La Légende du Chevalier du Soleil T2C6 : Assiste à Diverses Cérémonies

La Légende du Chevalier du Soleil

Roman originel en Chinois par : 御 我 (Yu Wo)


Chapter 6: Attend Various Ceremonies – traduit du chinois vers l’anglais par Akakuroi[PR!]
Chapitre 6 : Assiste à Diverses Cérémonies – traduit de l’anglais vers le français par Irina
+ Travail de vérification par Yukomin

Après avoir bu avec Roland jusqu’à minuit, j’appris quelque chose de nouveau…

Même un Chevalier de la Mort peut devenir ivre.

Eh bien, c’est tant mieux qu’il puisse l’être ; sinon, je n’aurais pas été en mesure de laisser les serveuses et le propriétaire du bar le harceler, et d’utiliser ce bel homme pour… Non ! Je veux dire utiliser ce beau cadavre pour couvrir le prix de l’alcool.

J’ignorais qu’une bouteille d’alcool pouvait coûter aussi cher ! Quand je vis la note, je manquai presque de m’évanouir, mais en même temps, je me sentis chanceux : j’étais parti sans payer pour le vin quand j’avais bu un coup avec Elijah plus tôt aujourd’hui.

Puisque nous avions bu jusqu’à minuit, et que la propriétaire et les serveuses avaient touché Roland de nombreuses fois, quand nous sommes finalement partis, je dus traîner un corps ivre jusqu’à la maison de Rose. Le temps que tout cela eut été fait et que je fusse retourné à l’Église, il était proche du lendemain matin.

Au moment où j’entrai dans l’Église, avant même que j’eus le temps de me nettoyer et de faire une sieste, Storm me tira douteusement dans un coin et dit d’un ton ambigu : « Il y a un invité qui te cherche. »

Un invité ? Et qu’y a-t-il avec le ton de Storm ? Pourquoi cela sonne-t-il comme si j’étais sorti pour me rendre à un rendez-vous amoureux clandestin et avais été pris la main dans le sac… ? Je suis innocent ! Tout ce que j’ai fait c’est de sortir secrètement pour aller boire avec un cadavre ; je n’entretiens pas de liaison !

Bien que je fusse assailli de questions, je souris et m’enquis : « Puis-je demander, mon frère Storm, dans quelle salle de réception se trouve l’invité ? »

Secouant la tête, Storm répondit : « Comment peut-elle être dans une salle de réception ? »

« Pas dans la salle de réception ? » Un air de suspicion ne put s’empêcher d’apparaître sur mon visage.

Semblant être satisfait par l’expression dissimulée derrière mon sourire, Storm me fit signe de la main et lança : « Suis-moi. »

Après un court moment, nous arrivâmes devant une Salle de Prière plutôt privée. Supposément, c’était un endroit pour que les Chevaliers Sacrés prient dans le silence. Néanmoins, si j’avais bien compris, c’était en fait utilisé pour des activités bruyantes du genre « Faisons un pique-nique ici » plutôt que des prières silencieuses.

Au moment où j’entrais dans la pièce, je compris pourquoi nous ne pouvions aller dans la salle de réception : après tout, la salle de réception était un endroit public. Il ne s’agissait pas quelqu’un qui pouvait faire son apparition comme elle le voulait.

C’était la seule et unique princesse du royaume !

Je ne pus m’empêcher de complimenter intérieurement la façon soignée de faire les choses de la princesse. Elijah était rentré ivre mort hier, et aujourd’hui celle-ci venait frapper à ma porte. Me tournant pour faire face à Storm, je priai : « Mon frère Storm, pourrais-tu nous excuser un moment ? »

Sur ce, Storm sortit à contrecœur, avec un air intensément curieux sur le visage.

« Elijah m’a déjà parlé de votre plan, mais je ne vais pas vous soutenir. » Sans tourner autour du pot, la princesse entra directement dans le vif du sujet. Me fixant d’un air dédaigneux, elle ajouta : « Vous devez avoir pensé que mon frère est allé contre ma volonté et m’a forcée à me fiancer au Fils du Dieu de la Guerre, n’est-ce pas ? Laissez-moi vous dire que vous vous trompez ! Frère a en déjà discuté avec moi, et j’ai accepté. En tant que princesse, me sacrifier pour mon royaume en va de mon devoir.

« Je pense qu’il y a un malentendu entre nous, Votre Altesse Royale », dis-je, toujours en souriant.  « Votre Altesse doit comprendre que, quelle que soit la situation, je ne blesserais jamais le Chevalier des Enfers. C’est la promesse que j’ai un jour faite au Dieu de la Lumière, celle de protéger tous les Chevaliers Sacrés. »

En entendant cela, la princesse fut un peu abasourdie. Elle me regarda suspicieusement, doutant de ce que je venais de dire.

