1/2 Prince T5C1 : Le Titre de Roi Invaincu

posted in: 1/2 Prince | 0

½ Prince Tome 5: Un Prince n’Existe Plus

Roman d’origine en chinois par : (Yu Wo)


Chapter 1: The Title of Undefeatable King – traduit du chinois à l’anglais par Evangeline[PR!]
Chapitre 1 : Le Titre du Roi Invaincu – traduit de l’anglais au français par Elynor
+ Travail de vérification par Nocta

« Fairsky, tes sentiments ont-ils réellement changés ? »

« Tsss, je n’avais jamais réalisé que Sunshine avait un tel pouvoir de séduction. Il a attrapé Fairsky dans ses filets avant même que nous le remarquions. »

À peine arrivés à la Cité de l’Infini, tout le monde nous encercla, puis bombarda Fairsky et Sunshine de questions. Le couple embarrassé et pris au piège n’eut d’autres choix que de répondre au déluge de questions. Tous souriaient en félicitant le couple. Seule Lolidragon, qui connaissait entièrement l’histoire, ne souriait pas. J’espionnai son soupir du coin de l’œil.

« En tout cas, nous vous souhaitons le meilleur à tous les deux ! » Chacun riait joyeusement.

« Mm-merci tout le monde », balbutia Fairsky.

« Ok, ça suffit. Arrêtez d’embêter Fairsky et Sunshine, les gars. Maintenant, venez écouter l’explication de Lolidragon sur la dernière mise à jour de Second Life. » Grand frère Wolf sourit et nous fit signe.

Tout le monde se tut et regarda Lolidragon qui commença à expliquer les détails de la mise à jour. « Le point majeur de la nouvelle mise à jour est de rendre Second Life plus réaliste. Plusieurs aspects de la vie quotidienne, qui n’étaient pas nécessaires auparavant, sont maintenant requis. Par exemple, vous n’aviez pas besoin de prendre de douche ou de bain car votre corps ne se salissait jamais, mais, suite à l’installation de la mise à jour, si vous ne vous lavez pas après un jour de combat, la puanteur deviendra insupportable. »

Prendre un bain ? Je me souvins soudainement que… Même si je suis un homme, je n’ai encore jamais vu mon « côté masculin » auparavant. Si nous devons prendre un bain, ça ne voudrait donc pas dire que je devrais « le » regarder ? Hum… Je n’aurais jamais songé que la première fois que je verrais l’une de ces choses (en excluant l’incident de la collecte de celles des dragons pour de l’or) ce serait la mienne. Wow, je ne sais même pas par où commencer pour tenter d’expliquer mes émotions…

« Prince, si tu as peur de cette partie de ton corps, je peux t’aider ! Détends-toi et écarte les jambes… » La remarque sarcastique de Lolidragon me parvint via le canal de messages privés.

« Hé ! » Écarter les jambes ?! Je pensai, est-ce que tu veux me faire accoucher ? Je ne pus me réfréner de lui faire les gros yeux.

« Mais, tu devras quand même aller aux toilettes par toi-même », chuchota Lolidragon dans le vide.

Quoi ? Je dois aussi aller aux toilettes ? Mon esprit se vida pendant un instant. Donc, je devrais vivre l’expérience d’utiliser mon *** pour aller aux toilettes aussi ?

« Deuxièmement, sauf pour ceux qui sont impliqués dans l’entraînement, la population de NPC va commencer à se réduire. Entre autres, les NPC qui gèrent les magasins dans la Cité du Soleil, de la Lune et de l’Étoile vont éventuellement disparaître pour être remplacés par de vrais joueurs. » Quand elle remarqua que j’étais toujours en train de ruminer sur le sujet précédent, Lolidragon se sourit à elle-même et continua son explication. Après qu’elle eut terminé sa phrase, belle-sœur Yu Lian fronça les sourcils.

« Même si ça ne coûtera pas plus cher d’engager des joueurs plutôt que des NPC, ils seront plus compliqués à gérer. » murmura belle-sœur Yu Lian, en se demandant si la mise à jour était une bonne ou une mauvaise nouvelle.

Finalement, Lolidragon prononça la partie la plus importante de son explication. « Je pense que le changement le plus radical de cette mise à jour est que les Cités du Soleil, de la Lune et de l’Étoile pourront désormais être conquises par les joueurs. »

« Les rumeurs sont donc vraies. » grimaça grand frère Wolf. « Qu’est-ce que vous en pensez ? »

« C’est évident ! Bien sûr, nous devons aller les conquérir ! » Un éclat brilla dans les yeux de White Bird, comme si elle avait attendu ce moment toute sa vie.

« Conquérir les trois cités, unir le continent central ! »  Nan Gong Zui balança ces huit mots avec conviction. La détermination et la passion qui brillaient clairement dans ses yeux se propagèrent aux autres également, faisant accélérer leurs battements de cœur sous la joie et l’excitation.

AAAHHH ! Une autre guerre ? On dirait que mon rêve d’obtenir un peu de repos n’est plus possible désormais… Zut ! Pourquoi est-ce que je n’ai jamais de chance ? À peine ai-je accompli mon boulot qu’une nouvelle pile de tâches apparait. Je vais mourir d’une surcharge de travail !

J’écoutai avec morosité tout le monde discuter de quelle façon on pourrait prendre les cités.  Dieu merci, tout le monde sait que je ne suis qu’un idiot de militaire, ça ne fait donc aucune différence que j’écoute ou non la discussion… Cependant, en tant que suzerain, je ne peux pas aller faire une sieste, n’est-ce pas ? Même si j’en ai réellement envie…

« La première chose que nous devons faire est de choisir un plan d’attaque. Avec trois cités ouvertes à la conquête, il y a probablement beaucoup d’autres joueurs qui planifient de les prendre également, mais nous avons un avantage non négligeable par rapport à eux : les forces militaires de la Cité de l’Infini progressent très rapidement ces derniers jours. Tout ceci grâce au groupe de l’Infini, et spécialement grâce à notre suzerain. » White Bird s’inclina gracieusement devant moi, ce qui me choqua suffisamment pour me faire me tenir droit sur ma chaise et acquiescer légèrement en retour. C’est étrange, ça me file la chair de poule à chaque fois que je vois White Bird avoir une attitude respectueuse envers moi…

White Bird poursuivit : « Je pense que si nous faisions tomber une des cités en premier, ce ne serait qu’une question de temps avant de pouvoir conquérir les deux autres cités également. »

« Mmmh, si nous n’attaquons qu’une cité, quel serait le meilleur choix ? » se demanda Broken Sword à voix haute.

« Que dites-vous de la Cité de la Lune ? » suggéra Nan Gong Zui. « La Cité de la Lune est connue pour avoir été la base des Lames Vertueuses, ce sera donc un territoire familier pour nous, ce qui serait d’une grande aide lors d’une bataille. »

« Ouais ! Prenons la Cité de la Lune ! » rugit tout le monde avec excitation.

« C’est donc la Cité de la Lune, c’est ça ? » Je me levai, en tournant mon regard en direction de la Cité de la Lune. Ainsi, cette vénérable cité dont l’atmosphère est calquée sur le thème de la Chine Antique sera bientôt baptisée par le feu des guerres ? Quelle tristesse…

La voix insensible de Lolidragon fit écho : « Si tu tentes de regarder en direction de la Cité de la Lune, alors je suis au regret de t’informer que tu regardes à l’exact opposé. »

« … Dans ce cas, qu’est-ce que je suis censé faire ? » Ignorant automatiquement Lolidragon, je me tournai pour questionner Nan Gong Zui.

