritable cauchemar. En deux semaines, le Groupe de l’Infini avait effectué cinq concerts. Qui plus est, afin d’attirer les spectateurs, chaque concert mettait en avant de nouvelles cascades, telles que sauter à travers des cerceaux en flamme pour apparaître sur la scène et descendre sur la scène habillés en anges.

(Ça avait été à cet instant que je m’étais enfin rendu compte de pourquoi les anges dans les tableaux sont toujours dépeints debout, aussi droits qu’une flèche, avec seulement leurs bras s’étirant légèrement… C’est évident ! Si tu traînes une paire d’ailes pesant plus de trente kilogrammes sur ton dos, que pouvais-tu faire d’autre que de te tenir debout et droit !?)

Plus étrange encore était le fait que les fans semblaient vraiment avoir adoré l’interruption mineure que Western Wind avait provoquée durant le premier concert. Ainsi, à chaque concert, Western Wind, sous la supervision souriante de belle-sœur Yu Lian, était forcé de me provoquer en duel devant le public. Et alors, j’étais obligé de me mettre à lui botter les fesses. Plus la raclée était forte, plus les fans étaient contents.

Soupir, ça a dû être dur pour toi, Western Wind la femme canon.

(Western Wind rugit furieusement : Je suis un gars, bordel de merde !)

Ensuite, la construction des librairies fut enfin terminée grâce au dur labeur de Gui, Fairsky et d’autres. Ils avaient construits deux librairies. Une se trouvait au milieu du centre-ville et l’autre était combinée avec un café, construite sur le bord d’un lac avec une atmosphère sympa et une excellente luminosité, spécialement conçu pour être un appât à couple. Par conséquent, ma signature, sur laquelle j’avais passé beaucoup de temps à m’entraîner, serait enfin bien mise à contribution.

Le jour de la séance d’autographe, il y avait une mer déferlante de personnes… Attendez, quoi ? Cette phrase est trop ordinaire ; ce n’est pas mon style ? D’accord, dans ce cas, cette horrible séance d’autographe était submergée avec tant de monde que ça donnait l’impression que Jolin Tsai2, Jay Chou3, Andy Lau4 en plus de Stephanie5 avaient tous fait leur apparition à Ximending6. Pour faire court, des gens de tous les âges et de tous les sexes étaient blottis ensemble en une unique foule massive. Il y avait des hommes, des femmes, et des débauchés, dont l’âge allait de 5 à 50 ans.

« Dieu merci nous avons le tapis volant ! Je ne crois pas que nous aurions pu entrer dans la librairie sinon. » Je lâchai un soupir, regardant la foule horriblement remplie à craquer en bas.

« Sunshine, pose-toi sur cette scène improvisée », indiqua Gui, tandis qu’il pointait une très petite estrade, complétée avec des tables et des chaises, entourée par des soldats menés par Nan Gong Zui pour des raisons de sécurité, afin d’empêcher les fans d’accourir sur la scène.

« D’accord. » Sunshine dirigea docilement son tapis volant pour atterrir en douceur sur l’estrade.

Je sautai hors du tapis volant le premier, souriant légèrement aux filles fanatiques qui hurlaient en bas de la scène. Puis, je marchai jusqu’à la table pré-arrangée et m’assis sur la chaise.

« La séance d’autographe commence maintenant », annonçai-je comme j’expirais profondément, prenant une plume laissée par les travailleurs, alors que je me préparais à la possibilité de devoir signer jusqu’à ce que mon bras tombe.

