Romance RPG : Partie 25

posted in: Romance RPG | 0

Romance RPG

Roman d’origine en chinois par : 御我 (Yu Wo)


Part Twenty-five – traduit du chinois vers l’anglais par Minna[PR!]
Partie Vingt-cinq – traduit de l’anglais au français par AkaiiRia
+ travail de vérification par Nocta

Le temps passa très vite. Dans le jeu, le travail de Meng et de l’Épée-Fantôme dans la boutique de robes se déroula sans anicroche. Même le patron n’avait pu se retenir de fabriquer des chaussures, un chapeau et une paire de gants pour récompenser le bon travail de Meng. De plus, le prince Édouard visita très souvent la boutique, afin de fréquemment discuter avec Meng et l’Épée-Fantôme. Bien que l’Épée-Fantôme ne voulût pas l’admettre, le prince Édouard semblait avoir une impression favorable de Meng. C’est un miracle !

Chaque fois qu’Édouard venait à la boutique, Ye Meng Ling était exceptionnellement occupée en dehors du jeu le jour suivant, parce que le visage de Lin Jian Yin se retrouvait déformé au point d’en être méconnaissable.

Malgré le fait qu’il fût dans cet état, Ye Meng Ling parvenait toujours avec succès à réduire la fréquence à laquelle il détruisait des objets. Leurs opinions coïncidaient également, alors Lin Jian Yin ne pouvait presque pas trouver d’émissions de télé dont il fût insatisfait ou auxquelles il n’avait pas envie d’aller parmi les emplois qui lui étaient confiés.

« Tu peux partir plus tôt aujourd’hui », déclara Lin Jian Yin à Ye Meng Ling sur un ton neutre.

En réalité, il savait qu’aujourd’hui était un jour spécial. Ye Meng Ling n’arrivait pas à se concentrer non plus et avait l’air d’avoir trop de choses qui lui occupaient l’esprit. S’il s’était agi de n’importe quel jour habituel, Lin Jian se serait mis à la réprimander, mais il lui pardonna pour l’occasion. Après tout, un bal et un prince parfait déconcentreraient n’importe quelle jeune femme.

« Je peux ? » Ye Meng Ling paraissait très prise au dépourvu.

Lin Jian Yin haussa les épaules, comme si ça ne le dérangeait pas.

« Merci. » Ye Meng Lin sourit et se mit à ranger ses affaires. Avant de partir, elle ne put s’empêcher de tourner la tête avec inquiétude, jusqu’à ce que Lin Jian Yin lui fasse un « OK » de la main. Seulement à ce moment-là ferma-t-elle la porte et s’en alla-t-elle.

Pas même une minute après que son agente eût fermé la porte, Lin Jian Yin saisit impatiemment ses clés de voiture, ouvrit la porte à la hâte et manqua d’entrer en collision avec la personne qui se trouvait de l’autre côté.

« Bai Xue Chen, essaierais-tu de me faire mourir de peur !? » s’énerva Lin Jian Yin.

« J’ai entendu dire qu’une certaine épée allait emmener sa propriétaire pour assister à un bal aujourd’hui ? » Bai Xue Chen changea de sujet pour éviter de répondre à sa question.

Lin Jian Yin roula impoliment des yeux à son intention. « Ça ne te regarde pas ! »

Le visage de Bai Xue Chen sombra. Il devint soudainement très sérieux et le réprimanda : « Jian Yin, ne me dis pas que tu as vraiment l’intention d’emmener Meng Ling au bal pour qu’elle et le prince se marient ensemble. »

Les yeux de Lin Jian Yin s’agrandirent, comme si le chanteur ne comprenait pas pourquoi Bai Xue Chen lui reprochait une telle chose. Confus, il répliqua : « C’est le but du jeu. Quelque chose ne va pas avec ça ? »

Ce fut au tour des yeux de Bai Xue Chen de s’agrandir à présent. Son meilleur ami pointa le nez de Lin Jian Yin avec son doigt. « Tu n’es pas sérieux quand tu dis que tu veux éloigner de toi la fille que tu aimes, n’est-ce pas ? »

Lin Jian Yin repoussa le doigt de son ami, en répondant avec nonchalance : « Qu’est-ce que tu veux dire par la fille que j’aime… »

« Songes-y. Un beau prince pourrait tenir Meng Ling dans ses bras pendant qu’ils danseraient, et il pourrait même se pencher sur elle pour lui murmurer à l’oreille. S’ils se baladaient dans un jardin fleuri sous le clair de lune, ce ne serait même pas étonnant s’ils s’embrassaient passionnément. Si les choses se déroulaient comme ça, ça ne te dérangerait pas du tout ? » Bai Xue Chen arborait une expression d’incrédulité.

Quelqu’un d’autre qui sert Meng très fort dans ses bras en lui murmurant à l’oreille et qui l’embrasse même passionnément… Le cœur de Lin Jian Yin devint lourd, une expression mécontente se formant clairement sur le visage du jeune homme.

Au moins, cet idiot n’est pas complètement insensible. Bai Xue Chen put enfin pousser un soupir de soulagement. Il donna une claque sur l’épaule de Lin Jian Yin, croyant que ce dernier s’était rendu compte des sentiments qu’il éprouvait et qu’il ne céderait plus Meng à une autre personne aussi facilement.

« Va vite rejoindre Meng. Ne la laisse pas seule. »

En entendant que Meng était livrée à elle-même, Lin Jian Yin cessa de penser et n’eut pour seule envie que de rentrer à la maison au plus tôt afin d’accompagner Meng dans le jeu. Elle avait toujours manqué de courage, et aujourd’hui était un grand jour, alors elle devait être effroyablement inquiète.

 

 

Quand l’Épée-Fantôme ouvrit les yeux, la première chose qu’il aperçut fut le dos de Meng. La jeune femme avait déjà revêtu sa robe rose ainsi que les gants, les chaussures et le chapeau de même style que le patron avait confectionnés pour elle. L’Épée-Fantôme jeta un regard appréciatif à Meng qui se tenait dos à lui, sa silhouette mince tout simplement féérique. Elle s’était transformée d’une vieille dame qui faisait ses courses à l’épicerie du coin en une jeune femme à l’apparence féérique. Pour l’Épée-Fantôme, ce voyage déchirant d’un opposé à l’autre ressemblait au passage à l’âge adulte d’une enfant.

« Meng, tourne-toi et laisse-moi te regarder », s’exclama l’Épée-Fantôme.

Meng se figea. Puis, elle se retourna un peu nerveusement. À cet instant-là, l’Épée-Fantôme découvrit qu’elle avait appliqué un peu de maquillage, la faisant paraître encore plus mignonne et rafraîchissante. Si j’avais des mains, je serais sans doute incapable de me retenir de la serrer dans mes bras, furent les pensées de l’Épée-Fantôme. Il se rappela alors immédiatement ce que Bai Xue Chen avait dit à propos du fait que Meng était la personne qu’il aimait. Comment est-ce que ça pourrait être possible ? C’est mon agente, la femme que j’ai aidé à se transformer. Moi, tomber amoureux d’elle ? On n’est pas dans une histoire du genre Hikaru Genji Plan !

Meng donnait toujours l’impression d’être très inquiète. Elle fronça les sourcils comme elle lâchait : « Épée-Fantôme, il vaudrait peut-être mieux que je n’assiste pas au bal après tout ? »

« Pourquoi ? » L’Épée-Fantôme se figea. Les derniers jours passés dans le jeu n’étaient-ils pas spécifiquement pour se préparer à ce bal ?

Meng afficha une expression quelque peu consternée. « C’est juste qu’Édouard est trop parfait. »

« Et, c’est mal ? » C’était à présent un plus grand mystère encore pour l’Épée-Fantôme. Il existe vraiment des gens qui n’aiment pas les personnes parfaites ?

« Comment je pourrais expliquer… » Meng eut du mal à trouver les mots : « Trop parfait, trop… » Même après avoir cherché, elle ne parvenait toujours pas à énoncer le moindre défaut que possèderait Édouard. Cependant, le fait de ne pas être en mesure de lui trouver le moindre défaut était exactement ce qui lui faisait sentir que tout ça était extrêmement irréel.

« Ne sois pas idiote ! » l’interrompit l’Épée-Fantôme avec impatience. « Notre but est que tu épouses le prince. As-tu l’intention d’abandonner ? »

En entendant l’Épée-Fantôme dire ça de cette façon, Meng fut un peu prise au dépourvue et lui demanda ensuite : « Est-ce que ton but était également que je me marie avec le prince ? »

« Évidemment. » L’Épée-Fantôme répondit sans réfléchir, mais, subitement, l’image d’Édouard en train d’échanger un baiser passionné avec Meng apparut dans son esprit. L’Épée-Fantôme fronça les sourcils. Cette image le contrariait beaucoup, voire énormément.

Meng tomba silencieuse pendant un moment et dit d’un air morne : « Je comprends. Allons-y. C’est bientôt l’heure. »

L’Épée-Fantôme était occupé à réfléchir au sentiment qui rendait son cœur mal à l’aise et ne remarqua pas le manque d’enthousiasme dans la réponse de Meng. Meng ramassa l’épée de sa propre initiative et se mit en route pour le palais.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *