Romance RPG – Partie 14

posted in: Romance RPG | 0

Romance RPG

Roman d’Origine en chinois par Yu Wo (御 我)


Part Fourteen – traduit du chinois à l’anglais par Ryne[PR!]
Partie Quatorze – traduit de l’anglais vers le français par AkaiiRia
+ Travail de vérification par Nocta

Ye Meng Ling répondit un peu maladroitement : « Je suis votre agente. »

Choqué, Lin Jian Yin lâcha : « Hein !? La femme fantôme de la dernière fois ? » Au moment où il eut fini de parler, Lin Jian Yin sut qu’il s’était mis dans une position délicate. Allait-il devoir changer d’agent pour la septième fois ?

« Euh, vous avez raison. Je suis précisément la femme fantôme de la dernière fois. » Ye Ling Meng sourit avec un air gêné, mais elle ne semblait pas s’en soucier beaucoup.

Lin Jian Yin observa Ye Meng Ling pendant un moment. Ne voyant aucun signe de colère, il s’enquit prudemment : « Vous n’êtes pas furieuse ? »

Ye Meng Ling se gratta la tête et se mit à rire tandis qu’elle le rassurait : « Je ne suis pas fâchée. Tout récemment, j’ai rencontré quelqu’un possédant une langue de vipère pire que la vôtre. Hum… Je ne dis pas que vous avez une langue venimeuse. Ce que je voulais dire c’est… »

Lin Jian Yin haussa les épaules. « C’est bon. Je sais que j’ai une langue acérée. »

Ye Meng Ling força un sourire à apparaître sur son visage et changea de sujet. « M. Lin, je n’aurais jamais pensé que vous étiez du genre à acheter de la nourriture vous-même. »

« Appelez-moi simplement Jian Yin. Xue Chen m’a dit d’acheter ceux-ci. Il cuisine très bien, et il a même dit qu’il allait faire de la soupe au poulet pour moi », se vanta Lin Jian Yin. Si seulement Bai Xue Chen était une fille. Il pouvait supporter sa langue de vipère et pouvait même bien cuisiner. Il était vraiment son genre idéal. C’était dommage qu’il soit de sexe masculin.

« De la soupe au poulet ? » questionna Ye Ling Meng avec doutes, en pointant l’article dans le panier. «  En utilisant ça ? »

« Ouais, il m’a fallu beaucoup de temps avant de trouver le plus gras », répliqua Lin Jian Yin fièrement.

Ye Meng Ling afficha un sourire désabusé, en disant : « Mais, ce n’est pas un poulet. C’est un canard. »

Lin Jian Yin fixa la chose qu’elle avait appelé un canard avec de grands yeux, puis sortit du panier la chose dont il avait été le moins certain. Il essaya de demander : « Est-ce que c’est un cornichon ? »

Ye Meng Ling avoua honnêtement : « Non, c’est un concombre. »

Je m’étais bien demandé si les cornichons pouvaient être aussi grands ! murmura pour lui-même Lin Jian Yin, puis il leva un autre article en demandant : « C’est un brochet de maquereau, pas vrai ? »

« C’est une anguille. » La bouche de Ye Meng Ling se mit à  tiquer, et elle pensa, N’y a-t-il pas une trop grande différence ?

Lin Jian Yin fixa la liste d’achats dans ses mains pendant un bon moment. Il interrogea avec quelques doutes : « Dans ce cas, lesquels de ces articles ai-je réellement bien identifié ? »

Ye Meng Ling passa sa tête au-dessus du panier, ses yeux allant en va-et-vient entre la liste des courses et le panier pour vérifier. Elle s’exclama enfin : « Celui-ci, vous avez bien identifié la viande de porc tranchée. »

Lin Jian Yin prit la parole après un court instant de silence, en disant : « C’est parce que les mots “porc tranché” étaient imprimés sur l’emballage. »

Après un long silence entre eux, Lin Jian Yin posa une main sur l’épaule de Ye Meng Ling et utilisa son autre main pour flanquer la liste de courses longue-comme-le-bras devant ses yeux. Il fit une requête sérieuse. « Aidez-moi à les trouver, et je vais au moins vous offrir une tasse thé. »

En observant la liste des courses, qui était aussi longue et puante que les bandages de pieds pour grand-mère, Ye Ling Meng marchanda calmement : « C’est trop long. Incluez au moins une tranche de gâteau. »

« Marché conclu. »