Je donnai des autographes pendant que je répondais à chacune des questions des fans avec un doux sourire. De temps à autres, il y en avait certains qui voulaient m’embrasser, et certains étaient si peu enclin à être rejetés qu’ils se jetaient sur moi par la force. C’est seulement après que Nan Gong Zui les avaient traînés au loin que je pouvais continuer à signer des autographes. Ce cycle se poursuivit pour se dérouler de cette manière : signer, répondre, me faire offrir un baiser, me faire embrasser de force, et les regarder être emmenés…

Du coin de mes yeux, je jetais occasionnellement des regards discrets en direction des autres membres du Groupe de l’Infini. La situation de Gui n’était pas différente de la mienne, excepté que, en tant que barde qui n’avait pas une très grande force, il s’était déjà fait embrasser par la force sur les joues par des « louves » à plusieurs reprises… Gui retenait actuellement des larmes d’accablement tandis qu’il continuait à signer et se servait même de Western Wind, qui appréciait précédemment sa pause, comme d’un bouclier. Les fanatiques jalouses avaient même déjà employé leurs griffes de louves pour graver plusieurs croix ensanglantées sur la pauvre femme canon Western Wind, et il n’avait même pas le droit de riposter.

(Comme le dirait belle-sœur Yu Lian, le client est roi, alors quoi que fassent les fans, ils ont toujours raison.)

En contraste, Wicked se trouvait en meilleure posture. Étant un guerrier et avec son visage distant, très peu de filles fanatiques osaient s’approcher de lui sans raison avec leurs bouches. Au lieu de ça, elles le contemplaient de façon tendre et languissante, comme si elles étaient prêtes à l’avaler si l’opportunité se présentait.

Puisque Phoenix et Fairsky étaient toutes les deux des filles, permettre à des gars fanatiques de faire ce qu’ils voulaient d’elles était évidemment hors de question. Le duo était entouré par un si grand nombre de guerriers de la Cité de l’Infini que je pouvais à peine apercevoir leurs silhouettes… C’est quoi ce genre d’attitude ? Pourquoi est-ce que Zui est le seul guerrier qui me protège ? Bande de pervers qui oublient leur suzerain à la vue de femmes…

La séance d’autographe se déroula comme ça jusqu’à ce que même la femme canon Western Wind fût devenue le Western Wind avec la coupe rase. Nous continuâmes à signer des autographes, sauf que maintenant ce n’était plus juste Gui, mais bien tout le monde dans le groupe, qui retenait ses larmes alors qu’ils signaient. S’il n’y avait pas de fans en train de me regarder, il y avait de fortes chances pour que j’aie hurlé à pleins poumons. Je jetai lugubrement un coup d’œil à ma main droite, qui tremblait de façon incontrôlable comme si je faisais une crise cardiaque, pendant que je gardais le compte du nombre de gens qui attendaient encore en file.

« La dernière personne… » Je terminai de donner ma dernière signature, me sentant profondément ému. Par chance, il s’agissait d’un gars, et il était très évident, vu la façon dont il continuait à regarder Fairsky et Phoenix l’une après l’autre, qu’il n’était pas le moins du monde intéressé par moi. Quelle fin parfaite. Je me sentis touché au-delà des mots.

Assez vite, juste comme je finissais de signer, il courut immédiatement vers le duo, et il termina sa course dans une position à moitié agenouillée sur le sol. Un bouquet de roses rouges colossal apparut de nulle part dans sa main gauche, et une énorme bague avec un diamant de la taille d’une balle de baseball surgit inopinément dans sa main droite.

« Ô ma chère demoiselle Fairsky, l’amour que je vous porte coule incessamment comme la Rivière Jaune, s’étend à l’infini tels les nuages blancs là-haut, et s’écrase vague après vague comme la marée… » Ce ramassis écœurant de sornettes jaillit sans fin de la bouche de cet animal, et le bruit de gens qui vomissaient partout s’écoulait incessamment comme la Rivière Jaune lui aussi.

« …Alors, ma bien-aimée demoiselle Fairsky, je vous en prie, épousez-moi ! »

« Désolée, je dois le dire à tout le monde, je suis déjà amoureuse de quelqu’un », annonça directement Fairsky, n’adressant même pas un coup d’œil au singe sur la scène, et ensuite s’inclina vers ses fans en bas de l’estrade pour exprimer ses excuses.

« Qui est-ce ? Qui est celui qui ose voler ma femme sans se soucier de sa propre vie ? » En bas de l’estrade, les fans de Fairsky se mirent à se révolter. Je soupirai avec impuissance. Je suis probablement celui qui a le plus d’ennemis dans le monde.