« Néanmoins, même si je ne fais rien, cela ne veut pas dire que le Pape traitera les Chevaliers Sacrés comme ses frères. Il ne montrera aucune merci envers quiconque pourrait représenter une menace envers l’existence de l’Église. De mon côté, il m’est impossible de rester auprès d’Elijah 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Et si même vous, Votre Altesse Royale, allez vous marier dans un autre pays, alors qui, puis-je demander, sera capable de protéger Elijah ? »

Suite à ces paroles, l’expression de la princesse changea, son attitude initialement déterminée se mit à vaciller. Je savais que les choses commençaient à fonctionner. Même si la princesse se sacrifiait volontiers pour le bien du royaume, je doute qu’elle fasse volontairement de même pour son bien-aimé.

Après avoir paru plutôt indécise pendant un moment, la princesse s’exclama soudainement, énervée : « Comment osez-vous me menacer avec Elijah ! Messager du Dieu de la Lumière ? Non, vous êtes le messager de l’ignoble, du méprisable ! Frère Sun avait raison à ce sujet ! »

Frère Sun ? Suite à un petit instant d’interrogation, je compris. Par Frère Sun, son Altesse Royale se référait à mon maître. Il entretenait une relation plutôt bonne avec la famille Royale, ce qui expliquait pourquoi la princesse s’adressait à lui comme à un frère. Bien qu’en tenant compte de l’âge il devrait être appelé « oncle », mon maître n’accepterait jamais aucune appellation qui soit plus âgée que « frère »…

Après avoir hésité, je l’interrogeai : « Et, qu’a dit mon maître ? »

Me lançant un regard froid, la princesse commença à relater la conversation.

« À quoi ressemble mon élève ? Hmm, en général c’est une personne sympathique… c’est comme ça tant que tu ne t’opposes pas à lui.

— Et qu’est-ce qui arrive si je m’oppose à lui ?

— Hmm, tu penseras toujours qu’il est une personne sympa. Mais en même temps, tu vas te poser des questions existentielles telles que : Pourquoi suis-je si malchanceuse dernièrement ? Travaille sur une tâche et tu en rateras deux, bois de la soupe froide et tu te brûleras, mange du porridge et tu t’étoufferas avec des os, marche seul dans les couloirs du palais, et tu poseras le pied dans de la bouse de vache…

— Mais comment peut-on se brûler avec de la soupe froide ? Pourquoi y aurait-il des os dans le porridge pour commencer ? Et comment est-ce possible de faire apparaître de la bouse de vache dans les couloirs du palais ?

— C’est pourquoi mon élève est une personne assez sympathique en général. Du moins, tant que tu ne t’opposes pas à lui. »

« Vous n’êtes pas un Chevalier du Soleil parfait ! Vous êtes une personne souillée, égoïste et perfide ! Même votre maître pense la même chose », déclara la princesse, énervée.

Mon maître ! Ses exemples sont absolument affreux ; si c’était moi, je ne ferais jamais quelque chose d’aussi évident que de brûler quelqu’un avec de la soupe froide !

« Votre Altesse Royale, même si je suis égoïste, croyez-vous réellement que je ne possède pas la volonté de permettre à Hell d’être avec la femme qu’il aime ? » demandai-je avec un froncement de sourcils.

Me jetant un regard froid, la princesse répondit, sarcastique : « Ne vous imaginez pas que je vais croire que vous le faites réellement pour le bien d’Elijah. »

Ricanant, je répliquai : « Bien qu’Elijah soit l’un des Douze Chevaliers Sacrés, son identité ne peut être exposée. Pour cette raison, il n’est qu’un simple chevalier du roi. Et vous devriez savoir à quel point il est difficile pour un simple chevalier du roi d’obtenir la main d’une princesse. » J’ajoutai, sarcastique : « Mais, pour vous dire la vérité, plutôt que de chercher un moyen de vous laisser épouser un chevalier du roi, je pourrais aussi me battre contre le Fils du Dieu de la Guerre et vous revendiquer pour moi-même. Sans mentionner que ce serait de loin beaucoup plus facile ! Après tout, je suis à la tête du Temple Sacré, le messager du Dieu de la Lumière. »

Après avoir entendu cela, la princesse commença à froncer les sourcils, ses lèvres formant une ligne fine.

« Et si par hasard je gagnais, je ne deviendrais pas seulement un membre de la royauté, mais étant donné que le nouveau roi n’a pas de fils, mon enfant risquerait de courir la chance de devenir le prochain roi. Que pourrait-il y avoir de mieux que cela ? En tant que personne bonne en général, suis-je assez stupide pour offrir cette chance à Elijah, en allant même jusqu’à élaborer un plan qui fonctionnerait ? »

Prétendant d’être moyennement énervé, je tournai la tête et observai du coin de l’œil la réaction de la princesse.

Elle paraissait soupçonneuse, et resta silencieuse pendant un instant. Incapable de trouver une bonne réponse, elle demanda alors d’un ton plus doux : « Alors pourquoi nous aidez-vous ? Ne nous sommes-nous pas opposés à vous ? »

Je rétorquai immédiatement : « Vous ne vous êtes pas opposés à moi ! Bien qu’Elijah ne veuille plus être le Chevalier des Enfers, il ne menace pas du tout l’Église. Et malgré le fait que Votre Altesse Royale veuille épouser le Fils du Dieu de la Guerre, c’était l’idée du prince. D’ailleurs, même si c’est l’idée du prince, avec la baisse de renommée et de prestige du royaume et la hausse du pouvoir de l’Église, en tant que roi, essayer d’augmenter le prestige du royaume est normal et ne peut pas être considéré comme s’opposer à moi. »

Avec cela, la princesse parut encore plus perplexe, non plus comme une importante princesse toute-puissante, mais plutôt comme une petite fille confuse.

Amusé, je déclarai : « Même si vous avez entendu mon maître vous avertir de ne pas vous opposer à moi, vous avez oublié de demander ce qui est considéré comme s’opposer à moi. »

« Alors quel genre d’action pourrait être considéré comme “s’opposer à vous” ? » N’obtenant aucune réponse, la princesse insista de manière charmeuse : « Allez-y, dites-le ! Seulement quand vous l’aurez dit, je saurais et pourrais éviter de faire quoi que ce soit qui puisse vous énerver ! »

Étant dragué par une princesse beaucoup plus âgée que moi, je ne pus m’empêcher de frissonner. Juste alors, je me rappelai d’un exemple de quelqu’un qui s’était opposé à moi. Affichant un rictus glacial, je dis : « Je vais vous donner un exemple ; très récemment, un certain abruti a voulu assassiner mon vice-capitaine et voler la femme de mon frère. C’est absolument ne pas me prendre, moi le Chevalier du Soleil, au sérieux. Si je ne lui fais pas payer cet affront, j’écrirai mon nom avec mon propre sang ! »

 

 

Le prince héritier méritait vraiment des louanges ; c’était enfin le jour de son couronnement, mais il n’y avait aucun signe de lui se vautrant dans le luxe.

Bien qu’aujourd’hui fût le jour du couronnement du roi, aucune décoration n’avait été ajoutée au palais. Seuls ceux qui étaient les plus observateurs auraient réalisé que le tapis avait été remplacé par un neuf… ou alors il avait juste été lavé ?

Des rumeurs disaient que le Chef du Protocole était mécontent de combien le prince héritier était économe, et était allé râler auprès de lui. Mais, tout ce que le prince héritier avait répondu était : « Père a déjà décoré et orné le palais pendant de nombreuses années ; il est assez flamboyant comme cela. » Ceci avait fait taire le Chef du Protocole une bonne fois pour toute.

Pas étonnant que la princesse veuille épouser un type qu’elle n’aime pas. Son frère est déjà tellement désintéressé, elle ne pouvait tout simplement pas annoncer qu’elle aimait déjà quelqu’un et, du coup, ne voulait pas se marier, n’est-ce pas ?

En outre, pendant la cérémonie, je découvris à contrecœur que le Fils du Dieu de la Guerre, qui était positionné par hasard en face de moi, était en réalité plutôt pas mal. En tant que Chef des guerriers, je l’avais imaginé comme étant un homme grand, large et musclé, avec des cheveux désordonnés et une tenue négligée… Je m’étais totalement trompé.

En effet, il était grand, large et musclé, mais pas excessivement. Et vu la rapidité de son pas, personne ne pouvait affirmer qu’il possédait seulement de la force. Il était aussi très agile et très souple, sans mentionner sa chevelure noire et bouclée, qui lui faisait ressembler à un jaguar gracieux, rapide et extrêmement dangereux. Pas étonnant qu’Adair ait perdu contre lui, et presque perdu sa vie par la même occasion.

Vu comment les dames jetaient constamment des coups d’œil furtifs au Fils du Dieu de la Guerre, on pouvait affirmer qu’il était plutôt doué avec les femmes… Peut-être le prince héritier pensait honnêtement qu’il était une bonne personne à épouser, d’où son approbation au mariage de sa sœur avec lui. Évidemment, il ignorait que sa jeune sœur avait déjà quelqu’un en tête.

Concernant le couronnement, il est nécessaire de dévoiler que même si la cérémonie n’était pas très luxueuse, elle restait quand même très solennelle. Le plus important était que tout le monde attendait avec impatience et de tout cœur le couronnement du prince héritier, puisque cela signifiait également qu’une personne en particulier allait enfin descendre de son trône.

Quand le roi passa la couronne au Pape et que le Pape la plaça ensuite sur la tête du prince héritier en annonçant qu’il était le nouveau roi, beaucoup de personnes semblèrent plutôt soulagées.

Je suppose que j’étais le seul qui ne savait pas s’il fallait rire ou pleurer. Après tout, alors que ce que le « gros porc de roi » avait fait donnait envie à tout le monde de le poignarder à mort… Pour dire la vérité, gérer un roi qui était aussi stupide qu’un porc était facile, comparé à gérer ce roi qui sera probablement un tigre déguisé en porc.

Je soupirai. Il semblerait que les jours où j’avais seulement à m’occuper d’un « véritable porc » étaient terminés. Aujourd’hui marquait le début d’une longue bataille avec un « faux porc ». J’espérais uniquement que je ne serais pas le tigre qui serait mangé.

Alors que je soupirais, en faisant le deuil de mes « bons jours », tous les messagers de différents pays présentèrent leurs cadeaux. Un miroir de plain-pied avec un cadre enchâssé de pierres précieuses, un ensemble complet d’accessoires fait de pierres précieuses, une épée décorée de pierres précieuses…

Mais sérieusement, ces présents enchâssés de pierres précieuses avaient beau valoir cher, aucun ne pouvait être considéré comme un cadeau inestimable. D’ailleurs, les présents pour l’anniversaire du gros porc de roi étaient bien meilleurs que ceux-là. Évidemment, là encore, ce n’était pas parce que les autres pays étaient trop avares. Pour les événements liés à la réputation d’un pays, il était impossible d’être avare.

La vraie raison était probablement parce que la période entre l’annonce de la cérémonie et la cérémonie en elle-même avait été très courte, moins de trois mois dans les faits. Quelques pays des plus éloignés avaient probablement dû se dépêcher de venir ici au moment où ils avaient reçu l’annonce, juste pour être présents à la cérémonie. Avec ce délai, il était improbable qu’ils aient bénéficié d’assez de temps pour préparer un cadeau à moitié décent.

Même si les présents n’étaient pas très impressionnants, il semblerait que le roi ne s’en préoccupait pas le moins du monde. Il semblait même plutôt heureux.

Ne me dites pas… Soudainement, tout me parut tellement clair. Ne me dites pas que le faux porc de roi a fait cela exprès ! Après tout, avec son père jetant l’argent par les fenêtres en étant roi depuis si longtemps, les coffres du pays doivent être plus qu’à moitié vides.

Si chaque pays était venu en apportant des trésors réellement précieux comme cadeaux, ces trésors sans prix ne pourraient absolument pas être vendus. Si quelqu’un découvrait que le cadeau présenté au roi apparaissait en fait sur le marché, il y aurait seulement deux possibilités. La première possibilité serait que la trésorerie du Royaume du Son Oublié avait été cambriolée. Ou alors, la seconde possibilité, et la pire, serait que le roi du Royaume du Son Oublié avait vendu ces trésors.

Dans les deux cas, la réputation du Royaume du Son Oublié serait ruinée.

Néanmoins, dû au fait que la période de temps entre l’annonce de la cérémonie et la date actuelle avait été trop courte, cela signifiait qu’aucun pays n’avait eu assez de temps pour préparer un cadeau décent. Du coup, ceux présentés seront simplement des choses avec des pierres précieuses enchâssées ou faits d’or. Dans ce cas, le roi n’aurait qu’à extraire ces pierres précieuses, fondre les objets en or en lingots et les vendre sans que personne n’en fût au courant.

Prince héritier… Non ! Maintenant, faux porc de roi, vous êtes absolument génial. Si nous n’étions pas rivaux, je m’inclinerais certainement pour vous montrer l’admiration que je porte envers vos stratégies visant à gagner de l’argent. Si je rapportais cela au Pape qui aime autant l’argent que vous, peut-être que même le Pape vous appellerait son frère !

Le Fils du Dieu de la Guerre fit alors un geste de la main aux guerriers derrière lui, et deux d’entre eux amenèrent immédiatement leur cadeau au roi.

Il s’agissait d’un bouclier, mais il était évident que si vous l’utilisiez pour vous défendre de vos ennemis, personne n’oserait vous attaquer, puisque les gens ne voudraient habituellement pas attaquer un bouclier entièrement couvert de diamants. Je serais définitivement le premier à tuer une personne aussi insouciante. Même le plus petit de ces diamants équivalait à mon salaire des vingt prochaines années !

Hochant la tête en signe de remerciement, les yeux du roi nouvellement couronné reflétèrent la lumière des diamants. Même son sourire se fit plus large. Voyant cela, le Fils du Dieu de la Guerre annonça fièrement : « C’est un bouclier fabriqué par l’association de magiciens, de joailliers et de forgerons. La croix nationale du Royaume du Son Oublié est formée par des diamants au milieu, et autour on y retrouve des pierres précieuses magiques qui ont été placées afin de former un charme servant à repousser les attaques magiques. De plus, la défense physique est de première qualité. Même une énorme hache ne saurait l’égratigner ! »

Après cette explication, tout le monde dans le hall resta stupéfait. Cela pouvait être considéré comme l’un des meilleurs présents offerts aujourd’hui.

Toutefois, je me contentai d’arborer un sourire narquois dans mon esprit, prédisant que le faux porc de roi préférerait plutôt pousser le chevalier en qui il a le plus confiance devant lui pour le protéger d’une attaque que de risquer qu’un des coins du bouclier ne soit ébréché.

« Rangez-le bien », s’adressa le Roi aux gardes près de lui. C’était la première fois aujourd’hui que, après avoir reçu un cadeau, il parlait au lieu de simplement sourire et hocher la tête.

Satisfait de voir à quel point les gardes étaient soigneux en transportant le bouclier, le Fils du Dieu de la Guerre se retourna et dit de manière provocante : « Nous, le Monastère du Dieu de la Guerre, avons montré notre respect envers Sa Majesté. Nous nous demandons ce que l’Église du Dieu de la Lumière a à offrir pour féliciter celui-ci. »

M’avançant sur le tapis rouge au milieu du hall et m’arrêtant à deux pas du Fils du Dieu de la Guerre, je sortis un bracelet. Ce dernier était doré et transparent, un peu comme du verre. Il était formé de dix-huit petites billes et d’une bille plus grande, toutes gravées d’un motif en forme de rose. Cela paraissait en effet très délicat, mais n’avait rien à voir avec les mots « précieux » ou « trésor ».

Le roi conserva son sourire et hocha la tête poliment, tandis que le Fils du Dieu de la Guerre, lui, rigola simplement tout haut sans se retenir. Le reste de la foule, d’un autre côté, commença à froncer des sourcils. Ce présent semblait vraiment trop bon-marché.

J’ajoutai alors avec un sourire : « Sous la protection du Dieu de la Lumière, Votre Majesté restera en bonne santé tout au long de sa vie. Néanmoins, si Votre Majesté venait à se blesser un jour, brisez simplement une des roses, et Votre Majesté recevra la bénédiction du Dieu de la Lumière avec un effet équivalent à la réalisation d’un Sort de Soin Avancé. Quant à la bénédiction de la plus grosse bille au milieu, l’effet serait équivalent à vous faire lancer un Sort de Soin Ultime. »

En entendant mon explication, le roi ne put presque pas cacher sa surprise et son désir. Il murmura quelques mots à ses chevaliers personnels, et l’un d’eux vint immédiatement jusqu’à moi pour me prendre le bracelet de roses des mains et le passa au roi. Après avoir tâté les billes pendant un moment, il enfila le bracelet sur-le-champ, sans même se préoccuper de l’ampleur du mécontentement du Fils du Dieu de la Guerre à l’instant où il le fit.

Souriant intérieurement, je pensai, Malgré le fait qu’’il s’agisse d’un cadeau que j’ai offert, le roi l’aime quand même !

Après tout, pour une personne avec beaucoup de pouvoir entre ses mains, la chose la plus terrifiante à laquelle il pourrait faire face serait l’assassinat.

Avec ce bracelet de billes, c’était équivalent à avoir constamment à ses côtés un guérisseur qui peut jeter dix-huit Sorts de Soins Avancés et un Sort de Soin Ultime. Sans mentionner qu’il ne peut pas être acheté par l’ennemi ou être le premier à être visé et tué, contrairement à un guérisseur. Avec tout cela, pourquoi ne voudrait-il pas porter ces billes sauveuses-de-vie immédiatement ?

En outre, ces billes sauveuses-de-vie n’étaient pas quelque chose pouvant être créé par un guérisseur ordinaire ! Un total de trente Sorts de Soin Avancés a besoin d’être lancé pour fabriquer une seule des petites roses, même chose pour la grosse…

Ce n’est pas que je suis radin, et ne veuille n’en donner qu’une au roi, mais c’est le seul bracelet réussi que je sois parvenu à compléter.

Même pour quelqu’un comme moi qui possède tellement d’Aura Sacrée qu’elle en déborde presque, je peux seulement jeter environ dix Sorts de Soin Avancés par jour. Donc, ce bracelet de billes m’a réellement pris plus d’un mois à le fabriquer… Ajouter secrètement le fond pour le présent au roi à ma pension n’est pas si facile !

« Capitaine-Chevalier du Soleil ! » Un chevalier sacré arriva en courant vers moi et rapporta à voix basse : « Quelques nécromanciens et des créatures des ténèbres causent du grabuge en ville. »

Continuant à sourire après avoir entendu le rapport, je pus voir le Fils du Dieu de la Guerre me sourire, et naturellement, je lui retournai le sourire poliment… Espèce d’imbécile, comment oses-tu essayer de saboter mes plans !

Je n’arrivais pas à croire qu’un autre nécromancien que Rose, qui était sous contrat, oserait venir et semer la pagaille à la Cité du Bourgeon, le quartier général de l’Église du Dieu de la Lumière. Ce n’était pas comme s’ils allaient penser qu’ils avaient réanimés trop de créatures mortes-vivantes et voulaient en offrir quelques-unes à l’Église du Dieu de la Lumière pour l’aider à entraîner les chevaliers sacrés et les guérisseurs.

Ce devait être un coup du Monastère du Dieu de la Guerre !

Tout le pays savait que ce que je haïssais le plus était les créatures des ténèbres. Si une de ces créatures mortes-vivantes était sur le point d’apparaître maintenant, je m’excuserais définitivement devant le roi et me dépêcherais alors d’aller la combattre. Et, le Monastère du Dieu de la Guerre serait, de ce fait, en mesure de demander en mariage la princesse et de tirer les ficelles avec la Royauté, etc.

« Des nécromanciens ont osé amener des créatures des ténèbres dans la Cité du Bourgeon, une cité qui a reçu la bénédiction du Dieu de la Lumière ? » répliquai-je sévèrement. « C’est absolument insoutenable ! Écoutez, allez ordonner à ma Section du Chevalier du Soleil d’aller se battre contre ces créatures monstrueuses qui ne reçoivent pas la bénédiction du Dieu de la Lumière. Je pense que mon peloton s’est trop relâché récemment ; c’est en effet le moment de les entraîner, pour s’assurer qu’ils seront assez forts pour défendre et protéger la Cité du Bourgeon. »

« Compris. » Immédiatement, le chevalier sacré acquiesça et se dépêcha de sortir pour porter le message.

Le Fils du Dieu de la Guerre ouvrit la bouche et s’enquit lentement : « Chevalier du Soleil, aujourd’hui est un jour très important. Avec des créatures mortes-vivantes apparaissant dans la cité, ne serait-il pas plus approprié que vous alliez vous en occuper personnellement ? »

Je répondis, confiant : « Je vous en prie, ne vous inquiétez pas, sire. Aujourd’hui a lieu le couronnement du roi, de même qu’il s’agit du jour où le Dieu de la Lumière donne sa bénédiction. Quant à ces créatures des abysses, elles n’ont définitivement aucune chance de recevoir cette bénédiction. De ce fait, ma Section du Chevalier du Soleil va très certainement les exterminer avec succès. »

Héhé, de quoi faut-il s’inquiéter ?

Le Monastère du Dieu de la Guerre n’était pas habitué à s’occuper de créatures mortes-vivantes. Je doutais qu’ils oseraient trouver un nécromancien réellement puissant qui soit vraiment capable de causer du grabuge ; ces nécromanciens réellement puissants ne s’ennuieraient pas suffisamment pour faire ce genre de chose… À moins qu’ils soient comme Rose, auquel cas alors il y a une possibilité qu’ils fassent ça à cause de l’ennui. Mais, pour qu’il y ait un nécromancien comme Rose… J’ai peur qu’elle soit unique dans ce monde.

Pour cette raison, j’étais sûr qu’avoir des créatures des ténèbres courant en liberté dans la ville était totalement l’idée du Monastère de la Guerre et n’avait rien à voir du tout avec Sa Majesté. Après tout, comme le Royaume du Son Oublié vénérait constamment le Dieu de la Lumière, les gens du royaume étaient véhéments contre l’idée de telles créatures et des auras de ténèbres. Le roi ne sera probablement pas très heureux vis-à-vis du Monastère du Dieu de la Guerre à cause de cela. Juste en voyant comment celui-ci n’a pas effectué le moindre effort pour me demander d’aller m’occuper personnellement de celles-ci, je pouvais aisément deviner qu’il était probablement un peu énervé contre les actions du Monastère du Dieu de la Guerre.

Voyant qu’il était incapable de me chasser, le Fils du Dieu de la Guerre alla simplement droit au sujet et déclara : « Votre Majesté, cette fois, le Monastère du Dieu de la Guerre  ne souhaite pas seulement vous féliciter, nous avons également une requête à vous formuler. »

De façon coopérative, avec une expression curieuse, le roi demanda : « Vraiment ? Et quelle serait-elle ? »

Son regard se déplaçant jusqu’à la princesse, le Fils du Dieu de la Guerre répondit : « J’avais entendu dire que la princesse était une dame à la fois intelligente et belle, et cela avait causé mon admiration pour elle. Aujourd’hui, quand je l’ai vue pour la première fois, cela a simplement confirmé ce que j’avais entendu, mais elle est même encore plus belle que les rumeurs le disent, ce qui confirme par deux fois ma volonté de la prendre pour épouse. »

Comparé à l’étiquette nécessaire pour demander en mariage la princesse d’un royaume, le Fils du Dieu de la Guerre était trop abrupt, à la fois dans ses actions et dans son discours. Cependant, les guerriers du Monastère du Dieu de la Guerre étaient toujours très francs, sans aucun subterfuge dans ces domaines, donc personne ne pouvait réellement les en blâmer.

Justement, un groupe de guerriers transportait des malles l’une après l’autre depuis l’extérieur. Quand le Fils du Dieu de la Guerre ouvrit l’une d’entre elle, la pièce fut immédiatement illuminée par un coffre plein d’or et de pierres précieuses. « Et ceci sera le cadeau de fiançailles », affirma-t-il.

Tous les membres de la royauté étudièrent l’expression du roi et, ne voyant aucun signe de mécontentement, tout le monde réalisa immédiatement qu’il avait déjà l’intention de marier la princesse au Fils du Dieu de la Guerre. À ce moment-là, tous se mirent à les féliciter et à leur donner leur bénédiction. Certains commencèrent même à complimenter le mariage et à dire des choses comme quelle parfaite union cela ferait.

« Je vous en prie, attendez ! » criai-je. Pendant que tout le monde était encore stupéfait, je posai un genou à terre et demandai sincèrement : « Moi, Sun, j’éprouve également des sentiments pour Son Altesse. Compte tenu de mes sentiments sincères et dévoués pour celle-ci, je souhaite et espère que Sa Majesté me laissera une chance équitable de gagner la main de Son Altesse. »

Au moment où je prononçai ces mots, cela causa immédiatement un petit tumulte parmi les membres de la royauté autour de moi, et même le roi était abasourdi. Les Douze Chevaliers Sacrés me fixèrent avec incrédulité, comme s’ils voyaient un monstre au lieu de leur Chevalier du Soleil.

« Incroyable ! Et dire que je pensais que la première personne à qui Sun pourrait faire une demande en mariage serait la statue du Dieu de la Lumière », s’exclama Storm, incrédule. Le reste des Douze Chevaliers Sacrés hocha immédiatement la tête en signe d’accord, excepté Judgment. C’était ce que j’appelais un vrai ami ; il me connaissait effectivement bien !

Sentant mon regard, Judgment tapota l’épaule d’Ice et leva un sourcil comme pour dire, Je pensais que la première personne que tu demanderais en mariage serait Ice.

Avant que le Roi n’ait pu réagir et répliquer, le Fils du Dieu de la Guerre se retourna et rugit furieusement vers moi : « Espèce d’ordure ! »

Un comte qui était sur le bord s’avança immédiatement pour arrêter le Fils du Dieu de la Guerre avant qu’il ne puisse dire quelque chose d’autre d’insultant devant tout le monde. Après avoir apaisé le Fils du Dieu de la Guerre, il se retourna, sourit et décréta : « Chevalier du Soleil, puisque vous demandez la main de la princesse, vous devez déjà avoir préparé vos cadeaux de fiançailles, n’est-ce pas ? »

Entendant cela, le Fils du Dieu de la Guerre fut ravi. Il ajouta : « Sans cadeaux de fiançailles, vous ne faites qu’essayer de provoquer le chaos ! »

« Sun ne possède rien de spécial. Tout ce que je peux faire est de donner à nouveau la bénédiction du Dieu de la Lumière, pour montrer à Son Altesse mon amour pour elle. »

Sur ce, je sortis un autre bracelet de roses. Cependant, ce bracelet n’avait pas été fabriqué par moi. Après tout, je n’avais vraiment pas assez de temps pour en faire deux en un si court laps de temps. Donc, au lieu de cela, j’avais appris au Pape comment fabriquer ces billes, à condition qu’il m’en donne cent-huit au total en guise de « frais d’apprentissage ».

Les yeux du roi s’illuminèrent à la vue du bracelet. Il laissa échapper un grognement et eut l’air plutôt troublé.  D’après ce que je pouvais voir, je supposai qu’il était probablement en train de songer à un moyen d’empêcher que je mette la main sur sa sœur tout en gardant le bracelet.

Soupirant profondément – probablement parce qu’il n’arrivait pas à trouver un moyen de garder les billes en forme de roses – il se tourna face à sa sœur et demanda : « Ils sont tous les deux des jeunes hommes respectables ! Princesse, il semble qu’ils soient tous deux sérieux à votre propos, qu’en pensez-vous ? »

Selon le scénario du roi, la princesse devrait être timide pendant un moment, avant de regarder vers le Fils du Dieu de la Guerre du coin des yeux. Mais, évidemment, les prédictions humaines ne peuvent gagner contre les prédictions du Dieu de la Lumière. La princesse resta silencieuse, mais elle ne regarda personne. À la place, un chevalier royal surgit de derrière elle : Elijah.

S’agenouillant devant le roi, il cria : « Votre Majesté, je suis celui qui est réellement sérieux à propos de Son Altesse Impériale ! La princesse et moi sommes ceux qui nous aimons réellement ! »

En entendant cela, tout le monde se tourna pour observer la princesse. Cependant, la princesse ne montra aucun signe de déni. Et pour quelqu’un de son importance, le silence était équivalent à acquiescer.

Il y eut un soudain vacarme dans la foule. La situation présente était absolument incroyable. Pourquoi n’y avait-il pas eu une seule personne souhaitant le mariage dans le passé, mais maintenant, ils venaient tous à la fois ? Quel genre de situation était-ce ?

Il était évident que le roi ne s’attendait pas à cette tournure des événements. Il fut surpris pendant un moment, mais se tourna alors et me fixa.

Votre Majesté, vous êtes vraiment très intelligent. Bien que ce soit réellement moi qui ai causé tout cela, vous n’avez pas à me fixer si directement. Après avoir affiché une expression choquée, je changeai rapidement pour une expression confuse et rencontrai le regard du roi, comme si je ne comprenais point pourquoi il me fixait. Voyant cela, à la place, il se tourna pour regarder Elijah et fronça légèrement les sourcils.

Deux des chevaliers personnels du roi, qui se tenaient à côté du souverain, s’avancèrent immédiatement. Le chevalier le plus jeune, qui paraissait être dans la trentaine, gronda : « Elijah, ne raconte pas de bêtises ! Tu ne peux pas épouser Son Altesse ! »

Ignorant ses mots, Elijah se tourna pour rencontrer les yeux du chevalier le plus âgé, paraissant honteux et désolé. Cependant, le chevalier plus âgé se contenta de soupirer et ne le réprimanda pas.

Storm murmura doucement près de mon oreille : « Bien que le chevalier le plus âgé ne soit pas réellement le maître d’Elijah, il apprécie beaucoup ce dernier et lui a appris beaucoup de choses. Il peut être considéré comme un demi-maître. »

J’acquiesçai et employai toute ma force pour m’empêcher de sourire. Hahaha ! Je ne savais pas qu’il entretenait ce genre de relation avec ses professeurs, mais maintenant, les chances d’Elijah sont nettement plus élevées.

« Je n’arrive pas à croire qu’Elijah soit aussi courageux… Mais, c’est encore plus incroyable que Sun ait une liaison avec la princesse », murmura Storm à Leaf et à Blaze, qui se tenaient à côté de lui. Comme la distance entre nous était un peu grande, je dus tendre l’oreille pour saisir ce qu’il disait.

« J’ai entendu la Section du Chevalier du Soleil raconter comment Sun avait enivré Elijah sans raison, tellement qu’il est presque mort d’un coma éthylique. Maintenant, je vois : ce doit être dû à de la jalousie entre rivaux. Et le jour suivant, la princesse avait une rencontre secrète avec Sun. Je suppose que c’était parce qu’elle l’avait trompé et tentait de s’expliquer après qu’il l’ait découvert » conclut Storm. Son visage montrait une expression qui disait : « J’ai eu le potin ultime, et je peux maintenant mourir sans regrets ». Quant aux autres des Douze Chevaliers Sacrés, ils étaient actuellement en train de tendre l’oreille pour saisir les ragots.

Donc, les membres de ma Section du Chevalier du Soleil n’étaient pas les seuls qui aimaient les potins… Le Temple Sacré tout entier était rempli de commères ! Pourquoi vous appelez-vous toujours les chevaliers sacrés ? Vous pourriez tous changer votre nom en chevaliers bavards !

Pendant que je jurais et protestais intérieurement sur comment le Temple Sacré devrait se renommer le Temple Bavard, le roi questionna sérieusement : « Sœur, est-ce vrai que tu éprouves des sentiments pour Elijah ? »

Sans parler, la princesse hocha calmement de la tête. Voyant cela, le roi resta également silencieux. Son visage devint lentement de plus en plus sombre. Personne n’osa dire un mot et tout le hall tomba dans un silence gênant. Même le Fils du Dieu de la Guerre resta silencieux, incapable de comprendre ce qu’il se passait. Fonçant les sourcils, il pouvait seulement nous fusiller du regard Elijah et moi.

Comme le silence gênant persistait, j’ouvris lentement la bouche et annonçai : « Si c’est le cas, alors laissons les épées dans nos mains juger ce sujet et arrêtons-là le bavardage dénué de sens. C’est la véritable voie d’un chevalier. »

Comment ? Vous dites que cette phrase semble familière ? Tousse, tousse… Les cadavres n’ont aucun droit de propriété intellectuelle !

Au moment où le Fils du Dieu de la Guerre entendit cela, un sourire s’étendit sur son visage et il accepta bruyamment : « C’est bien ! Un guerrier utilise uniquement l’épée entre ses mains pour déterminer la victoire ! »

Évidemment qu’il allait accepter, il savait déjà que je n’étais pas doué au maniement de l’épée et qu’Elijah était seulement un chevalier. C’était sans mentionner le fait qu’il croyait qu’Elijah ne possédait pas la bénédiction d’un Dieu ; même sa classe en elle-même le plaçait dans une position d’infériorité. Les guerriers sont meilleurs au un contre un alors que les chevaliers sont meilleurs à la guerre. C’était la nature des classes que tout le monde connaissait.

« Alors, faisons ainsi ! » Ceci dit, le roi partit promptement. D’après son expression, il était clair qu’il n’était pas très heureux.

J’eus un sourire narquois, mon premier pas vers le succès effectué.

Soudainement, Leaf arriva en courant vers moi. Il tapota mon épaule et dit : « Sun, ne sois pas triste, il y a toujours d’autres poissons dans la mer ! Même si tu ne peux pas avoir la princesse, ce n’est pas si grave. »

« Je suis plutôt proche d’Elijah, donc je lui dirai de ne pas trop te martyriser », promit Storm en me tapotant le dos avec une expression qui disait : « Nous sommes de bons frères, je te couvrirai, ne t’inquiète pas. »

« Si ce Fils du Dieu de la Guerre ose trop te frapper, je ne le laisserai jamais en paix », jura Blaze en frappant l’air.

« S…Sun, ne t’inquiète pas. Même si c’est contre les règles, je t’aiderai quand… quand même à bloquer les coups fatals… Même si je dois les bloquer de nombreuses fois, je n’abandonnerai jamais pour te sauver ! »

« … Vous ne pourriez pas avoir un peu plus confiance en moi ? »

En entendant cela, la Cruelle Faction au Cœur de Pierre des Douze Chevaliers Sacrés me jeta simplement un regard froid. Quant à la Bonne Faction au Grand Cœur, ils ajoutèrent : « Évidemment ! Nous avons une confiance absolue dans ta capacité de guérison. Ces deux-là ne seront pas capable de te tuer. Et c’est pourquoi nous sommes assez confiants par te laisser y aller pour te faire cogner. »

Que diable ? Les regards froids de la Cruelle Faction au Cœur de Pierre n’avaient pas réussi à me refroidir, mais ce que la Bonne Faction au Grand Cœur avait dit m’avait fait me sentir comme si j’avais été frappé par un blizzard.

 

Leave a Reply