« Prince, quel est ton niveau actuel ? » me demanda tout à coup Zui.

« Laisse-moi voir. » Tsss, ça fait si longtemps que je n’ai pas vérifié mon niveau que j’ai presque oublié que ça existait. Je fis appel au menu et lis honnêtement à voix haute. « Niveau 76 ! »

« Niveau 76 ? Ce rang tourne autour de la centième place du classement des joueurs. » songea Nan Gong Zui à voix haute, puis il se tourna vers moi : « Je ne crois pas que ton niveau soit suffisamment élevé. »

« Sur les cinq suzerains ayant gagné ou acquis leur propre territoire sur chacun des cinq continents, ceux de l’Est, de l’Ouest, du Sud, du Nord et Central, votre niveau semble être le plus faible », déclara prudemment White Bird dans un froncement de sourcils, comme si elle était inquiète que ses mots pussent m’énerver.

« Ah bon ? » rigolai-je stupidement. Ce n’est pas de ma faute ! Après le tournois, j’ai abouti sur le continent de l’Est et, durant ce laps de temps, j’étais soit en train d’aider Jing et Yun à augmenter leurs niveaux, soit à courir à travers le contient en tentant de résoudre des quêtes cachées. J’ai à peine monté de quelques niveaux pendant ce temps. Et, pire encore, pendant ce mois passé en tournée, je n’ai même pas réussi à gagner ne serait-ce que la moitié d’un niveau… En fait, en découvrant que j’avais seulement chuté à la centième place de la liste, je devrais glousser discrètement.

« Par conséquent, mon Seigneur, je vous prie d’augmenter votre niveau. Nous allons nous arranger pour que certaines personnes se consacrent à vous aider lors de vos entrainements », requit très poliment White Bird.

« Certaines personnes ? Je ne pourrais pas simplement aller m’entraîner avec Odd Squad ? »  Globalement, j’étais habitué à jouer avec les membres d’Odd Squad, et nous pourrions utiliser notre coordination naturelle.

White Bird sembla troublée. « Les membres d’Odd Squad ont des rôles importants dans les départements militaires et administratifs, ils n’auront donc probablement pas le temps de s’entrainer avec vous. »

« On ne peut rien y faire ? » Je me sentis un peu déprimé. Je me demande depuis combien de temps nous ne nous sommes pas entraînés tous ensemble moi et les membres d’Odd Squad.

« Prince, ne soit pas déçu. Nous allons venir te retrouver dès que nous aurons du temps libre. » Grand frère Wolf rit et me donna une bonne claque dans le dos.

« Bien. Au moins Gui, Wicked et Phoenix vont venir avec moi, n’est-ce pas ? » demandai-je en me tournant vers ces trois-là.

« Je veux aller avec son altesse… » Gui n’avait même pas terminé sa phrase qu’il était muselé par Fairsky et Sunshine qui l’entrainèrent au loin.

« Tu te moques de nous, j’espère ! La tonne de travail qui s’entasse au département de construction est suffisante pour m’enterrer, et pourtant tu veux t’échapper ? Sunshine, assure-toi de tenir Gui fermement ; s’il ose bouger ne serait-ce qu’un doigt, assomme-le avec ta magie jusqu’à ce qu’il ne puisse plus bouger à nouveau ! » ordonna Fairsky à Sunshine avec une indignation justifiée, et Sunshine suivit ses ordres sagement, tel un mari soumis. Ce couple harmonieux partage des liens si profonds…

« Je… » Wicked avait à peine articulé un mot que Nan Gong Zui et Broken Sword posèrent fermement leurs mains sur son épaule et sourirent chaleureusement. C’est moi, ou leurs yeux étaient en train de dire : « N’y songe même pas, tu ne sortiras jamais de ce château ! Soumets-toi à ton destin ! »

Phoenix ne tenta même pas de prononcer le moindre mot. Pour être honnête, même moi je n’oserais pas aller à l’encontre de l’autorité de belle-sœur Yu Lian !

« Donc, je vais devoir m’entraîner seul ? » Je regardai le trio, ma déception évidente dans les yeux.

« Mon Seigneur, nous allons engager quelques joueurs pour y aller avec vous », déclara White Bird encore une fois, en ayant l’air légèrement troublée. « Mais, j’espère que mon seigneur maintiendra une aura royale devant ces autres personnes pour éviter de décevoir nos hommes. »

J’affichai également une expression inquiète et m’enquis avec confusion : « Comment je suis censé maintenir une aura royale ? »

« Pour faire simple, tu te mets en mode elfe sanguinaire, et ça ira », expliqua Lolidragon.

« Je dois maintenir cette attitude fatigante en tout temps ? » soupirai-je. L’elfe sanguinaire n’est même pas mon vrai moi ! Pourquoi est-ce que tout le monde aime le faux-moi ?

 

 

« C’est un honneur de s’entraîner avec vous, Votre Majesté ! » En observant les cinq paires d’yeux brillants d’adoration et de déférence, je me demandai combien de fois j’allais soupirer dans mon esprit. Heureusement, Western Wind, qui se tenait sur le côté, ne m’envoyait pas spécialement de signe d’adoration. Malheureusement, son expression haineuse n’était pas exactement ce qu’il y avait de plus relaxant non plus.

« Sur les ordres de la commandante White Bird, nous devons donner tout ce que nous avons afin d’aider notre suzerain à monter de niveau, et donc notre première et principale préoccupation est Sa Majesté. Tout le monde a bien compris ? » demanda le guerrier qui menait le groupe.

« Bien sûr ! Notre suzerain est la personne la plus importante, alors, en cas de danger, ma priorité sera de soigner notre seigneur. Ne me blâmez pas si vous mourez pendant le processus. » Celui qui parla cette fois-ci était bien sûr un prêtre. La déférence excessive dans ses yeux me donna la sensation d’être dans un temple de la déesse de la Mer1.

« Ne vous inquiétez pas Monseigneur, nous vous protégerons et irons jusqu’à empêcher tous les monstres de vous toucher ! » promit l’archer avec une détermination inébranlable.

Hé ! Vous allez empêcher les monstres de me toucher ? Et comment diable je vais pouvoir monter de niveaux dans ce cas ? Je me sentis totalement exaspéré jusqu’au plus profond de moi.

« Hmph ! Le suzerain n’a besoin de la protection d’aucun d’entre vous ; la meilleure chose que vous puissiez faire est de ne pas être un fardeau pour lui. » Le mage jeta un regard glacial aux autres, puis se tourna pour me regarder avec une expression ardente et pleine de ferveur. « Après tout, notre Seigneur est le roi invaincu. C’est lui le plus fort de tous. Il n’a encore jamais perdu un combat auparavant. »

« Tu as raison. Monseigneur, excusez-nous de notre imprudence. » Étonnamment, les autres n’étaient pas du tout énervés. Ils continuaient simplement de me fixer avec adoration.

Le roi invaincu ? Ces personnes ne sont-elles pas en train de mentir honteusement ? Je ne peux même pas compter le nombre de fois où je suis mort. De plus, je suis même mort une fois devant le public pendant le tournoi. C’est ça qu’ils appellent invaincu ? Sans mentionner le plus fort ! Je ne pourrais pas garantir ma victoire si je me battais contre Wicked ou Nan Gong Zui, et sans parler de Kenshin qui pourrait m’écarteler telle une créature vivante disséquée d’un simple revers de la main. De plus, White Bird n’avait-elle pas déclaré à l’instant que, des cinq suzerains, mon niveau était le plus faible ?

Zut ! Plus j’y pense, plus je ressens mes propres faiblesses. Je ferais mieux d’aller monter de niveaux ! Ignorant les cinq regards flamboyants d’adoration émis par le groupe, je lançai platement un « allons-y ».

« Joli garçon, moi, je n’admettrai jamais que tu es imbattable par contre. » murmura dédaigneusement Western Wind. « Un jour, je te ferai mordre la poussière. Mais, d’ici là, tu ferais mieux de ne perdre contre personne d’autre. »

« Ouais, ouais. » J’agitai la main, irrité.

Western Wind renifla avec dédain, puis se tut.

Le roi-serpent, soi-disant roi de tous les serpents, n’était pas tout à fait au même niveau qu’un boss. Cependant, dans les tréfonds de l’abysse des serpents, il y en avait un certain nombre qui étaient physiquement imposants, étonnamment forts, vifs comme l’éclair et possédant des crocs venimeux. Je décidai de régler leur compte à ce genre de monstres ennuyants en pensant que ce serait un challenge de les vaincre, et aussi parce que je n’avais pas eu l’occasion de m’entrainer depuis très longtemps.

Après tout, dans un jeu comme Second Life, tout ne tournait pas autour de la montée de niveau. Le plus important était de faire le meilleur usage possible de ses capacités.

« Ce genre de monstre est puissant et ne donne pas beaucoup de points d’expérience… T’es sûr que tu veux faire ça, gamin ? » Western Wind regarda le roi-serpent avec doute.

« Ouaip, je veux m’entrainer. Le roi-serpent n’est pas facile à tuer et ne donne pas tant de points d’expérience que ça, donc il n’y a pas beaucoup de joueurs par ici. Quand il n’y a personne autour pour nous voler notre proie, c’est le moment le plus propice pour se lâcher et en profiter, non ? » Je levai le sourcil en regardant Western Wind. Pendant ce temps, j’avais déjà ciblé et isolé un roi-serpent.

« Inutile de se demander pourquoi il est notre suzerain ! Il pense différemment des gens normaux. » Je ne savais pas qui avait parlé, mais les cinq personnes hochèrent la tête et me lancèrent à nouveau des regards admiratifs.

Sentant venir la migraine, j’atteignis presque ma limite. Tout ce que je pouvais faire était de prétendre que les regards remplis d’admirations étaient invisibles. Je me tournai alors vers Western Wind qui était le seul à ne pas me fixer avec des yeux brillants. « Hé Western Wind la femme canon, il est temps de s’entrainer ! »

« Bon sang ! Joli garçon, tu ne comprends pas le langage humain ou quoi ? Je suis un mec, gamin ! Combien de fois je vais devoir te le répéter ? » rugit Western Wind, mécontent comme toujours, alors qu’il levait son épée vers le roi-serpent avec moi.

« Puis-je vous demander de quelle façon nous pourrions vous apporter notre assistance, Monseigneur ? » me demanda le guerrier du groupe, surpris et confus.

« Les gars, vous pouvez aller vous entrainer vous aussi. Si j’ai besoin de soins, je viendrai vous retrouver. » répondis-je avec une certaine apathie.

« Ne serait-il pas plus judicieux de simplement vous suivre, Monseigneur ? » protesta rapidement le prêtre.

« Pas besoin », déclarai-je dédaigneusement en secouant ma main. Et puis quoi encore ? À force d’être suivi par ces paires d’yeux brillants d’admiration, je me sentirais mal de la tête aux orteils, alors n’essayez même pas de me convaincre de continuer à m’entrainer avec eux dans les parages.

« Si tel est le désir de notre Seigneur, nous nous y plierons. » Ils arborèrent tous les cinq une expression de grande déception, puis s’éloignèrent très lentement en me lançant des regards éplorés. Si un inconnu était passé à ce moment-ci, il aurait probablement cru que je venais juste de rejeter cinq amants.

Finalement, quand les cinq hommes furent hors de mon champ de vision, je poussai un soupir de soulagement, relâchai mes muscles faciaux jusque-là figés, puis retournai à la normale, à savoir avec une expression détendue.

Western Wind me regarda, puis secoua la tête avec exaspération. « Tsss, j’aimerais vraiment que tu montres cette expression à ces cinq idiots. S’ils voyaient ça, je refuse de croire qu’ils continueraient à t’admirer et à t’appeler “monseigneur” sans arrêt. »

« Bien sûr, va les appeler. » Je baillai d’un air nonchalant et ajoutai : « Si tu ne crains pas que White Bird te hache menu. »

« Gamin, je n’ai pas peur de cette bonne femme oiseau », répliqua Western Wind en reniflant avec dédain.

Je levai un sourcil. « White Bird et belle-sœur Yu Lian sont très proches ! »

Comme je le pensais, aussitôt que le nom de Yu Lian fut mentionné, Western Wind arrêta d’argumenter et commença à bouder silencieusement ; il ne tenta même pas de glisser le surnom « gamin » une dernière fois.

Maintenant que nous étions sur ce sujet, je me devais de repenser un peu plus aux évènements antérieurs. Pourquoi Western Wind avait-il peur de belle-sœur Yu Lian ?

Retournons à l’époque ou Western Wind avait rejoint la Cité de l’Infini. Son premier travail lui avait été confié par belle-sœur Yu Lian. Vous souvenez-vous de ce que j’avais mentionné auparavant ? J’ignore pourquoi, mais nos fans ont absolument adoré le combat inattendu qui avait eu lieu pendant le premier concert, donc Western Wind avait reçu l’ordre d’aller sur scène et de me défier à chaque concert depuis.

Je me souviens que lorsque Western Wind avait reçu les premiers ordres de belle-sœur Yu Lian, il avait d’abord déclaré : « Aucune chance, gamine. »

Belle-sœur Yu Lian avait affiché l’un de ces faux sourires menaçants qui étaient sa spécialité… d’où je me tenais, j’avais pensé que Western Wind venait de signer son arrêt de mort. Belle-sœur Yu Lian avait déclaré : « Mmmh ? Je pensais que tu étais venu à la Cité de l’Infini pour défier Prince ? C’est pour ça que je t’ai confié ce travail : je pensais que tu aurais été ravi d’accepter ! Mais… peut-être que tu as d’ores et déjà été soumis par notre Prince invaincu lors de ta défaite et que tu crains de le défier un jour à nouveau ? »

En entendant cela, Western Wind avait explosé de colère : « Quel blasphème ! Le mot peur ne fait pas partie de mon vocabulaire, gamine ! »

C’est ainsi que Western Wind était devenu le plus grand élément comique du spectacle. Il s’était faire réduire en poussière par moi à chaque fois, et il y avait même des spectateurs pour hurler « Plus fort ! » et « Pas assez de sang ! », etc. m’obligeant à utiliser de plus en plus de force contre lui inévitablement.

Le deuxième « incident », qui avait fait réaliser à Western Wind que la mortelle belle-sœur Yu Lian n’était pas une personne que l’on pouvait traiter à la légère, avait été quand la construction de la librairie s’était terminée. Belle-sœur Yu Lian avait songé qu’il n’y avait pas assez de livres dans le magasin. Et, puisque Fairsky et Phoenix étaient de vraies filles, il n’était pas convenable de les exposer pour attirer plus de lecteurs masculins. De ce fait, une personne, plutôt bien roulée pendant la journée, s’était retrouvée enrôlée pour la création d’un album photo spécial en maillot de bain.

Et, ce n’était pas tout. Belle-sœur Yu Lian avait cru que, puisqu’il n’y avait aucun homme musclé dans le Groupe de l’Infini, nous ne serions pas capables d’attirer les lecteurs qui les appréciaient. Ainsi, elle avait enrôlé une personne qui semblait très musclée la nuit pour tirer un deuxième album photo. En fait, c’est un peu dégoûtant de voir tous ces pectoraux rebondis. Je ne sais vraiment pas comment qui que ce soit peut aimer ce genre de corps… Hum, hum, je n’ai pas maté délibérément ! Je ne l’ai vraiment, mais vraiment pas fait !

Repensant à ces incidents, je me retournai et observai Western Wind la femme canon, en tentant à grand peine de retenir mon fou-rire.

« Beau gosse ! Pourquoi diable est-ce que tu te marres ? » Western Wind considéra mon expression étrange d’un air soupçonneux.

Je recomposai rapidement un visage normal. « P-Pour rien du tout, continuons l’entrainement ! »

Terminant ma phrase, j’ignorai l’expression confuse de Western Wind et me lançai vers un autre roi-serpent. Je me sentis nettement mieux. Eh bien, au moins ma situation est toujours un peu mieux que celle de Western Wind la femme canon.

Marchant derrière le serpent, je ressentis l’excitation monter en jaugeant son imposante silhouette. Je caressai gentiment mon Dao Noir. « Mon ami, ça fait longtemps que tu n’as pas gouté à du sang frais. Je suis désolé de t’avoir fait subir ça, alors maintenant profite du festin ! »

Avec un « shhh », je dégainai mon Dao Noir et eus soudainement une idée machiavélique. D’un pied, je marchai simplement sur la queue du roi-serpent, faisant en sorte de lui faire tirer la langue en grimaçant de douleur. Il se tourna avec la bouche grande ouverte. Quand il me vit, il plissa légèrement les yeux puis se jeta sur moi, dans l’intention de m’arracher la tête.

Je ris froidement et évitai l’attaque sans effort, en me dérobant par la gauche. Ensuite, j’eus un bref aperçu d’un bout de sa queue se balançant vers moi à pleine force. Pivotant sur mes orteils, je sautai sur sa queue et brandis fièrement mon Dao Noir vers sa tête. Avant que je n’eusse pu lui trancher la tête, le roi-serpent se tourna et se jeta à nouveau sur moi. D’un seul mouvement, je baissai la tête pour esquiver tout en me servant simultanément de mon Dao Noir pour scinder le roi-serpent en deux parties égales depuis sa gorge.

Finalement, je me retournai et lui coupai également la tête, rabattant mes paupières et laissant le sang chaud m’asperger la figure. J’ouvris les yeux, essuyai le sang de mon visage et soupirai. J’ai enfin pu combattre tout mon saoul encore une fois.

« Eh merde ! Mais, t’es malade ou quoi, gamin ? Pourquoi est-ce que tu te laisses être recouvert de sang ? » Western Wind fixa avec stupéfaction le sang qui me couvrait de la tête aux pieds.

Je remuai mon index et lui demandai avec espièglerie : « Tu te souviens de mon surnom ? »

« L’Elfe Sanguinaire… » répondit Western Wind automatiquement, puis il se gratta la tête. « Oh, c’est pour ça que tu es appelé l’elfe sanguinaire alors. Ainsi, le joli garçon a une sorte de passetemps pervers. »

« Qui est un pervers ? On appelle ça une soif de sang, et c’est cool, tu saisis ? » répliquai-je en me tordant la bouche.

Western Wind m’adressa un signe de la main universel : un poing fermé duquel ne dépassait que le doigt du milieu fièrement dressé. « Cool ? Si quiconque appelle ça cool, je me couperai la tête pour te faire une soupe, bon sang. »

« Ultra-cool… » Les mots retentirent en écho derrière nous.

Je fis volte-face pour m’apercevoir que l’équipe de cinq personnes était de retour. Les yeux de la joueuse continuaient de jaillir tels des cœurs, et les gars restaient debout, les poings serrés et les yeux remplis d’admiration et d’excitation. Tout ce qui leur restait à faire était de s’agenouiller et de crier : « Acclamez le roi ! »

Je soupirai intérieurement. Il semblerait que je ne vais pas pouvoir m’entrainer seul aujourd’hui. Tout en me désolant sur ce fait, je ne pus m’empêcher de murmurer à Western Wind : « Hé, va me faire cette soupe ! »

 

 

« Suzerain, comment avance l’entrainement ? » Juste au moment où nous arrivions à la Cité de l’Infini, nous vîmes Lolidragon et Kong Kong occupés à planter… des pièges à ce qu’il semblerait. Lolidragon était tellement exténuée qu’elle me salua brièvement de la tête. Mais, malgré son épuisement, Kong Kong s’approcha et me questionna joyeusement.

« Pas trop mal », lui répondis-je affairé, puis je continuai ma route, suivi de mon groupe de cinq admirateurs ainsi que de Western Wind qui était toujours en train de se demander s’il devait ou non tenir sa promesse de s’auto-décapiter pour me faire une soupe avec sa tête.

Kong Kong regarda les cinq personnes et cria : « Ce n’est pas tous les jours que vous avez la chance de vous entrainer avec notre seigneur. Est-ce que vous vous êtes rendus utiles ? Et l’un de vous a-t-il appris quelque chose après avoir observé notre seigneur en train de combattre ? »

« Évidemment ! Nous avons observé attentivement chaque mouvement de notre souverain ! » répondit rapidement le guerrier.

« Notre suzerain est si puissant ! Il mérite réellement le titre de roi invaincu ! » Les yeux passionnés et fiers de la femme mage ne cessaient de me scruter.

« Roi invaincu ? Ce surnom lui va comme un gant ! » Les yeux de Kong Kong brillaient, comme si cette phrase venait d’être utilisée pour le décrire lui-même. Il jubila de plaisir : « Je ne veux pas fanfaronner par rapport à notre seigneur, mais le jour où l’Elfe Sanguinaire sera vaincu va être le jour où de l’or pleuvra directement du ciel. »

Ils acquiescèrent tous les cinq aussitôt que ces mots eurent quitté sa bouche.

La voix de Lolidragon retentit sur le chat de messages privés « Roi invaincu ? Si les mots de Kong Kong étaient vrais, j’aurais eu le crâne écrasé par cet or depuis longtemps, et belle-sœur Yu Lian n’aurait plus de problème d’argent désormais. »

« Hé, au moins nous n’avons jamais subi de réelle défaite. On gagne toujours à la fin, non ? »

Lolidragon esquissa un sourire froid et s’enquit avec nonchalance : « De toute façon, qu’est-ce qui ne va pas ? J’ai remarqué que tu semblais un peu pâle quand tu es revenu. Est-ce que ces cinq joueurs étaient trop faibles ? Ou est-ce qu’ils étaient des boulets ? Tu veux que j’aille demander à White Bird de te sélectionner un autre groupe ? »

Affligé, je répondis en soupirant : « Ça n’a rien à voir avec leur force. C’est juste qu’ils m’admirent vraiment trop et que ça a tendance à me rendre inconfortable. »

« Ah, White Bird les a spécifiquement choisis pour t’aider parce qu’ils t’admirent profondément et ne sont pas si faibles. Tu crois que cette décision a eu l’effet inverse ? » me demanda Lolidragon, en retenant un rire.

« Oh, je t’en prie. Est-ce-que tu réalises qu’ils étaient à deux doigts de m’acheter de l’encens et des fruits pour élever un autel qui m’aurait été dédié ? » maugréai-je. Qui voudrait recevoir des offrandes comme s’il était l’empereur de Jade2 ?

« Je vois ce que tu veux dire. » Lolidragon et moi écoutâmes les cinq admirateurs en train d’entretenir une conversation passionnée avec Kong Kong à propos de mes « miracles », en nous demandant s’ils étaient réellement en train de parler de moi ou du seigneur Jésus Christ.

En fin de compte, Lolidragon déclara : « Bon, si tu n’aimes pas cette équipe, tu devrais en parler avec White Bird. »

« Ouais », lâchai-je en écoutant le groupe derrière moi décrire à quel point, dans un donjon en particulier, j’avais séparé la Mer Rouge3. Je pensai intérieurement, Je dois faire en sorte que White Bird change l’équipe pour moi.

« Monseigneur ! » White Bird se précipita sur moi à la seconde où j’arrivai au château. Elle n’attendit pas de réponse, et poursuivit rapidement mais respectueusement : « Monseigneur, il y a deux équipes d’aventuriers qui souhaiteraient nous rejoindre. Je vous prie d’aller rencontrer leurs chefs ! »

« Oh, d’accord », agréais-je avec un léger soupçon de déception. J’avais à l’origine prévu de prendre une pause au Restaurant de l’Infini.

« Monseigneur, allez d’abord voir Phoenix et récupérer votre nouvelle. » Sur ce, White Bird s’inclina et s’en alla Dieu seul sait où.

J’ignorais à quoi ressemblerait la cape de mes rêves, mais je réprimai mon excitation et m’empressai d’aller retrouver Phoenix.

« Phoenix ! » J’entrai en trombe dans le bureau en criant son nom.

Phoenix, qui travaillait dur avec la tête plongée dans le livre des comptes, se tourna et me regarda avec surprise. Puis, elle me questionna avec exubérance : « Est-ce que Prince aurait besoin de mes services ? »

Les yeux étincelants, je réclamai avec plein d’anticipation : « La cape ! Où est ma cape ? »

En entendant ce que je voulais, Phoenix lâcha un « oh » déçu, sortit un gros colis de son sac antique et me le confia. Même si l’expression de Phoenix semblait un peu déconfite, je ne me sentais pas trop concerné. J’attrapai le colis et commençai à le déchirer.

« Ouah ! » m’exclamai-je, surpris. Cette cape ne ressemble en rien à celle des super-héros auxquelles je songeais. À la place, cette épaisse cape de velours avec cette fourrure blanche est comme… comme le genre qu’un roi porterait le jour de son couronnement, le genre qui traîne quelques mètres derrière celui qui la porte !

« J’ai choisis le tissu ! » m’annonça Phoenix joyeusement.

« Oh… Mais, ce n’est pas un peu trop ? » parvins-je finalement à articuler après avoir pris une longue inspiration.

« Tu ne l’aimes pas ? » demanda Phoenix.

« Elle n’est pas si mal », admis-je dans un haussement d’épaule.

« Vraiment ? » Soudainement, l’esprit de Phoenix sembla sombrer à un tout autre niveau, et elle resta muette comme une tombe.

À cet instant, belle-sœur Yu Lian vint à ma rencontre et me s’enquit en souriant : « Alors, comment la trouves-tu ? »

« C’est… » J’hésitai. « Ce n’est pas un peu trop ostentatoire ? »

« Ça te donnera une allure royale ! » conclut belle-sœur Yu Lian, et ensuite elle ajouta avec une pointe d’exaspération : « Elle a été créée pour satisfaire les goûts de White Bird. J’aurais préféré employer un tissu plus modeste, tu sais, pour économiser de l’argent. Mais, ça devrait aller comme ça. Après tout, tu rencontreras un tas de personnes dans le futur, et tu devras assister à des cérémonies en tout genre en plus d’autres activités, alors c’est bien d’avoir une cape qui rehausse ta dignité. »

Des cérémonies ? Au moment où j’étais sur le point de poser ma question, White Bird surgit de nulle part avec un air paniqué sur le visage. Sans un mot, elle m’aida à enfiler la cape et me félicita respectueusement : « La cape vous va très bien, Monseigneur. À présent, venez tout de suite assister à la rencontre des chefs d’équipe dans le hall principal. »

« Oh », dis-je d’un air absent à White Bird, pendant que j’inspectais scrupuleusement chaque détail de la cape que je portais.

White Bird paniqua encore plus : « Je vous prie de vous dépêcher, Monseigneur. Ils attendent depuis un très long moment. »

« Très bien, allons-y. » J’haussai les épaules et me dirigeai vers le hall principal avec White Bird qui me suivait de près.

« S’il-vous-plaît, n’oubliez pas vos manières, Monseigneur. » White Bird scruta mon expression nonchalante avec inquiétude.

« Oui, je sais. » Je m’étirai paresseusement, fermai les yeux et inspirai longuement. En ouvrant les paupières, l’ombre d’un sourire s’afficha sur mon visage, mais mes yeux fixes étaient capables de geler quiconque m’approcherait à moins de trois pieds : ma fameuse posture d’elfe sanguinaire.

En débarquant dans le hall, j’aperçus un groupe d’à peine une dizaine de personnes en train de prendre le thé. J’analysai la foule avec un sourire calme, puis m’assis sur le trône.

Tous les regards étaient braqués sur moi, tandis que je sirotais avec flegme la tasse de thé que me servait White Bird. Puis, je regardai chacun des invités et commençai mon discours de bienvenue officiel. « Je suis le suzerain de la Cité de l’Infini, Prince. Au nom de la Cité de l’Infini, je vous souhaite à tous la bienvenue… »

Je n’avais même pas terminé qu’une personne intervint : « Attendez ! »

J’avais donné de nombreux discours de bienvenue, mais c’était la première fois qu’une personne osait m’interrompre. Je regardai avec curiosité la personne en question. C’était un gars d’apparence calme. Dans ses yeux, on pouvait clairement constater qu’il ne croyait pas du tout en ma force.

« Oui ? » répondis-je avec ce demi-sourire si caractéristique. Peut-être que cet accueil ne sera pas aussi ennuyeux que les précédents.

L’homme calme fit un signe de salutation de la main et commença un discours avec une attitude très imposante : « J’ai eu ouïe dire que Prince, le seigneur de la Cité de l’Infini que j’ai l’honneur de rencontrer aujourd’hui, est un homme légendaire, dont la force n’a aucun égal, et qui possède un nombre inestimable de serviteurs. De ce que je vois aujourd’hui, il est certain, par votre attitude, que vous n’êtes point une personne ordinaire. Mais, ce n’est pas suffisant pour que mes frères et moi rejoignions la Cité de l’Infini. Nous aimerions juger de votre force par nous-même. »

Je ne pus me retenir de lui lancer un regard empreint de suspicion. Hé, mon gars, tu es vraiment obligé de sortir ces inepties grandiloquentes ? Tu te crois dans une sorte de roman d’arts martiaux de la Chine antique ou quoi ? Ou, est-ce que tu es juste bloqué dans le mauvais livre ? Tu te prends pour un agneau égaré d’un des romans de Jin Yong4? Je pensais que seul White Bird s’exprimait comme ça. Mais, après avoir rencontré ce phénomène aujourd’hui, je réalise que la façon de parler de White Bird n’était rien comparée à la sienne.

« Monseigneur, répondez-lui ! » La voix paniquée de White Bird retentit sur le canal de messages privés.

Je souris et répondis franchement à cet imitateur de Jin Yong : « Et, que proposez-vous à la place ? Parlez directement, inutile de tourner autour du pot. »

« Bien. Comme je l’espérais, le suzerain de la Cité de l’Infini va droit au but. » Cet imitateur de Jin Yong leva son pouce et me regarda avec un air respectueux.

Il désigna un homme vêtu de noir et déclara avec un visage éclatant de fierté : « Il s’agit de notre meilleur combattant, Arctic Fox. »

J’observai Arctic Fox. Rien qu’en entendant son nom on pouvait supposer que c’était un homme glacial, et je ne fus pas déçu sur ce point. Il avait des cheveux noirs de jais assortis à ses yeux, des vêtements noirs… pour faire simple il était vêtu de noir de la tête aux pieds. Il affichait une expression qui voulait dire : « Énervez-moi, et je vous tuerai. Ne me gênez pas, et j’aurai quand même envie de vous tuer… » Inutile de se demander pourquoi il s’appelait Arctic Fox. Si mon regard pouvait être décrit comme capable de geler l’air à trois pieds de distance, le sien atteignait les huit pieds sans hésiter, et il me toisait de toute sa puissance.

« Si le suzerain ou l’un de ses hommes peut vaincre Arctic Fox, dans ce cas nous resterons à la Cité de l’Infini et nous vous jurerons fidélité à jamais. » Malgré sa déclaration, cet imitateur de Jin Yong affichait clairement sa confiance en la victoire d’Arctic Fox.

Sentant le poids du regard glacial d’Arctic Fox sur moi, j’éprouvai soudainement le besoin de le tabasser en bonne et due forme, aussi me levai-je avec rage, prêt à accepter le défi.

« Ne le défie pas ! » À cet instant-là, la voix de Nan Gong Zui retentit sur le canal de messages privés. Je levai les yeux pour m’apercevoir que Zui venait d’entrer et lui jetai un regard confus. Il expliqua sur le canal de messages privés : « Arctic Fox est le troisième meilleur joueur de Second Life, il se trouve au minimum au niveau 92. Il utilise l’une des trois armes légendaires, la Lame Sanglante. Je crains que tu ne sois probablement même pas une menace pour lui, Prince. »

Je m’esclaffai intérieurement en entendant ça…et me rassis promptement. Zut ! Où diable Kenshin était-il allé trainer ?

Zui était assez complaisant quand il disait que je ne serais probablement pas une menace pour lui. Je ne suis définitivement pas une menace pour lui ! J’ai au moins conscience de ça. Même si nous ne sommes pas certains de son niveau actuel, 16 niveaux d’écart c’est beaucoup trop important. De plus, affronter cet Arctic Fox avec son arme légendaire et son attitude de maniaque des combats, est-ce que j’ai réellement une chance de l’emporter ? Eh bien, non, pas à moins qu’il ne soit soudainement pris d’un sévère mal de ventre… mais, nous ne tombons pas malade dans le jeu, donc je ferais mieux d’arrêter d’espérer un miracle.

« Puisque vous avez sélectionné votre meilleur joueur, je suppose que je vais choisir le mien également ! » déclarai-je à l’imitateur de Jin Yong avec un air indifférent. Je le dis en sachant que j’avais déjà ordonné à Kenshin de venir, et qu’il était au château, probablement déjà en route.

Petite explication : les animaux de compagnie ne peuvent pas envoyer de messages privés, et seul leur maître peut leur parler sur de longues distances. J’avais prévenu tous les habitants de la Cité de l’Infini que Sunshine et Kenshin étaient mes gardes personnels et qu’ils n’écouteraient et n’obéiraient à personne d’autre. Jusqu’à présent, personne n’avait encore eu de soupçons. Même si certaines personnes avaient envoyé des messages privés à Kenshin, ils auront probablement pensé qu’il ne souhaitait simplement pas répondre.

« Meilleur joueur ? Je pensais que le suzerain était le meilleur joueur de la Cité de l’Infini », répliqua l’homme avec confusion.

Je souris à nouveau. « Vous me portez en trop haute estime. Il y a toujours plus fort que soi. De plus, j’ai été surchargé de travail et j’ai dû quelque peu négliger mon entrainement. Comment pourrais-je être le meilleur joueur ? »

Cet imitateur de Jin Yong ne sembla pas trop s’en préoccuper, probablement dû à la confiance qu’il plaçait en ce joueur qui se trouvait au rang numéro trois, Arctic Fox. Il annonça simplement : « Dans ce cas, que le meilleur joueur de la Cité de l’Infini s’avance ! »

J’entraperçus cette remarquable tête rousse du coin de l’œil et lançai avec un certain soulagement : « Kenshin, c’est toi qui combattras Arctic Fox. »

Tout le monde se tourna vers la porte, regardant Kenshin avec doutes. Comme Kenshin ne faisait jamais rien de plus que nécessaire, il attrapa simplement son katana de la main gauche et s’avança vers Arctic Fox. Ce dernier dut sentir que Kenshin allait être un adversaire puissant, et son regard s’alluma sous l’excitation.

C’est… la bataille des hommes sans émotion ! Je soupirai. Pourquoi tous les joueurs les plus forts sont-ils froids et impassibles ? Se pourrait-il que le fait de trop s’entrainer transforme le sang en glace ?

J’attendis tranquillement le début du combat du siècle. Pourquoi est-ce que j’étais si détendu ? Eh bien, c’est que je faisais confiance à Kenshin à 100%. Inutile de souligner qu’il était la récompense d’une quête cachée. Il faut simplement considérer le fait qu’il était le boss final de la Caverne du Démon. C’est impossible pour une personne seule de vaincre le boss final d’une quête. Avez-vous déjà vu une personne réussir ?

De plus, Arctic Fox n’était qu’au niveau 92… Bon, quelqu’un au niveau 76 comme moi n’était pas en position de dire « que » au niveau 92. Mais, contre le niveau 100 de Kenshin, un niveau 92 restait faible. Pour ne rien oublier, les compétences de Kenshin dépassaient celles d’un joueur normal de niveau 100 de toute façon. Je doutais que même un joueur au niveau 120 puisse le vaincre seul, et le niveau le plus haut atteint aujourd’hui n’était que de 95. En conclusion, si Kenshin était un joueur, il serait le meilleur joueur de Second Life.

Donc, de quoi est-ce que je devrais m’inquiéter ? Si je ne me souciais pas de mon image de suzerain, je serais déjà en train de manger du popcorn et de boire d’un soda en ce moment.

En bas de l’esplanade où se trouvait le trône, tout le monde avait déserté le terrain pour les laisser se battre. Aucun des deux n’avait lâché le moindre mot depuis le début, mais je pouvais clairement voir que le visage inexpressif d’Arctic Fox commençait à vaciller. Juste au moment où je pensais qu’Arctic Fox s’apprêtait à bouger, il le fit.

Arctic Fox s’élança vivement vers Kenshin avec une vitesse qui m’aurait laissé dans un nuage de poussière. En un battement de cœur, Arctic Fox se retrouva juste en face de Kenshin et donna un coup de son épée Lame Sanglante. Kenshin remua à peine. Il dégaina simplement à moitié son katana et bloqua l’attaque. Les réflexes d’Arctic Fox étaient remarquablement vifs ; quand les deux lames se heurtèrent, sa jambe partit balayer le bas du corps de Kenshin. Cependant, Kenshin n’était pas une cible facile. Il se baissa légèrement, et la jambe d’Arctic Fox rencontra son genou… je crois que le résultat d’un duel tibia/genou est évident pour tout le monde ! Et, même si vous l’ignorez, je vous déconseille de le tester par vous-même. Je ne prends aucune responsabilité en ce qui concerne les résultats.

Constatant que le visage inexpressif d’Arctic Fox avait légèrement frémi, je pouvais affirmer que ça avait dû faire un mal de chien ! Ignorant la douleur, Arctic Fox brandit rapidement son épée pour lancer une nouvelle attaque. Cependant, Kenshin avait déjà sorti son sabre, et j’arrivais seulement à écouter le tintement constant du métal contre le métal, ainsi qu’à apercevoir quelques éclats d’argent entre les deux adversaires.

« Hurlement du Loup ! » Arctic Fox projeta plusieurs vagues de pression en forme de croissant de lune vers Kenshin pour l’entailler. Il les suivit ensuite de très près, en se dirigeant tout droit vers Kenshin lui-même. Il n’y avait aucun moyen d’éviter cette attaque, et je me levai de mon trône sous l’effet de la surprise. Je voulais vraiment plonger là-bas pour sauver Kenshin.

Kenshin est un animal de compagnie, et les animaux peuvent revivre, mais s’il meurt et est ressuscité, est-ce qu’il va garder sa conscience de soi ? Même Lolidragon n’en est pas certaine. Je ne veux prendre aucun risque, et ne surtout pas mettre la conscience de soi de Kenshin en péril.

« Transpercement du Néant ! » Kenshin assena froidement son attaque. Avant que j’eusse pu voir ce qu’il se passait, il se tenait déjà derrière Arctic Fox et ses croissants du Hurlement du Loup. Après s’être figé un instant, Arctic Fox s’écroula involontairement, teintant le sol immaculé d’une large mare de sang. Cependant, il ne se mua pas en une colonne de lumière qui s’envolait. Il semblerait que Kenshin eût prudemment évité de l’achever.

Tout le monde, moi y compris, s’était figé, pas totalement certain de ce qu’il venait de se produire. Comment Kenshin avait-il exactement réussi à éviter Hurlement du Loup ? Et depuis quand Arctic Fox avait-il reçu des blessures aussi graves ? C’était impressionnant… J’avais un tas de questions, mais je n’étais pas assez stupide pour laisser Kenshin étaler ses secrets devant toutes ces personnes. Pourquoi laisserais-je qui que ce soit d’autre découvrir les capacités de mes animaux de compagnie et y trouver des faiblesses !?

Je me rassis lentement et décrétai calmement : « Le duel est terminé, les gars. Vous pouvez guérir Arctic Fox. »

L’expression calme de l’imitateur de Jin Yong changea drastiquement, et il hurla des insultes vicieuses à l’égard d’Arctic Fox. « Sale moins que rien ! Tu m’avais dit que tu ne perdrais contre personne sauf le meilleur joueur du classement appelé Undying Man ! Maintenant que tu as perdu contre un gamin inconnu, à quoi est-ce que tu peux bien me servir ?! »

Ce gars calme échangea son expression sereine contre une expression remplie de violence, et sortit son épée pour attaquer Arctic Fox qui était étendu sans défense à terre. J’étais tellement choqué que je n’arrivais pas à articuler quoi que ce soit. Je me contentai de regarder inutilement Arctic Fox qui était sur le point de se faire massacrer sous mes yeux.

« Envol du Dragon ! » Une vie se vaporisa sous le doux murmure de Kenshin. Le gars calme n’eut même pas la chance d’émettre un gémissement avant de se changer en pilier de lumière s’élevant dans le ciel.

J’étais en quelque sorte sous le choc. C’était la première fois que Kenshin intervenait sans recevoir d’ordre de ma part.

« Grand frère ! » Les camarades du défunt glapirent et fusillèrent farouchement Kenshin du regard. Suite au regard que Kenshin leur lança en retour, ils reculèrent effrayés et détournèrent les yeux.

L’un d’entre eux se retourna et me cria : « Suzerain de la Cité de l’Infini ! Que signifie tout ceci ? Nos équipes sont venues se joindre à la Cité de l’Infini et pourtant vous avez tué notre grand frère ! »

Je me moquai d’un ton glacial : « Si vous aviez réellement eu l’intention de vous joindre à la Cité de l’Infini, dans ce cas vous ne seriez pas allés dégoter le troisième meilleur joueur de Second Life, Arctic Fox, pour me défier. Il est clair que vous vouliez uniquement créer des problèmes ! »

Après avoir déclaré cela, les personnes qui me faisaient face devinrent pâles, mais elles tinrent bon. « C’est faux ! Nous voulions simplement savoir si la Cité de l’Infini nous convenait ! »

« Ça n’a aucun sens ! Hors de ma vue. Je vais vous pardonner pour aujourd’hui, mais si l’un d’entre vous ose revenir chercher nous des ennuis, la Cité de l’Infini se montrera sans merci envers vous. » répondis-je froidement, et je me tournai vers White Bird avec impatience. « White Bird ! Montre la sortie à nos invités ! »

« Oui, Monseigneur. » Après avoir acquiescé avec respect, elle se retourna vers l’équipe avec un air féroce : « Comment osez-vous venir à la Cité de l’Infini pour jouer vos sales tours. Gardes ! »

« Ici ! » Un groupe de gars portant des armures identiques envahit soudainement la place et répondit à l’unisson.

Je manquai presque de recracher mon thé. Depuis quand est-ce qu’on a des gardes ? Même moi, le suzerain, je l’ignorais. Je leur dirai « Wei Wu… »5 un peu plus tard.

« Le suzerain a donné l’ordre de raccompagner ces personnes à l’extérieur ! » cria White Bird en fixant glacialement les invités indésirables.

« À vos ordres ! » scandèrent les gardes encore une fois à l’unisson, puis ils commencèrent à exécuter l’ordre, dirigeant les invités hors du hall principal en faisant des moulinets avec leur dao. Les soi-disant invités réalisèrent que la situation tournait mal pour eux et se dépêchèrent donc de se retirer, non sans m’avoir auparavant accordé des regards ulcérés.

« Je suis vraiment désolée, Monseigneur. » White Bird se tourna soudainement vers moi et s’excusa, le visage rempli de remords. « J’aurais d’abord dû vérifier s’ils souhaitaient réellement rejoindre la Cité de l’Infini ou s’ils cherchaient uniquement des ennuis. Je m’excuse de vous avoir obligé à vous en occuper vous-même. »

« Pas de soucis », lui répliquai-je, en me sentant peu concerné. Mes yeux étaient rivés sur la scène qui se déroulait un peu plus bas. Kenshin et Arctic Fox se scrutaient froidement. N’importe qui, en voyant ça, penserait certainement qu’ils souhaitaient s’entre-tuer. Mais d’après mon expérience avec les expressions de Kenshin, la conversation silencieuse donnait à peu près ceci :

« Ça va ? » Premier regard de Kenshin.

« Ça va. » Réponse du visage d’Arctic Fox.

« De l’aide ? » Deuxième regard de Kenshin qui soulevait légèrement un sourcil.

« Non. » Arctic Fox baissa les yeux et commença à boire une potion rouge.

Arctic Fox se leva doucement. Même si la potion rouge ne l’avait pas complètement guéri, c’était suffisant pour qu’il puisse à nouveau bouger. Il me jeta d’abord un coup d’œil, puis à Kenshin. Ça voulait probablement dire : « Je peux partir ? »

Kenshin leva les yeux vers moi, attendant mes ordres. J’arquai les sourcils en signe de refus, et Kenshin fronça légèrement les siens. Il regarda à nouveau Arctic Fox avant de lui répondre « non » du regard.

Arctic Fox ne sembla guère surpris. Il me fixa directement avec l’air de dire : « Tuez-moi, torturez-moi, faites ce que vous voulez. » Cette tête m’énerva, je lui parlai donc d’une voix inamicale : « Tu as débarqué ici en cherchant des ennuis. Alors, dis-moi, que devrais-je faire de toi ? »

« Comme vous voulez. » Le ton indifférent d’Arctic Fox me fit penser qu’on parlait du destin d’un tiers.

En observant son expression apathique, je pensai, Il ne cillerait probablement pas si je le faisais fouetter ou même si je le tuais. Donc, à quoi bon le punir ? Je préfèrerais aller battre Gui. Au moins, lui, il hurlerait pour me faire plaisir.

« Eh bien, oublie ça, puisque tu as été abandonné par le chef de ton équipe », dis-je nonchalamment.

Arctic Fox ricana : « Je n’appartiens à aucune équipe. »

Entendre ça attisa ma curiosité : « Alors, pourquoi es-tu venu aujourd’hui ? »

« Pour défier le plus fort ! » Les yeux d’Arctic Fox s’animèrent d’une lumière guerrière.

Mmh ? Intéressant. Je fomentai immédiatement un plan pour faire en sorte qu’Arctic Fox reste. Pourquoi je l’autoriserais à rester ? Eh bien, si je disposais d’un autre joueur puissant que je pouvais envoyer combattre, je n’aurais pas besoin de me reposer autant sur Kenshin.

« Rejoins la Cité de l’Infini ! » Je sautai les formalités pour aller droit au but.

« Non ! » Arctic Fox me donna également une réponse claire et nette.

Je révélai un discret sourire sournois. « Joins-toi à moi. Après ça, je te promets que tu pourras défier Kenshin autant de fois que tu le souhaiteras. »

En entendant ça, les yeux d’Arctic Fox hésitèrent. Quand même, le regard que me jette Kenshin à l’instant est un peu trop sévère.

Je jouai ma carte ultime. « Ou peut-être que tu es effrayé à l’idée de le défier une nouvelle fois ? Bon, je peux le comprendre. Kenshin est si fort qu’il semble à peine humain. Ce n’est pas surprenant que tu sois apeuré. »

« N’importe quoi ! » Arctic Fox plissa dangereusement les yeux.

Je ris malicieusement. Ce stratagème n’échoue jamais, que ce soit belle-sœur Yu Lian qui l’utilise contre Western Wind ou moi-même pour tromper Arctic Fox.

L’expression d’Arctic Fox devint soudainement affreuse : « Je n’obéis à aucun ordre. »

« Dans ce cas, tu peux avoir le même rôle que Kenshin et devenir mon garde personnel. Tu n’auras à écouter personne, à l’exception de moi. Et, à part quand je t’appellerais pour relever les défis d’adversaires puissants, je ne donne généralement aucun ordre », lui assurai-je doucement avec le sourire.

« Hum… » Arctic Fox hésita, mais, quand il se tourna pour contempler Kenshin, le regard qu’il exprimait était celui qu’on adressait à un être aimé. Il examina Kenshin de la tête aux pieds, puis des pieds à la tête. Par la suite, l’agrément sur son visage remplaça le désaccord.

Je ne ressentis pas le besoin d’attendre la réponse et continuai : « D’accord, le marché est conclu dans ce cas. Quand, je n’ai aucun ordre à te donner, tu peux suivre Kenshin, ou il peut te suivre. Tous les deux, vous pouvez aller où bon vous semble, mais je vous demanderais simplement de ne pas quitter le Continent Central. »

Avant de quitter la pièce, je ne résistai pas à la tentation de jeter un bref regard à Kenshin. Je fus certain à 100% qu’il souhaitait m’envoyer à la Caverne du Démon en tant que fantôme !

Notes de bas de page

1 Déesse de la mer : Māzǔ (媽祖) est la déesse de la mer qui veille sur les marins et les pêcheurs. Comme Taiwan est une île, les ancêtres des Taiwanais devaient se reposer sur les bienfaits de la mer pour se sustenter et obtenir des richesses, c’est pourquoi 媽祖 est très vénérée là-bas. Pour plus d’informations (en anglais) : http://en.wikipedia.org/wiki/Mazu_%28goddess%29

2 Empereur de Jade : Au sein de la culture Taoïste populaire, l’empereur de Jade est l’un des dieux suprêmes, régnant sur les cieux ainsi que sur tous les royaumes inférieurs, incluant celui des hommes et de l’Enfer. Pour plus d’informations (en anglais) : http://en.wikipedia.org/wiki/Jade_Emperor

3 Séparé la mer rouge : Il s’agit d’une référence biblique. Moïse divisa la mer rouge lorsqu’il guida le peuple d’Israël hors de l’esclavage égyptien. Il y a un manque de clarté. Est-ce censé être un fait totalement différent de la référence à Jésus Christ (qui avait accompli de nombreux miracles, mais pas celui-ci) ou est-ce une méconnaissance des traditions chrétiennes de l’auteure Yu Wo ?

4 Jin Yong : Comme il a été mentionné dans l’un des chapitres précédents, Jin Yong est un auteur chinois de roman wuxia très célèbre. Lolidragon était à l’origine un des personnages de son roman Le retour des héros condor. Pour plus d’informations (en anglais) : http://en.wikipedia.org/wiki/Jin_Yong

5 Wei Wu : La phrase 威武 (wēi wǔ) signifie littéralement « formidable / prestige militaire ». C’est à l’origine une citation du philosophe chinois Mencius, « le prestige militaire ne peut être influencé » (威武不能屈), et qui a été adoptée comme réplique d’ouverture standard dans les cours de justice chinois.

Leave a Reply