Ye Meng Ling arracha la liste d’achats de ses mains, y jeta un coup d’œil, et commença de façon experte à trier les mauvais articles dans le panier de Lin Jian Yin tout en ajoutant les bons. Elle passa du rayon des produits frais au rayon des articles généraux, en passant par le rayon des fruits de mer, et atteignit enfin la caisse après avoir fait le tour du supermarché une seule fois. Ye Meng Ling contempla les articles dans le panier avec satisfaction avant de remettre la liste des courses à Lin Jian Yin. Il l’avait suivie bêtement du début à la fin, tout en regardant avec étonnement comment elle avait fait le tour de l’endroit avec tant de familiarité, comme s’il s’était agi de sa propre maison. Elle savait clairement où tout se trouvait.

« Déjà fini ? » s’exclama Lin Jian Yin, surpris. Plus tôt, il avait fait le tour des rayons pendant plus d’une heure, et pourtant ça avait pris moins de dix minutes à Ye Meng Lin pour terminer de tout acheter.

Ye Meng Lin haussa les épaules en disant : « Ouais, j’en ai profité pour terminer mon shopping en même temps que le vôtre. »

« Vous êtes  vraiment efficace », louangea Lin Jian Yin. En même temps, il se sentait chanceux que cette femme fût son agente.

« Merci pour le compliment. C’est la première fois que j’entends une telle chose de votre part. » Ye Ling Meng sourit faiblement.

Lin Jian Yin répondit simplement : « On ne peut pas y faire grand-chose. Vous êtes trop difficile à complimenter. » Dès que les mots sortirent de sa bouche, Lin Jian Yin voulut se mordre la langue une bonne fois pour toutes.

« On dirait que je devrais vraiment apprécier le compliment cette fois, alors. » Ye Ling Meng sourit, mais son expression était devenue plus froide, et elle continua poliment : « Je vais aller à l’autre caisse pour payer. La file ici est trop longue. »

« Ok. » Lin Jian Yin n’osa rien dire de plus, au cas où il dirait à nouveau quelque chose de mal.

Ye Meng Ling s’éloignait déjà, quand elle se retourna soudainement, disant : « Ah oui, oubliez le thé et les gâteaux dont on a parlés plus tôt. Je plaisantais. » Sans attendre la réponse de Lin Jian Yin, elle partit sans un autre regard à la file d’attente dans l’autre ligne, après avoir dit ce qu’elle avait à dire.

Lin Jian Yin fixa du regard le dos légèrement raide de Ye Meng Ling. On dirait bien qu’elle est fâchée, après tout. Au moins, elle ne s’était pas enfuie en sanglotant. Il ne voulait pas perdre une aussi excellente agente si rapidement.

Ayant échoué dans sa deuxième tentative de bien s’entendre avec Ye Meng Ling, Lin Jian Yin était encore un peu plus découragé. Pourquoi ne pouvait-il pas tout simplement contrôler sa propre bouche quand il parlait ? Même si la façon dont cette femme s’habillait laissait à désirer, il aurait quand même pu faire semblant de ne pas le remarquer.

Il finit de payer en étant démoralisé. Traînant avec lui deux grands sacs de nourriture, il venait à peine de s’éloigner des caisses quand il aperçut son agente, portant également deux grands sacs, en conversation avec un homme et une femme. Lorsque Lin Jian Yin regarda le visage de Ye Meng Ling, il remarqua qu’elle avait l’air mal à l’aise. Son sourire semblait également très forcé.

Est-ce qu’elle a rencontré quelqu’un qu’elle déteste ? devina Lin Jian Yin. Il observa l’homme et la femme. L’homme avait l’air passable, mais comme c’était juste un gars, Lin Jian Yin se contenta de le jauger rapidement. La femme, toutefois, était assez jolie. La façon dont elle était habillée était aussi de très bon goût.

Lin Jian Yin marcha de plus en plus lentement, dérivant inconsciemment vers les trois personnes. Il garda son ouïe aiguisée et saisit quelques fragments de leur conversation.

« Ton ex-petite amie ? Oh mon Dieu, n’est-ce pas un peu trop… »

« Non, son apparence n’était pas aussi peu soignée à l’époque. »

« Jian Yin ! »

Lin Jian Yin entendit soudainement son propre nom et, en tournant la tête, vit que Ye Meng Ling le fixait du regard. Ayant été surpris à écouter, il se sentit gêné et s’empressa de clarifier, en affirmant : « Je m’en allais. »

Cependant, Ye Ling Meng l’interrompit, en déclarant : « N’étais-tu pas censé m’emmener prendre le thé ? »

Lin Jian Yin cligna des yeux. Elle n’avait pas dit d’oublier pour le thé ?

La belle femme à côté d’elle éclata d’un rire incontrôlable et railla : « Tu veux l’inviter à aller prendre le thé ? Elle ? Haha. »

La mine de Ye Meng Ling s’assombrit, et notant le silence de Lin Jian Yin, son cœur se serra. Revêtant une expression glaciale, elle lança : « Je suis désolée, je dois avoir mal compris. Il me reste des choses à faire, alors je vais m’en aller en premier. » Dès qu’elle eut fini de parler, elle s’en fut sans un autre regard.

À ce moment-là, en entendant la voix froide de Ye Meng Ling, Lin Jian Yin dévisagea la femme qui continuait à rigoler. Elle ne paraissait soudainement plus aussi jolie. Un violent incendie s’embrasa dans son cœur, et il la réprimanda sévèrement : « Qu’est-ce qui vous fait rire ? En quoi est-ce que le fait que je l’invite à aller prendre le thé vous concerne ? »

Ye Meng Ling s’arrêta brusquement et se retourna, un peu surprise. La femme, cependant, après un bref moment de choc, riposta : « Je ne faisais que rire. Je n’en ai pas le droit ? »

Lin Jian Yin s’écria : « Si vous aimez rire à ce point, dans ce cas mettez-vous dans un coin et riez jusqu’à en mourir ! Ne vous moquez simplement pas d’elle. »

La femme fut prise au dépourvu, mais elle n’était pas satisfaite à l’idée de laisser les choses comme elles étaient. Elle attira son petit ami à côté d’elle pour avoir du soutien et répliqua sèchement : « Un type qui ose porter un bonnet tricoté d’aussi mauvais goût et qui se croit si beau avec ses lunettes de soleil argentées pour aller avec, finissant par être à cheval entre deux genres ? Il n’y a que les gars inutiles comme toi pour être en mesure d’inviter ce genre de femme. »

« Ce genre de femme ? À mes yeux, elle vaut cent fois mieux que vous. »

Lin Jian Yin se moqua d’elle, et comme s’il estimait que ça ne suffisait pas, il ôta courageusement son bonnet tricoté et ses lunettes de soleil argentées, ajusta légèrement ses cheveux et revêtit un sourire parfait. Employant une voix grave et séduisante, il demanda : « Est-ce que vous me reconnaissez ? »

« Ne fais pas… » Ye Ling Meng n’aurait jamais pensé qu’il enlèverait son déguisement dans un endroit public, alors elle réagit trop tard pour l’en empêcher. Elle regarda la foule autour d’eux. L’attention de beaucoup de gens était déjà sur eux à cause du haussement de voix de Lin Jian Yin, mais maintenant ces gens s’étaient tous arrêtés dans leur élan et fixaient Lin Jian Yin qui avait retiré son déguisement.

La femme, stupéfaite, hocha la tête et répondit sur un ton plat : « Lin Jian Yin. »

Ravi de lui-même, Lin Jian Yin hocha la tête et lâcha : « Je vais donc maintenant l’emmener prendre le thé. Vous avez encore un problème avec ça ? »

La femme le fixa, ne sachant pas quoi faire. À cet instant-là, Ye Ling Meng se précipita à côté d’eux et traîna Lin Jian Yin à distance. Son petit corps exerçait une puissance infinie et tirait Lin Jian Yin, qui mesurait un bon 20 cm de plus qu’elle, en courant. Lin Jian Yin ne put réagir à temps et fut presque incapable de suivre le rythme de Ye Meng Ling. Mais quand il manqua de trébucher et espionna la foule qui les poursuivaient derrière eux du coin de l’œil, la longue file de gens fit réaliser à Lin Jian Yin ce qu’il venait de faire.

Ayant pris conscience de la gravité de la situation, Lin Jian Yin commença immédiatement à courir sérieusement, en utilisant ses longues jambes pour s’enfuir et sauver sa vie. Lorsque cela se produisit, ce fut Ye Meng Ling qui ne put presque pas suivre sa vitesse. Lin Jian Yin agrippa la main de Ye Meng Ling et la tira/traîna à moitié avec lui.

Leave a Reply