Puis, Fairsky prit une profonde inspiration et leva la tête pour regarder le ciel en direction de Sunshine, qui était assis sur le tapis volant. « C’est lui que j’aime. »

« Heiiin ? » Incluant le mien et celui de Sunshine, il y eut cinq « Heiiin ».

Fairsky regarda le Sunshine stupéfait avec ses joues rouges comme une pivoine. Après un long moment, elle se tourna et s’inclina devant moi. « Pardonne-moi Prince, mais je me suis rendue compte que j’étais tombée amoureuse de Sunshine, alors je ne peux plus éprouver de sentiments amoureux envers toi à présent. »

« C-c’est… » bégayai-je maladroitement pendant un moment, mais je ne parvenais pas à sortir même la moitié d’une phrase.

Oh, pourquoi est-ce que ma tête me fait plus mal maintenant comparativement à la fois où Fairsky avait essayé de me forcer à l’épouser ? Fairsky, si ton cœur s’est détourné de moi et que tu es tombée amoureuse de quelqu’un d’autre, je t’apporterais mon soutien à 120%, mais tu n’aurais pas pu choisir un partenaire plus normal ? Premièrement, tu tombes amoureuse d’une travestie comme moi, et maintenant c’est lui que tu choisis ? Tu ferais aussi bien de continuer à m’aimer, parce que ce serait juste une relation lesbienne, mais tu es à présent amoureuse d’un NPC ! Comment est-ce qu’on appellerait ça ?

Même la zoophilie est mieux que de tomber amoureuse d’un NPC. Au moins, un animal a un corps physique, mais les NPCs… Ne me dis pas que tu insisterais pour dire : « C’est exact : je suis amoureuse de plusieurs lignes de codage informatique » ?

« Sunshine, est-ce que tu m’aimes ? » demanda Fairsky sur un ton calme, alors qu’elle contemplait Sunshine avec le plus grand sérieux, ayant l’air pleinement confiante.

« Je… Je… » Sunshine fronça ses sourcils très forts ; il ne savait clairement plus où il en était.

« Tu aimes vraiment Fairsky en retour ? » Je blêmis à cause du choc. Sunshine est un NPC. Même s’il a développé une conscience de soi, il reste tout de même différent d’un être humain ordinaire. Par exemple, il ne sait pas comment mentir, alors il ne peut pas réconforter les gens en racontant des mensonges. S’il n’éprouvait pas déjà des sentiments pour Fairsky, il l’aurait dit directement, et pourtant il ne semblait pas capable de parler ? Est-ce que ça veut dire… ?

Sunshine se tourna vers moi, de la confusion écrite dans ses yeux.

« Prince, ce n’est pas l’endroit idéal pour une interrogation ! » Gui m’éloigna, en pointant le public en bas de la scène.

« Tu as raison. » Je ne pus que me forcer à réprimer mon anxiété, reprenant l’apparence de l’Elfe Sanguinaire.

Je revêtis un sourire poli et dis sur un ton charmant : « La séance d’autographe se termine ici pour aujourd’hui. Le Groupe de l’Infini travaillera plus dur à l’avenir, et nous espérons que vous continuerez de nous apporter votre soutien. Merci. »

Les secondes que j’eues à attendre que la foule se disperse se firent ressentir comme des années. Ensuite, je traînai sur-le-champ Fairsky et Sunshine plus loin avec moi. Où aller ? J’hésitai pendant un instant. Ouais, à la maison de Jing et Yun. Après m’être décidé, j’envoyai vite un message privé à Jing et Yun, leur disant de m’attendre chez eux.

Juste au moment où je commençais à marcher, je m’arrêtai subitement et me tournai pour faire face aux autres membres du Groupe de l’Infini qui nous suivaient de près derrière nous. J’ordonnai sur un ton très menaçant : « Personne n’est autorisé à venir, vous m’avez entendu ? »

Le trio derrière moi se figea automatiquement. Voyant mon expression sévère, ils acquiescèrent tous à l’unisson.

Notes de bas de page

1 incapable de m’y retrouver dans cette situation sans queue ni tête : Ici, Yu Wo emploie  “丈八摸不着头脑”, (zhàng bā mō bu zháo tóu nǎo) qui est la version abrégée/et en jargon d’un dicton chinois, ‘丈二金刚,摸不着头脑’ (zhàng èr jīn gāng mō bu zháo tóu nǎo).

Dans certains dictons chinois, la première phrase est une description pour une énigme, alors que la phrase suivante offre l’explication. Dans ce cas-ci, la première phrase丈二金刚 (zhàng èr jīn gāng) signifie « Un moine qui mesure 20 pieds (Aussi connu comme Vajrapani) », la phrase suivante摸不着头脑 (mō bu zháo tóu nǎo) veut dire « ne peut pas toucher sa tête ». Littéralement, ça signifie que le moine est si grand que tu ne peux pas toucher sa tête. L’expression complète veut essentiellement dire que quelque chose est si surprenant ou bizarre qu’on ne saurait pas quoi faire tout de suite. Ça décrit le mieux la confusion / les questions qu’on éprouve ou se pose au milieu d’une réflexion (par exemple, imaginez que vous êtes en train de résoudre une affaire de meurtre, « comment le meurtre a-t-il pu survenir quand la pièce est verrouillée de l’intérieur? » est ce genre de confusion).

Yu Wo, cependant, exagère le dicton en disant que le moine (problème) mesure 18 pieds, et ainsi Prince ne pouvait pas atteindre sa tête (comprendre). [Credit à Erihppas]

2 Jolin Tsai (蔡依林, Cài Yīlín) : une chanteuse pop taïwanaise qui a gagné le prix Golden Melody award. Elle est extrêmement populaire non seulement à Taïwan et en Chine, mais a aussi beaucoup de succès à Hong Kong, Singapour, et en Malaisie, en plus d’avoir beaucoup de fans aux États-Unis. (Pour plus d’information, veuillez vous référer à http://en.wikipedia.org/wiki/Jolin_Tsai)

3Jay Chou (周杰倫, Zhōu Jiélún) : Un Taïwanais musicien, chanteur, producteur de film et de musique, acteur, et directeur. Il est connu pour avoir composé toutes ses propres chansons et aussi des chansons pour d’autres chanteurs. Sa musique a gagné beaucoup de reconnaissance à travers l’Asie, et sa carrière s’étend maintenant dans la direction, le jeu d’acteur, et de s’occuper de sa propre compagnie d’enregistrement, JVR Music. (Pour plus d’information, veuillez vous référer à http://en.wikipedia.org/wiki/Jay_Chou)

4 Andy Lau (劉德華, Liú Déhuá) : Un chanteur de pop cantonais venant de Hong Kong, un acteur de film, et un producteur. Il a été l’un des acteurs à succès de Hong Kong les plus commercialisés dans le milieu des années 1980, pendant qu’il maintenait une carrière de chanteur fructueuse en même temps. Dans les années 1990, il a été surnommé par les médias comme étant l’un des Quatre Rois Divins de la Pop Cantonaise  (四大天王) avec Aaron Kwok, Jacky Cheung, et Leon Lai. (Pour plus d’information, veuillez vous référer à http://en.wikipedia.org/wiki/Andy_Lau).

5 Stephanie (萧蔷, Xiāo Qiáng) : Célèbre en Taïwan comme modèle et actrice. Elle a été extrêmement populaire à la fin des années 1990 et au début des années 2000, et a été surnommée par les médias comme étant la Plus Belle Femme de Toute la Taïwan. (Pour plus d’information, veuillez vous référer à http://wiki.d-addicts.com/Xiao_Qiang)

6 Ximending 西, Xī mén ding, aussi connu comme HsiMenDing) : Un quartier très connu et un district de shopping à Taipei qui est la plus grande zone de piétons à Taïwan. Il est situé dans la partie nord-est du District Wanhua, et est aussi le district le plus rempli de consommateurs dans le côté ouest de Taipei. Il est la source de la mode, de la sous-culture, et de la culture japonaise en Taïwan.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *