La Légende du Chevalier du Soleil T1C4 : Ta Capacité à Te Rétablir doit Être Plus qu’Excellente

La Légende du Chevalier du Soleil Tome 1 – Une Introduction à l’Histoire des Chevaliers

Roman version d’origine en chinois par : 御我 (Yu Wo)


Chapter 4 : One’s Ability to Recover has to be Better than Good – Traduit du chinois vers l’anglais par Erialis[PR!] et Raylight[PR!]
Chapitre 4 : Ta Capacité à Te Rétablir doit Être Plus qu’Excellente – Traduit de l’anglais vers le français par AkaiiRia
+ Travail de vérification par LuluHime

Comme j’avais perdu l’équivalent d’une rue entière de sang, mes vacances de trois jours furent prolongées jusqu’à une semaine avec succès. J’ai entendu dire que, initialement, Leaf avait même eu l’intention de m’aider à les étendre jusqu’à un mois. Malheureusement, Sa Sainteté le Pape semblait avoir une mission à me confier, alors sa tentative avait échoué. Soupir ! Leaf, tu es vraiment un type sympa.

Je versai d’une main du lait surit dans une bassine remplie de farine gluante pendant que mon autre main remuait la substance visqueuse en utilisant le fourreau de l’Épée Divine du Soleil. Je dois vraiment dire que le fourreau de l’Épée Divine du Soleil peut avoir des utilités diverses et incroyables. Comme le fourreau est presque entièrement fait d’or, on peut être sûr qu’il ne rouillera jamais, qu’il serve à agiter cette mixture de masque corporel ou à remuer mon cidre.

Non seulement le fourreau ne se salira pas après l’avoir utilisé pour mélanger quoi que ce soit, mais il brillera encore plus que si vous l’aviez essuyé avec un chiffon !

Hmm, il semblerait que le masque corporel soit presque prêt. Je devrais pouvoir commencer à me recouvrir le corps avec la mixture. Après m’être battu aussi longtemps hier, plus le fait de m’être évanoui par manque de sang, je n’avais pas eu l’occasion d’appliquer le masque corporel à temps la nuit dernière. Lorsque je m’étais réveillé ce matin et que j’avais jeté un coup d’œil au miroir, j’avais pratiquement manqué de m’évanouir sur-le-champ ; ma peau était passée de la couleur du lait surit à la couleur du miel !

Mon dieu ! Il semblerait que je ne serai pas en mesure de sauver ma peau claire si je n’applique pas le masque corporel pendant une semaine entière.

« S-Sun ! Mais, que fais-tu ? » Le Chevalier de la Forêt avait tout d’un coup ouvert la porte de ma chambre et me regardait bouche-bée, les yeux grands ouverts.

J’ai terminé de mélanger le masque corporel et m’apprêtais à m’en recouvrir le corps… pensai-je avec raideur, une poignée de masque corporel à la main.

Merde ! J’avais oublié de verrouiller ma porte. De tous les moments que Leaf pouvait choisir pour oublier de frapper avant d’entrer !

C’est bon, c’est bon ! J’étais seulement sur le point de me recouvrir avec le masque corporel ; je ne l’avais pas encore appliqué. Autrement, si Leaf me voyait alors que je ressemblais à une créature monstrueuse en décomposition, il est tout à fait possible qu’il me traînerait devant mon bon ami le Chevalier du Jugement, qui m’interrogerait alors pour voir si j’avais été possédé par un esprit malveillant.

« Pourquoi t’es-tu levé ? Après avoir perdu autant de sang hier, tu devrais rester au lit et te reposer un peu ! »

Leaf traversa rapidement l’espace nous séparant et se dépêcha de me clouer au lit d’une main, et me recouvrit avec une couverture.

Je levai les yeux au ciel. Hé ! Il y a encore une poignée de masque corporel dans ma main, tu sais !

« Sun, pourquoi tiens-tu cette poignée de farine gluante ? » M’ayant recouvert avec une couverture, Leaf regardait maintenant avec incompréhension ma main droite que j’avais écartée de la couverture.

Leaf observa pensivement le masque corporel pendant un moment (bien qu’il semblât plus être dans la lune), puis il se tourna vers moi en souriant. « J’ai compris. Tu as faim, n’est-ce pas ? »

… Comment diable en es-tu arrivé à cette conclusion ? Ce tas de mixture te semble-t-il le moins du monde comestible ?

« Tu vas tomber malade si tu manges ce genre de chose. »

Leaf me gratifia d’un regard quelque peu réprobateur pendant qu’il récupérait le masque corporel dans ma main, le jetait dans la bassine à l’intérieur de laquelle je l’avais mélangé pour ensuite ramasser la bassine. Alors qu’il se dirigeait vers la porte, il regarda par-dessus son épaule en souriant et dit : « Je vais aller te chercher quelque chose à manger à la cuisine. »

Hé, pas si vite ! Je n’ai rien contre le fait que tu m’aides à obtenir quelque chose à manger, mais où emmènes-tu mon masque de soin pour la peau ?

Cette bassine de masque corporel m’avait coûté l’équivalent de cinq jours de mon salaire. J’avais bien l’intention de le faire durer une semaine entière !

Leaf marcha jusqu’à la porte et l’ouvrit d’un coup sec, seulement pour être immédiatement choqué par la personne se tenant à l’extérieur. La bassine glissa de ses mains et commença à tomber…

Mon masque corporel qui m’a coûté l’équivalent de cinq jours de mon salaire ! Je sautai hors du lit, mais je ne pouvais possiblement pas arriver à temps pour sauver mon salaire…

Thump !

La personne se tenant derrière la porte attrapa calmement mon salaire en déployant son bras. Son être tout entier ressemblait à un nuage sombre et menaçant, puisque non seulement ses cheveux, ses yeux et ses vêtements étaient noirs, mais aussi même l’atmosphère l’entourant paraissait sombre et lugubre. Cette personne n’est nul autre que celui qui laisse la peur dans les cœurs de quiconque l’aperçoit, quelqu’un que même les fantômes fuient au premier regard : le Chevalier du Jugement.

« Capitaine-Chevalier du Jugement, puis-je vous demander si vous avez à faire ici ? » demanda prudemment le Chevalier de la Forêt.

J’ai pratiquement oublié de mentionner que le fait que le Chevalier du Jugement soit mon « meilleur ami qui n’est pas un ami » est un secret connu de nous deux  uniquement. En apparence, notre relation est quand même comme l’eau et le feu.

De plus, il semblerait qu’entre les membres de la « Bonne faction au Grand Cœur » et ceux de la « Cruelle Faction au Cœur de Pierre », notre relation soit exceptionnellement bonne ; tous les autres chevaliers voient véritablement les membres de la faction opposée avec aversion. Clairement, l’endoctrinement de l’église durant notre enfance fut un immense succès.

Le visage froid de Judgment était sans expression, son aura étant imposante sans même qu’il ne fasse quoi que ce soit. De sa voix singulièrement profonde – qui avait effrayée à mort Dieu sait combien de criminels – il dit : « Je suis venu livrer les instructions du Pape au sujet d’une mission. »

Il n’y avait aucune chance pour qu’un type aussi gentil que Leaf puisse possiblement l’emporter sur l’aura du Chevalier du Jugement, alors il se tourna pour me regarder avec un sourire gêné. « Sun… »

M’être précipité hors de mon lit m’avait un peu étourdi, alors je me rassis lentement mais gracieusement sur le lit et dis : « Chevalier de la Forêt, puisqu’il s’agit d’une mission ordonnée par sa Sainteté le Pape, Sun se doit évidemment d’écouter attentivement. »

« Mais tu es grièvement blessé ; tu devais te reposer », insista Leaf en s’inquiétant.

« Je t’en prie, ne sois pas troublé, Leaf. Sun est sous la protection du Dieu de la Lumière. »

Si tu m’obliges encore à ouvrir la bouche pour parler une autre fois, je vais vraiment m’évanouir !

« Dans ce cas… c’est d’accord. » Leaf quitta ma chambre, impuissant, en fermant la porte derrière lui.

Judgment verrouilla la porte de façon considérée, afin d’empêcher encore quelqu’un d’autre d’entrer à l’improviste dans ma chambre sans frapper.

Judgment s’assit et déposa la bassine de masque de soin pour la peau. Sans perdre son temps avec des banalités, il alla droit au but. « Le Pape prend le récent incident très au sérieux. Il veut que tu découvres les origines du Chevalier de la Mort d’ici une semaine, et que tu le fasses secrètement. »

Je savais bien que cet enfoiré de vieux radin ne pouvait pas être charitable au point de m’offrir une absence d’une semaine !

« Sun ne comprend pas ; de quelle mission pourrait-il s’agir pour qu’elle ne puisse être placée sous l’illumination du Dieu de la Lumière ? » Je me sentais peu enthousiaste ; les missions de ce genre, qui requièrent des recherches discrètes, sont généralement synonymes de danger.

« Je ne sais pas », répondit Judgment rapidement.

« Même s’il s’agit d’un Chevalier de la Mort, ceci ne devrait pas nécessiter autant d’attention que le Pape y accorde, alors pourquoi doit-il envoyer Sun en particulier pour mener l’enquête ? »

J’étais vraiment inquiet. Bien que le maudit vieillard sache comment bien exploiter les chevaliers, et que ma capacité à guérir était plus que juste ordinairement bonne, cette fois-ci j’avais, après tout, perdu l’équivalent d’une rue entière de sang. S’il ne me permet pas de me reposer pendant trois jours, je pense qu’il me serait impossible de retourner à mon état d’origine. Si les choses sont vraiment si urgentes, pourquoi n’envoie-t-il pas les autres chevaliers sacrés pour mener les investigations ?

« Le Pape ne désire aucunement voir les résultats de l’enquête. Après que tu auras découvert la vérité, me le dire suffira amplement. » Alors que le Chevalier du Jugement parlait, ses yeux étaient sévères, bien que cette sévérité ne fût pas dirigée vers moi mais plutôt vers le criminel.

Oh… Il veut que le Chevalier du Soleil aille en douce mener une enquête sur le sujet et que, par la suite, le Chevalier du Jugement se débarrasse du criminel subrepticement ? Il semblerait que ce problème ne soit en effet pas une affaire ordinaire de tous les jours.

Si je ne fais que raconter ça de cette façon, je crois que probablement personne ne comprendra vraiment quels mots secrets ont été échangés entre Judgment et moi, alors je ferais mieux de tout expliquer en détail encore une fois.

 

 

Premièrement, nous allons commencer par l’explication sur la naissance d’un Chevalier de la Mort. Pour faire s’éveiller un Chevalier de la Mort, eh bien, ce n’est pas que je veuille m’en plaindre, mais il s’agit effectivement d’un procédé extrêmement difficile. On doit en premier lieu préparer deux « nécessités » pour pouvoir lui donner naissance, ainsi qu’un type de « nourriture » pour permettre au Chevalier de la Mort nouveau-né de devenir plus puissant en grandissant.

La première nécessité est un nécromancien de haut niveau.

Même si ce n’est pas considéré trop difficile d’en trouver un, ce n’est tout de même pas facile. Après tout, les nécromanciens eux-mêmes ne sont pas un choix populaire de métier. En plus, cette profession fait face à un grave préjudice, ainsi les nécromanciens ne peuvent vivre que dans des montagnes désolées1 de toute population, dans des cimetières ou autre endroit de ce genre.

La seconde nécessité est un cadavre tout frais dont l’aura rancunière atteint le ciel, et dont la vengeance n’a pas encore été assouvie.

Trouver un tel cadavre est aussi difficile que de trouver un nécromancien.

Sans doute, vous diriez : en quoi est-il si difficile de trouver un cadavre possédant un tel ressentiment ?

Je dois vous dire par contre qu’il ne peut s’agir de n’importe quelle petite complainte ou dispute, ou d’un petit sentiment de vengeance comme de ne pas avoir eu sa portion de nourriture avant de mourir. Pour être en mesure de créer un Chevalier de la Mort, ce doit être une injustice aussi grande que le ciel ainsi qu’une obsession suffisamment forte pour ressusciter les morts !

Et la seule nourriture qui aidera le Chevalier de la Mort « nouveau-né » à devenir puissant est : « Une obsession dont le vœu ne peut être exaucé » !

Plus il sera difficile pour le Chevalier de la Mort de faire exaucer son désir, plus il ressentira de haine. La haine agit comme nourriture et permettra au Chevalier de la Mort nouveau-né de grandir jusqu’à-ce qu’il soit intelligent et puissant. Lorsque sa haine et son obsession atteignent leur paroxysme, il évolue en Seigneur de la Mort et, dans ce cas, les choses deviennent effectivement très sérieuses.

Peu importe à quel point un Chevalier de la Mort peut être puissant, il n’y en a qu’un seul. Cependant, un Seigneur de la Mort possède les pouvoirs d’un nécromancien hautement habile. Non seulement peut-il invoquer une armée de morts-vivants, mais il peut même utiliser différentes sortes de magie pour apporter son assistance à son armée de créatures des ténèbres.

En d’autres mots, il ne devrait jamais être permis à un Seigneur de la Mort de naître, autrement ce serait la pire des catastrophes.

Après avoir parlé de la naissance d’un Chevalier de la Mort, il est temps de parler de comment on annihile un Chevalier de la Mort. La façon la plus simple est d’employer la force et de le massacrer pour ensuite le brûler complètement, et tous les problèmes sont résolus !

La deuxième façon est de mener une enquête pour découvrir quel était l’objet de l’obsession du Chevalier de la Mort et de l’injustice qu’il a subi pour l’aider à obtenir sa vengeance. Après s’être occupé de son obsession, il montera au ciel de lui-même.

Bien que la deuxième méthode siée bien plus à la justice et la moralité, tout le monde a cette tendance de le massacrer sur-le-champ, puisque c’est bien plus facile.

« Pourquoi Sa Sainteté le Pape est-elle si concernée par ce Chevalier de la Mort ? »

J’étais extrêmement curieux, car il semblerait que ce maudit vieillard possède encore une conscience. Après avoir été à cette position élevée de Pape depuis si longtemps, je crois qu’il ne doit pas rester grand-chose de cette conscience. Cette fois-ci, il voulait en fait que je mène spécialement une enquête sur l’injustice qu’avait subie un Chevalier de la Mort, chose qui ferait même crier « Incroyable ! » au Dieu de la Lumière en personne.

Judgment me regarda d’un air étrange et dit lentement : « J’eus ouï-dire que les seuls mots que le Chevalier de la Mort eût prononcés furent qu’il reviendrait te trouver… ? »

Je hochai la tête. Ouais, c’est exact ! Il a dit qu’il reviendrait me trouver… Bon sang, je comprends maintenant !

Normalement, la seule personne que le Chevalier de la Mort voudrait harceler devrait être la personne qui serait la proie de sa haine ou de son obsession…

« On me suspecte ? » J’étais stupéfait et avais même oublié d’ajouter des phrases décoratives et de louanger le Dieu de la Lumière.

Judgment hocha à son tour la tête, le visage sérieux.

Avec ma tête aux prises avec des sueurs froides, je clarifiai : « Je ne l’ai pas tué, je ne le connais même pas ! »

Judgement hocha à nouveau la tête et partit après quelques mots. « Dans ce cas, trouve la vérité et prouve ton innocence. Tu devras bouger rapidement par contre, puisque tout le monde commence à avoir ses doutes. »

 

 

Je sens que si je devais mourir maintenant, il y a 99% de chance que je devienne un Chevalier de la Mort. Mon ressentiment est aussi profond que l’océan !

Premièrement, le Chevalier de la Mort m’avait frappé d’un coup d’épée pour des raisons inconnues et mon sang s’était gaspillé sur toute une rue en entier. Ensuite, je pensais que j’avais gagné l’équivalent d’une semaine de vacances, uniquement pour découvrir que cette fameuse semaine devait servir à mener une enquête sur le problème. De plus, il se trouve que le plus grand suspect dans cette affaire, c’est moi-même !

Je voulais au départ appliquer mon masque corporel, m’étendre sur mon lit pendant trois jours complets, pour ensuite me lever et prendre mes vacances. Cependant, maintenant que je sais que je suis considéré comme un suspect, comment pourrais-je encore oser rester au lit ?

Dès que Judgment fut parti, je me levai en tremblotant. Je n’avais qu’une semaine, et rechercher la vérité était une chose très difficile en elle-même. Sans oublier de mentionner que c’était un cas concernant le Chevalier de la Mort, et Dieu sait pendant combien de temps le Chevalier de la Mort avait été mort dès le départ !

Donc, bien que je me sentisse comme si je pouvais m’évanouir à tout moment, je me traînai tout de même lentement avec toute ma volonté pour mener à bien mon enquête. Si je meurs à cause de ça, je vais définitivement me transformer en Chevalier de la Mort et ensuite retrouver ce Chevalier de la Mort pour me venger ! J’enfilai en vitesse ma cape et amenai avec moi l’authentique Épée Divine du Soleil. Qui sait quand ce Chevalier de la Mort reviendra pour me trouver. Il vaudrait mieux amener avec moi l’Épée Divine du Soleil pour plus de sûreté.

Je voulais originellement partir et prendre un cheval. Cependant, en y repensant bien, je me rappelai que je souffrais présentement d’une sérieuse déficience sanguine. Je me sentais déjà étourdi et, si je devais grimper sur un cheval et être balancé dans tous les sens, je risquais de tomber directement en bas du dos du cheval et de mourir.

Je suppose que je ne peux que marcher dans ce cas. Espérons que je ne m’effondrerai pas à mi-chemin.

Dans le but d’éviter les problèmes, je tirai le capuchon de ma cape plus bas, ne désirant nullement être reconnu de la foule. Ensuite, je me déplaçai lentement et, parfois, il y eut des personnes faisant des cercles autour de moi en passant par les côtés pour me dépasser, qui roulaient des yeux comme pour dire : « Qu’est-ce qui te prend de marcher à la vitesse d’une tortue ? »

Le moi actuel, qui souffrait d’une sévère basse pression sanguine, était trop paresseux pour se soucier des autres, je continuai donc mon style de déplacement à la vitesse d’une tortue. Pendant que je marchais, la rue devint de plus en plus déserte. La scène alentour passa d’une grosse pile de magasins riches et occupés jusqu’à des résidences et des maisons en ruines. Le nombre de passants bloquant la rue diminua aussi graduellement et, finalement, il n’en resta seulement que quelques-uns par deux ou par trois. Leurs expressions étaient vides, comme s’ils ne savaient pas où aller.

« Yoooo ! Quelle jolie cape ! Jeune maître, tu n’arrives pas à trouver ta nourrice ? » Quelques-uns des ivrognes étendus sur le côté de la route rirent en plaisantant.

Je continuai de marcher jusqu’à dépasser ces ivrognes. Même mes pas maintenaient cette même lenteur. Finalement, je marchai jusqu’à un coin sombre où même les habitants de cette rue malfamée n’oseraient pas aller et m’arrêtai devant une maison en ruines, qui donnait l’impression qu’aucun être vivant ne vivait là. Puis, je levai lentement la tête pour observer cette maison.

Thump !

Je défonçai la porte d’entrée d’un coup avec mon pied et me précipitai à l’intérieur, en criant de rage : « Saleté de Cadavre ! Montre-toi ! J’ai des problèmes à cause de toi ! »

À l’intérieur de la maison, il n’y avait que quelques tables et chaises pourries renversées. Il y avait même des toiles d’araignées vraiment denses qui recouvraient les meubles. Si quelqu’un avec suffisamment de cran devait se précipiter dans la maison, dans ce cas il se retrouverait directement coincé dans les toiles d’araignées pour se transformer en un cocon de soie géant.

Pour cette raison, même un chien errant ne vivrait pas dans ce genre d’endroit.

Cependant, je sais que ce n’est qu’une façade que les nécromanciens utilisent afin d’éviter les gens possédant de sérieux préjudices pour leur travail.

« Sale Cadavre ! Tu n’as pas du tout l’intention de sortir de ta cachette, hein ? » Je tendis lentement la main de dessous la cape et, ensuite, la blanche et élégante– Bon sang ! C’est une main couleur de miel !

Sniff ! Je suis devenu le Chevalier du Soleil couleur de miel !

Oublie ça, commence par retrouver ce stupide Cadavre avant de t’en soucier. Même sans réciter d’incantations, mes mains commencèrent à briller avec la lumière de la magie sacrée. La lumière passa de faible à puissante et, au final, la douce lumière blanche emplit l’entière demeure en ruines.

Non pas que je veuille m’en vanter, mais d’être capable de rassembler autant de lumière sacrée sans réciter d’incantation est quelque chose que très peu de gens peuvent faire. Même parmi les guérisseurs les plus haut-gradés, incluant les cardinaux du Pape, il n’y a qu’une poignée de gens qui peuvent le faire.

Lorsque mon maître m’enseignait la magie, il disait souvent par surprise : « Mon enfant, tu possèdes vraiment un talent inné comme guérisseur. »

« Vraiment ? » Mon moi enfant en était extrêmement joyeux, car à cette époque j’étais bouleversé au sujet de ma tragique technique à l’épée.

« Ouais, si tu étais entré au Sanctuaire de la Lumière en premier lieu, dans ce cas, dans le futur, tu serais définitivement devenu le plus grand Pape de toute l’histoire du Sanctuaire de la Lumière ! »

Avec des yeux brillants, je m’étais imaginé l’honneur et la gloire d’être le plus grand Pape…

« Mais, puisque tu es initialement entré au Temple Sacré, eh bien tu ne pourras qu’être un très faible Chevalier du Soleil dans l’avenir. »

Comme on s’y attend, les femmes sont effrayées à l’idée d’épouser la mauvaise personne, et les hommes sont effrayés à l’idée d’obtenir la mauvaise profession. Un seul instant de mauvais choix de carrière m’avait, en fait, fait passer du plus puissant au plus faible. Je regrette amèrement cette décision. Les enfants sont stupides et s’imaginent toujours que les chevaliers maniant l’épée et portant une armure ont la classe.

Maintenant, je sais qu’être guérisseur est véritablement le meilleur choix de carrière !

Comme ils n’ont pas besoin de manier l’épée, ils n’ont pas besoin de dépenser d’argent pour en réparer une. Ils ont bel et bien besoin d’argent pour acheter une baguette, mais à en juger par ma capacité à rassembler la lumière divine, une branche d’arbre ferait amplement l’affaire !

De plus, les guérisseurs n’ont pas besoin de porter d’armure, alors ils n’ont pas besoin d’en acheter, et ils n’ont pas non plus besoin de dépenser de l’argent pour en réparer une lorsque l’ennemi aura réduit leur armure en pièces. Bien que les guérisseurs aient tout de même besoin d’acheter des robes de guérison, toutefois, je répète qu’à en juger par ma capacité à rassembler la lumière divine, m’habiller avec un rideau blanc ferait tout à fait l’affaire !

Les dieux m’ont offert un potentiel de guérison si grand et, pourtant, j’ai choisi de devenir chevalier. En plus, c’est également un travail que tu ne peux regretter, ne peux changer pour une autre profession, et que tu ne peux que continuer d’être jusqu’au jour de ta retraite ou de ta mort : le Chevalier du Soleil… Même moi j’ai envie de me gronder pour avoir été aussi idiot !

Ah, le regret… 

« Sun, Sun ! » Les cris stridents interrompirent mes remords.

Je tournai la tête abruptement et vis qu’une petite ombre floue s’enfuyait dans tous les sens, en hurlant mon nom comme si sa vie en dépendait. Voyant la situation, je rassemblai vers moi toute la lumière sacrée avec un son de « whoosh ».

« Sniff ! Comme c’est douloureux ! » La petite ombre s’accroupit dans un coin, mais à ce moment….

Rose, rose, tout était rose dans la pièce !

C’est dingue ! Cet endroit n’a totalement pas besoin qu’on emploie la magie illusoire pour dissimuler qu’une nécromancienne vit ici.

Qui croirait que cette maison avec ses murs roses, ses tables et ses chaises roses, son lit rose, et même avec ses poupées roses la regorgeant complètement, est en fait le repère d’une nécromancienne ?!

« Sun… » La petite ombre tira timidement sur ma cape.

Je baissai la tête pour voir – c’est exact ! Je baissai la tête, parce que la grandeur de cette chose n’atteignait que la hauteur de ma taille ! – la nécromancienne. Je lui lançai un regard menaçant avec une expression à la fois féroce et sérieuse.

La toute petite ombre s’accroupit et commença à pleurnicher doucement à cause de mon regard. « Pourquoi pleures-tu ? Tu es une nécromancienne ! » Je fixai du regard la petite ombre sans y croire et grondai : « En plus, la personne qui devrait pleurer c’est moi. Non seulement je me suis fait trancher et ai saigné l’équivalent d’une rue entière de sang, mais on m’a même soupçonné d’avoir commis quelque chose d’impardonnable par les cieux, et ainsi un Chevalier de la Mort allait venir m’embêter. »

« Il se pourrait bien que tu l’aies vraiment fait… » murmura la petite ombre doucement.

« QUEE VIEENS TUU DE DIIRE ? »

Je fumai de rage entre mes dents serrées, en lançant un regard noir à la petite ombre, et la soulevai lentement…

 

 

Dans une maison où les murs sont roses, le plancher est rose, et le lit sur le côté est également rose, un bel homme à la peau couleur de miel était assis sur une chaise longue rose. Assise sur ses genoux se trouvait une jolie petite fille qui semblait délicate et raffinée, avec de beaux et brillants grands yeux remplis d’esprit et des cheveux dorés et bouclés. Elle semblait presque aussi mignonne qu’une poupée.

Cependant, après l’avoir inspectée de plus près, la peau de cette fillette était également rose, ce qui laisse les gens soudainement réaliser qu’il y a quelque chose d’étrange à son propos, et la chair de poule leur grimpe silencieusement dans le dos…

« Alors, tu es en train de me dire, saleté de Cadavre, que tu ne sais toi non plus pas d’où ce corps provient ? » Je fronçai un sourcil.

« Tu es si méchant ! Cesse de me traiter de Cadavre, je m’appelle Rose ! » La petite fille rose tenait une sucette dans sa main, et était même en train de bouder pendant qu’elle se plaignait. Après un autre regard noir de ma part, elle expliqua avec grande rancune : « Rose n’a fait que ce qu’elle a l’habitude de faire et est allée aux terrains d’exécution pour acheter un cadavre. Et Sun, la dernière fois tu avais dit que tu voulais un mort-vivant de meilleure qualité, alors Rose a spécialement dépensé un tas d’argent pour acheter un corps intact… Rose ne savait pas non plus que l’aura de rancune et d’obsession du cadavre était si forte qu’il allait se transformer en Chevalier de la Mort. » Rose inclina la tête pour me regarder et, avec une expression mignonne, dit : « En plus, l’objet de son obsession se trouve justement être toi, Sun ! »

« Mais, je ne connais pas ce type ! » J’étais pratiquement sur le point de devenir fou, puisque je ne l’avais évidemment jamais vu auparavant. Pourquoi serais-je l’objet de son obsession ?

Il était difficile de dire si Rose me croyait ou pas, vu qu’elle ne faisait que baisser la tête pour lécher sa sucette.

Je fronçai les sourcils, en demandant : « Tu as dit que tu avais acheté le corps à l’un des terrains d’exécution ? Est-ce un criminel ? »

« Ne devrait pas. » Rose leva la tête, et bien que son visage fût aussi adorable, ses yeux indiquaient la maturité… Qui sait à quel point cette vieille peau de nécromancienne, qui adore agir de façon mignonne, est âgée.

« Euh ? » Je touchai mon nez et répondit sceptiquement : « Je croyais que seuls les criminels étaient envoyés aux terrains d’exécution ? »

Rose me rit au nez avec dédain. « En apparence, c’est vrai ! Cependant, Rose va te dire que Rose est une personne possédant de nombreuses années d’expérience en ce qui a trait à l’achat de cadavre. Beaucoup de corps dont on ne peut pas se charger, mais dont on a peur qu’ils soient découverts par les autres gens, peuvent être empilés sur le tas de cadavres de criminels dans des terrains d’exécution en payant un tout petit peu d’argent. »

« Est-ce vrai ? Comment pourrais-tu confirmer qu’il ne s’agit pas d’un criminel ? » Devrais-je mettre le Chevalier du Jugement au courant de ces nouvelles et le laisser investiguer ?

« Idiot ! » Rose se réjouit de l’infortune du défunt alors qu’elle expliquait : « Les morts aux terrains d’exécution sont tous des condamnés à la pendaison, mais j’ai acheté de nombreux cadavres qui n’avaient pas été pendus. Leurs cous possédaient tous des marques d’étranglement, mais Rose est après tout très familière avec les corps et, d’un seul coup d’œil, Rose peut dire si ces marques ont été négligemment faites après leur mort avec une corde. Leurs cous ne sont absolument pas brisés du tout, alors ils n’ont pas été pendus. »

« Comment est décédé ce Chevalier de la Mort ? »

Je décidai de mettre de côté l’incident de la fraude aux terrains d’exécution en premier lieu, puisque, pour l’instant, il était plus primordial de prouver ma propre innocence.

Rose inclina la tête légèrement avec une expression mignonne, et réfléchit prudemment pendant un moment, avant de choisir la réponse la plus exacte. « Il a été torturé à mort. Son corps a bien trop de blessures, alors il a été torturé pendant un bon moment, et est évidemment mort au final. »

Torturé à mort… Mon cuir chevelu commence à me démanger.

« En revanche, Sun… » Rose me regarda soudainement avec beaucoup d’anticipation. « J’ignorais que tu possédais ce genre de passe-temps. La prochaine fois nous pouvons échanger des méthodes de torture l’un avec l’autre, comme tu le sais, je n’ai encore jamais été en mesure de torturer un Chevalier de la Mort. »

En entendant cela, je piquai une crise et agrippai l’épaule de Rose, en la secouant violemment. « Échanger ?! Je croyais t’avoir dit plus tôt que je ne le connais pas ! »

Comme Rose était secouée dans tous les sens, ses deux brillants et magnifiques globes oculaires remplis d’esprit chancelèrent de haut en bas comme des fous. Ils semblaient avoir cette tendance à tomber, alors je m’empressai d’utiliser mes deux mains pour renvoyer ses globes oculaires dans leurs orbites avec un bang. Après tout, je ne désirais aucunement voir une scène dans laquelle ses globes oculaires tomberaient.

« Rose a compris, Rose ne sait également pas qui étaient ceux qui furent torturés par Rose ! » Rose me regarda avec un petit sourire je-sais-tout.

Je jurai silencieusement. Cette saleté de Cadavre… Un seconde ! Elle est vraiment à l’origine une saleté de « Cadavre » de toute façon. Cette nécromancienne diabolique refuse en fait de croire que je n’ai pas torturé ce Chevalier de la Mort.

« Sur quel terrain d’exécution as-tu acheté le cadavre ? »

« Celui à l’extérieur de la cité, dans la direction du nord-ouest. »

« Celui qui se trouve le plus loin, hein… » Il semblerait que mes problèmes ne fassent que commencer.

Résigné à mon sort, je me levai de la chaise longue, bien que ce que je voulusse faire le plus par la suite fût de me laisser tomber sur le lit rose à côté et de serrer dans mes bras l’oreiller en forme de gâteau pour dormir pendant trois jours et trois nuits…

Cependant, la réalité est toujours contraire aux vœux d’une personne. Ce que j’avais à faire par la suite était d’aller au terrain d’exécution qui était rempli de l’odeur nauséabonde de cadavres et d’interroger le responsable corrompu du terrain d’exécution pour découvrir d’où venait ce cadavre pourri.

Rien que d’y penser me faisait me sentir que mon avenir était peu prometteur…

Je poussai le Cadavre rose ressemblant à une poupée de sur mes genoux, et me redressai lentement, et marchai de façon encore plus lente vers la porte…

« Sun. »

En entendant cet appel, je tournai la tête dans sa direction. Rose se tenait contre la porte, en léchant sa sucette, et ses beaux yeux me lancèrent des clins d’œil.

« Tu sais, ce que Rose a dit auparavant dans le passé compte toujours. Si tu le veux, j’accepterai de faire de toi mon disciple à n’importe quel moment, et même le Temple Sacré et ton soi-disant maître qui se fait appeler “Le Plus Fort des Chevaliers du Soleil” ne peuvent me faire abandonner mon disciple. »

Je restai bouche-bée pendant un moment, et ne comprit pas très bien. Se pourrait-il qu’elle veuille dire qu’elle désire me protéger ?

Ce satané Cadavre est peut-être une nécromancienne dont la bizarrerie dépasse la limite, mais à dire vrai, elle est vraiment très loyale.

Je poussai un plus ou moins faible et léger sourire, et agitai la main en signe d’au revoir. La petite magicienne ne dit rien, et agita joyeusement sa sucette de façon féroce pour me dire au revoir.

Notes de bas de page

1 Désolées : Les mots exacts employés par l’auteur, qui sont utilisés pour le décrire 千山鸟飞绝、万径人踪灭 (qiān shān niǎo fēi jué , wàn jìng rén zōng miè), sont des lignes provenant d’un poème chinois célèbre. Il signifie essentiellement un endroit désolé / très isolé où personne ne va jamais.

Poème original :
柳宗元
“江雪” (Neige sur la rivière)
千山鸟飞绝, (Il n’y a aucun oiseaux volants dans les milles collines environnantes)
万径人踪灭’ (Aucun signe de gens dans les dix milles sentiers alentours)
孤舟蓑笠翁, (Un homme portant un manteau pluie sur un bateau solitaire)
独钓寒江雪 (Pêchant seul sur la rivière froide avec la neige)

2 Responses

  1. Edricano

    Pauvre Sun. Pas de repos pour les braves.

    une enquête sur l’injustice qu’avait subi => subie

    Judgment me me regarda d’un air => “me” en trop

    bien que je me sente comme si je pouvais => sentisse (ouais, ça sonne pas terrible…)

    je me suis fait tranché => trancher

    bien que son visage soit aussi adorable => fût

    Rose me ria au nez avec dédain => rit

    Cette saleté de Cadavre… Un seconde! => Une seconde !

    bien que ce que je veuille faire le plus par la suite soit => bien que ce que je voulusse faire le plus par la suite fût

    • Français

      @Edricano
      Voilà, c’est réglé ! :mrgreen: Merci encore de ton aide ! À force de trop bosser sur les chapitres, on finit par ne plus voir les erreurs !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *